Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

les recits daccocuhements...

Auteur Message

Alazia

Inscrit le :
29 déc. 2008

Posté le: 14 avril 2010 20:11:08 EDT  
À mon tour! Voici mon récit d'accouchement... C'est long! Petit détail: je suis maman solo, c'est pour ça qu'il n'y a pas de conjoint dans mon récit.

Mon petit Émile, tu as vu le jour le 18 novembre 2009
Voici le récit de ton arrivée dans ma vie

40 semaines de grossesse

15 et 16 novembre 2009
La nuit, les premières contractions douloureuses se font sentir, au rythme de 10 à 12, et ce, jusqu'au matin. C'est le début de la période de latence. Au fond de moi, je sais que c'est pour bientôt, mais j'ai encore cette curieuse impression que tu ne sortiras jamais, que tu habiteras mon ventre pour toujours. Les contractions cessent dès que je me lève pour la journée.

17 novembre 2009
Les contractions se poursuivent la nuit, et maintenant le jour aussi. Elles s'accompagnent de saignements qui m'inquiètent légèrement. J'appelle Karine, ma sage-femme secondaire, qui me propose de passer me voir en début d'après-midi pour m'examiner. Entre-temps, je pars prendre une marche avec ma maman. Pendant les deux heures que dureront notre promenade, une bonne dizaine de contractions me clouent sur place. Chaque fois, je m'arrête et trouve appui sur une rampe d'escalier, une borne fontaine, un arbre, tout ce qui se trouve à ma portée. Quelques personnes se retournent, me dévisagent. La visite de la sage-femme confirme mes doutes : les saignements résultent du travail que mes contractions effectuent sur mon col effacé à 50%. Aucun changement donc par rapport à mon rendez-vous de suivi de la semaine précédente. Je suis un peu déçue, compte tenu de la force des contractions des derniers jours. Karine m'avise que si mon travail actif s'amorce dans les heures qui viennent, je devrai appeler Cécile et l'autre Karine (la stagiaire de Cécile), car elle a assisté un accouchement la veille et n'a pas dormi depuis 3h de la nuit précédente. On se quitte là-dessus.

Nuit du 17 au 18 novembre 2009
Entre 1h30 et 4h30, de fortes contractions me tirent du sommeil. Cette fois, je sens que c'est beaucoup plus intense. Je prends un bain, puis deux, puis trois et quatre, tous entrecoupés de moments passés au lit, couchée sur le côté gauche, de séances sur le ballon. J'attends que les contractions deviennent régulières, en fréquence et en durée. Elles ne le deviendront jamais. Elles me secouent aux deux minutes, six minutes, quatre minutes, dix minutes, deux minutes pendant 30 secondes, 1 minute, 45 secondes. Les consignes de la sage-femme sont pourtant claires. L'appeler quand des contractions de 45 secondes à 1 minute sont aux cinq minutes depuis deux heures. Après trois heures, je me décide enfin à l'appeler, je sens qu'il est temps. Cécile me pose les questions usuelles. Je lui fais part de la situation. Elle semble hésiter à vouloir que l'on se rejoigne tout de suite à la maison de naissance. Elle me demande de la rappeler une fois que mes parents seront chez moi. Nous raccrochons.

J'appelle mes parents qui, depuis une semaine, sont constamment aux aguets. «C'est l'heure papa.» Deux minutes plus tard, Cécile me rappelle. Elle s'est ravisée et me donne rendez-vous à la maison de naissance à 6h. En attendant l'arrivée de mes parents, je termine difficilement ma valise.

5h15
Mes parents arrivent, et avant de partir, je me prépare un bagel au beurre d'arachide. Ma mère m'aide à m'habiller. Durant les 40 minutes que dure le trajet, les contractions s'intensifient. Ma mère m'aide beaucoup en me guidant dans ma respiration. Ça m'aide à me détendre.

6h Arrivée à la maison de naissance
Cécile m'installe dans la grande chambre turquoise dotée du bain tourbillon sur pied. La maison est déserte, j'ai l'étage à moi toute seule. Je perds mon bouchon muqueux en allant uriner.

Chambre turquoise de la maison de naissance

Elle m'examine. Mon col est dilaté à 1 cm et effacé à 100 %. Une vague de déception m'envahie, mais Cécile se fait encourageante. Elle m'affirme que la dilatation ne constitue pas le seul indice d'un travail qui avance bien. Le col est mou et très mince. Je suis sur la bonne voie. Cela dit, la période de latence se poursuit, et elle me propose de retourner chez moi jusqu'à ce que le travail actif s'enclenche. QUOI? Retourner chez moi? Faire 40 minutes de voiture aller, puis 40 minutes pour revenir plus tard? Secrètement, j'imagine très difficilement la perspective de bouger de là. Je suis fatiguée, j'ai déjà plutôt mal. Et comment savoir quand revenir? Mes contractions ne sont toujours pas régulières. Je sens que ma mère ne souhaite pas quitter la maison de naissance plus que moi. Avec Cécile, nous décidons d'attendre la fin de l'heure de pointe, le temps que je me repose un peu et de laisser les contractions faire leur oeuvre. Pendant les deux heures qui suivent, je m'étends, marche, fait du ballon.

8h Début du travail actif
Cécile remonte à la chambre pour m'examiner. Je crains que le travail n'ait pas suffisamment avancé, et qu'elle réitère l'idée d'un retour à la maison. Je m'en sens totalement incapable, et j'ignore pourquoi, mais j'ai l'impression qu'on me met un peu de pression pour que je retourne chez moi. Bonne nouvelle : je suis toujours effacée à 100% et dilatée à 3 cm. Bébé va bien. Il est bas. Mauvaise nouvelle : le col se rigidifie. Je suis trop tendue. Mes craintes l'emportent sur mes techniques de détente. C'est comme si j'avais tout oublié. Mais malgré des contractions toujours irrégulières en fréquence et en durée, le travail actif s'enclenche. Ça m'encourage. On me donne des gouttes d'homéopathie pour favoriser la détente et aider mon esprit à être moins « actif ».

9h20
Ma mère et moi sommes seules dans la chambre. Elle me propose de prendre un bain, ce que j'accepte, presque avec un peu de réticence. J'ai toujours l'impression étrange que l'on aurait préféré que je retourne chez moi. La chaleur de l'eau et la sensation d'apesanteur de mon ventre me font beaucoup de bien. J'y reste une bonne heure et demie. Les contractions sont vraiment très douloureuses, mais j'arrive à bien les gérer tout de même. Karine m'encourage, me complimente beaucoup, me flatte le cou, le dos, les bras.

Dans le bain

À 10h, Cécile revient dans la chambre pour m'examiner.
Je suis à 6 cm. Le coeur du bébé bat comme un charme. Un sourire se dessine péniblement sur mon visage. Ça avance, mais mon corps me fait si mal, comme s'il allait se briser en deux. Je sens une pression immense dans mes fesses. Ça pousse, mais je dois me retenir. On constate que la poche des eaux est très bombée. Ma mère et moi restons seules dans la chambre. À chaque contraction, je prends appui sur ma maman. Je tente de les gérer du mieux que je peux, mais je me sens de plus en plus tendue. Entre 10 h et 14 h, je retournerai une ou deux fois dans le bain. Pour me soulager, j'émets des sons de plus en plus graves. Un sentiment de peur m'envahit. La douleur m'apparaît de plus en plus anormale. On me donne des granules homéopathiques. Malgré tout, je me concentre sur les encouragements de Karine et ceux de ma mère. Vers midi, je suis plus calme, et je mange un yogourt.

13h
Bébé va toujours bien, mais moi, je sens la fatigue m'envahir. Les contractions se font encore plus intenses, et je n'arrive plus à bien les gérer. À partir de ce moment, chaque contraction s'accompagne d'un seul et unique cri : « Maman, j'ai maaaaaal! J'ai MAAAAL maman! Mamaaaan! » Cécile m'examine. Verdict : toujours à 6 cm, col très rigide. Je suis totalement découragée et dans les vapes. Je suis étourdie, j'ai mal au coeur. Je me sens à la merci de cette douleur devenue souffrance.

14h
Cécile et Karine me proposent de rompre les membranes, en m'expliquant que cela pourra accélérer le travail tout en intensifiant les contractions. J'hésite. Je veux que ça finisse, mais j'ai peur. J'ai vraiment peur. J'accepte. Je me couche sur le lit. Un piqué et un bidet sous mes fesses. Cécile entre le crochet dans mon vagin, et dès que la poche est rompue, de multiples contractions secouent violemment mon corps. Sans attendre, Cécile m'informe qu'elle a senti mon rectum plein. Du coup, elle me propose de faire un lavement. Je pleure. J'ai peur d'avoir encore plus mal, mais j'accepte sans trop broncher. Ma mère est à mes côtés, heureusement. Je me concentre sur sa présence. Au moment du lavement, j'ai une violente contraction. Cécile me demande de retenir le liquide dans mon rectum au moins cinq minutes, tandis que Karine m'encourage à accueillir la contraction, à dire « oui » à la contraction. PARDON? Impossible de faire les deux en même temps!! Pour qui me prenez-vous?!? Je leur cris « Chus pas capable! Chus pas capable! Ça coule, ça coule! » Je me tourne sur le côté. Seule ma mère semble me comprendre. En pressant le piqué contre mes fesses, elle me dit doucement « C'est pas grave, laisse-toi aller, c'est pas grave ». De peine et de misère, je me rends à la toilette.

Pendant ce temps, Cécile et Karine informent ma mère que l'on va attendre de voir si la rupture des membranes et le lavement feront effet avant d'envisager un transfert. Sur ces mots, elles se retirent dans une pièce au bout du couloir. De retour dans la chambre, une contraction me fend en deux. Je n'en peux plus. Je cris aux oreilles de ma mère : « NON! Je ne veux pas attendre. On part! Je ne peux plus attendre! MAMAAANN, j'ai maaaal, j'ai trop mal. » (Plus tard, ma mère me confiera que toute la journée, elle a dû faire preuve d'une grande maîtrise d'elle-même et de ses émotions pour arriver à me soutenir sans me faire sentir toute la peine qu'elle ressentait de me voir souffrir. Car, comme elle me le dira aussi, à ce stade-là, je n'étais plus en douleur, j'étais souffrante. Les sages-femmes elles-mêmes diront que ce n'était plus « normal ». Cécile et Karine bondissent dans la chambre aussitôt après m'avoir entendu crier le désir de partir pour l'hôpital. En 15 minutes, je suis habillée avec l'aide de ma mère, ma soeur porte tout mon bagage sur son dos et ses épaules et mon père m'ouvre la portière de la voiture. Entre-temps, j'ai une contraction dans l'escalier. Je croise les yeux désespérés de ma soeur qui me voit ainsi pour la première fois. Je suis émue, déçue. J'aurais aimé que l'on ne me voit pas comme ça, sans aucune maîtrise de moi-même. Au fur et à mesure que je me dirige vers la sortie de la maison de naissance, je vois s'éloigner de moi l'accouchement dont je rêve depuis des mois. J'ai tellement mal que j'éprouve de la difficulté à me concentrer sur mon bébé. Pendant plusieurs minutes (le temps de se rendre à l'hôpital), j'oublie que je suis en train d'accoucher. Je ne sens que le mal physique et psychologique qui me déchire.

15h45
Je suis dans la salle d'accouchement, soluté au bras, moniteur serré sur le ventre, C'est trop serré. j'ai mal. On m'examine. Toujours à 6 cm et bébé a remonté! Ma mère est toujours à mes côtés. Les sages-femmes se retirent dans le fond de la pièce. C'est ici et maintenant que prend fin leur pouvoir décisionnel. Je suis maintenant entre les mains du personnel hospitalier. L'infirmière, Rose-Marie, est une vraie perle. Elle m'avise que l'anesthésiste ne sera pas disponible avant 30 minutes. Trente minutes! Mon Dieu! Aussi bien dire une éternité! Je prends les contractions appuyée sur ma maman, dans l'attente d'un soulagement. On finit par me donner du Fentanyle (médicament parent de la morphine). Je suis dans les vapes. L'anesthésiste arrive 15 minutes plus tard, et je reçois enfin la péridurale. Je suis à la fois soulagée et profondément déçue. Déçue d'être là, dans cet environnement froid, médical, de vivre tout le contraire de mon rêve, et déçue de moi. Pourquoi suis-je incapable de supporter cette douleur? Que m'a-t-il manqué pour ne pas réussir à accoucher naturellement? Ai-je manqué de préparation? Est-ce ma faute? Pourquoi avoir été si anxieuse, si peureuse? Je ne comprends plus rien. Mon enfant s'en vient, et pourtant, je pleure toute ma peine de ne pas y arriver par moi-même. Je ne comprends plus ce qui m'arrive. J'en ai la gorge serrée maintenant juste à l'écrire, à le revivre.

16h30
La péridurale commence à faire effet, mais d'un seul côté. Je sens encore les contractions à droite. Rose-Marie me tourne sur le côté droit pour que le médicament circule mieux et finisse par me soulager totalement. Mes sages-femmes quittent l'hôpital pour aller manger, et demandent qu'on les appelle au moment de la poussée.

17h30
Je demande à voir ma soeur. Je n'ai aucun souvenir de ce que nous nous sommes dit. Puis, je demande à voir mon père. Quelques phrases de notre conversation me viennent à l'esprit : « Papa, je suis tellement déçue; es-tu déçu de moi? J'aurais tellement aimé que les choses se passent autrement. J'avais trop mal papa, j'avais beaucoup trop mal. J'ai mal papa. Pourquoi c'est comme ça? Pourquoi? Pourquoi? » Plusieurs jours plus tard, je lui ai demandé de m'en dire plus sur notre conversation. D'incontrôlables sanglots l'ont alors secoué. « Je ne suis pas capable d'en parler. C'est trop dur pour moi d'en parler maintenant ». Ma mère me dira plus tard que voir son enfant souffrir a été pour lui très pénible.

18h
La résidente vient m'examiner. Je suis complète. Je n'en reviens pas. Je suis soulagée. Maintenant, je ne sens plus rien, et je tremble de partout. Tout le monde s'affaire dans la chambre pour me préparer à pousser. Ma mère appelle Cécile et Karine, qui décident de finir de manger avant de s'en venir. Après tout, pour un premier bébé, la poussée peut durer jusqu'à trois heures! Ma mère avertit aussi mon père et ma soeur qui s'installent pour attendre un bon bout de temps.

Je pousse une première fois. On voit déjà la tête! Tout le monde me félicite. Je pousse bien. Une lueur d'espoir éclaire mon visage. Mais sur le moniteur, une inquiétude. Mon bébé... son coeur bat dangereusement lentement. Il faut sortir mon enfant de moi aussi rapidement que possible. Branle-bas de combat dans la chambre. Une seconde infirmière se pointe, le médecin pousse la résidente pour prendre les choses en main. On sort la ventouse. Le coeur descend, descend. Je tourne la tête vers le moniteur. « Mon bébé, mon bébé. Est-ce qu'il va bien? Dites-moi qu'il va bien! Mon bébé ! ». On me dit de pousser encore et encore. Toujours plus fort. On me pose le masque à oxygène, Rose-Marie me tient un pied, ma mère m'encourage et fait le décompte des secondes, l'infirmière à ma droite monte sur le lit et appuie fortement sur mon ventre pour faire descendre le bébé. Le médecin manque une première tentative de fixer la ventouse sur la tête de mon fils. Je vois TOUT dans le miroir qui se trouve au plafond. La ventouse n'adhère pas, le médecin bondit vers l'arrière. Dans le délire du moment, j'ai l'impression qu'il vient d'arracher la tête de mon bébé! Je cris que j'ai peur, j'ai tellement peur. Je ne me contrôle plus. Rose-Marie me prévient qu'on va couper. Pas le choix. Le bébé doit sortir maintenant. Le médecin coupe. Le sang coule. Je vois TOUT et je suis terrifiée. Ma mère me chuchote à l'oreille des mots doux que j'ai aujourd'hui oubliés. À la contraction suivante, la moniteur indique 75, je pousse, l'infirmière appuie toujours sur mon ventre, le médecin fixe la ventouse, tente de couper davantage, mais trop tard. Je déchire au troisième degré pour laisser passer la tête du bébé. Plus qu'une poussée. À 18h23, après cinq poussée, mon fils naît.

