Santé

Un vaccin contre la gastroentérite

Parents, ne craignez plus que la gastroentérite attrapée à la garderie par un tout-petit contamine ensuite toute la famille : Santé Canada vient d'approuver un premier vaccin pour prévenir cette affection chez les enfants.

Parents, ne craignez plus que la gastroentérite attrapée à la garderie par un tout-petit contamine ensuite toute la famille : Santé Canada vient d'approuver un premier vaccin pour prévenir cette affection chez les enfants. Le Rota Teq est un vaccin oral qui aide à prévenir les gastroentérites à rotavirus. C'est la forme la plus fréquente de gastro chez les jeunes enfants. Diarrhée, fièvre, vomissements, près de 95 % des enfants en seront atteints au moins une fois avant l'âge de 5 ans.

Dans la majorité des cas, la maladie dure quelques jours et ne laisse pas de séquelles. Mais parfois, des complications surviennent parce que l'enfant se déshydrate. Les bébés de moins de 2 ans sont particulièrement fragiles. Un enfant sur 100 atteint de ce type de gastroentérite doit même être hospitalisé. Il est mis sous perfusion pendant quelques jours, le temps de recouvrer la santé. « C'est un problème assez fréquent », souligne le Dr John Yaremko, pédiatre à l'Hôpital de Montréal pour enfants. Chez un adulte ou un enfant plus âgé, il peut s'écouler de 24 à 48 heures avant la déshydratation. Mais chez un tout-petit, le phénomène est très rapide. Les effets se font sentir en l'espace de quelques heures à peine. Le bébé devient pâle et léthargique, sa tension artérielle diminue et dans le pire des cas, il doit être hospitalisé. « À cause de leur petit poids, le déséquilibre causé par la déshydratation survient plus facilement chez les bébés », précise le Dr Yaremko. Chaque année, le rotavirus cause jusqu'à 7000 hospitalisations, 27 000 visites aux urgences et 56 000 consultations chez le médecin, souligne le pédiatre. Il y a aussi un fardeau économique : les parents doivent s'absenter du travail pour s'occuper de leur enfant.

28

Déjà approuvé aux États-Unis

Lorsqu'un bébé est atteint de gastroentérite de type rotavirus, les autres membres de la famille ont une chance sur deux d'être malades à leur tour. Dans la majorité des cas, ce sont les parents. Le vaccin Rota Teq, conçu par Merck Frosst, aide à prévenir ce type de gastroentérite, surtout les épisodes aigus qui nécessitent une visite à l'hôpital en catastrophe. Le vaccin est déjà approuvé aux États-Unis, en Australie et dans plusieurs pays de l'Union européenne. Santé Canada a emboîté le pas le 1er août dernier. Trois doses doivent être administrées à l'enfant, idéalement avant l'âge de 6 mois. Chaque dose coûte 55 $. « Nous espérons que le vaccin sera disponible dans les cabinets de médecins dès cet automne », a déclaré la porte-parole de Merck Frosst, Amanda McWhirter. Le vaccin a fait l'objet de plusieurs études avant son approbation. La plus importante, portant sur quelque 70 000 enfants, a été publiée au début de l'année dans la revue New England Journal of Medicine. Le vaccin prévient les cas graves à 98 %, selon l'étude.

Le vaccin doit toutefois être administré avant l'âge de six mois pour être efficace. Selon une étude menée auprès de 35 000 enfants, il serait efficace à 98 % pour la première année et à 90 % pour la deuxième. Selon le Dr John Yaremko, pédiatre à l'Hôpital de Montréal pour enfants, le vaccin sera très utile dans les pays en voie de développement, où plusieurs enfants meurent des suites de la gasto-entérite. Malheureusement, les adultes ne peuvent profiter du vaccin. «À partir de l'âge scolaire, notre système immunitaire est outillé pour combattre le virus. Il n'est plus aussi dangereux. », dit le Dr Yaremko.

