Santé

Prédiabète : échec du test 2 fois sur 3 chez les enfants

Les enfants à risque ne sont peut-être pas informés assez tôt.

Les enfants obèses qui sont à risque de développer un diabète de type 2 n'en sont peut-être pas informés assez tôt pour adopter des mesures préventives, parce que le test utilisé pour évaluer leur état n'est pas assez sensible, selon une nouvelle étude.

Des chercheurs de l'université McMaster, à Hamilton, en Ontario, ont démontré que le test standard à lui seul - appelé un test de jeûne du glucose - ne pouvait déceler la maladie chez deux enfants sur trois déjà diagnostiqués comme étant prédiabétiques.

Le sous-diagnostic du diabète de type 2 prive les enfants et leurs familles de la possibilité de faire des changements de style de vie importants - comme augmenter l'activité physique, perdre du poids et modifier ses habitudes alimentaires - qui ont prouvé leur efficacité pour réduire les risques de développer la maladie à part entière.

L'équipe de la Dre Katherine Morrison a étudié les cas de 172 enfants obèses, âgés de 5 à 17 ans, qui prenaient part à un programme pour les aider à atteindre et à conserver un poids santé. Le test de jeûne du glucose - qui vérifie le niveau de sucre dans le sang après un jeûne - a d'abord décelé la présence du prédiabète chez 8 % des enfants examinés. Mais les résultats du second test, le test de réaction au glucose, ont quant à eux révélé que 25 % des enfants étaient prédiabétiques.

Les associations canadienne et américaine du diabète recommandent seulement le test de jeûne du glucose. La Dre Morrison a affirmé qu'une étude longitudinale, qui examinait les facteurs de risque cardiovasculaires chez les enfants en les suivant jusqu'à leur âge adulte, a conclu que ceux qui présentaient plusieurs facteurs de risque, comme le diabète, étaient plus enclins à avoir une crise cardiaque avant l'âge de 48 ans. « Cela nous indique que le temps pendant lequel votre corps est exposé à ces facteurs de risque affecte également vos risques de développer des maladies cardiaques plus tard », a ajouté Mme Morrison. « Manifestement, nous devons en prendre conscience, a-t-elle poursuivi. Nous avons toujours assumé qu'il s'agissait d'une maladie d'adulte et nous ne nous en préoccupions pas. Mais la recherche nous démontre qu'il faudrait peut-être s'y mettre. »

L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada et par la Fondation des maladies du cœur du Canada.

Source : Presse Canadienne


Cette semaine
L’hypersensibilité : comment s’en sortir ?

Et si l’hypersensibilité était une force ? Empathie, compassion et créativité sont plus de l’ordre de la ressource que de la faiblesse. Il s’agit juste d’une question de dosage et d’équilibre. 

Trucs pour les faire jouer dehors

Il fait beau et chaud, mais malgré tout, certains enfants refusent encore de sortir jouer à l'extérieur. Voici quelques trucs pour qu'ils mettent le nez dehors plus que quelques minutes.

Un été sans piscine ni air climatisé

C'est la canicule? On n’a pas tous l’opportunité de sauter dans une piscine mais on peut quand même se rafraîchir ! Voici quelques idées pour avoir un peu moins chaud quand le mercure monte.

Profitez de moments en couple pendant les vacances familiales   

Qui dit vacances estivales dit beaucoup de temps en famille! Aussi plaisant soit-il, ce temps en famille peut rapidement devenir un tue-l’amour si on ne prend pas le temps de se retrouver en tête-à-tête avec son partenaire.

Commentaires