Activités

Une envolée de rêve!

En allant à Disney avec des enfants aux prises avec une déficience physique ou une maladie grave, je m’attendais à être émue, mais je ne me doutais pas de l’ampleur de la magie qui allait suivre!

Prête à partir

Parmi les choses qui m’émeuvent le plus, les grands moments de bonheur arrivent en tête de liste. Alors, quand j’ai su que je partais à Disney World avec la Fondation Rayons de Soleil et plus de 70 enfants aux prises avec des déficiences physiques graves et des maladies constituant un danger de mort, je m’attendais à pleurer à plusieurs reprises. Mais au bout du compte, j’ai réalisé assez vite que la journée Envolée Montréal n’avait rien de larmoyant.

Vedettes d’un jour

Pour commencer, les enfants ont connu une minute de gloire bien appréciée. Ils ont été filmés et photographiés par les médias devant leurs parents émus.

Hâte de partir

Les parents aussi prenaient des photos en présence de la mascotte de la Fondation Rayons de Soleil jusqu’à ce que l’heure de partir arrive.

L’attente

En attendant que l’avion soit prêt, les bénévoles désennuyaient les enfants. Sur cette photo, par exemple, c’est Robert Leclerc, celui qui est surnommé le Patch Adams des infirmiers au CHU Ste-Justine qui jonglait pour les enfants. Nous avons appris en cours de route qu’il est un grand admirateur de Goofie et sa bonne humeur contagieuse nous a accompagnés toute la journée.

L’arrivée

Les fauteuils roulants ne peuvent pas tous entrer dans l’avion parce que les allées sont trop étroites. Il y a donc quelques fauteuils adaptés qui sont mis à la disposition des bénévoles et les autres chaises suivent dans la soute à bagages.

Bienvenue à Disney World!

En descendant de l’avion, la fête commençait déjà et les autobus à l’effigie de Mickey Mouse sont venus nous chercher directement sur le tarmac.

Des plans

En chemin, nous avons entendu ces petits garçons faire des plans. Nous avons bien essayé de les connaître et d’en faire partie, mais c’était peine perdue, ils savaient exactement ce qu’ils allaient faire et nous n’avions pas notre place là-dedans!

On approche du château

Déjà dans le stationnement, les enfants commençaient à être fébriles. Est-ce qu’Elsa sera là? Est-ce que les manèges seront épeurants? Est-ce qu’on peut entrer dans le château de Cendrillon?

Les personnages

Plus on approchait de Disney, plus on se sentait dans l’ambiance. Près du bateau, dans le stationnement, on sépare les gentils des méchants, les oreilles de Mickey Mouse sont partout et les petites princesses aux chaussures de Cendrillon sont vraiment désolées pour nous, pauvres citoyens ordinaires avec nos misérables chaussures de marche.

Sur place

Enfin! En entrant au Magic Kingdom, le bonheur était palpable, les enfants étaient vraiment prêts à s’amuser et les bénévoles étaient aux aguets pour les aider à y parvenir! La dernière séance photo a eu lieu avant que les sous-groupes se séparent selon ce que les enfants avaient envie de faire.

La saison

Notre voyage a eu lieu pendant le mois de l’Halloween, donc tout le Magic Kingdom était décoré en conséquence. Peu importe où les visiteurs se trouvaient, les citrouilles étaient de la partie. Parce que Disney a énormément de films à son actif, il y a toujours une musique appropriée à mettre en valeur pendant les fêtes célébrées par les enfants. Parce que c’est l’Halloween, Sleepy Hollow et L’étrange Noël de Monsieur Jack étaient probablement plus populaires le soir, mais comme nous sommes partis avant la tombée du jour, nous ne les avons vus que dans les boutiques.

L’ambiance et les détails

À Disney World, les enfants n’ont jamais eu une seconde pour penser à leurs ennuis de santé. Chaque coin est occupé par un personnage, les fans de Disney connaissent toutes les chansons qui jouent dans les rues, le personnel est incroyablement sympathique, à un point tel qu’on a l’impression de faire partie d’un film quand on y est. Des agents de sécurité qui se serrent la main et se demandent comment ça va pendant la chanson « Bonjour » de la Belle et la bête, des parades, des chars allégoriques, un château et Walt Disney qui trône au cœur de son œuvre, c’est assez pour que la magie s’installe pour les petits et les grands. Et on n’avait même pas encore vu les manèges!

Tant de choses à voir!

Il y a tant de choses à voir, à manger et à essayer au Magic Kingdom, qu’il fallait avoir un plan. Heureusement, les bénévoles avaient prévu le coup. Nous avions des passes pour couper les files d’attente et les enfants en fauteuil roulant avaient droit à une file spéciale qui leur permettait d’accéder plus rapidement aux manèges. Il ne restait qu’à laisser les enfants négocier entre eux pour savoir qui irait où. Est-ce qu’on commence par le manège de Buzz, le chemin de fer ou l’espace?

Julie, Sudesh, Avery et Nicholas

Nous avons passé une bonne partie de l’après-midi avec Julie, médecin à Kuujjuaq, Sudesh, directeur chez Winners, Nicholas, un enfant qui trouvait qu’on n’allait jamais assez vite et Avery, un fin négociateur qui pensait toujours au manège suivant. C’est avec eux que nous sommes allés dans le Space Mountain, un manège similaire au Monstre de la Ronde, mais dans le noir. Sudesh qui ne pensait pas embarquer dans l’aventure a fini par céder, et Nicholas a bien ri de moi parce que je ne voulais pas m’asseoir devant! Il m’a demandé tout le long si j’avais peur!

Les boutiques

Pour finir, les enfants ont eu droit à un petit budget de magasinage et sont repartis avec beaucoup de jouets! Le fusil de Zurg dans Histoire de jouets, Olaf, un Flash McQueen infrarouge, une poupée de Rebelle, des oreilles de Mickey… Le plus difficile était de choisir parmi tout ce qu’ils aimaient.

Le départ

Vers sept heures, nous avons pris le bateau pour retourner à l’autobus. C’est à ce moment-là que les quelques gouttes de pluie annoncées pour la journée sont tombées, juste à temps pour assombrir un peu le ciel et nous permettre de voir le château commencer à s’illuminer.

Le retour

Dans l’avion, tout le monde était fatigué, mais les enfants étaient encore trop excités pour dormir. Plusieurs parlaient même de leur journée à l’école du lendemain et de tout ce qu’ils allaient raconter à leurs amis. À l’aéroport de Montréal, nous avons rencontré des parents contents de revoir leurs enfants, puis nous sommes partis, chacun de notre côté.

Ça a été une expérience inoubliable. Tout s’est passé dans la bonne humeur et même si c’était une journée très bien remplie, je recommencerais n’importe quand! Merci à la fondation Rayons de Soleil pour cette si belle expérience!

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Gérer l’entre-deux des saisons

Froid, chaud, chaud, froid, chaud… entre deux saisons, le mercure joue au yoyo et avec notre patience. On ne sait jamais comment habiller les enfants : c’est un véritable casse-tête! Voici donc nos conseils pas bêtes pour arriver à mieux gérer.

Survivre aux devoirs en 10 trucs

Après le brouhaha de la rentrée, bien vite on fait face aux « terribles » devoirs. Voici 10 trucs pour survivre à ce moment tant redouté par les familles.

L’écoanxiété : le nouveau mal du siècle

Vous avez très certainement entendu parler de Greta Thunberg, cette jeune militante suédoise qui, du haut de ses 16 ans, lutte corps et âme contre le réchauffement climatique. Mais saviez-vous que cette préoccupation extrême pour le sort de notre planète porte un nom?

15 mots de vocabulaire qu’on apprend en devenant parents

C’est fou comme notre vocabulaire s’élargit quand un petit être est sur le point de naître. Du moment de la conception à l’accouchement en passant par les neufs mois de grossesse, sans oublier l’entrée à la garderie et les virus qui viennent avec.

Nos Concours