Santé

Combattre la dépression et l'anxiété chez l'enfant

Même les jeunes enfants peuvent souffrir de dépression et d’anxiété. Le dépistage des enfants à risque et le soutien accordé à la mère et à la famille peuvent contribuer grandement à prévenir les troubles plus tard dans la vie.

Les troubles dépressifs et les troubles anxieux sont parmi les 10 causes les plus fréquentes d’invalidité, et peuvent être dépistés dès la petite enfance. Une étude récente a révélé qu’un tempérament difficile chez un nourrisson de cinq mois et des épisodes récurrents de dépression maternelle sont deux des facteurs de risque les plus importants qui sont associés à un taux anormalement élevé de symptômes de dépression et d’anxiété.

Cette étude a également établi que ces symptômes ont tendance à devenir plus fréquents au cours des années préscolaires.

Des chercheurs ont suivi, de l’âge de cinq mois à cinq ans, 1 759 enfants nés au Québec entre 1997 et 1998. Cette étude est la première à brosser un tableau des symptômes de dépression et d’anxiété chez les enfants, de la petite enfance jusqu’à l’entrée à l’école (de un an et demi à cinq ans) à partir d’un échantillon représentatif de la population. « Si les facteurs liés au milieu forment au moins 50 % des influences qui façonnent l’enfant, alors voyons ce que nous pouvons faire pour améliorer au maximum son environnement. »

Dre Guzder signale que les programmes de visites à domicile à l’intention des nourrissons et les interventions prénatales constituent des facteurs de protection très importants, surtout lorsqu’ils se poursuivent pendant trois ou quatre ans. « Ils établissent au sein des familles à risque élevé une structure qui affermit la relation entre le nourrisson et sa mère (ou toute autre personne qui en prend soin). Ils offrent l’occasion à la mère d’améliorer ses compétences, ses habiletés et ses connaissances concernant le développement de son enfant. Sans ces interventions et ces programmes, les enfants vulnérables n’ont absolument aucune chance. »

Malheureusement, selon la Dre Guzder, il existe un écart considérable entre ce que les praticiens et les chercheurs savent et la perception du public. « Pendant les années préscolaires, les parents pensent que le problème disparaîtra quand l’enfant grandira. Ils ne demandent pas d’aide parce qu’ils craignent les préjugés. Mais les troubles dont souffrent les enfants sont réels; ils peuvent être diagnostiqués et traités dès le plus jeune âge », fait valoir Dre Guzder. « Cette étude montre que le fait de ne pas intervenir a un coût social très élevé. »

Par Eve Krakow

Centre d'excellence pour le développement des jeunes enfants (CEDJE)

Pour une compréhension plus approfondie de différents sujets concernant les enfants, consultez nos textes d’experts dans l’Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants, accessible gratuitement.


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires