Ado

Mon ado a de l’acné, comment l’aider ?

Au Canada, environ 85% des jeunes de 12 à 24 ans ont de l’acné. C’est beaucoup! En plus des fameux boutons, cette maladie peut entraîner des répercussions émotionnelles importantes. Heureusement, on peut les aider à s’en sortir.

Qu’est-ce que l’acné?

Sur le site de la Société de l'acné et de la rosacée du Canada, on peut lire que « l’acné est une affection fréquente des glandes sébacées de la peau, qui se traduit, entre autres, par des points noirs, des points blancs, des boutons, des papules et des kystes de grande taille, rouges et douloureux ». Il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour un petit bouton ici et là, environ une fois par mois (même si votre ado menace de ne pas sortir ces journées-là!).

Par contre, si vous remarquez une présence constante de boutons et autres « imperfections », mieux vaut intervenir.

Quelle sont les causes de l’acné?

Des phénomènes organiques internes, notamment les changements hormonaux, sont considérés comme les principales causes de l’acné. La génétique a également un grand rôle à jouer. Si vous avez eu de l’acné à l’adolescence, il y a malheureusement de fortes chances pour que vos enfants en aient aussi. Ainsi, ne tardez pas à consulter un médecin ou un dermatologue.

Le stress joue également un rôle dans l’acné. Sur le site de la Société de l’acné et de la rosacée du Canada, on peut lire que « les situations stressantes déclenchent la sécrétion d’hormones, y compris des androgènes, qui activent les glandes sébacées et la production d’autres substances chimiques qui causent de l’inflammation (rougeur) et aggravent l’acné ». Une étude a d’ailleurs démontré que les symptômes de l’acné diminuaient chez les patients qui pratiquaient la relaxation ou une autre technique de réduction du stress.

Comment traiter l’acné ?

Dr Ari Demirjian, dermatologue et porte-parole de la Société de l'acné et de la rosacée du Canada, affirme que la plupart des adolescents ayant une acné légère pourront s’en sortir avec les produits en vente libre que l’on retrouve en pharmacie. « Il faut utiliser des produits à base de peroxyde de benzoyle ou d’acide salicylique », dit-il.

En plus des produits anti-acné, il est important de se laver délicatement le visage deux fois par jour (pas trois ou quatre, comme plusieurs ados ont tendance à le faire). Privilégiez un nettoyant au pH équilibré, sans savon, sans alcool, sans huile et sans substance abrasives. Les produits qui contiennent de l’acide salicylique, de l’acide glycolique ou du peroxyde de benzoyle sont de bons choix.

Finalement, il est très important de bien hydrater la peau. Dr Demirjian souligne qu’il ne faut pas négliger ce point : « Une hydratation insuffisante ou trop prononcée fera de l’occlusion et davantage de boutons ». Devant le large éventail de crèmes hydratantes vendues en pharmacie, on en choisit une sans huile, sans huile minérale ni vaseline. Mieux vaut privilégier les produits contenant une huile de silicone, comme la diméthicone. De plus, la crème hydratante devrait être non comédogènes, non parfumée et faite à base d’ingrédients qui n’obstruent pas les pores. Elle peut contenir des céramides et un écran solaire.

Autre point important pour vaincre l’acné et éviter les cicatrices : ne pas pincer ou gratter les boutons. Plus facile à dire qu’à faire! Mieux vaut tenter de dissimuler les imperfections avec un produit maquillant. Il est alors important de choisir des produits qui sont eux aussi non comédogènes et qui ne contiennent aucun agent de conservation, parfum, parabène, huile ou colorant.

N’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

Quand et qui consulter?

Si votre ado suit les recommandations ci-haut et que vous constatez que son acné ne s’améliore pas au bout de quelque temps, prenez d’abord rendez-vous avec son médecin de famille. Il pourra prescrire un traitement approprié ou vous dirigez vers un dermatologue.

N’essayez pas tous les produits qui se trouvent sur le marché, il y en a trop et, comme le dit le Dr Demirjian, « vous risquez de tourner en rond et de gaspiller votre argent ».

Des répercussions psychologiques

Le Dr Ari Demirjian mentionne que l’acné peut miner l’estime de soi. En effet, pas facile de sortir en toute confiance lorsqu’on a un gros bouton sur le menton... Encore plus si on doit faire un exposé oral cette journée-là. Ne sous-estimez pas l’impact que peut avoir l’acné sur votre ado. Pour lui, ce ne sont pas « que des boutons », c’est une réelle honte. Témoignez de votre empathie en lui cherchant des solutions et en l’accompagnant à ses rendez-vous médicaux.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Profitez de l'été grâce à Vtech!

Courez la chance de gagner le super tricycle interactif de Vtech

Commentaires