Activités

Survie de famille au temps des Fêtes

Je regarde mon garçon, tout heureux, et je décide de faire fi des tracas que représentent ce temps de l’année. Une excitation enfantine m’envahit.

Dire oui en temps de frénésie

Décembre est installé et la frénésie du temps des Fêtes se fait sentir à tous les coins de rue. Période de festivités sans pareille, c’est aussi pour certains un moment complexe qui peut devenir une source d’anxiété!

Entre les multiples sorties, les visites familiales, les partys et activités festives qu’on ne peut manquer, on ne sait tout simplement plus où donner de la tête. Sans parler des cellules familiales complexes (monoparentalité, familles reconstituées, séparation, longues distances, solitudes, etc.). Les modèles de familles se multiplient et le temps des Fêtes devient un casse-tête pour certains. L’exode vers le Sud durant la période estivale est populaire et tous ces facteurs nous invitent à repenser notre approche de cette période de l’année.

À chaque congé du solstice d’hiver, nous acceptons toutes les invitations de sorties et de visites éloignées. Tous les ans, on se promet : « Plus jamais! L’an prochain, ce sera plus ‘smooth’, plus équilibré »… On caresse l’idée de s’enfermer dans un chalet loin de la famille élargie, ou de partir vers la mer.

Mais chaque année, généralement pour ne pas déplaire, on dit « oui » à « tante X » du bout des lèvres… Pour le bien de qui, déjà?

La raison d’être

Entre notre désir de partager la magie de Noël avec les enfants et celui de se gâter comme adulte, la ligne est mince. Les excès, les changements de routine et l’assouplissement des règles nous amènent rapidement à composer avec des enfants plus fatigués, irrités et excités.

De l’autre côté, nous acceptons parfois des invitations par peur de blesser et la simple idée de recevoir pour les Fêtes peut nous donner des sueurs froides... Il faut absolument s’arrêter avant que la tension ne monte, que nos petits anges deviennent cornus et que nous ne débutions la nouvelle année sous le signe de l’impatience.

Il est primordial de se remémorer le « pourquoi » de ce moment de l’année et ce que notre famille en retire. Est-ce pour vous un repos, un moment spirituel à partager, une occasion de recharger les batteries, une occasion de reconnecter avec vos enfants ou de travailler à améliorer le nid famillial? Des vacances, ce doit être un outil bien utilisé, pas une corvée! S’en rendre compte, c’est un bon premier pas vers l'équilibre « Fêtes-famille ». 

Priorités et agenda

Que représente cette période pour vous, cette année? Le temps des Fêtes est prioritairement un moment pour resserrer les liens de votre noyau familial? Vous voyez plutôt cette période comme un moment de pause et de ressourcement? Quel pourcentage de votre temps réservez-vous à votre priorité? Votre sentiment de quiétude et votre état de disponibilité seront proportionnels au pourcentage d’activités directement en lien avec votre priorité.

Par exemple, si ma priorité est de me reposer durant le congé, j’observerai le nombre de grasses matinée que je m’octroie, de siestes durant le jour, de moment de recul, etc – et je comparerai cela au nombre de partys et autres activités que je considérerai plus demandantes.

Afin de respecter votre niveau d’énergie et éviter l’épuisement, votre agenda des Fêtes pourrait prioriser les activités qui entrent dans votre façon de voir cette période.

Des vacances de nos vacances?

Il n’est pas rare, au retour du congé de Noël et du jour de l’an, d’entendre les collègues s’avouer d’avoir besoin de vacances de leurs vacances. « Et bien, tu sais, les Fêtes avec les enfants 24h/24, ce ne sont pas les vacances les plus reposantes! Disons que j’avais hâte à la tranquillité et à la routine du bureau ce matin! »

Si la routine et le calme font si grand bien aux adultes, imaginez pour les enfants, pour qui cela est essentiel!

En sachant que routine et calme apportent de la sécurité et de la stabilité et que grâce à eux, l’enfant sait qu’il peut compter sur ses parents pour répondre à ses besoins, alors il est conseillé de maintenir une certaine forme de routine durant les Fêtes. Et je fais référence surtout, ici, aux routines liées à l’alimentation et au sommeil… Ne nous faisons pas de cachette : c’est lorsque nos enfants ont faim ou qu’ils sont fatigués que leur impatience et leurs crises de colère sont plus fréquentes.

Une gestion saine

Lorsque la routine est chamboulée, des repères rassurants sauront réconforter l’enfant (comptine, doudou, toutou, suce, etc.). Vous prévoyez un temps des Fêtes mouvementé avec plusieurs sorties? Ce n’est probablement pas le bon moment pour essayer de dissimuler la suce ou de l’entraîner à la propreté.

Afin d’éviter les crises, l’agitation, le stress et l’anxiété chez votre enfant, informez-lui des changements possibles à l’horaire (par exemple, les sorties au restaurant, les visites chez des amis, etc.) et donnez-lui des choix (par exemple, dites-lui : « Ton cousin Thomas aimerait jouer avec toi, est-ce que tu veux qu’il vienne à la maison ou tu souhaites aller chez lui? » ). La possibilité de choisir augmentera son sentiment de contrôle, et donc, de sécurité.

Voilà de petits ajustements qui évitent de grands chamboulements!

Ainsi, avec une dose de courage pour affirmer ses besoins familiaux, une capacité à prioriser selon la raison d’être de cette période et la conservation d’un peu de routine, votre temps des Fêtes devrait être si bénéfique et inspirant que vous aurez envie de prolonger ce moment de pur bonheur!

Publication initiale le 29 décembre 2017

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le zoo de Granby l'hiver!

Gagnez un forfait famille pour aller au zoo de Granby

Nos Concours

Méli-Mélo de livres pour enfants de 9 à 12 ans

Gagnez 7 livres pour ado d’une valeur de 100$

Commentaires