18h23
Recevoir sur ma peau le petit corps chaud et humide d'Émile a été pour moi le moment le plus extraordinaire de ma vie. Toutes les émotions qui m'ont envahie à ce moment même sont absolument indescriptibles. Je m'en souviendrai toujours. Le bonheur malgré toute cette douleur. Le bonheur comme jamais je ne l'ai connu auparavant. Le médecin demande qui veut couper le cordon. Je le propose à ma mère qui, les larmes aux joues, accepte tout en étant incertaine de vouloir être celle qui sépare son petit-fils de sa maman.

De 18h30 à 19h30
Un nouvel obstétricien entre dans la pièce, accompagné d'une dizaine d'étudiants! J'ai les deux jambes écartées, les pieds toujours dans les étriers. Mon entrejambe est un véritable spectacle. Je vois TOUT dans le miroir du plafond. Le sang qui coule beaucoup, mon vagin meurtri, le placenta qui en sort et la main du médecin qui y entre jusqu'au poignet pour une révision utérine. On me recoud pendant près de 45 minutes. Mon cas devient une formation universitaire. Pourquoi ne peut-on pas retirer ce foutu miroir au plafond? Je ne veux pas voir ÇA! Mon bébé! Mon bébé! Je t'aime tant, enfin tu es là, mais je regarde au plafond, c'est plus fort que moi. Ma mère me chuchote à l'oreille : «Fannie, regarde ton fils. Ton fils, Fannie, ton fils.» Et tout ces étudiants derrière. Je me sens mal, je suis faible, je suis heureuse. Je pleure. Mon fils est là, maintenant, je ne vois que lui. Plus tard, le médecin me dira que tandis que moi j'avais peur pour lui, eux avaient peur pour moi. J'ai perdu beaucoup de sang, mais ce jour-là, je t'ai gagné toi. Émile, mon trésor, mon amour.

Aujourd'hui, un mois plus tard, je recommencerais sans hésiter pour revivre la douce euphorie de ton arrivée dans ma vie. Je suis fière de toi, je suis fière de moi, et je sais qu'il n'aurait pu en être autrement pour que tu sois là, en santé, avec moi. Je t'aime mon petit bonhomme.
  

revenir en haut

émaga

Inscrit le :
17 sept. 2007

Localisation :
St-Constant

Posté le: 15 avril 2010 13:03:25 EDT  
Bon ben, c'est mon tour!
Je n'ai pas une aussi belle plume que beaucoup de mamans qui ont écrit leur récit d'accouchement sur ce post, mais je vais tenter ma chance!! Ce sera la première fois que je vais raconter par écrit mon premier accouchement, alors pour ce qui est de la précision des heures, ce sera approximatif, je me rappelle seulement l'heure du début et de la fin!!!

Mariane


Dimanche le 17 juillet 2005, 13h, 36 semaines et 6 jours;
Je suis au téléphone avec ma mère. Elle me demande si je compte l'aviser lorsque je quitterai pour l'hôpital. je la contrarie énormément, mais pour moi c'est hors de question; Je tiens trop à ma bulle et à mon intimité, il est important pour moi, même si ça semble étrange, que personne d'autre que mon chum ne soit au courant. On dirait que j'ai peur que toute la famille se retrouve dans le couloir de l'hôpital à m'entendre crier durant les contractions. Mais bien sûr, je ne lui explique pas toutes mes émotions dans le détail, je lui fait seulement de la peine et sur ce, je raccroche.

Au moment où prend fin notre conversation, je sens un liquide chaud qui me coule entre les jambes. Je cours au toilette pour constater que ça y est, je viens de perdre mes eaux!!! Le coeur me débat, j'ai une incroyable poussée d'adrénaline et je regarde mon chum ( qui s'est empressé de me suivre lorsque je suis passée en courant devant lui en direction de la salle de bain!!) et je lui dit « c'est le moment, elle s'en vient! ». Nous sommes tout les deux en état de choc...oui, on savait qu'elle n'allait pas passer sa vie dans mon ventre, mais on ne s'y attendait pas si tôt!!!
Je fini de préparer mes valises pendant que mon chum saute dans la douche. Je prends soin d'apporter un sac à lunch avec des liquides, petite collation et tout ce qui faut pour tenir environ 12-18 heures, le temps qu'un premier accouchement doit durer en moyenne...

14h30;
Nous sommes arrivé à l'hôpital. Durant le trajet qui nous mène à la maternité, je perds beaucoup de liquide...ma serviette ne fournit plus et je ne retrouve trempée jusqu'aux genou!! Tout les gens que je croise ont un sourire en coin!! Pas compliqué de deviner où je m'en vais!! Je met la super jaquette bleu et m'installe pour l'examen. Si je me souviens bien, je suis dilaté à ce moment à 3cm, je n'ai que quelques contractions pas vraiment douloureuse mais qui sont régulière et se rapproche.

16h;
Le travail continue, les contractions s'intensifient mais je peux les gérer sans trop de problème. Je demande à l'infirmière qui voit l'intensité des contractions sur le moniteur si je dois m'attendre à ce que ça devienne vraiment beaucoup plus douloureux et elle me répond que certaines femmes n'ont pas de contractions plus intense que cela...pieux mensonge? Mon conjoint s'amuse à m'annoncer les contractions par le moniteur en même temps que je les sens monter!

17h45;
Les contractions deviennent encore plus intense, alors avant de perdre le contrôle, je demande à me rendre au bain. Je ne sais plus combien de temps que j'y suis resté, mais ça m'a semblé assez court; à un moment donné, j'ai réalisé qu'il y avait du sang coagulé dans l'eau (effet de l'eau chaude je crois, le sang coagulait tout de suite). Et les contractions deviennent atroce...par réflexe, je me suis retrouvé à quatre pattes dans le bain et j'ai demandé à mon chum d'appeler l'infirmière . L'infirmière et mon chum m'ont aidé à sortir du bain et m'ont enveloppé dans une grande couverture le temps de me rendre à ma chambre. Une préposée me suivait avec la moppe car je laissais derrière moi une trace de sang?

18h30;
C'est à peu près à cet heure là que je remet les pieds dans ma chambre. Je sais que l'infirmière va m'examiner, et j'ai peur car si elle me dit que je ne suis qu'à 6 ou 7 cm, toutes mes bonnes résolutions vont prendre le bord et je vais demander l'épidurale!!! Mes contractions étaient gérable, parce que j'avais une pause entre chacune d'elles pour me refaire des forces!! Mais là, il n'y a plus aucune pause, elles se chevauchent!!! Le verdict tombe; 9+!!!!! C'est le temps de m'installer pour pousser!!! Je n'y crois pas, enfin!!! Je vais bientôt te tenir dans mes bras, ma petite princesse tant désirée!!! Cela suffit à me redonner la force de poursuivre.

Le doc arrive, et je pousse...pendant combien de temps? Je ne sais pas trop...il me semble qu'ils m'ont dit que j'avais poussé pendant 45 minutes, ce qui est vraiment rapide pour un premier!!! Mais j'ai commencé en poussant mal, (je poussais de la face!!! Je me suis retrouvé avec le visage couverts de veines pétées!!! Et les yeux aussi!!!) J'ai finalement réussi à comprendre comment pousser comme il faut juste à temps pour éviter la césarienne, car le coeur de mon petit ange ralentissait trop pendant les contractions !!!

19h38;
Enfin, tu es sortie!!! Mais ils ne t'ont pas tout de suite déposé sur moi, ton apgar était trop bas, et tu ne pleurais pas, respirait difficilement...ça n'a heureusement duré que quelques secondes...quelques secondes mais qui m'ont paru durer des heures où tu étais sur la petite table à côté de moi, je ne te voyais pas, je ne t'entendais pas pleurer et j'ai eu peur, j'ai demandé à savoir ce qui se passait, et ils n'ont pas eu à répondre; tu as enfin pleuré et ils t'ont enfin déposé sur moi!!!Je n'ai rien senti du tout pendant que le doc me fesait mes points...ah!! l'amour est le meilleur analgésique!!! ( bon,ok!!J'ai eu juste trois points..!!)

Ce fut le coup de foudre avec ma belle petite princesse!!
   

revenir en haut

émaga

Inscrit le :
17 sept. 2007

Localisation :
St-Constant

Posté le: 15 avril 2010 13:48:24 EDT  
Et je poursuis avec mon petit dernier;

Gabriel

Je dois d'abord dire que je l'attendais plus tôt celui là!! J'ai eu des pierres au rein à 32 semaines et la gastro à 35 semaines et les deux fois, j'ai bien cru que tu allais venir au monde à cause des contractions que cela causait?mais tu as tenu le coup, jusqu'à la date limite!!! Mardi le 26 février, à 40 semaine et 2 jours, j'avais un rendez-vous pour une induction, à ma demande car tu pesais déjà plus de 8 lbs selon les échographies et j'étais si énorme du ventre que beaucoup me croyait enceinte de jumeaux!!! Je n'en pouvais plus, j'avais mal aux côtes, au dos et du mal à respirer tant tu prennais de la place dans ta petite maman de 5p 1 !!!

Dimanche le 24 février 2010, 1h, 40 semaines;

Je me réveille car j'ai une contraction assez douloureuse. Je vais au toilette, tant qu'à être réveillée, autant en profiter pour vider ma vessie!!! Assise sur la toilette, j'ai une autre bonne contraction et je saigne. sur le coup, je ne pense pas que c'est arrivée lors de l'accouchement de ta soeur et j'ai peur d'avoir un décollement placentaire. j'appelle à la maternité où une infirmière me rassure en me disant que tant que je ne remplie pas une serviette à l'heure, je n'ai pas à m'inquiéter, ce n'est que mon col qui travaille alors c'est bon signe! Je retourne me coucher sur le côté gauche et je tente de me rendormir mais j'ai le coeur qui s'emballe, j'ai comme une poussée d'adrénaline!!! Une contraction...15 minutes...une contraction...13 minutes...une contraction...10 minutes...et je réalise assez vite que ça continue à se rapprocher avec une certaine régularité!!! Après avoir à peine attendu 45 minutes, je rappelle la maternité pour leur demander si selon eux, je devrais me préparer à partir. L'infirmière me demande combien de temps durent mes contractions...30 secondes...Alors, elle me conseille d'attendre, que ça pourrait être encore bien long et d'aller prendre un bain chaud, mais que si je veux, je peux venir à l'hôpital pour me rassurer. Mais mon instinct me dit de ne pas attendre...je réveille mon chum, lui dit d'appeler ma mère pour qu'elle vienne prendre soin de notre fille et je vais prendre ma douche rapido presto.
Pendant le peu de temps que dure ma douche, mes contractions sont passées aux 3 minutes!!! Je réalise que j'ai pris la bonne décision de quitter pour l'hôpital. Tu seras bientôt parmi nous!!!

2h30;
Nous quittons la maison en direction de l'hôpital. Je gère bien les contractions, je suis dans mon monde, dans ma bulle...ça pousse...En entrant dans l'hôpital, je refuse la chaise roulante et marche jusqu'à la maternité, pour être sûre de faire avancer le travail. Quand l'infirmière me voit arriver par mes propres moyens, si calme et sans bruit, comme un peu dans la lune ou mal réveillée, elle ne panique pas trop, m'installe dans ma chambre de naissance et sans trop de stress, vérifie l'état de mon col...pour se lever en catastrophe, et lancer un appel au poste de garde « vite!!! Elle est prête à pousser!!! Appeler le doc!!! » Je n'en reviens pas!! Je suis à 10 cm!!! Mon chum n'a même pas eu le temps d'enlever son manteau!!!

Le doc arrive, m'examine et crève mes eaux, mon col se referme un peu, juste un centimètre, et elle me dit de me coucher sur le côté gauche et qu'elle va devoir me quitter, elle est attendue pour une césarienne, elle me promet d'être de retour dans 20 minutes...et que si jamais je suis prête, les infirmières peuvent m'aider à accoucher aussi bien qu'elle. Je crois que ces 20 minutes sont les plus intense de ma vie!! j'ai mal, mon chum me masse le dos qui me fait souffrir, c'est comme si le bébé me poussait dans le dos!! quand le doc revient, elle me fait pousser, je suis prête, mais tu es en postérieur, ce qui est probablement la raison pourquoi j'ai aussi mal dans le dos. alors je pousse modérément dans l'espoir que tu places ta tête correctement, ce qui finit par fonctionner, mais je ne sais pas après combien de temps.
Ta tête s'engage et...horreur!!! Ton épaule coince dans mon os pubien!!! Les infirmières et le docteur me crie de pousser encore plus, plus fort, encore plus fort pendant que j'ai l'impression qu'elles essaient de m'arracher les jambes, de carrément me forcer à faire la split sur le dos pour changer l'angle de mon bassin pour te permettre de passer. Ça fait mal, c'est atroce et je sens ta tête qui est déjà à l'extérieur mais le reste ne veut pas suivre!!! Finalement, après je ne sais pas combien de temps d'intensité, de cris et de douleur, la doc qui tentait de tourner ta tête dans tout les sens pour te dégager réussi la manoeuvre!!! Tu es sorti, et tu es enfin dans mes bras!!! Ton petit bras qui était coincé est un peu engourdi, tu ne le bouge presque pas mais tout reviens à la normale quelques heures plus tard. Tu es déjà si fort, sur mon ventre tu soulèves la tête et me regarde!!!

Tu es finalement sorti au complet (!!) de mon ventre à 4h16!! Les infirmières n'en revienne pas; je n'ai même pas déchirée!!! Moins de 24 heures plus tard, nous quittions l'hôpital, mais j'ai eu besoin d'anti-douleur pour quelques jours pour mes douleurs... aux jambes!!!
   

revenir en haut

brindsoleil

Inscrit le :
20 févr. 2010

Posté le: 30 avril 2010 11:28:42 EDT  
Salut les filles !! Eh bien.. je suis Mylene enceinte de BB1 .... et jai un peu peur de laccouchement !!! =S Jai entendu plein dhistoires.... pas tres agreables !!! Jai lu quelques recits Smile mais savez vous sil y a un forum pour des questions face aus douleurs, a la peur, etc ??? Merciii!!! Smile 

revenir en haut

émaga

Inscrit le :
17 sept. 2007

Localisation :
St-Constant

Posté le: 30 avril 2010 12:45:24 EDT  
tu peux toujours aller t'inscrire dans un groupe de maman pour en discuter avec elles. Certaines en sont à leur premier et d'autre on plus d'expérience, c'est l'endroit idéal pour partager tes émotions face à ce grand jour!! 

revenir en haut

Oskare

Inscrit le :
29 août 2009

Posté le: 11 mai 2010 08:46:24 EDT  
Voici le récit de la naissance de ma petite Éliane! Nous avons eu de la difficulté mais au bout du compte, tout s'est bien passé.

Le 17 avril 2010, mon rendez-vous de suivit de grossesse avec mon médecin, elle me dit que je suis dilaté a 4 et mon col effacé à 75%. Mon prochain rendez-vous étant le 27 avril, elle me dit qu'on risque de se voir une dernières fois à la clinique avant l'accouchement, mais pas plus! Ma DPA était le 10 mai.

Le matin du 24 avril, je me suis réveillé avec des contractions, légères et espacées. C'était la fête de ma soeur et elle m'avait demandé comme cadeau d'accoucher à cette date, alors j'espérais fort fort que les contractions continues et s'accélèrent ! Finalement, non. Alors mon chum et moi on s'en va souper avec ma famille, mais je me sentais mal toute la journée et je perdais beaucoup de mon bouchon muqueux, alors mon chum m'a mit au repos forcer Laughing .

Le 25 avril, toute la journée je me sentais mal à l'aise, et j'avais de plus en plus de contractions mais elles étaient très irrégulières. Je dois avoir prit 3 bains ce jour-là pour essayer de calmer la douleur, parce que les contractions étaient assez fortes. En soirée, les contractions étaient aux 8 minutes, puis aux 6. J'ai apellé à la maternité et on m'a dit d'attendre qu'elles soient aux 5 minutes pendant au moins 2 heures avant de me présenter. Finalement je réussi à m'endormir, mes contractions étant aux 6 minutes mais moins fortes.

Dans la nuit du 25 au 26 avril, vers 2h20, je me réveille parce que j'ai l'impression de faire pipi dans mon lit? Je me lève, et là je perds mes eaux !!!! Je réveille mon chum, il se lève et s'habille en 30 secondes top chrono (assez vite pour me dire de me dépêcher ahah) et on s'en va à l'hôpital. Mon chum était tellement stressé, il pensait qu'on aurait pas le temps de se rendre parce que tout les feux de circulations tombaient rouges ! Dans l'auto je n'avais pas de contractions, j'étais très calme (ça m'a surprit!).

On arrive à la maternité un peu avant 3h00 du matin, et là ça fait mal !! Je commence à avoir des contractions très fortes, environ aux 4 minutes, et j'ai vraiment mal! On m'offre l'épidurale, je dis oui. L'infirmière vérifie mon col, je suis dilaté à 4 cm mais effacé à 100%. Je perds énormément de liquide amniotique, je me disais en moi-même que j'étais en train de dégonfler !

À 6h00, je reçois enfin mon épidurale ! Ouf le soulagement! Je me suis même endormi jusqu'à environ 9h00.

À 10h30, mon col est complètement dilaté, je peux enfin pousser ! Pousse, pousse, jusqu'à Midi. Le bébé descend pas. Son rythme cardiaque est bon, le mien aussi, mais elle ne descend pas. Mon médecin me dit de me coucher sur le côté gauche, d'arrêter de pousser, que ça va aider ma fille a descendre. On me laisse comme ça de midi à 14h00.

À 14h00, le bébé est un peu plus descendu mais pas beaucoup. On me dit de recommencer à pousser. Je pousse jusqu'à environ 16h30. Là on m'annonce que le travail est trop long, que le bébé descend pas. On me dit que pour l'instant le bébé va bien mais que si on continue, on risque de devoir prendre les forceps, et que le travail trop long peut être mauvais pour ma fille. C'est là qu'on me dit ce que je ne voulais vraiment pas entendre : « Vous allez en césarienne ». Je me tourne vers mon chum, je le vois qui se retient de ne pas pleurer, et je vois que ça lui fait peur !

Donc on me descend au deuxième étage, au bloc opératoire. Mon chum essai de me rassurer, il sait combien ça me fait peur la césarienne! Tout au long de ma grossesse, je disais toujours que je pouvais tout endurer, mais que je ne voulais absolument pas de césarienne! Pendant qu'on me descendait au bloc, je n'arrêtais pas de penser à mon plan de naissance, et j'avais vraiment beaucoup de peine.

Je suis entrée au bloc, mon chum se changeait. Tout le long avant qu'il revienne je disais aux 5 secondes « Commencez pas avant qu'il arrive ». Finalement il est arrivé. On a eu un petit problème avec l'anesthésie... Pour épargner les détails, je vais juste dire que ça été très... Douloureux.

Au final, ma fille est née à 18h13, 8.5lbs, 20 pouces, à 38 semaines de grossesse ! La pauvre petite avait un gros bleu sur la joue, parce que le médecin a eu de la misère a la sortir : ( Mais elle est en bonne santé, et c'est tout ce qui compte à mes yeux! 

revenir en haut

marie_86

Inscrit le :
19 mai 2008

Posté le: 23 juillet 2010 22:45:35 EDT  
Bon je me lance!! Voici le récit de Jake mon bébé espoir..

Mon induction était prévue pour le 7juin, mais je devais entrer à l'hôpital la veille ;a 19h30 pour me faire installer le cervidil étant donné que j'étais à 38 semaines et que j'avais juste 1 cm de fait.

Le 6 juin j'arrive à l'hôpital ben stressée j'ai tellement peur de le perdre lui aussi comme sa s?ur j'ai juste hâte qu'il soit sorti de là! On essaie de m'installer le cathéter et comble de malchance pour moi vu que j'ai pris de l'aspirine durant toute ma grossesse mes veines éclatent!! On me pique 6 fois et les 6 fois la veine éclate l'infirmière fais finalement venir l'anesthésiste qui elle au bonheur gèle avant de piquer a sa 2 tentative elle réussis enfin!

On m'installe ensuite dans une chambre double ou j'ai comme compagne un moteur d'avion tellement elle ronfle! Mon chum retourne à la maison et moi j'attends qu'on vienne m'installer le cervidil, une infirmière vient me dire que sa pourrais être long la docteur est en césarienne. Finalement à 12h15am on me l'installe. 15 minutes plus tard j'ai déjà des contractions.

Au matin mon chum vient me rejoindre et la on doit attendre qu'un vienne m'examiner et malheureusement pour moi ils sont débordés, finalement à 14h on m'examine et je suis à 3cm donc on me transfère dans une chambre. On m'installe le pitocin et c'est parti!

Vers l'heure du souper j'ai vraiment mal dans le dos mais personne même pas l'infirmière on allume sur le fais que c'est mes contractions que j'ai dans le dos alors je reste comme sa jusqu'à 22h ou on me réexamine et je suis rendue a 5 cm. Je demande alors l'épidural j'en peut plus de se foutu mal de dos en plus quand elle doit faire son monitoring c'est l'enfer! L'anesthésiste arrive à 23h me fais ma péridural et ahhh enfin sa fais du bien!!! .. 10 minutes plus tard.. ahh sa pousse sa fais mal!!! On vérifie mon col je suis rendue à 8cm. Mais la tête est encore flottante on peut pas crever mes eaux. Le doc vient pour voir si il peut les crever il met un gant et avant qu'il ait finit de le mettre SPLOUSH!!! Je regarde mon chum et je lui dit oups je vient de perdre mes eaux!! Lui pensent que je me fout de sa gueule!!! On vérifie mon col je suis complète!!!

L'infirmière me dit que pousser va me soulager? bullshit sa fais mal!!!!! Et je panique sa été trop vite, j'ai peur pour mon fils, j'ai la chienne!!! Je suis plus capable de parler tellement je panique j'ai de la misère à respirer le c?ur du bébé descends on me met lee masque à oxygène et on essaie de me clamer. Quand je dois pousser je retiens ma possée sa fais trop mal et je panique trop je tremble de partout!!
Après 3 poussées la tête est la faut pu que je pousse il a le cordon autour du cou!!
2 poussé de plus et il est sur moi!!! Enfin!! Mais il ne pleure pas je veut qu'il pleure!!! Le doc me dit qu'il est ok mais moi il faut que je l'entende!!! Et finalement le plus beau son au monde retentit dans ma chambre.. enfin on a réussis il est vivant..il est là!!!!!! Je me met à pleurer et mon chum aussi.

Il a eu quelque petits problème avec son taux de sucre et son taux d'hémoglobine qui étais très élevé mais tout c'est replacé!
 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
17 mars 2006

Posté le: 27 septembre 2010 15:53:27 EDT  
Mercredi le 21 juillet 2010, je me préparais tranquillement pour le lendemain matin, où je devais me présenter à 8h30 le matin à la cité de la santé de Laval, pour me faire provoquer. J'en serais à 39 semaines et 6 jours de grossesse!

Coup de théâtre, en me levant de la sieste en après-midi, il y a un message de l'hôpital sur mon répondeur? Lorsque je rappelle, la nouvelle tombe, la provocation est annulée et reportée à plus tard! La je dois t'avouer que je me suis un peu effondrée, et j'ai beaucoup pleuré, parce que je m'étais vraiment fais à l'idée que je ferais ta rencontre le lendemain et je commençais même à surmonter ma peur de la provocation.

Je décides donc de laisser faire tout le ménage que je voulais faire en soirée à la maison, pour aller marcher au Carrefour Laval avec mon chum et les enfants, pour voir si ca peut faire avancer le travail!

De retour à la maison, nous couchons les enfants et moi je vais prendre un bain puisque depuis quelques heures j'ai des espèces de gros chocs dans le col et j'en peut plus puisque ca m'empêche de marcher? Après le bain, hop au dodo! Malheur, moi qui croyait me reposer, il tombe une pluie incroyable, accompagnée d'un gros orage, et moi de mon lit je me demande si on a bien fermé les fenêtres de l'auto!!! Bon timing pour me poser cette question n'est-ce pas? Mai tout ca pour dire que je finis par m'endormir vers les 1heures du matin quand l'orage s'arrête enfin.

Je me suis réveillée qu'une seule fois cette nuit là! Il était 4h34, j'ai envie de pipi, je me lève vas faire pipi et je me dit que je suis tellement poquée que je vais devoir demander à Grand-Maman Ghislaine de garder les filles jusqu'après le dîner pour que je puisse remonter la pente un petit peu! Je retourne me coucher? et OUTCH? c'est tu une contraction ca? Re-Outch? ben oui toi une contraction! Je tourne en rond dans la maison, je retourne dans mon lit? à 5h00 Élisabeth se réveille, elle as perdu sa suce, et moi à 4 pattes dans sa chambre à regarder sous le lit? Outch? une autre contraction? ben maudit? je m'asseois à l'ordi, et je tente de timer le tout, mais je ne suis pas assez patiente? Alors vers 5h30 je vais réveiller papa, et lui dit que je m'en vais dans le bain? il me rejoint et là tout en discutant on calcul? après 3 contractions espacées de 5 minutes je lui dit d'appeler Grand-Maman Ghislaine pour qu'elle s'en vienne chercher les filles? il me demande d'attendre voir si c'est vraiment régulier, mais la contraction d'après je lui ordonne d'appeler Grand-Maman! Aussitôt fait, je sors du bain, mais le trajet pour aller m'habiller est long et ardu, puisque je tombe presque immédiatement aux 3 minutes? j'ai hâte que Grand-Maman arrives pour prendre la relève car je veux partir le plus tôt possible pour l'hôpital?

Je ne sais plus à quelle heure elle est arrivée, mais ca n'as pas été long? la seule heure que je me souvient c'est que je suis arrivée et admise a l'hôpital à 6h50 am le 22 juillet 2010, on nous assigne la chambre 154, c'est là que papa et moi allons faire ta connaissance. Après m'être changé je vais à la toilette, et l'infirmière vient me dire avec un air un peu inquiète? si tu sens que ca pousse, tu me le dis? Mais c'est qu'elle m'as pas encore examinée celle-là? elle s'inquiète pour quoi? Enfin bref je m'installe dans le lit, elle m'examine, et je suis à 5.5cm, je suis bien contente d'être passée le cap du 4cm car je lui dit tout de go que je veux l'épidurale! Elle me fait donc la prise de sang nécéssaire, me fais signer les papiers, et part porter le tout au laboratoire.

Entre temps une seconde infirmière entre dans la chambre et me dit qu'elle vient juste pour installer tout le matériel qui est stérile sur la table à côté car mon infirmière est rushée et elle trouve que ca avance vite mon affaire? heu! Qu'est-ce qui vas vite? elle m'as vérifier juste une fois! Vers 7h30 je vois ré-apparaître mon infirmière dans la chambre accompagnée de nul autre que mon médecin? je suis surprise de le voir déjà, surtout que j'apprends que l'infirmière l'as appelé justement pour moi! Déjà que je me dit? elle me semble dont bien pressée celle-là ce matin!! Mon doc me salue et il re-sort jaser avec l'infirmière? à son retour, il me dit que malheureusement l'anesthésiste sera en réunion de 8h00am à 9h00am, et donc que je ne pourrai pas recevoir l'épidurale d'ici là, mais comme je suis vraiment souffrante, il vas m'examiner pour voir avec quoi on pourrais me soulager? Alors go on m'examine? oupsss je suis à 9.5cm, alors il me dit qu'il me fera le bloc honteux et que dès que c'est fini je vais pouvoir pousser?

Je peut vous dire tout de suite que là, j'ai paniqué comment est-ce que ca se peut j'étais à 5.5cm y a quelques minutes? et JE VEUX l'ÉPIDURALE MOI BON! J'AI MAL! Je sais je suis moumoune mais que voulez-vous! Pour aider à tout ca maudit ca fais mal quand il pique pour le bloc honteux? ayoyeee!

Docteur me pique d'un côté, me vérifie entre les deux et je suis complète? il fait l'autre côté et on commence tout de suite à pousser! 20 minutes plus tard après avoir hurler sans bon sens ca y est!

Il est 8h04am jeudi le 22 juillet 2010 et tu vois le jour, mon petit Arthur d'amour, mon premier garçon, tu as fais caca direct sur le médecin en venant au monde. Tu pesais un beau 7lbs11 et mesurais 19.5pouces.

Que je t'aime!!! Et que tu étais pressé d'arrivé ce matin là mon petit amour!
 

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 9 novembre 2010 11:58:49 EST  
bon apres vous avoir lu je vous raconte mon premier qui remonte a presque 6 ans deja Surprised
dpa 30 nov ...et nous y sommes et ils se passent rien Confused decourager lorsque papa arrive de travailler je lui dis on part pour faire le tour des magasin ouvert un mardi soir donc on fait le tour du wal mart et cana tires et on retournes a la maison avec rien de nouveaux ... Evil or Very Mad on fais des calins question de tout essayer 22h15 papa va ce coucher et maman ressent une contractions..wow c ca une contraction Very Happy 15 mins plutard une autre et 10 min une autre je marche de long en large et ca continue allez hop ds le bain et je suis rendu aux 3 min je reveille papa qui ce mets a courir ds tout les sens je lui ca va ca presse pas temps je continue a me preparer et rassembler nos valise et la je me dis ben voyon il fais quoi papa???et oui il etais retourner ce coucher Rolling Eyes ben quoi ca presse pas tu mas dit??euh oui mais il faut y aller

1hr 30 arrive a l hopital je suis 3 voulez vous l epidural euh non ca va je fais du ballon je me promene je vais dans le bain 5hr je suis a quoi?5je vais mourir je veust l épidural oui ca sera pas long 6hr je demanche quasiment le lit et je hurle il est le foutu anestesite?il est occuper madame 7hre ilarrive enfin et je lui dis wow tu as fais ca vite oups je croje me suis excuser apres le soulagement a 8hr on a crever mes eaux a 10hr 40 ca yest on pousse et je regarde l hr et je me dis lache pas dans 3 hres tu vas voir ton bb 11hr 01 il te depose sur moi et hop la belle fille du monde coup de foudre et j appelle tout le monde pour qui viennent vite voir la merv eille que nous on avait reussi a faire Wink  

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 9 novembre 2010 11:59:58 EST  
je reviens plus tard raconter les deux autres Cool  

revenir en haut

Jou

Inscrit le :
13 sept. 2007

Posté le: 12 novembre 2010 10:46:25 EST  
Mon accouchement de 10 octobre 2005
J'étais due pour le 11 ou le 12 octobre. Le 9, je crois que ca y est, je perds un peu de liquide et j'ai des contractions. Toute heureuse, j'appelle mon père (mon chum n'avait pas son permis encore) et on se rend a l'hopital mais non désolé, rien ne se passe! Allez-vous en chez vous Sad Très décevant..
Le lendemain, 10 octobre je me réveille vers 7h30 avec des contractions.. Mais je me dis que non ce n'est pas vrai que je vais me faire avoir 2 fois!! Alors je reste a la maison.. Le temps passe, les contractions se rapprochent mais on m'a tellement dit que ce mal était atroce que je me dis que ce ne doit pas etre ca... CA fait mal oui mais pas assez!! Vers 12h30 j'en ai une bonne.. Vite rappel mon père mais la je suis bien restée a l'hopital! Je demande l'épidural et on me dit: désolé ma belle mais tu es déja a 8.. il est trop tard pour ca!! Oh!!! :0S Un peu plus tard on a crevé mes eaux j'ai commencé a pousser et a 16h01 je tenais un beau ptit bonhomme dans mes bras! Alors j'espere avoir le temps de me rendre a l'Hopital pour mon deuxieme lolll 

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 12 novembre 2010 11:51:23 EST  
jou est tu enceinte de ton 2 ieme ?si oui tu vas etre stresser quand tu vas pres de ta date lol 

revenir en haut

Jou

Inscrit le :
13 sept. 2007

Posté le: 15 novembre 2010 10:46:03 EST  
Ahaha effectivement je suis enceinte de mon deuxième! Je dois accoucher le 1er janvier en plus...
J'espère juste avoir le temps de me rendre à l'hôpital! Wink  

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 19 novembre 2010 09:25:28 EST  
je vais vous conter mon deuxieme

on est vendredi on va chercher la puce a la garderie comble de malheur elle fait de la fievre moi je dis non a peu pas etre malade j accouche en fds moi tout le monde trouve ca drole je suis a 37 2 sa
le samedi rien se passe le dimanche je suis d esperer
mais a 10hre 30 am mon chum me demande esce que ca te derange que j ailles faire du 4 roue ajd?non tu peut pas tu vas etre papa avant 19hr ce soir Confused tu as des contractions non je le sais c tout hhaha tu veut juste pas que j y aillesqu il me dit ....10hr 35une bonne contraction douloureuse je lui apres 20 min de contraction appele ta mere au cas (c est elle qui prends ma fille)10 min plus tard euh...chérie je suis pas capable de la rejoindre Surprised quoi on décide d appeler ma mere et on se rends chez eux pour se raprocher de l hopital mon chum dine moi pas capable a 13hr je lui grouille toi donc je veut aller a l hopital..ouioui 15 min plut tard on part .. 

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 19 novembre 2010 09:33:46 EST  
dsl ca saute
rendu a l hopital il vérifie mes contractions mais je sens plus rien l infirmiere me dit le md est tres occuper mais lorsqu elle peut elle vient t examiner pis tu vas surement retourner chez toi Evil or Very Mad moi et mon chum on check le moniteur en esperant que ca augmente mais non les contraction sont irréguliere et non douloureuse..rendu a 16hre30 seulement le md arrive pour m examiner wow tu est a 7 Surprised tu peut retourner chez vous on te donnes une chambre yeah!!
mon chum va chercher les valises ds l auto et faire mon admission je m installes sur le lit mes eaux creve 16 hre 45 il me donne l epidurale parce que la ca fait mal 17 hre 20l infirmiere dit il me manque un papier je reviens pis la une contraction et je dis a mon chum vite ca pousse ..le md appel entre temps fiou mon chum le dit l inf est pas la et ca pousse.. 

revenir en haut

mt5

Inscrit le :
30 sept. 2010

Posté le: 19 novembre 2010 09:43:08 EST  
dsl ca saute encore

1 min plus tard l inf et le md arrive en courrant on m installe je pousse 3 fois et le bb est sur moi Laughing yeah deja non il cri une seule fois et arrete de respirer je me demande ce qui se passe parce que je vois pas mon bb linf dit au md vient vite le md fais le code d urgence mais heureusement le temps que tous arrive dans ma chambre bb reprends c esprit et hurle a la mort jusqu a ce qu il soit mis au sein!! Very Happy le md m a dit qu il est sortit trop vite et qu il est rester saisi ca arrive des fois semble t il ...il a maintenant 3 ans et je vous dirais que encore maintenant il faut pas que ca l aille trop vite Laughing mais il est en parfaite santée et super intelligent pour rassurer ceux a qui ca arriverait le tout a durer environ 2 a 3 min bb etais ventiller moi j ai eue l impression que ca durer 20 min Wink  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
03 janv. 2011

Posté le: 8 mars 2011 16:24:03 EST  
up Smile 

revenir en haut

lisa

Inscrit le :
20 janv. 2006

Posté le: 9 mars 2011 11:01:27 EST  
La naissance de Lorie le 18 Janvier 2011

Maman à un rendez-vous avec son docteur ce matin.
Elle est un peu nerveuse puisqu'elle aura une date de provocation puisque je ne suis pas pressé de sortir de son ventre.

Le docteur la fait entrée dans son bureau et téléphone l'hôpital sur le champ pour savoir si il y aurait de la place pour elle............Aujourd'hui!!!!
Maman à commencé à trembler.Elle savait que je viendrais au monde aujourd'hui.

Tout est parfait, il me dit qu'il me rejoint à l'hôpital vers 13h.
Il décide tout de même de faire un très gros décollement de membrannes à maman.Tellement gros, qu'il reste surpris que la poche n'est pas crever.

Maman retourne à la maison et avise papa que c'est aujourd'hui que ça se passe.
Oufff, tout le monde est nerveux dans la maison.
Maman tourne en rond, papa saute sur le téléphone pour aviser mamie qu'elle garde aujourd'hui et mes soeurs sautent partout.

Rien pour aider maman à se calmer les nerfs un peu.

13h, nous arrivons tout les trois au 3em étages de l'hôpital.
Les infirmières reçoivent maman et papa et décident d'écouter mon petit coeur un peu pour être certaine que je vais bien.
Le moniteur révèle que je suis en pleine forme......Ben voyons, qui auraient bien pu dire le contraire!!!
Le docteur arrive vers 14h mais nous devons attendre qu'une chambre de naissance se libère pour y installer maman.

14h25, maman et papa arrivent à la chambre Pluie d'étoiles.
Une très belle chambre et ils peuvent regarder la belle neige tomber.

14h30, ma poche est percée.Mais qui à décider de faire ça voyons??Ha oui, le docteur.
Le docteur dit alors à maman que si à 15h30 le travail n'a pas commencé, elle aura du pitocin pour faire démarer les contractions.
Maman à une vrai tête de cochon, elle en veux pas du chimique.
Elle marche, me parle, sautille sur le gros ballon, me parle encore.

J'ai pas l'air bien plus décidé, maman à quelques petites crampounettes mais elle ne sens presque rien.
Elle parle de tout et de rien avec papa.
Les infirmières écoutent encore mon coeur.Je vais toujours numéro1.
Mais maman voit l'heure avancer et espère vraiment voir son travail commencer.

15h30, l'infrimière reviens, regarde le tracé du moniteur et voit que maman à eu les petites crampounettes.
En parlant avec le docteur, maman et moi avons jusqu'à 16h.
Oufff, du temps de plus.

16h, toujours au même points avec les minis-crampes.
Les infirmières entrent alors dans la chambre, poche de pitocin à la main.
Elles doivent par contre faire un examen à maman pour voir si le col à travaillé quand même.
Personne n'y crois mais bon, faut le faire.
Ohhhhhhhhhh maman et moi avons réussi à faire avancer le col de 2 cm sans même avoir mal.
Mais c'est génial, maman se met à rire.
Donc, avec discution avec le docteur, le pitocin ne sera pas nécéssaire pour le moment......Pour le moment.

Maman se remet à marcher, à se rouler sur le ballon.
Elle se décourage, elle ne sens rien à part moi qui gigotte encore énormément dans son ventre.

16h30, ha bien maman trouve que ça pince un peu plus la quand elle a une contraction.

16h35, ça pince encore un peu mais rien de dramatique.
Maman à droit à un examen qui montre que ça encore avancé un peu.

Le temps passe comme ça durant 1h.
Les contractions sont bien la, mais très supportables.
Maman et papa appellent mes soeurs pour leurs dirent que d'ici pas longtemps, je devrais être la.

