Santé

Immunothérapie orale et allergies alimentaires

Un nouveau programme d’immunothérapie orale pour traiter les allergies alimentaires est maintenant disponible à l’hôpital CHU Sainte-Justine. Une première au Québec où on compte 60 000 enfants vivant avec une allergie alimentaire.

Découvrez comment ce programme pourrait simplifier la vie de vos enfants.

Qu’est-ce que l’immunothérapie orale?

Les programmes d’immunothérapie orale (ITO), comme celui offert au CHU Sainte-Justine, consistent à donner quotidiennement de légères doses par voie orale de l’aliment causant l’allergie.

Plus précisément, une quantité croissante de l’allergène est administrée au patient jusqu’à ce que la dose de maintien soit atteinte. Cette dose correspond à la dose maximale qu’une personne allergique à un aliment peut ingérer sans éprouver d’effets indésirables. Ce traitement, qui peut durer plusieurs années, ne nécessite aucune prise de médicaments.

Selon le Dr Philippe Bégin de l’Association des Allergologues et Immunologues du Québec, l’ITO permet de :

  • Protéger des réactions allergiques lors de contacts accidentels.
  • Réintégrer l’aliment allergène dans l’alimentation.
  • Éliminer l’allergie de façon permanente.

On estime actuellement que le taux de succès des programmes d’immunothérapie orale est d’environ 80%. Les spécialistes estiment également que 50% des patients peuvent être guéris complètement de leur allergie alimentaire, 5 ans après le début des traitements. Des prévisions impressionnantes qui donnent beaucoup d’espoir !

Par contre, bien que tout cela semble simple, les traitements d’ITO doivent être réalisés par un médecin. Tout d’abord, car ils demandent des suivis très serrés. Les patients doivent visiter l’hôpital de façon régulière. Ensuite, car l’ingestion d’une dose trop forte d’un allergène peut causer des chocs anaphylactiques graves. Ce n’est donc pas un traitement à effectuer à la maison.

Le projet pilote de l’Hôpital CHU Sainte-Justine

Le projet de traitement des allergies alimentaires par immunothérapie orale du CHU Sainte-Justine a reçu en 2017 un financement de 800 000$ de la part du gouvernement du Québec, et de 780 000$ de l’organisme Bye Bye Allergie. C’est ce qui a permis de lancer le projet-pilote de trois ans.

Grâce aux efforts financiers du gouvernement et de l’organisme, le projet du CHU Sainte-Justine pourra, au cours de sa première année, traiter 225 enfants qui présentent un cas sévère d’allergie alimentaire, et 275 les deux années suivantes. Si le programme s’adresse exclusivement aux enfants, c’est qu’auprès d’eux les résultats sont plus concluants.

L’objectif derrière ce programme d’immunothérapie orale est de développer une expertise en la matière et d’ensuite transférer ce nouveau savoir à d’autres établissements de santé. Ainsi, on espère voir ouvrir d’autres cliniques d’ITO dans la province.

À qui s’adresse l’immunothérapie orale?

Pour commencer un traitement d’immunothérapie orale, voici les caractéristiques que l’on doit observer chez un patient :

  • Avoir des signes et des symptômes d’allergie, et recevoir un test d’allergie positif.
  • Ne pas prendre de médicaments pour contrôler les allergies ou en prendre et avoir l’intention d’en réduire la prise.
  • Ressentir des effets secondaires aux médicaments qui ont pour but de contrôler une allergie.

Au contraire, les facteurs suivants peuvent empêcher une personne d’accéder à un traitement d’ITO :

  • Avoir un test d’allergie négatif.
  • Avoir un test d’allergie positif, mais ne démontrer aucun signe ou symptôme d’allergie.
  • Souffrir d’asthme non traité.
  • Prendre des médicaments pour l’hypertension ou pour des problèmes cardiovasculaires.

Le programme d’immunothérapie orale vous intéresse? Visitez le site de la Clinique d’immunothérapie orale du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Image de Mamanpourlavie.com


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires