Vie scolaire

Choisir une école spéciale

Pour le primaire de votre enfant, vous avez pensé à une école alternative, une école à volet spécial ou une école internationale? Voici quelques infos pour vous juste à temps pour les inscriptions.

Écoles alternatives

Selon le Réseau des écoles publiques alternatives du Québec, il y a 31 écoles alternatives au Québec (primaires et secondaires). Dans une école alternative, toute une équipe éducative accompagne l’enfant dans un cheminement adapté à ses besoins et ses intérêts. On adhère beaucoup à la coéducation misant sur le fait que les parents et les enseignants sont des partenaires qui visent le même but : l’éducation de l’enfant. « L’école alternative fait donc plus que respecter les différences individuelles, elle les exploite! Au lieu d’obliger l’élève à se conformer à une structure prédéterminée, on adapte l’école autant que possible aux besoins des élèves », lit-on sur leur site.

La comédienne et maman Jacynthe René a d'ailleurs contribué à la mise sur pied d'une toute nouvelle école alternative sur la Rive-Sud de Montréal. Lisez l'entrevue de Mamanpourlavie.com avec Jacynthe René.
Écoles à volet spécial

On retrouve également dans le réseau public des écoles avec une vocation particulière (musique, sport, danse, etc.). Il existe aussi les écoles internationales qui mettent l’accent sur les langues en proposant par exemple deux demi-années d’immersion anglaise durant le primaire.

Qui peut les fréquenter? Habituellement, il faut d’abord demeurer sur le territoire scolaire de l’établissement. Parfois, des exceptions peuvent être accordées, mais cette possibilité est à vérifier auprès de l’établissement. Aussi, puisque ces écoles sont souvent en forte demande, il y a des tests d’admission pour les élèves. Il vaut mieux s’informer au moins deux ans à l’avance des procédures d’admission pour ne pas se retrouver en retard de quelques semaines sur les tests d’admission et ainsi manquer votre chance.

Privée ou publique? Certaines écoles sont privées, d’autres sont publiques, il faut vraiment faire le tour de votre commission scolaire pour savoir quels types d’écoles on peut trouver sur votre territoire scolaire. Certaines écoles, même si elles sont publiques, peuvent demander une contribution, sous forme de dons à la fondation de l’école pour soutenir leur programme particulier. D’autres établissements misent plutôt sur la participation des parents dans le processus éducatif.

Deux mamans dont leur enfant fréquente une école alternative ou à volet spécial nous expliquent ce qui a motivé leur choix.

Mélanye, dont la fille Justine, 5 ans, commencera la maternelle à l’école alternative Tourterelle à Brossard et Chantale, dont le fils Ludovic, 7 ans, amorcera sa 2e année à lécole de musique Jacques-Hétu après avoir fréquenté l’école Les Petits Chanteurs de Trois-Rivières.

1. Qu’est-ce qui vous faisait croire que votre enfant évoluerait mieux dans ce type de classe que dans une classe régulière?

Mélanye : Justine a toujours entrepris d'elle-même ces projets de jeux et de recherche selon ses intérêts. Elle va trouver des solutions, elle élabore les possibilités et elle demande l'aide nécessaire à atteindre ses buts. C'est dans sa nature et je souhaitais qu'elle puisse poursuivre son cheminement dans le monde scolaire un peu de la même manière.

Chantale : En fait, rien ne nous laissait croire qu'il évoluerait mieux dans une école comme les Petits Chanteurs de Trois-Rivières.  Nous y sommes allés avec SES intérêts et SA demande.  Car après avoir vu un spectacle de Noël donné à son école à la maternelle, il nous a demandé s'il pourrait lui aussi fréquenter ce type d'école.

2. Qu’elle est la philosophie de l’école?

Mélanye : L'école alternative Tourterelle vise un développement global de chaque enfant avec une pédagogie par projet qui se concentre sur les intérêts de chaque élève. Le respect du rythme et du style d'apprentissage est important. L'enfant, les parents et les pédagogues vivent une démarche éducative concertée. Nous agissons conjointement en assurant une continuité dans le développement de l'enfant. Les parents sont présents dans l'école et nous avons un rôle de coéducation!

Chantale : Nous, ce que nous aimions de cet univers, c'était de pouvoir donner à notre fils une base autre que les cours au régulier, ce qui veut dire une heure par jour allouée au chant choral et à la musique.

3.  Avez-vous besoin de vous impliquer plus dans son apprentissage (à la maison, à l’école, parascolaire, etc.) comparativement à une classe régulière?

Mélanye : Les parents ont un rôle de « coéducateur ». Nous devons participer à la vie scolaire à raison d'une heure minimum par semaine à développer un projet décidé par notre enfant et approuvé par le personnel enseignant avec notre enfant et quelques autres élèves. Nous formons une grande famille et on demande la participation au sein d'un comité afin d'assurer le bon fonctionnement de l'école (Comité d'accueil, de bibliothèque, de l'arboretum, de l'informatique, sportif, de l'environnement...). Les activités parascolaires ou les sorties pédagogiques dépendent des projets en cours ou des grandes fêtes annuelles déjà établies! (party de Noël, pique-nique général de fin d'année...)

Chantale : Bien, en fait, vu la pratique de flûte tous les jours, oui ça nous a demandé une implication plus serrée! Pour ce qui est des devoirs et des leçons, ça a toujours bien fonctionné.

4. Est-ce que votre enfant s’adapte bien à ce type d’école?

Mélanye : Dès nos premières visites à Tourterelle, nous avions l'impression d'entrer chez nous... ou chez de bons amis disons! L'accueil des gens est très agréable et les gens sont là et disponibles pour nous répondre! Par la suite, Justine est allée assister à quelques projets tenus par notre famille marraine et elle a demandé d'y retourner les semaines suivantes jusqu'à la fin de l'année. Chose que nous avons faite avec plaisir. Déjà, elle participait au projet et elle avait des responsabilités. Elle a eu une demi-journée d'intégration qu'elle a adorée. Et toute la famille a été invitée au grand pique-nique de fin d’année! Nous y avons rencontré d'autres familles, les enfants se sont amusés et ce fut une très belle journée! Depuis le début de l'été, Justine pratique de son plein gré sa routine d’école! Elle a vraiment hâte d'y retourner!

Chantale : Notre fils s'est très bien adapté à l'école des Petits chanteurs de Trois-Rivières, il en était très heureux et épanoui. Il adorait y aller. Notre fils est un intellectuel avec des notes toujours plus hautes que la moyenne du groupe, et ce, dans toutes les matières, il veut toujours en apprendre plus! Étant un petit garçon hyper sociable, il s'est entouré de nombreux amis et amies... même les plus grands de cinquième année et sixième année le saluaient après les classes.  Il sait se faire aimer!

5. Pourquoi cette école en particulier?

Mélanye : L'école alternative Tourterelle est un coup de cœur! Tous ces aspects viennent rejoindre nos valeurs familiales. Sa pédagogie par projets, l'implication communautaire, la coéducation, l'évolution de l'enfant dans un cadre de vie multiâge...

Chantale : Notre fils fréquentait l'école intégré des Forges à la maternelle, alors, après sa demande pour les Petits chanteurs de Trois-Rivières, nous lui avons fait passé les tests d'admission en se disant qu'il y serait bien, car cette école avait une bonne réputation et que les cours chant choral et de musique lui feraient un grand bien.  Après une première année fabuleuse, le programme est passé aux votes pour un transfert au Collège privé Marie de l'Incarnation... À notre grand désespoir, le vote est passé haut la main!

Nous avons une famille de trois enfants, nous ne pouvons nous permettre de payer 3000 $ par année pour chacun de nos enfants, d'autant plus que ce n'est que le primaire. Alors nous avons fait des recherches et nous avons entendu parler d'une autre école de musique à Cap-de-la-Madeleine : l'école de musique Jacques-Hétu qui est fort réputée. Beaucoup de ses professeurs font partie de l'orchestre symphonique de Trois-Rivières. Notre garçon est allé passer ses tests d'admission, car ils en prennent très peu. Les enfants doivent avoir de bonnes notes, avoir une facilité avec la musique, le chant, l'art dramatique et la danse. Cette école touche à tout pour guider l'enfant tout au long de son primaire et stimuler le côté artiste en lui! Et voilà, il commencera sa deuxième année à l'école de musique Jacques-Hétu en septembre, et espérant que cette fois-ci sera la bonne!

Les inscriptions pour l'école primaire et secondaire au Québec se déroulent habituellement en février. Contactez votre commission scolaire ou la direction de l'école que vous envisagez faire fréquenter à votre enfant pour vérifier les modalités d'inscription.
Image de Nadine Descheneaux

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Passez un été magnifique au Québec grâce à Ulysse!

Participez pour gagner votre copie du livre “Étonnant Québec” des Guides de voyage Ulysse

Commentaires