Loisirs

Le sens du rythme chez l’enfant

La majorité d’entre nous a certainement profité de la période des Fêtes qui vient de se terminer pour célébrer en famille ou entre amis, au rythme des chansons de Noël traditionnelles.

À l’aube d’une nouvelle année, certains se sont risqués à prendre des résolutions et d’autres en ont profité pour faire un bilan de l’année achevée. Nous nous sommes donné la main, nous nous sommes embrassés, nous avons tapé du pied en souhaitant le meilleur à notre parenté. Et puis il y avait l’oncle Jean, dans un coin, qui n’arrivait jamais à suivre la cadence lorsque tous entonnaient une chanson et s’accompagnaient en claquant des mains! Nous avons probablement déjà vécu cette situation un jour ou l’autre. L’oncle Jean suscitait de gentilles moqueries, mais qu’en était-il vraiment? Était-il effectivement incapable de suivre le rythme? Aurait-il pu en être autrement?

Le rythme est-il inné ou acquis?

Plusieurs chercheurs se sont posé la question et ont élaboré des études sur le sujet afin de parvenir à percer le secret. Cependant, personne n’est vraiment arrivé à trancher de façon claire : le sujet étant vaste et dépendant d’un grand nombre de facteurs. Henkjan Honing, professeur à l’Université d’Amsterdam aux Pays-Bas a, quant à lui, étudié la capacité des enfants et des adultes à prévoir les changements de rythmes. Grâce à l’imagerie médicale, il est parvenu à découvrir que le cerveau envoie un signal de correction lorsque les bébés et les adultes entendent des sons qui ne correspondent pas à ce à quoi ils s’attendaient. Selon cette étude, les bébés seraient donc capables de reconnaître la régularité d’un rythme, même si celui-ci change. Cette faculté auditive semble donc être innée plutôt qu’acquise et avant même de prononcer leurs premiers mots, les enfants tendent à démontrer une aptitude pour la musique. Si tous les petits possèdent cette prédisposition, comment expliquer alors que certains enfants et adultes ne réussissent pas à suivre et à reconnaître un rythme ?

Comment le définir… ?

Qu’est-ce que le rythme? Le dictionnaire Larousse le définit comme suit : Élément temporel de la musique, dû à la succession et la relation entre les valeurs de durée. Le rythme est vécu et ressenti différemment selon les sociétés. Dans notre monde occidental, le silence est imposé à l’enfant naissant. Cependant, celui-ci arrive d’un milieu sonore complexe où, tour à tour, battements de cœur, pas, respiration et paroles ont rythmé son existence pendant de nombreux mois. Au contraire, en Afrique par exemple, la musique revêt une grande importance et fait partie de la vie au quotidien. Quand l’enfant vient au monde, il est accueilli par des chansons et des rythmes et cette pratique l’accompagnera tout au long de sa vie. Ce peuple utilise plusieurs types de rythmes (binaires, ternaires) et les superpose, créant ainsi une polyrythmie qui berce le petit tout au long de sa vie jusqu’à l’âge adulte. Chez nous, les mélodies sont développées à partir des notes aiguës et médiums alors que pour les Africains, elles viennent plutôt des notes graves. Tout est donc réuni pour que, de leur côté, l’individu naisse et grandisse dans un environnement sonore familier qui crée une continuité naturelle avec le vécu de la période prénatale.

Dès la grossesse…

Tel que mentionné un peu plus haut ainsi que dans d’autres articles comme Le chant prénatal, vous connaissez?, le fœtus est entouré de sons et est capable de les entendre après seulement quelques mois de gestation. Ses cinq sens se développent les uns après les autres durant la grossesse : après le toucher, l’odorat et le goût, le fœtus découvre son système auditif, l’ouïe. Bien qu’il entende désormais les bruits et les sons, le bébé perçoit les différents stimuli depuis un moment déjà à l’aide de sa peau. Les vibrations, les mouvements et les sensations ne manquent pas de faire réagir ses récepteurs tactiles, qui se déploient rapidement durant la première moitié de la grossesse. Les interprétations qui en découlent lui permettront de découvrir son corps et son environnement. À travers ces mouvements incessants qu’il vit, le fœtus ressent ses premiers rythmes. Inconsciemment, l’enfant acquiert donc un sens du rythme qui sera cultivé ou non après la naissance.

Le rythme de la parole…

Autrefois, la comptine avait une place de choix dans l’éducation des enfants et représentait le moyen le plus courant de transmettre le bagage culturel et musical d’une société. Aujourd’hui, nous chantons de moins en moins et cette communication socioculturelle et artistique se détériore. Étant donné que la participation de tout le corps est sollicitée dans la comptine, celle-ci permet à l’enfant d’améliorer plusieurs sphères de son développement. Que ce soit par la compréhension et l’interprétation des paroles, l’expression d’une émotion ou en faisant des gestes imageant les idées, les facultés de l’enfant sont mises à contribution. Si la musique, langage universel, était transmise naturellement comme l’est la langue maternelle, l’enfant l’assimilerait sans problème. Chanter sans se soucier des sons et de la cadence, puis peu à peu, distinguer consciemment les différents éléments, permettrait au rythme et à la mélodie de prendre vie. Rapidement, le lien entre la rythmique de la musique et celle du langage serait évident et la parole deviendrait plus fluide.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Commentaires