Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

les recits daccocuhements...

Auteur Message

loulou008

Inscrit le :
30 août 2007

Posté le: 20 décembre 2009 21:27:23 EST  
Voici mon récit:
J'étais enceinte de 39 sem 4 jours dilaté à 1 depuis plus d'un mois non effacé. Le médecin m'a offert de me provoquer car nous venions d'apprendre que ma mère en avait pour quelques semaines à vivre (tumeur cerebrale). J'avais les émotions dans le plafond et j'hésitais car le médecin avait dit que le travail pourait être long et pénible car je n'étais presque pas dilaté. J'ai finalement dit oui car je voulais vraiment que ma mère soit présente. Ma mère et ma soeur étaient présentes et ma tante s'est jointe à nous car elle finissait son quart de travail à l'hopital. Les infirmières ont été super gentilles!

13h00: Début du pitocin, l'infirmiere a dit qu'elle faisait un ''tournis'' en passant ses doigts sur la tête du bb que ça dilaterais plus vite. pas de contraction.

15H00: dilaté à 5cm, le médecin a crevé mes eaux. tout de suite après avoir crevé les eaux, les contractions ont comencé à être au 5 min et j'ai eue l'épidurale.

16h30: dilaté à 10cm mais on m'a offert de faire du ''late pushing'' c'est à dire de laisser le bb descendre tout seul avec la force des contractions avant de pousser.

17h30: J'avais peur d'avoir mal Embarassed alors j'ai eue une 2e dose d'epidurale avant de pousser.

17h43: mon trésor était né, un beau bb dodu de 8lbs et c'est ma mère qui a coupé le cordon!!! J'avais tellement peur d'accoucher et mes émotions étaient très forte mais franchement ça a été un accouchement merveilleux et pas traumatisant du tout! 

revenir en haut

muscade120

Inscrit le :
27 déc. 2008

Posté le: 20 décembre 2009 21:50:20 EST  
parce que c'est tellement le fun a partager :)

Le samedi 28 novembre, nous étions chez tes grands-parents pour donner un coup de main a mamie. Ils recevais touts les cousins de mamie. Peu avant le souper un coup de fatigue me tombe dessus. Je dit a ton père que je vais allé me coucher dans sont lit e lui demande qu'il vienne me chercher pour manger.

7h45 Je suis coucher dans le lit pour me reposer et j'ai 2-3 petites contractions non douloureuse. Et tout a coups je sens comme un pok! Et tu sursaute dans mon ventre. À ce moment je suis sur que je viens de crever mes eaux. Par contre rien ne coule. Probablement parce que je suis coucher sur le côté. Je suis excité car je sais que ça veut dire que tu t'en viens dans les prochaines heures mais en même temps j'ai peur car je ne suis pas encore a 37 semaines et je ne veux pas accoucher a l'hôpital. Environ 30 secondes plus tard j'entends ton père qui commence à descendre les escaliers. Aussitôt je me lève et me dépêche à monter au toilette car aussitôt debout c'est le déluge.

En croissant ton père dans les marches je lui dit ce qui ce passe. L'expression de son visage veut tout dire. Il vient avec moi au toilette. Il est tellement nerveux que c'est moi qui doit lui dire de respirer et de ce calmer. Il court partout dans la maison pour allé chercher ce que je lui demande; téléphone, vêtements ... j'appelle Claudia et lui dit que j'ai perdu mes eaux mais que je n'ai toujours pas de contractions. Elle me dit qu'elle fini de souper et qu'elle viendra m'examiner sur place.

8h15 Je rappelle Claudia car j'ai commencer à avoir des contractions inconfortables au 5 minutes environ. Alors elle nous donne rendez-vous à la maison de naissance pour 9h15 mais nous dit de manger pour prendre des forces avant de partir. Je réussi à manger malgré le manque d'appétit. Je sais que je vais en avoir besoin. Mais ton père est trop nerveux et ce fait plutôt un lunch pour plus tard.

8h45 On doit partir. Je m'habille et sort finalement des toilettes. Tes grands-parents et ta tante nous attendent sur le bord de la porte. Ils sont tous très excité. Mamie pleure de bonheur. Les cousins t'ont chanter «Bonne fête bébé» et nous avons même eu droit à une ovation debout lors de notre départ.

9h10 On arrive à la maison de naissance et Claudia arrive tout de suite après. Arriver dans son bureau, Claudia repasse premièrement touts les papiers possible pour voir si on pourrais pas gagner quelques jours voir même une semaines de plus. Mais non tout concorde à la journée près. Je suis à 36 semaines et 4 jours sans aucun doute. Alors elle m'examine. Je suis dilater à 3 cm, donc en travail actif, effacé à 80% et mon col est mou comme du beurre. Mes signes vitaux sont beau. Même ma pression, qui étais inquiétante depuis une semaines, est redevenue normale. Tes signes vitaux sont aussi très beau. Ton c?ur bat à 140 et reste stable même durant une contraction. Alors comme tout est beau, elle nous laisse choisir entre la maison de naissance et l'hôpital pour l'accouchement. La décision fût facile à prendre, la maison de naissance évidement. Par contre elle nous précise que si il y a le moindre petit pépin ou la moindre petite inquiétude on transfert a l'hôpital. Mais ça ne me dérange pas car je nous fait confiance et je sais que tout vas bien allé. Pendant que Claudia prépare notre chambre, la «peuple des forêts», j'appelle ta tante pour qu'elle fasse nos valises et ton père lui minute mes contractions. Je suis au 3 minutes et elle sont de plus en plus intense.

10h15 On s'installe dans la chambre. Claudia essaie de me mettre le soluté pour les antibiotique contre le strep B. J'ai décider des les prendre finalement car nous n'avions pas encore eu les résultats de mon test. Elle si est pris à quatre reprises mais mes veines ne voulais rien savoir. On reporte donc le projet à plus tard pour allé dans le bain car les contractions sont rendu très intense. Ça fait du bien mais je ne m'endure pas couché longtemps. Je m'installe en grenouille. Ton père est face à moi et tien mes mains. Ça me rassure de pouvoir le regarder. Claudia, elle, me masse le bas du dos et me guide quand je panique durant une contraction.

Vers 1h environ je demande à Claudia si c'est normale que ça pousse déjà. Durant la prochaine heure ça pousse beaucoup. Je suis dilaté a 8cm et tu n'est pas dans le bon sens. Tu doit te retourner afin de pouvoir sortir. Claudia essaie de t'aider avec ses doigt mais c'est plus ou moins efficace.

1h45 Claudia me demande de sortir du bain pour faire des positions qui vont t'aider à tourner. On m'installe en petit bonhomme le dos accoté sur le mur. Ton père est devant moi et me soutien durant les contractions. Je reste comme ça environ 10 minutes. Ensuite je me met debout toujours le dos au mur et une jambe surélever. 1Ere contraction Ouch! Ça fait mal. Pauvre papa il pensais que j'allais le casser. 2Eme contraction Ouch! Ouch! Ouch! 3Eme contraction je ne suis plus capable de me tenir. On change de position. Je me met sur le banc de naissance et je m'accote sur les genou de ton père qui est aussi sur le lit. 1Ere contraction Ouch! Ce n'étais pas la position qui étais inconfortable ça fait vraiment mal. 2Eme contraction toujours aussi douloureuse. Je met ma main et tu est la je touche a ta tête. Voilà pourquoi ça fessais si mal. Claudia part appeler la 2eme sage-femme. On me couche sur le lit. Je pousse encore environ 4 fois et à 2h21 ta tête est sortie. Claudia vérifie si il y a un tour de cordon autour de ton coup et me dit «À la prochaine contraction les 2 épaules doivent sortir.» Je vais savoir plus tard que tu avais 2 tours de cordon autour du coup. Tu es née à 2h22 le dimanche 29 novembre 2009. On t'as aussitôt mit sur mon ventre. Tu est tranquille est as l'air tellement sereine. Je suis au ange. Tu est tellement belle. Ton père est tellement heureux aussi il n'as pas pu retenir ses larmes. Finalement la 2eme sage-femme est arrivé pour couper le cordon. Tout c'est fait trop rapidement elle n'as pas eu le temps d'arriver a temps. On te met peau à peau avec papa le temps qu'on fasse mes points. Ensuite on fait ton examen. Tu pèse 6 livres 6, mesure 19 pouces. Tes réflexes et tes signes vitaux sont parfait. Je t'ai allaiter environ 2h après l'accouchement. Nous avons quitter la maison de naissance a 1h le dimanche après midi.



 

revenir en haut

silicate

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 28 décembre 2009 08:56:00 EST  
Very Happy  

revenir en haut

Canelle

Inscrit le :
23 janv. 2008

Posté le: 2 janvier 2010 10:40:05 EST  
Voici l'histoire de ton arrivée


Depuis presque le début de ma grossesse, je préssens accoucher le 19 décembre,ma date prévue d'accouchement. Tu m'as fait vivre une grossesse parfaite, je ne pouvais demander mieux!