Pour le moment, les parents québécois qui voudraient faire vacciner leurs enfants devront payer de leur poche. Le vaccin ne fera pas partie de la kyrielle offerte par Québec. « Des comités d'experts vont travailler en collaboration dans toutes les provinces pour évaluer la question d'un point de vue de santé publique, afin de déterminer si le vaccin devrait être distribué à grande échelle », explique Nathalie Pitre, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux. Le processus prendra plusieurs mois.

Source : Cyberpresse et Canoe, 25 août 2006

Je trouve bien dommage que vous présentiez ce genre de nouvelle comme si ça allait sauver le monde sans peser le pour et le contre du sujet. On adule les vaccins (et tout le monde de la médecine) comme si sans ça la vie est donc risquée et que seuls les vaccins permettent de la vivre pleinement. Permettez-moi d'en douter. On a la manie de vouloir à tout prix éviter que notre enfant soit malade, quitte à le piquer et le traumatiser de nombreuses reprises pour ne pas manquer une journée de travail. N'avons-nous jamais pensé qu'il pourrait être préférable de travailler sur la santé de l'enfant, sur sa forme, sur son environnement plutôt que de simplement s'attaquer aux maladies? Un enfant est plus à risque d'attraper une maladie s'il a une mauvaise alimentation, s'il dort mal, s'il est contrarié, stressé... La gastroentérite est une maladie vraiment pas grave qui ne mérite pas selon moi qu'on y accorde toute cette attention. Évidemment, comme pour n'importe quelle autre maladie il y a des cas de complication et des fins tragiques. Mais pourquoi ne pas sensibiliser les parents sur les symptômes à surveiller et donner des trucs pour bien soigner l'enfant pour que la maladie ne dégénère pas?
Si les parents arrêtaient de paniquer avec l'argent, et acceptaient un rythme de vie à la hauteur de leur salaire tout en passant du temps avec leurs enfants, il y aurait moins de maladie, moins de suicide, et les enfants auraient une vie meilleure. N'est-ce pas afin qu'ils soient heureux que nous faisons des enfants?
En finissant, je trouve qu'il est évident que vous devriez nuancer les propos de Mamanpourlavie sur chaque sujet que vous abordez.
Michel, septembre 2006


Cette semaine
Mon 2e enfant n'aime pas autant l'école

Votre plus vieux aime l’école et récolte des bonnes notes. Son petit frère, lui, n’est pas aussi enthousiaste! Comment encourager le premier sans décourager le deuxième?

L’hyperparentalité peut-elle être toxique?

En avril 2019, le Centre universitaire de santé McGill publiait un communiqué de presse qui faisait état d’une augmentation du nombre d’enfants et d’adolescents vus à l’urgence pour des tentatives de suicide ou des idées suicidaires.

Quand les devoirs tournent au drame

Séance de torture. Corvée. Bataille. Ces mots ne devraient jamais servir à décrire la période des devoirs et leçons. Et pourtant, c’est la dure réalité de plusieurs enfants…et parents. Comment transformer ce moment difficile en une activité plaisante? On vous propose quelques astuces.

Nos Concours

Gagnez une échelle de croissance d'une valeur de 40$!

Suivez la croissance de votre enfant grâce à Odie!

J'explore la mer des Caraïbes - Mon premier guide de voyage

Participez pour gagner le guide voyage “J’explore la mer des Caraïbes”

Éloignez les poux rapidement grâce à SOS Poux!

Participez pour gagner la trousse complète et le shampoing de SOS Poux

On se prépare pour l'Halloween avec Auzou!

Gagnez deux livres d’Halloween de Auzou

Simplifiez les lunchs grâce à Geneviève O’Gleman!

Gagnez le livre de recette Les Lunchs de Geneviève O’Gleman

La collation idéale pour votre pause santé!

Gagnez une boîte de collation Sesame Snaps

Commentaires