Dre Bernard, la gynécologue qui a fait tous mes examens lors de ma grossesse était de garde ce samedi, 19 décembre et espérait grandement pouvoir m'accoucher aussi. Le jeudi avant ta venue, j'avais un rendez-vous avec elle, et j'avais le col dilaté à 3 cm déjà. Elle était donc très positive pour que ton arrivée soit imminente. Vendredi sur l'heure du souper, je perds un peu de mon bouchon muqueux, au même moment où le téléphone sonne. C'est Dre Bernard qui veut savoir si j'ai accouchée ou non? et nous rappelle quelle commence sa garde à 8h00 le lendemain matin. Comme j'avais rendez-vous chez l'acupunctrice ne soirée, ton papa et moi avons décidé d'aller manger une poutine avant notre rendez-vous. Durant la soirée, j'avais des contractions de « faux-travail » aux 5 minutes. Mais je n'étais pas surprise, car j'en avais régulièrement et étaient sans douleurs. L'acupunctrice me fait quelques points pour aider que le travail se fasse afin que j'accouche pour samedi. On revient à la maison, et profitons de cette dernière soirée en amoureux pour s'aimer davantage?

2h30 du matin, je me réveille subitement avec une envie d'aller aux toilettes et une douleur au ventre. Je reviens dans le lit, et les douleurs persistent dans un délais assez court. Je me minute et il me semble avoir mal aux 3 minutes. Je pratique la respiration profonde, je me tortille dans le lit? je n'ose réveiller ton papa, puisque cela ne fait que débuter. Mais le fait de me tortiller, le réveille. Je lui dit donc : « Ça fait mal en tabarouette! ». Il commence à calculer mes contractions, et vois qu'elles sont effectivement rapprochées. Il veut se rendre à l'hôpital, mais je lui dit d'attendre un peu, qu'on doit au moins faire une heure avant d'y aller. Après 45 minutes de contractions dans le lit, nous décidons de téléphoner à la maternité. Ton papa explique la situation et ils nous disent que si après une heure et demi, c'est toujours le cas, de se rendre à l'hôpital. Nous nous levons donc et commençons à nous préparer sans stress. Je prends la peine de manger un bol de céréales, et ton papa se rase et se fait beau pour toi. Nous nous disons ; »ça y est, c'est maintenant que ça se passe, que nous allons voir Marion! ». Nous sommes heureux, confiant et très calme.

Arrivé à l'hôpital, à 4h00, les infirmières remarquent bien que je suis très rapprochées au niveau des contractions. Elles nous installent donc dans une chambre et prennent immédiatement mes prises de sang, au cas où l'accouchement serait imminent. Puis, l'infirmière vérifie mon col et me dit que je suis dilatée à 7 cm et que j'ai de bonnes contractions! Wow! Déjà 7 cm! Pendant les contractions, ton papa vient toujours vers moi, me masse le dos, ou me prends les mains pour m'aider à passer la vague. Il est très présent et très calme aussi. Je ne vois que lui lorsqu'une contraction arrive, même si plusieurs membres de l'équipe médicale sont dans la chambre. Ton papa va donc faire l'admission de notre séjour à l'hôpital. Pendant ce temps, l'anesthésiste nous dit que si je désire avoir l'épidurale, faudrait que cela se fasse rapidement car elle ne sera pas disponible pour les 2 prochaines heures. Je réfléchis beaucoup à cette demande, je discute à l'infirmière qui me dis que je suis présentement au maximum de la douleur. J'hésite, car bien que douloureuses, je contrôle bien les contractions, par contre, comme l'inconnu m'attends, et comme je ne sais pas encore combien de temps cela peut prendre, je décide donc de la prendre, mais avec un certaine doute. Moi qui a toujours voulu l'avoir, maintenant que je suis devant le fait, j'hésite, car tout va très bien. L'infirmière me dit que je suis actuellement dans la douleur la plus élevée de l'accouchement? d'où mon hésitation? je me tortille dans le lit à chaque contractions, heureusement que ton papa est là pour m'aider à rester concentrée sur mes respirations, et merci aussi au barreaux du lit d'hôpital! Mais je sais que la douleur qui est présente n'est que passagère. Je gère bien la douleur, je suis fière de moi. Mais bon, je flanche quand même et je décide de la prendre. L'anesthésiste me prépare donc et me dis que j'ai des tissus lombaires digne d'une grande sportive!!! Quelle surprise, moi qui ne fait pas beaucoup de sport! Je dois aller vider ma vessie avant d'avoir recours à l'épidurale puisqu'ensuite, je ne pourrai plus me lever. Papa et moi allons à la salle de bain, e t j'ai beau essayer d'uriner, entre deux contractions cela ne fonctionne pas, et je veux juste retourner sur le lit. Une fois l'épidurale terminée, on attend que le bébé descende par lui-même avec les contractions, que je ne sens plus, avant de penser à provoquer le travail puisque ton petit c?ur va très bien. L'épidurale ne me gèle pas les jambes, mais je sens qu'elles picotent et qu'elles sont froides (alors qu'il fait chaud). Par contre, je ne sens plus mes contractions. Ton papa et moi en profitons pour nous reposer, sommeiller afin d'être en forme lorsque la poussée arrivera. Papa partage même mon lit et nous sommes très calme et serein face à ton arrivée, nous avons hâte de te voir! Nous avons une très belle vue sur Montréal au 7e étage de l'hôpital et nous passons plusieurs heures à nous reposer. Le soleil se lève, c'est magnifique. Quelques heures plus tard, je sens que ça pousse un peu, mais pas assez pour dire que tu es là. Je me demande si j'ai bien fait de prendre l'épidurale, puisque le travail est maintenant ralentit. L'infirmière me dit que ce n'est pas nécessairement relié, que rendue à un certain stade, le travail peut ralentir avec ou sans épidurale. Vers 13h00, nous décidons de rupturer la membrane des eaux. Une heure plus tard, l'infirmière m'examine donc et je suis complète! Je pourrais commencer à pousser, mais tu es encore un peu trop loin. Nous attendons donc que tu descendes un peu plus. On décide alors de m'administrer du Pytossin pour accélérer légèrement le travail. Je peux aussi commencer à pousser pour t'aider à descendre. Il est environ 14h15. Ton papa est assis sur le bout du lit, face à moi, et lors d'une contraction, il prend mes deux jambes et les ramène le plus possible vers mon visage, afin de m'aider à pousser. Ouf! J'ai l'impression que mes yeux vont sortir de mes orbites! Je te fais descendre rapidement et ton petit c?ur nous indique qu'il n'a pas aimé ça? ton c?ur a ralentit. On attend donc un peu, que le tout se replace. Cela passe, et ne se reproduira pas, nous pouvons donc continuer. À chacune des contractions, je dois pousser pour t'aider à descendre. Même si l'infirmière doit quitter la chambre, elle me demande de continuer à pousser. Cela fait drôle d'être seule avec ton papa et pousser pour ton arrivée. D'ailleurs, ton papa prend son rôle très au sérieux et il m'accompagne à merveille. Je ne pouvais pas espérer plus de sa part. Chacune des contractions passent et je pousse à chaque fois, ça va bien. Plus ça avance, plus ton papa voit un peu de tes cheveux et il te sent de plus en plus proche de la sortie. Je demande à avoir le gros miroir pour assister à ton arrivée. On y est presque? Dre Bernard arrive et les infirmières adaptent le lit pour toi. Ton papa prends alors place à ma gauche et continue son travail. Ta tête est toute près? on remarque que tu n'as pas beaucoup de cheveux, ou qu'ils sont très pâle. Cela fait près de 1h30 que je pousse, et ton arrivée est imminente. Dre Bernard me dirige aussi très bien, m'indiquant où pousser, et quand m'arrêter. Elle se demande si elle ne doit pas me faire une épisiotomie, puisque mon périnée est robuste! À ce moment-là je me dis que je vais sûrement déchirer. Je sens que ça tire et que ça brûle autour de mon vagin. Ta tête est prête à franchir le cap. Nous attendons la prochaine contraction, et le tout se joue à ce moment. On me demande de pousser encore et encore, que tu es là, qu'à la prochaine poussée, tu seras parmi nous. Je pousse donc, je te veux avec moi, je veux te voir, enfin mon bébé que je fabrique depuis 9 mois. Voilà donc que ta tête sort de moi, et que le reste suit. Il est 15h58. Au passage, c'est ton épaule qui m'a déchirée au 2e degré (10 points), mais je m'en fous, tu es contre moi, mon bébé. Ma fille! Christophe et moi pleurons de joie en te regardant, nous t'aimons depuis si longtemps, maintenant tu es bel et bien là, dans nos bras. Je te regarde et ton regard cherche le mien. Nous nous regardons, et je réalise enfin que j'ai un bébé à moi. Je ne cesse de pleurer. Je coupe le cordon ombélical, tu es maintenant autonome ma chérie. Papa te prend également contre lui, contre sa peau afin que tu puisses le sentir lui aussi. Depuis 9 mois qu'il attend ce moment. Ton papa, répand la bonne nouvelle sur Facebook, accompagnée de notre première photo. Nous restons longtemps peau-à-peau, retardant le moment où l'infirmière doit te prendre pour t'administrer les premiers soins. Tu a poussée ton premier cri, tout va bien. Mon placenta est sorti à l'aide d'une poussée de ma part. Tu restes sur moi tout le long où Dre Bernard reconstruit mon périnée. Nous avons téléphoné la famille, tous sont impatient de te voir. Tu es belle, tu es calme, tu es parfaite! Un beau bébé de 3,765 kg (8,4 lbs) et mesurant 50,5 cm (19,88 pouces) . Nous avons fait une belle équipe tous les trois, et cette expérience n'a été que des plus belles pour moi, et pour ton papa.

Bienvenue dans la famille Marion, tu nous comble de bonheur, d'amour et nous ne cessons de pleurer à te regarder tellement tu nous émerveilles.
 

revenir en haut

Stroumfet

Inscrit le :
27 oct. 2009

Posté le: 5 janvier 2010 13:58:11 EST  
Oh wow! Les mots me manquent pour dire à quel point je suis émus de tout ces récits! En fait c'est plus les larmes que je versent qui en témoignent bien!Razz J'ai très hâte de vivre ces moments là moi aussi! Bravo ! J'en veux encore!Razz xxx 

revenir en haut

SylvieB

Inscrit le :
26 nov. 2008

Posté le: 25 janvier 2010 17:12:25 EST  
Voici le récit de la naissance de mon premier bébé, mon Alexis, né le 30 juillet 2009.

Le 29 juillet à 20h, je me rends à mon 2e rendez-vous en accuponcture. Sincèrement, j'étais sceptique sur l'efficacité du traitement mais aujourd'hui, je peux vous assurer que j'y crois! Je me couche vers 23h et à minuit, première contraction. Wow! C'en est tout une!!!!! J'attends un peu et une 2e commence au bout de 5 minutes. Je demande à mon chum de transferer son cadran de mon coté du lit pour me permettre de calculer mes contraction sans le déranger. Après 30 minutes, je me dirige vers le bain. On dirait que le changement de pièce dérange le rythme mais les contractions continuent et elles semblent même augmenter en intensité. Mon chum me rejoint dans la salle de bain et après 40 minutes de marinage, je sors de l'eau pour aller me recoucher dans mon lit. Mon chum me masse. Avec l'intensité des douleurs, je suis alors certaine que ça y est, je rencontrerai enfin le petit être qui habite mon bedon depuis 40 semaines et 6 jours. À 2h30, on téléphone à notre sage-femme. Juste à m'entendre respirer, elle voit bien que c'est le vrai travail qui est commencé. Elle m'offre de rester plus longtemps chez moi ou d'aller directement à la maison de naissance. La douleur est telle et les voisins si proches (vive les condos!), que je n'ose pas crier alors que je suis certaine que ça me ferait du bien. Aussi, depuis la première contraction, je ressens une sensation de poussée incontrolable. Il est peu probable que je sois déjà rendue au stade de pousser. Ma sage-femme me rassure et me dit que j'ai encore du temps devant moi. Je demande donc pour aller à la maison de naissance à 3h30. On part de chez nous à 2h50. On est encore dans le stationnement, l'auto n'a que quelques metres de fait que je demande à mon chum d'arreter. Les contractions sont trop douloureuses lorsque je suis assise. La route se fait donc ainsi; aux 2 minutes, parce que mes contractions sont maintenant aux 2 minutes, mon chum arrete l'auto dans une entrée pour me permettre de me lever et de marcher. On s'arrête même près de policiers en train d'inspecter les véhicules de jeunes conducteurs! L'un deux nous regarde et semble se demande si je suis une femme battue ou une femme enceinte sur le point d'accoucher. La route qui nous prend 20 minutes normalement en a pris 40!!! Après 30 minutes, je demande à mon chum de faire la route le plus rapidement possible, sans faire d'excès, je veux me rendre au plus vite à destination. À la maison de naissance, après un rapide "Bonjour", je demande à ma sage-femme, Sandra, qu'elle chambre est la plus fraîche. Il y en a une avec la climatisation... JE LA VEUX !!!! Vers 4h, Sandra vérifie mon col, il est dilaté à 4 et est souple. Le coeur du bébé bat bien et, selon ce que je lis dans mon dossier, la maman est en "pleine forme". Mon chum me masse à chaque contraction et m'éponge le front régulièrement. Je suis couchée dans le lit, position foetale, depuis mon arrivée. On me conseille à plusieurs reprises de changer de position et je finis par accepter d'aller dans le bain. Contrairement à ce que je m'attendais, je ne suis franchement pas confortable dans l'eau, même assise sur la galette, et encore moins quand mon chum part le bain tourbillon. J'avais l'impression que chacune des bulles frappaient violement mon dos qui me faisait atrocement mal. Je sors du bain pour retourner dans le lit et essayer une nouvelle position, soit à 4 pattes. La pression dans le bas du dos se fait toujours sentir. Elle est même de plus en plus forte. On comprendra quelques heures plus tard que c'est parce que mon bébé avait la tête mal positionnée et appuyait beaucoup plus que la normale vers l'arrière, ce qui provoque un réflexe de poussée incontrolable. Mon chum est toujours très présent et heureusement qu'il est là! Sandra et sa stagiaire lui auggère régulièrement de sortir prendre l'air mais il refuse la plupart du temps ou ne part que 2-3 minutes. Je perds beaucoup de glaires rouges. C'est franchement impressionnant Je le sais non pas parce que je m'en souviens mais plutôt grâce aux photos. Il est 7h50, je commence à crier de plus en plus. Il parait meme que j'ai réussi à déboucher le nez de mon chum avec un de mes cris... J'ai encore des poussées involontaires. Je me réinstalle à 4 pattes, j'ai une douleur atroce dans le dos... Bébé appuie depuis quelques jours sur un nerf et la douleur que cela provoque est telle que je ne distingue plus mes contractions de la douleur lombaire. Je n'ai toujours pas crevé mes eaux et la facon que bébé se présente est mauvaise. Il regarde vers le haut. Par la suite, cette situation fera que mon col passera de 9+ à 8 parce que la tête de bébé appuie plus d'un côté mais pas de l'autre. On songe même à me transférer à l'hôpital. On tente de bouger la tête de bébé grâce à la méthode De Gasquet. Réussie à 50% mais bébé reprend sa position de départ. On tente de faire passer la bande du col restante avec des poussées et des manipulations. Réussie mais bébé recule et c'est un retour à la case départ. Les poussées involontaires augmentent. On m'encourage enfin à pousser, il est midi. Mon homme m'aide énormement. On refait passer la bande du col. Cette fois-ci, c'est la bonne! On m'installe sur le banc de naissance. Je n'aime pas ça mais il parait que c'est la que j'ai le plus avancé. Après je ne sais combien de temps, je demande pour changer de position mais je suis incapable de me lever seule. Je cris, je suis effrayée. Une fois debout, mes jambes sont trop enkilosées et je ne suis pas capable de les faire avancer. On doit me les mettre une après l'autre vers l'avant! Je retourne dans le bain à ma demande après etre allé à la toilette. Je suis à 4 pattes dans le bain, ensuite, je me couche sur le coté gauche. Je suis mal installée, le bain est trop grand pour moi mais je refuse de bouger. La douleur et la fatigue sont telles que je ne sais pas si ca vaut le cout et l'énergie de tenter de bouger et de risquer une autre position que je n'aimerai pas. 13h37, la tete de bébé appuie sur mon périné (vive le massage du périné!!!). On voit sortir du méconium vert pale dans l'eau. Je demande à mon chum d'embarquer avec moi dans l'eau et de s'installer derrière moi pour m'aider à pousser. Il s'exécute rapidement. La position est enfin plus confortable. Je pousse mieux et suis plus efficace! Grâce au miroir et parce que j'ai touché avec ma main, je sais que bébé s'en vient. Mon nerf me fait encore atrocement souffrir! On me donne de l'actée bleu pour augmenter l'intensité des contractions. 14h40, Ma vulve est entrouverte et la tête occupe tout le plancher pelvien. À ce stade-ci, dans mon dossier, il est écrit que je suis forte et persévérente... 15h26, petit couronnement. 15h27, la tête nait et les épaules et tout le corps suivent rapidement. J'ai mis au monde mon enfant! Son cordon est en bandouillère. Il est bleu mais se colore rapidement. Je ne savais toujours pas le sexe de bébé et les sages-femmes refusaient de me le dire, je devais aller voir par moi meme. Je le soulève et découvre son petit secret: c'est un garçon. Nous pleurions tellement! Mon chum coupe le cordon. Alexis me fait son premier caca sur le ventre, puis un 2e un peu plus tard. Je m'en fous, je l'aime! j'ai mon bonhomme dans les bras! On me dit que je devrai sortir du bain. Je me demande comment je vais faire, je suis épuisée, mais ils sont 3 à nous soulever, Alexis et moi. On m'installe sur le lit pour expulser le placenta. Après, on m'examine. Je suis déchirée au 1er degré à la lèvre et au périné. On me suture. Même après 15h27 de douleur, je peur affirmer que c'était les plus belles de ma vie. Une magnifique aventure débutait. 

revenir en haut

silicate

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 25 janvier 2010 17:48:28 EST  
patricia & bébés a écrit
Up! Very Happy  


chu en retard mais ....dans le passé on a pas partagé le meme post&& mais en faite...
toute mes féicitations pour bb 2 Wink  

revenir en haut

silicate

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 28 janvier 2010 21:37:30 EST  
Very Happy merci 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 oct. 2007

Posté le: 29 janvier 2010 07:06:18 EST  
Bon, ben c'est mon tour, Voici le recit de mon accouchement par le siège en 3h Very Happy

Mercredi 25 novembre

Après une fausse alerte en me levant ce matin la, j'ai quand même le feeling que c'est une journée spéciale et que c'est aujourd'hui que ca se passe. Je ne me trompais pas... Après mon rendez-vous a l'hopital(monitoring et vérification habituelles), je me sens bizzard et j'ai tout plein de petits tiraillements dans le bas du ventre.

On va déjeuner mon chéri et moi, je prend la grosse assiette de brunch que j'avale en affamée comme si c'était mon dernier repas, on fait quelques comissions et on retourne a la maison. Je me sens toujours un peu drole... en après-midi, tel que recommandé par mon médecin, je vais prendre une grande marche avec Zach dans la poussette, je marche vraiment vite, je me sens vraiment pleine d'énergie, wow j'en profite ca fera avancer le travail.

Puis on retourne a la maison il est 16h00, je met un film a Zach et je ramasse la cuisine et me prépare a commencer le souper comme d'habitude.

17h00, mon chéri finit de travailler et m'appelle pour savoir s'il doit arrêter quelque part. Oui, ca nous prend des couches pour Zach. Puis en terminant l'appel, je ressent une vrai contraction, une vrai de vrai, celle qui ne trompe pas.

Toujours sceptique a cause de mes nombreuses fausse alertes, je commence un peu a tourner en rond et je sais pas si je doit me préparer a aller a l'hopital ou pas, une autre grosse contraction, puis je sens undrole de "clac" comme une baloune qui vient de percer en moi, je mouille tout mes pantalons...

Bon bon bon qu'est-ce que c'est encore, je me rend aux toilettes, le liquide est rosé et il y a même des morceaux du truc blanc qui recouvre le bébé a la naissance.

Mais, je suis toujours pas certaine que c'est bien ca !?!? Je continue de tourner en rond dans la maison il est 5h30, mon homme devrait arriver bientot. Quand il arrive, je sais pas trop quoi lui dire.. je commence par lui dire que j'ai des contractions et que j'ai perdu du liquide, mais que je suis toujours pas certaine.. puis ohh une autre grosse contraction, une qui fait assez mal pour que je sois obligée de m'accoter sur le comptoir et tout...

Lui, il a compris, c'est le temps qu'on parte, il prend le téléphone appelle mes parents pour qu'ils viennent chercher Zach qu'on laissera a son père qui habite en bas...

Bon, ok je pacte mes chose et range un peu la maison... Zach ressent ce qu'il se passe, il est comme fou d'enervement, je lui dit bye bye vite fait puis hop on est dans la voiture direction hopital.

Il est 18h00, je sens mon chum extrêmement nerveux, la route est pas belle, il pleut et on voit rien. Il veut que je lui dise quand j'ai des contractions pour voir elles sont a combien de temps.. mais bon, j'ai vérifié et elles sont aux 2 minutes alors je veux pas l'enerver plus donc je m'abstient.. tsé je veux juste qu'on se rende en vie..

Le trajet se passe bien, les contraction font mal, mais ca s'endure bien.

On arrive a l'hopital, mon chum veux m'amener en chaise roulante.. ca me tente pas du tout.. je marche bon!

on arrive a la maternité, j'explique mon cas a l'infirmière, que c'est un siège et tout, elle est super relaxe et nous dit qu'elle a beaucoup d'expérience et qu'a ses début elle a souvent fait des accouchement par le siège, c'est rassurant..

Puis les contractions continuent, vraiment intense et chaque fois, je perd du liquide, beaucoup, c'est vraiment pas confo, faudrais que je passe mon temps aux toilettes a changer de serviette...

La gynéco de garde arrive, elle doit faire un echo pour revérifier le poids de bébé et la position de sa tête.. a se moment, les contractions devient vraiment insoutenables, couchée sur la table d'echo, je suis même pas capable de regarder l'écran, j'ai juste mal et je perd encore du liquide, je me sens mal de laisser ma trace partout

Tout est ok, mais c'est comme si je m'en fout,je sais que ca finira pas en cesarienne, j'y pense même pas. Je suis juste centrée sur ma douleur.. mon chum était parti faire l'admission et il vient nour rejoindre dans la salle d'echo....


Ca devient de pire en pire, je suis incapable de rester assise sur la chaise roulante, mais il faut retourner a la salle d'accouchement. L'infirmière veux m'installer un soluté... elle est pas capable et j'ai de la misère a la laisser faire, les contractions sont une après les autres.

Puis ca commence a pousser a chaque fois, pousser vraiment beaucoup, elle appelle la médecin, mais je ne suis qu'a 7 cm.. mais je ressent vraiment que ca pousse, c'est très pénible... a ce moment, dans ma tête, si on m'offre quoi que ce soit épidurale ou cesarienne ou whatever, je dit oui !! Je n'ai plus le controle de mon corps, je tremble de partout et ca POUSSE !

pendant ce temps mon chum rapelle a l'infirmière que mon médecin souhaitais être la, il est donc appellé en vitesse...

Je souffre incroyablement, j'ai pu vraiment conscience de ce qui se passe autour de moi, a chaque conractions ca pousse encore tout seul, je le redit a l'infirmière qui me dit de pas pousser : CA POUSSE TOUT SEUL BON !

Puis ouff le déclic se fait, elle va chercher la médecin qui crit elle est complète, puis tout se met en branle, on arrange la table d'accouchement et tout, puis j'entend la voix de mon médecin qui arrive tout joyeux, j'arrive a m'ouvrir les yeux et je voit son habituel sourire, ca me fait du bien, c'est rassurant...

Puis mon chum est super, il essaie tant bien que mal de gérer la situation, mais il est ému, il sait que ca s'en vient...

Puis je commence a pousser 2-3 coups, je prend une pause entre chaque contractions, je respire.. puis ohh une longue pause, je ressent pu de contraction, ouff ca fait du bien, mais me semble que c'est long... en effet, la doc m'ordonne de recommencer a pousser j'essaie, mais j'ai l'impression qu'on s'occupe pas trop de moi, mon chum ni l'infirmière ne m'aident a me tenir les jambes et tout, j'ai l'impression que ca donne rien...

Puis, je ressent un peu de force revenir en moi, la c'est sérieux, faut que je sorte mon bébé au plus vite si je veux que ca finisse, j'aggripe mes 2 mains en dessous de mes genoux et je donne la plus grosse poussée que je suis capable, je sens le petit corps de mon Félix glisser, tout le monde est content dans la salle d'accouchement, ils se parlent tous entre eux, c'est comme le party, Félix fait pipi sur tout le monde, puis oh, un caca, mais il a encore la tête a l'intérieur, moi je ne sens plus vraiment, je demande a mon chum si il est sorti, il me dit qu'il reste juste la tête. Alors go je donne une autre petite poussée et je sens la tête glisser.. puis on me dit qu'Il est 19h59

Je n'avais pas regardé l'heure depuis qu'on est arrivé a l'hopital, je suis bien fière que ca ait été si rapide.

oufffffffff le soulagement, on met Félix sur moi, tout le monde est heureux dans la salle, moi y compris,je reprend mes esprits.. la 2e gynéco qui est supposé être la pour les accouchement de siège arrive... elle me félicite et repart, trop tard madame

Puis mon médecin fait l'examen du bébé alors qu'il est encore sur moi et l'ambiance est encore belle...

La suite, ben c'est les formalités habituelles que vous avez tous vu..  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 oct. 2007

Posté le: 29 janvier 2010 09:20:21 EST  
pat : oui et c'est assez épeurant comme image !! le bébé fait pitié dans cette position. 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 oct. 2007

Posté le: 29 janvier 2010 09:22:05 EST  
regarde ici tu peux voir des images ( pas les miennes la...) : http://www.birthdiaries.com/diary/birth037/ 

revenir en haut

kiwisoleil

Inscrit le :
22 janv. 2010

Posté le: 29 janvier 2010 20:22:40 EST  
Alors voici mon récit ... il est un peu long mais je ne vois pas comment raconter un événement aussi important en quelques mots Wink

Premièrement, ma DPA était le 7 février 2010. Mercredi le 20 janvier, j'ai mon rendez-vous avec mon médecin qui, en m'examinant, m'annonce que mon col est effacé à 50 % et dilaté à 2 cm. Il m'indique toutefois que ce n'est pas un signe que je vais accoucher plus tôt ... et ma petite fille est basse depuis très longtemps ...

Je dois dire qu'à ce moment-là, ma grossesse commençait à être un peu difficile, surtout au niveau du sommeil et de la forme physique.

Samedi le 23 et dimanche le 24, mon chum et moi sommes allés prendre une marche de 45 minutes les 2 fois. À chaque fois, je lui disais en joke : "Bon, c'est à soir qu'on accouche, es-tu prêt ?".

Dimanche soir, je me couche sur le divan (ça faisait déjà un bout de temps que je dormais dans le divan, j'étais mieux que dans le lit ...) et je passe une nuit tout aussi infernale que la veille : réveilles-pipi à n'en plus finir Crying or Very sad

À 4h45 AM lundi le 25, je me lève à nouveau pour aller aux toilettes puis de retour dans le divan, couchée, ça prend pas 5 secondes puis je sens et j'entends un "PLOUCH" dans mon ventre puis une fraction de seconde plus tard, ça se met à couler cette affaire-là !!! Ayoye !!! J'ai carrément innondé le divan et le plancher en me levant !

Je suis donc tout de suite allée voir mon chum en-bas dans la chambre et je lui ai dit que j'avais perdu mes eaux. Je ne me sentais pas trop nerveuse à ce moment-là, on aurait dit que je n'y croyais pas que le VRAI moment était enfin arrivé. J'ai pris le temps de prendre une douche et de finir de préparer ma valise. De toutes façons, je ne ressentais absolument aucune contraction.

À 6h00 AM, nous partons pour l'hôpital, après avoir annoncé notre arrivée. Arrivés sur place, une infirmière m'examine et me dit que le col est effacé à 75 % et dilaté à 2.5 cm environ. Comme je n'ai eu aucune contraction depuis (il est rendu 7h00), elle me dit qu'ils devront me mettre sous pytocin... Moi qui voulait tenter le coup pour un accouchement naturel, je suis un peu déçue, m'étant fait dire que sous le pytocin, les contractions deviennent très violentes très rapidement et que c'est difficile d'accoucher naturellement ...

Je me dis "bon, je vais essayer, pis si ça marche pas, et bien je demanderai l'épidurale, point final, qu'est-ce que je peux y faire de toutes façons ??"

À 9h00, on me met le pytocin (je n'avais toujours pas de contraction à ce moment-là ..). Mais ça commence assez rapidement. Au début, les contractions sont de faible intensité et je suis capable de les respirer facilement et même de parler pendant qu'elles passent. Mais plus ça avance et plus elles sont fortes, durent longtemps et que le délai entre chaque diminue ... ce qui me laisse moins de temps de récupération entre chacune. Puis débute le moment où je ne suis plus capable de parler pendant une contraction, puis très vite j'ai l'impression que je vais mourir tellement elles sont fortes ! C'était carrément atroce ! Pendant une contraction, je dis dans un souffle : "Je veux l'épidurale !" Et là l'infirmière qui s'obstine à me dire toutes les autres possibilités que je peux prendre : bain tourbillon, ballon, etc .. NON !!! Je veux l'ÉPIDURALE !!! Je pleure tellement les contractions sont fortes, je ne contrôle plus rien. Les infirmières m'examinent. Je suis dilatée à 4 cm seulement et toujours effacée à 75 %.

L'infirmière se dépêche à appeler l'anesthésiste, qui prend une vingtaine de minutes à arriver et encore plus à me faire la foutue épidurale. Il est midi. Et là une fois installée, les contractions ne diminuent pas et je sens la douleur pendant un méchant bout. L'infirmière vérifie et me dit que l'anesthésiste, sans trop comprendre pourquoi, m'a donné une très faible dose d'épidurale et que c'est pour ça que je ne gèle pas. L'anesthésiste est rappelé et il ajuste la dose. Ouf !!! Peu de temps après, je suis gelée assez pour ne plus les sentir DU TOUT !! Que ça fait du bien !

De midi à 13h30, je suis sous épidurale. Puis, l'infirmière me réexamine et me dit "Ah ... ! Vous êtes déjà complète madame !" QUOI ????? DÉJÀ ???? Et là je me met à pleurer, sachant que je vais avoir très bientôt ma fille dans mes bras. En 1h30, je suis passée de 4 à 10 ???? Je n'y croyais tout simplement pas ! L'infirmière a appelé la femme médecin de garde qui allait m'accoucher et celle-ci a eu la même réaction que moi. Même l'infirmière qui m'accompagnait dans l'accouchement, qui avait 35 ans d'expérience, trouvait ça surprenant.

Alors le temps que la médecin arrive, ce n'est qu'à 14h10 que je commence les poussées. Avant même de commencer les poussées, la médecin me dit : "Madame, vous ne pousserez pas longtemps je vous jure ! On voit déjà très bien les cheveux de votre bébé !" Puis, après 25 minutes de poussées, à 14h36, on met ma petite puce sur moi !!! Wow !! Et là je me remet à pleurer encore, mes yeux sont tellement brouillés de larmes que je suis incapable de voir ma fille !! Et quand je la vois, elle est tellement belle, même si elle hurle à pleins poumons et qu'elle est toute gluante ! Elle est si magnifique ! Je ne peux même pas décrire ce moment tant il a été intense !

Née à 38.2 semaines, le 25 janvier 2010 à 14h36, Anabelle, petite puce de 5.8 livres, 48 cm, avec BEAUCOUP de cheveux bruns foncés !!!!!! Une pure merveille, tout simplement !!! Mon chum et moi sommes si fiers, si heureux !

Alors j'ai accouché lundi, ça fait maintenant 4 jours ! On se débrouille bien à date, l'allaitement se passe à merveille, quoique je trouve ça un peu difficile la nuit, mais j'allaite le plus souvent couchée durant la nuit, alors ça aide. Les infirmières du CLSC sont passées aujourd'hui pour leur visite postnatale et tout va bien : ma cocotte a presque tout repris le poids qu'elle avait perdu suite à l'accouchement (à mon retour à la maison, le mercredi AM, Anabelle avait perdu 0.6 livres).

Lorsque je regarde ma fille, une tonne de pensées positives me viennent en tête et je suis très heureuse. Je me dis que la vie m'a donné le plus beau cadeau qui soit et que je lui en serai éternellement reconnaissante. Il n'y a rien de tel que d'avoir un petit bébé, je trouve ça magnifique ! Et elle est si belle ! Elle porte très bien son nom. J'essaie de lui trouver un défaut ou quelque chose qui pourrait être un peu plus beau, mais c'est impossible. Elle est carrément parfaite et c'est ma petite fille ! C'est fou comme on peut tomber en amour rapidement !

Laughing  

revenir en haut

supermom23

Inscrit le :
09 déc. 2009

Posté le: 30 janvier 2010 15:50:58 EST  
Voici Mon accouchement Smile
Jeudi 23juillet 2009 (je suis a 39semaines)

J'ai des petites contractions depuis le matin mais ce n'est vraiment rien...Donc, je décide d'aller magasiner avec ma chume dans l'après-midi, question d'accoucher plus vite hihi..

Nous magasinons pendant 2h sans s'asseoir et je commence a sentir les contractions un peu plus forte lorsque nous nous arrêtons pour souper. Comme c'est mon premier, je n'avais aucune idée de ce qu'étais une vrai contraction Forte. Alors après le notre souper nous continuons jusqu'à ce que je commence a ne pas trouver ca normal car ca ne ma jamais fais aussi mal.

Je dis a ma chume que je veux aller voir a l'hôpital! De toute manière c'etais juste a coter!
Donc, elle accepte bien sur pas bien le choix haha..Arriver la-bas, je met la jaquette, il m'installe et regarde mes contractions et mon col et me dise que je suis seulement a 2cm et que mes contractions ne son pas assez forte! J'étais vraiment fâcher de me faire revirer de bord car je sentais que cette fois étais la bonne!

Il me dise de d'appeler si jamais ca deviens plus fort. Dans la voiture je me plaint tout le long que ca fais mal mais pas plus que ca la..je suis moumoune haha. Alors la j'arrive chez moi et m'étend dans le lit...ca fais beaucoup plus mal que tout a l'heure mais assez supportable. Je décide d'aller prendre un bain et ca me fais un grand bien, je reste au moins 1h dedans. Mais aussitôt sorti ca recommence et je dit a mon copain que je veux retourner a l'hôpital! Il me dit: J'ai tu le temps d'aller me chercher du subway? et je lui dit oui oui prend le temps. Mais aussitôt qu'il est sorti un coup de couteau me transperce! Ayoye! J'en perd mon souffle..OK c'est ca des vrais contractions!

Mon chum reviens, je capote, faut y aller tout de suite!! Arriver a l'hôpital, il m'examine et me dise qu'il me garde car le travail est commencer, je suis a 5cm et mes contractions au 2min son assez forte. Moi je souffre carrément! Il est 11hpm..

Le docteur m'envoie dans le bain et c'est atroce, ca ne fais pas de bien du tout! Je veux sortirrrr mais eux ne veulent pas haha..Apres 1h dans le bain il est maintenant Minuit et je veux la péridurale! Ils se décident a me la donner enfin! (Trop moumoune la fille).
Quel soulagementtt!!!Je m'endors 1h, l'infirmière me réveille il est maintenant 3h00am et elle vérifie mon col, je suis complète! Elle fait venir le docteure, prépare tout les trucs et me voila prête a pousser..J'ai peur! Je veux pas pousser! Bon, il faut bien que ca sorte!

Il est 3h30am, je pousse, je pousse! A 4h07am Cette merveille ce tien sur moi et j'ai les larmes au yeux tellement je le trouve beau! Vraiment ca vaut le coup! Ya rien de plus indescriptible comme sentiment! Je l'aimee Very Happy  

revenir en haut

seniorita

Inscrit le :
31 mai 2009

Posté le: 1 février 2010 08:26:25 EST  
Voici mon récit d'accouchement...

Lundi le 25 janvier, je devais être déclenchée, mais l'hôpital était full, donc on m'a dit que ce ne serait surement pas aujourd'hui. Je suis assez frustrée de cela, alors je fais du ménage et de l'elliptique pour essayer de bouger le plus possible pour le faire sortir de la, même si je sais que ca ne donnera surement rien. A 10h15 le soir, je fais dodo et je me réveille car mon chum se couche et fait un peu de bruit. Je sens une contraction très inconfortable. Puis une autre quelques minutes plus tard. Je le dis à mon chum. On regarde l'heure. Puis une troisième, je suis aux 4 minutes. Je vais prendre un bain chaud pour voir si elles arrêtent. Je vais au toilette avant et je perds beaucoup de sang. Je vais dans le bain, les contractions sont toujours la et je perds encore du sang. Bref, on part a l'hôpital! Je sors du bain et la, les contractions sont douloureuses, je me plie en deux... mon chum appelle l'hôpital pour leur dire qu'on arrive, la madame veut me parler avant...impossible! grosse contraction, je suis assis par terre plié en deux. Je termine va valise entre les contractions en quelques minutes.

On arrive a l'urgence vers 11h15, je me plein, plié en deux, tout le monde me regarde. L'agent de sécurité m'amène en chaise roulante à l'obstétrique. La fille dit: ?heeeee, c'est pour quoi?' je dis: ?ben je viens accoucher!!!!' On me met dans la salle d'attente pour vérifier mon état. Un autre couple en attente (qui se font retourner chez eux car la fille n'est pas assez régulière dans ses contractions) nous regarde car je fais assez de bruit merci. J'espère ne pas lui avoir fait peur de ce qui s'en venait pour elle?. Je dis que je veux l'épidurale!!! On me répond qu'on doit faire des tests avant pour vérifier l'état d'avancement et des prises de sang et après ils appellent l'anesthésiste résidant. Je me dis merde de merde, ca va être long.... (et effectivement, ca m'a paru une éternité).
Il doit être aux alentours de 12h, mon col est a 7 cm, on m'envoi donc a la salle d'accouchement pour la prise de sang.

Je me tortille dans tous les sens. L'infirmière me ramène à l'ordre pour ma respiration. Mon chum aussi m'aide dans tout ca. On me fait des points de pression sur la main. Infirmieres, médecin résident, stagiaire viennent se présenter. Je ne les écoute pas à moitié, ca fait trop mal! L'anesthésiste arrive enfin! je le regarde et il a des ailes comme un ange. On m'explique le tout, il essaie de me piquer, ca ne fonctionne pas... contraction, je ne dois pas bouger (wtf!?!?) comment ne pas bouger lors d'une contraction a 7-8 cm? Après environ 35 minutes de tentatives de piquage, je n'en peux plus. En plus d'avoir mal a cause des contractions, j'ai mal a cause des bidules qui me rentrent dans le dos. Je lâche des call sans arrêts comme : ' C'est tu fini?', 'j'ai mal, j'ai trop mal', 'aidez-moi kekun', le résidant anesthésiste ne semble vraiment pas m'aimer, il est bête et moi non plus je ne l'aime plus, il ressemble plutôt a un démon maintenant.

Puis je me mets à chigner comme un chien. Mon chum a une chute de pression. Il se met la tête entre les jambes, il n'en peut plus lui non plus. Je suis sur le bord de dire au résidant anesthésiste de laisser tomber, que je ne la voulais plus l'épidurale tant qu'a avoir deux douleurs autant en endurer une seule?quand le patron (chef anasthéste) arrive, je garde espoir et après 15 minute, c'est terminé. Cependant, je ne gèle pas. Après 3 doses d'épidural, j'ai encore mal, mais la douleur est différente. A chaque contraction, je sens comme une barre de métal qui me transperce l'aine jusque dans le rein droit. L'infirmière et les anesthésistes ne comprennent pas du tout. Tout le monde dans la salle dise que effectivement, mes contractions sont tres rapprochées et TRES intenses.

Environ 30 minutes plus tard, l'infirmière va chercher le médecin pour lui dire que le c?ur du bébé diminue. Elle m'examine et me dit: ?Tu dois pousser maintenant' Je dis: 'quoi??? mais je ne peux pas, l'épidurale fonctionne pas' donnez moi une alternative comme le bloc honteux (piqure) ou un gel local!!!' Elle dit 'non, le problème est que le bébé pousse sur un os du coté droit du bassin, c'est pour ca que tu as mal, la douleur va disparaitre si tu pousses'. Je suis alors vraiment contente de savoir que cette fichue douleur de bâton de fer qui me transperce pourrait disparaitre, je pousse et voila, elle disparait! Haaaaaa! Soulagement!!!, je pousse environ 30 minutes. La médecin revient me voir et dit: 'tu pousses très bien! mais je dois couper, car le bébé ne passe pas'. Pas de problème!! je veux qu'il sorte mon ti loup de la si son coeur ralentit. Puis 'flop', il sort tout foncé!!! je n'en crois pas mes yeux que ce soit terminé et que je vois un bébé qui semble bien avoir sortit de mon bidon. Je dis: 'Hein, un bébé!', je suis vraiment plus la... papa coupe le cordon, on me le met sur le bidon et je ne peux regarder ailleurs pendant l'heure qui suit. Mon ti loup me laisse un beau cadeau sur le bidon (méconium). Il est tellement beau mon ptit Justin. 6.5 lbs et en santé! wow, on est tellement content!!! Ouf, je me sens soulagé et je me dis que finalement c'était pas trop pire puisque l'accouchement a duré en tout 4h a partir de la première contraction dans mon lit jusqu'a ce que le bébé soit sortit... je suis donc très chanceuse malgré les douleurs qui sont inévitables de toute facon. Bref, c'est toujours pire sur le moment et apres on se dit que ce n'était pas si pire et ca nous parait déjà loin?
 

revenir en haut

elle1982

Inscrit le :
08 août 2009

Posté le: 1 février 2010 12:25:03 EST  
Wow que de beaux récits! Je les ai TOUS lu ! Je trouve que c'est un bon moyen de me preparer a mon propre accouchement et ca permet de se preparer mentalement a toute éventualité! VOus me donnez tellement hate Very Happy 

revenir en haut

Solo0507

Inscrit le :
05 juin 2009

Posté le: 16 février 2010 15:16:13 EST  
C'est fou de lire les nouveaux récits, ma fille a 4 mois et j'Ai hate au 2e LOL 

revenir en haut

Manon25

Inscrit le :
22 oct. 2007

Posté le: 17 février 2010 21:46:17 EST  
Un an plus tard.. voici le récit de mon accouchement !! Désolée c'est vraiment long... c'est que j'ai fait un petit prologue!! Laughing

Malgré que j'aie été hospitalisée et mise au repos complet à 34 semaines de grossesse parce que je risquais d'accoucher prématurément, j'ai toujours pressenti que tu te ferais attendre, que je dépasserais ma date et devrais me faire provoquer.

Donc le 1er février, c'est sans grande surprise que je vois passer ma date prévue d'accouchement sans signe annonciateur d'un éventuel accouchement. J'ai quelques contractions, bien sûr? mais rien de bien différent de ce que je connais depuis ma vingtième semaine de grossesse.

Le 3 février, à 40 semaines et 2/7, je me rends à la clinique pour que Claude me fasse un stripping. Je suis ouverte à 2 cm (comme je le suis depuis 1 mois et demi!) et mon col est encore haut. Le stripping est un peu douloureux, me donne des chaleurs (!) et aussi quelques contractions. En après-midi, je dois me rendre à l'hôpital pour un monitoring étant donné que je suis maintenant considérée « passée date ». Ton petit c?ur est bien beau et plus le temps passe, plus je suis fébrile? je ressens pas mal de contractions! Rien de bien régulier, mais quand même. Après le souper la situation demeure pas mal semblable, mais par contre, j'ai de petits saignements et je perds peu à peu mon bouchon muqueux. Je me mets donc à calculer mes contractions, ce n'est pas régulier, mais ça persiste quand même aux 2-6-8 minutes, et ça commence à pince un peu me semble-t-il. Je suis excitée, je me dis que peut-être ça y est!! Nous nous mettons au lit mais l'excitation (pas mal plus que les contractions!) m'empêche de dormir. Je décide donc d'aller prendre un bain, qui n'arrête pas mes contractions (bon signe!) et il y a même une ou deux contractions qui me fait un peu mal? je suis tellement contente! Je retourne m'étendre auprès de papa... puis les contractions s'espacent... diminuent... et disparaissent. J'ai envie de pleurer, je suis frustrée et triste? je pensais tellement que ça y était!

Au fil des jours qui suivent, les contractions se font rares comme elles ne l'ont jamais été durant toute ma deuxième moitié de grossesse. Je me fais à l'idée que je serai provoquée dans les prochains jours. Je ne veux pas me rendre là, mais bon, je sais bien qu'il n'est pas bon non plus que tu restes trop longtemps dans mon bedon.. Je perds tout espoir d'accoucher spontanément, ou presque. J'ai l'impression que mon corps m'abandonne, que je ne suis pas assez bonne pour accoucher « par moi-même »? je suis déçue.

Le dimanche 8 février, j'appelle à l'hôpital et supplie Christiane de me faire un stripping, c'est mon ultime espoir d'accoucher avant la fin de sa garde (j'aimerais bien que ce soit elle qui m'accouche) et sans être provoquée? Mais ce deuxième stripping ne sera pas plus efficace que le premier, malheureusement.

Le 9 février, alors que je suis en train de passer la balayeuse, le téléphone sonne. C'est Dr Desbiens qui vient de commencer sa garde et me demande si je suis prête à accoucher? demain! On convient donc que je dois me présenter le lendemain matin 8 heures sur le département de Natalité, avec les bagages et le chum! Je vais annoncer ça à papa qui « taponne » dans son garage. L'excitation nous gagne et mes craintes face à l'induction s'estompent un peu. Wow, c'est vraiment demain que ça se passe??? Je profite bien de mes derniers instants avec ma bedaine, j'ai hâte d'accoucher mais je ne suis pas tannée d'être enceinte, je vais m'ennuyer de ne plus te sentir bouger, de ne plus te porter en moi.

Donc, le mardi 10 février à 8 heures, c'est avec un mélange d'excitation, de nervosité, de hâte et de crainte que nous nous présentons sur le département. J'ai une excellente idée de la façon dont ça se déroulera étant donné que je travaille justement sur ce département. C'est d'ailleurs mon amie Johanne qui sera mon infirmière? je suis contente!

On me branche sur le moniteur afin de voir ton petit c?ur, qui va très bien. Dr Desbiens passe nous voir, il me donne des informations que je suis heureuse de recevoir car je ne me sens plus du tout infirmière en salle d'accouchement? je me sens seulement comme une future maman qui s'apprête à donner la vie. Il m'examine et mon col est encore à 2 cm, mais il est souple par contre. Après sa visite, je me sens confiante que ça va bien se passer. On m'installe donc un soluté et à 9 heures on débute le synto, médicament qui provoquera bientôt les contractions qui te forceront à faire ton entrée dans ce monde. À 10 heures les contractions commencent à être régulières aux 2-3 minutes mais elles ne sont pas douloureuses. Ça va bien, on téléphone à mamie Diane pour la tenir au courant. À 11h55, Dr Desbiens réexamine mon col qui est maintenant à 3 cm. Il en profite donc pour rompre mes membranes en même temps? beurk, drôle de sensation. Je me sens excitée car les choses évoluent? bientôt ton papa et moi vivrons l'un des plus beaux moments de notre vie en faisant ta connaissance, ce n'est pas rien!

À 13 heures, les contractions se font plus imposantes qu'au début, je n'ai plus besoin de regarder sur le moniteur pour savoir quand elles commencent et quand elles finissent! Dr Ouertani, le gynécologue, passe me souhaiter bonne chance. Je lui réponds merci et, à la blague, je lui dis que je ne souhaite pas le revoir pour mon accouchement (car qui dit gynéco dit que tout ne baigne pas nécessairement dans l'huile!). À 13h45, les contractions font franchement mal. Johanne examine mon col qui est maintenant très mince et dilaté à 4 cm? ok, ça progresse! J'essaie le ballon, papa tente de me soulager en me faisant des points de pression, mais tout ce que je veux c'est qu'il me lâche, J'AI MAL!! J'aurais bien voulu que Johanne puisse demeurer à côté de moi en permanence, je me sens comme un petit bébé lala qui a besoin d'être rassurée, mais je sais bien qu'elle a du travail? une autre femme a à peine eu le temps d'arriver et d'accoucher? la maudine de chanceuse, j'aurais aimé ça accoucher comme ça moi aussi! À 15h50 là ça fait vraiment mal, j'ai l'impression que les contractions ne s'arrêtent jamais, quand j'ai 10 secondes consécutives de répit c'est un miracle. Je pleure un peu, papa aussi, il n'aime pas me voir souffrir comme ça.. Je demande à Johanne de m'examiner, au moins si mon col a changé pour la peine, ça va m'encourager de voir que je n'ai pas mal comme ça pour rien. Je me dis que je dois bien être rendue à 6-7 cm! Quand elle m'annonce que mon col est pareil à ce qu'il était deux heures plus tôt, ça me décourage au plus haut point. Je suis déchirée entre mon désir de ne pas prendre l'épidurale et celui de ne pas mourir de douleur. Je suis déçue de mon manque d'endurance, et je me cherche mentalement des excuses? je me dis que peut-être si je n'avais pas été provoquée les choses se seraient déroulées différemment. Peut-être les contractions auraient été moins rapprochées, moins douloureuses, et peut-être que j'aurais été capable de tolérer? Finalement j'abdique et je demande l'épidurale. Dr. DeMaupeou arrive rapidement dans la chambre et alors qu'il s'apprête à me piquer, je regrette mon choix? mais je ne veux pas avoir l'air d'une vraie folle, après tout, je la redemanderai probablement dans 5 minutes? donc je ne dis rien et on m'installe l'épidurale. À 16h30, je suis soulagée, ouf! Je suis contente car je n'ai plus de douleur mais je continue à ressentir mes contractions, je me sens donc moins passive ainsi.

À 17 heures Dr. Desbiens revient m'examiner, je suis à 5 cm. Il me dit qu'il viendra réévaluer dans 2 heures. À ce moment, je me dis que ça va sûrement être long avant que je t'aie finalement dans mes bras. Maintenant que je suis soulagée et que j'ai arrêté de me tordre et m'agiter sous l'effet de la douleur, on voit au moniteur que mes contractions sont très fortes et très rapprochées. Annie, qui a maintenant pris la relève de Johanne (qui a fait de l'overtime à cause de mon épidurale!! hi hi) n'aime pas tellement ça. Puis ton petit c?ur tend à vouloir diminuer quand je suis couchée sur le dos, lui qui avait toujours été parfait avant que je ne prenne l'épidurale? ce qui me fait évidemment sentir coupable de l'avoir pris. Je n'aime pas quand Annie doit sortir de la chambre, car j'ai tendance à vouloir tout surveiller quand elle n'y est pas (le moniteur, ton petit c?ur, mes contractions) et je stresse. J'ai peur.. peur que tu n'ailles pas bien, que ça se termine mal. À 18 heures Annie va souper, c'est Luc qui la remplace. Comme ton c?ur nous joue encore des tours, je suis de plus en plus nerveuse, et Luc aussi je crois. Puis, je sens que ça commence à pousser. C'est ta tête qui commence à faire son chemin? ça pousse! Il appelle Dr. Desbiens, qui ne stresse pas trop avec ça, il ne pense pas vraiment que tu fraies ton chemin aussi vite. Donc vers 18h30, Annie revient (en avance!) de son souper, je lui dis que ça commence à pousser pas mal. De plus, ton petit c?ur diminue de plus en plus souvent. Elle m'examine pour voir ce qui se passe et me dit « Il est à la porte! ». On rappelle Dr Desbiens et m'installe pour pousser. Je commence alors à pousser, et pousser, et pousser? il me semble que ça ne donne rien. Et j'ai de la difficulté à me concentrer sur autre chose que le bruit de ton petit c?ur qui bat au ralenti. À ce moment je suis vraiment inquiète, j'ai peur de te perdre. Dr Desbiens semble aussi commencer à aimer moins ça et pourtant, il n'a pas l'habitude de s'en faire pour rien. Quand il demande à faire appeler Dr Ouertani pour qu'il vienne rapidement, je sais que quelque chose cloche. Il me gèle alors avec un bloc honteux, et à partir de ce moment je ne sens absolument plus rien. Quelques minutes plus tard Dr Ouertani fait son apparition (heureusement il se trouvait déjà dans l'hôpital), je suis tellement soulagée de le voir arriver! Il regarde ton petit c?ur et décide d'aller te chercher car malgré tous mes efforts pour t'aider à sortir, tu ne sembles pas pressé de le faire. Il me fait alors une épisio et me dit qu'il prendra les forceps. J'accepte volontiers, il peut bien faire ce qu'il veut. Moi je ne désire qu'une chose, c'est qu'on te sorte de là au plus vite, et vivant. C'est tout ce que je demande. Comme tu es bien accroché, Luc doit peser très fort sur mon ventre, en même temps que moi je pousse de toutes mes forces et que Dr Ouertani tire lui aussi de toutes ses forces?

À 19h36, on met sur moi un tout petit bébé? la première chose que je remarque c'est que tu es un petit garçon! Tu tardes un peu à pleurer, mais je suis confiante. Maintenant que tu es sorti, tout ira bien? je le sens, je le sais. Papa n'a pas le temps de couper le cordon, c'est le médecin qui le fait. On t'apporte sur une table chauffante pour te donner des soins et un peu d'oxygène pour t'aider. Nous sommes émus, tu es là, et tu commences à pleurer tranquillement? nous avons un petit garçon, c'est vraiment vrai, tu es là!! Très vite tu te remets de ta venue au monde un peu ardue, on t'enroule dans une couverture et te met enfin dans mes bras? comme tu es petit, comme tu ressembles à papa! Je suis fière et heureuse, malgré que mon accouchement n'ait pas été l'accouchement parfait dont je rêvais, malgré les inquiétudes que j'ai eues, malgré mes craintes de te perdre, je suis enfin maman, et tu es enfin dans mes bras? vivant!
 

revenir en haut

Jinys

Inscrit le :
11 avr. 2009

Posté le: 16 mars 2010 21:17:32 EDT  
up up up
Que de belles histoires... J'en veut encore Razz  

revenir en haut

Eighia

Inscrit le :
16 sept. 2009

Posté le: 22 mars 2010 13:32:06 EDT  
Alors voici la naissance de notre première poulette:

Lundi 8 mars 2010 :

41 SA et elle ne veut toujours pas faire les premiers pas... On se rend donc à l'hôpital pour une induction. 9h am, dilatée à 3.5, complètement effacée, sa tête est bien placée et les membranes sembles propices pour une rupture... et non! plus de deux heures après, toujours pas de contraction... Je vais devoir subir la synto Surprised

Je suis terrorisée par les aiguilles et je deviens un peu (beaucoup) maladroite avec un catheter, comme si mon bras ne fonctionnait plus vraiment... va falloir vivre avec! Malgré tout, on a jamais raté une veine chez moi, elles sont grosses et belles. C'est une première! On rate la veine deux fois, et la deuxième, le liquide se ramasse dans les chaires... j'ai encore le dessus de la main noire après 1 semaine Sad

Il est environ midi et on a enfin des contractions! mais non douloureuses... les infirmières vont jouer avec le synto une petite demi-heure pour avoir un bon résultat et ça fait MAL! Evil or Very Mad Je suis couchée dans le lit, le dos bin écrasé sur le matelas par toute ma masse, j'ai les hanches qui veulent explosées (j'ai des problèmes de dos) mais je dois rester ainsi à cause du monitoring... Mad Mad Mad

Changement d'infirmière, elle me déconnecte le temps d'aller aux toilettes (chose que je fais au 3 minutes depuis quelques semaines Laughing ) et on voit bien que debout, en mouvement, je n'ai pas aussi mal!!! Elle me propose donc d'aller marcher 15 minutes et de revenir dans le lit pour moniteur 15 minutes. Comme je ne supporte pas la position sur le dos, on essaie sur le côté. On vérifie le progrès du travail. Les contractions sont assez fortes pour lui faire dire que cette petite heure et demi a peut-être été suivit de travail du col! eh bien oui, je suis rendue à 6+ mais la position sur le côtée est aussi pire que sur le dos et je pleure, hystérique "Je veux l'épidurale! donnez-moi l'épidurale!!!" Je sais bien que le pire s'en vient et je suis déjà en état de choc. Je pleure encore, terrorisée entre deux contractions.

Finalement, elle me demande « Qu'est-ce que tu avais prévu pour ton accouchement ? » Rien du tout ! J'ai prévu de voir venir et de réagir selon la situation et LÀ je VEUX L'épidurale ! Elle me propose de revenir debout. On recommence la marche, la douleur se dissipe. Chaque contraction est douloureuse, intense et longue, mais supportable. Je fais des extensions des mollets tout le long, en grognant, et ensuite on reprend la marche. Mon humeur est revenue toute belle aussi! Very Happy La première infirmière était très gentille et attentive, humaine et tout... celle-là est un ANGE! elle accepte de me déplugger le moniteur et de vérifier mon bébé par intermitence Very Happy de toute façon, à chaque contraction, je fais des vocalises assez bruyantes, elle peut entendre le début, l'apothéose et la fin à la seconde près Laughing Presque tout le travail se fait comme ça, mon chum m'accompagne avec la patère de soluté vers les toilettes (sinon je lui donne des coups de pieds pour la faire avancer, j'ai aucune patience pour ces trucs là!) et je reviens à la fenêtre jaser avec eux.

On revérifie le col, 16h et je suis à 9+ ?! Surprised Ça va vite!!! J'en ai perdu des bouts, et je commence à être fatiguée, mes jambes ont de la difficultés à me tenir debout, à genoux ou accroupie, ou couchée, c'est trop douloureux! Mes cris se font un peu plus désespérés? On a une nouvelle infirmière, pauvre elle! j'étais beaucoup plus agréable il y a 30 minutes! La bande de col refuse de passer et le réflexe de pousser est INTENSE. Les contractions passent de tolérable à atroces. Je redemande l'épidurale. comme je suis épuisée, je dois retourner au lit, mais c'est douloureux. je commence à perdre mon beau courage. Le médecin de garde fait son examen, elle pense que le bébé est en postérieur ce qui me fait aussi mal. Moi je crois qu'en plus, le réflexe de poussé est trop fort et que je commence à faire enfler mon col. L'anesthésiste fini par arriver et essaie de me faire l'épidurale, mais j'ai le dos creux, c'est difficile pour lui. Finalement, elle est installée, mais ne sera pas aussi efficace que prévu, et peut-être pas du tout.

Le médecin et l'anesthésiste sont étonné que j'aie attendu si longtemps avant de la demander... mais je n'en avais pas besoins avant! Maintenant, je crois que si je ne l'avais pas, je ne pourrais pas pousser. Ils ont de la difficulté à comprendre que les 1000 questions que je leur pose, ce n'est pas de l'impatience, mais bien pour me rassurer! "Est-ce que vous m'avez donner le bollus?" "Je vous l'ai dit que ça prend un 20 minutes madame" "Oui, oui, je sais, je veux juste comparer avec le temps qui passe et l'intensité de la douleur..."

16h40, on commence à pousser. on essaie à 4 pattes et sur le côté, je crois que ça va bien, mais ça fait tellement mal ! Le bébé commence à montrer sa tête et OH Horeur! Je sens que je vais déchirer par en haut!!! Je crie "AYOYE! mon clitoris!!!! C'est pas là que c'est supposé faire mal!!!!!" L'infirmière par à la course chercher le médecin. On finira le travail sur le dos, les pieds dans les étriers, mais avec l'épidurale, mon dos me fait tellement moins mal que c'est correct. à chaque poussée, la douleur est tellement intense que je sens que ma poussée consciente lache toute seule. je demande au médecin "est-ce qu'elle sort un peu?" "oui oui, pousse fort, elle va sortir!" "Mais j'aimerais ça savoir de combien elle est sortie!" C'est dur avoir des réponses Laughing

17h30, Mon tout petit bébé est déposé sur mon ventre, mon chum vient couper le cordon. Il est rester à côté de moi tout le long, un peu blême, mais fort comme toujours! Je lui ai fait un trou dans la main avec mes ongles... une chance qu'il a de la corne! Elle est TELLEMENT belle!!!! Toute rose et les yeux grands ouvert, ses traits sont comme je les avaient imaginés, elle ressemble à son cousin.

pendant que j'essaie de faire connaissance avec mon bébé, on me recoue.. les petites lèvres. quelques journées pénibles à faire pipi avec de l'eau courante pour pas que ça chauffe! Mon accouchement s'est déroulé pas mal comme je le voulais, ça n'a pas été trop long, J'ai éviter tant que j'ai pu la médication, et finalement, j'ai un beau bébé dans les bras !

Ça s'est passé très vite, et 80% du temps, ça bien été. On est tout heureux, et on commence notre vie de famille, la main dans la main, tous les trois!
 

revenir en haut

passss

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 8 avril 2010 14:58:29 EDT  
Up ! j'adore lire ca c'est tellement beau ! 

revenir en haut

Se connecter pour répondre