17h30, ok, la, maman demande à papa de venir se placer derrière elle parce que les contractions font plus mal et sont au 2-3 minutes.
Maman est toujours sur le ballon mais aucune position n'est confortable quand je pousse pour ouvrir son col.

17h45, maman supporte encore la douleur mais doit vraiment penser à respirer durant une contraction.
Comme elle ne veut pas d'épidural, elle doit rester forte et papa l'aide du mieux qu'il peut.

Une nouvelle infirmière entre dans la chambre et propose à maman d'allé dans le bain tourbillon.
Quand elle fait sa proposition, maman est en pleine contraction donc le bain, il peu attendre.
Papa et l'infrimière disent à maman que dans le bain, le travail sera fait plus vite.

Bon, ok, maman accepte de l'essayer.
Donc hop maman dans le bain avec les gros bouillons.

Dans le bain, les contractions sont vraiment intense et très rapprochées.
Maman se lamente un peu mais papa trouvent qu'elle fait très bien ça.

Une chose spécial c'est alors produit.
Les endorphines ont commencé à monter d'un seul coup.
C'était la première fois que maman sentait autant leurs effets.
Entre les contractions, même si ça laissait pas beaucoup de temps, maman se sentait vraiment très bien.
Un peu comme si elle avait bu quelques verre de vin.

18h10, maman à très très chaud dans le bain et dit à papa qu'elle veut sortir de la.........Après la contraction qui commence bien sur.
En sortant du bain, une autre contraction commence.Maman se met à quattre pattes par terre le temps qu'elle passe.
Quand elle fini, papa aide maman à remettre le chemise d'hôpital et ils repartent au lit.
Maman fait le petit chemin court pratiquement en courant, elle sait qu'une autre contraction va arrivé sous peu.
Comme de fait, en arrivant dans le lit, une contraction pas comme les autre se fait sentir.

Ça pousse, déjà, ça pousse fort en plus.
Maman dit a papa de ''biper'' les infirmières qui arrivent vite.
Maman est complète.10 cm et ma tête est juste la, prete a sortir.
Le docteur arrive a son tour et s'habille pour aider maman a ce que je vienne au monde.

Maman pousse une première fois.Cette poussée n'est pas très efficace puisque maman me retiens par en dedans.
Ok, maman se remet et go, une autre poussée.
Ma tête fait son apparition au complet.
Maman fait une toute petite pousser pour sortir mon petit visage.
Maman me voit, j'ai juste la tête de sortie et elle me trouve déjà adorable.
Le docteur dit à maman qu'une dernière poussée et c'est fini.

Le plus beau son du monde se fait alors entendre.

Me voici, je m'appel Lorie, je suis née le 18 Janvier 2011 à 18h24.
Je pèse 6.13lb et mesure 55 cm. 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
03 janv. 2011

Posté le: 3 mai 2011 20:52:53 EDT  
up 

revenir en haut

benurse

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 4 juin 2011 09:41:19 EDT  
Histoire de ta naissance
Nous sommes le 21 février 2011, aujourd'hui j'ai un rendez-vous avec le docteur qui me suit pour ma grossesse. C'est à 3:30 que nous saurons si tu joindras notre famille aujourd'hui ou non. Je m'installe sur la table d'examen et Paula vérifie mon col, nous avions discuté ensemble que si le col avait changé j'irais à l'hôpital pour faire crever mes eaux. Donc nous y voilà je suis ouverte à 5+ cm, maman en revient pas d'avoir autant de travail de fait sans jamais avoir eu mal. Tu prépares ton arrivée de manière douce et lente. Je suis un peu excité puisque ça veut dire que nous allons enfin se rencontrer. J'appelle papa pour qui vienne me chercher, je lui annonce que nous allons aller à l'hôpital après le soupé puisque mon travail a encore avancé. Nous sommes fébrile et ta grand maman Clodine aussi puisqu'elle va nous accompagner dans cette magnifique aventure qu'est ta naissance. Nous prenons le temps de souper, mettre les valises dans l'auto, je parle peu, je pense à ce qui s'en vient. Ça me fait peur mais en même temps j'ai hâte, hâte de savoir enfin quel trésor se cache au chaud dans mon ventre.
18:30 on quitte la maison direction hôpital, nous sommes tout sourire et fébrile. On arrive en maternité vers 19:00, on m'installe dans la chambre 2112, on me dit de me mettre une jaquette car on va faire un peu de moniteur question de voir comment tu te portes. On s'installe et Claudette, notre infirmière, m'installe pour le moniteur. Tu es toute calme, à 3-4 reprises j'ai des contractions mais je sens seulement mon ventre durcir. L'infirmière me dit de bouger un peu en attendant que ma doc arrive pour crever les eaux. On marche moi et grand-maman Clodine, je sourie et reste le plus calme possible.

20:30 Dr Paula arrive enfin, elle examine mon col qui n'a pas beaucoup changé depuis mon rendez-vous. Elle m'explique brièvement ce qui va se passer, ça m'inquiète pas trop puisque je sais ce qui va se passer. 20:45 elle crève les eaux, ça coule, c'est chaud, je sens mon ventre dégonfler et toi qui essaie de t'adapter à ton nouvel environnement. Là à partir de cet instant je sais que je ne peux plus reculer et que c'est une question d'heure avant de t'avoir parmi nous. Vers 20:50 je me lève pour aller à la toilette, première contraction, j'ai peine à bouger de mon lit, mais elle finit par passer. Je vais à la toilette, une autre contraction, elles sont fortes, mais tolérables. Je demande à papa d'aller me chercher un ballon car les contractions sont de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées. La douleur est comme une brûlure dans le bas du dos. Je m'installe sur le ballon, ça fait du bien on dirait que la pression est moins forte, mais les contractions continuent de gagner en force et sont de plus en plus rapprochées. Je migre vers la chaise berceuse pour changer un peu de position, c'est pire je n'aime pas cette position, je vais sur le lit, c'est encore plus pire. À ce moment-là je n'ai plus la force de bouger! je ne vois plus mes contractions comme des vagues mais plutôt comme des tsunami qui s'abattent dans mon dos et sur mes cuisses. La douleur est si intense,
21:20 je demande à papa d'aller chercher l'infirmière parce que je commence à sentir une pression dans les fesses. Elle m'examine, je suis à 7+, elle me dit qu'elle va me transférer vers la salle des naissances. Une autre infirmière, Francine, me demande si entre 2 contractions je peux aller vers la salle d'accouchement. Je suis incapable de répondre j'ai trop mal et je dois gérer alors pas de réponse. Papa essaie tant bien que mal de m'aider, il essaie de masser mon dos mais ça me donne la nausée. L'infirmière arrive avec un fauteuil roulant, c'est mon nouvel objectif, être capable d'aller m'assoir dedans, j'y parviens tant bien que mal. Je n'aime pas être assis, tout d'un coup je sens une pression dans le rectum, j'ai envie de faire caca....non un pet....j'essaie ça passe pas. On arrive dans la salle des naissances, je saute presque sur le lit. Mon doc est à côté de moi elle essaie de mettre ses gants, ça pousse. Je me couche sur le dos et je pousseeeeeeeee. Il est 21:40, ma doc a juste le temps de mettre un gant, mettre ses doigts sur ta tête et me demande de ne plus pousser afin qu'elle puisse mettre son deuxième gant. J'y parviens mais avec beaucoup de difficulté parce que tu pousses pour sortir. Elle me dit qu'enfin je peux pousser, ce que j'exécute assez bien. Ça brûle, ça pousse on voit ta tête, ça pousse la tête est sortie, ça pousse tu es complètement expulsée il est 21:42, les 2 plus longues minutes de ma vie, mais oh combien mémorables. Tu es sur moi, j'essaie de regarder si tu es un garçon ou une fille, une magnifique petite fille. Tu pleures, tu es tellement belle, c'est fou à quel point tu ressembles à ta grande s?ur. On te met sur moi, tu manges déjà tes mains tu es si calme et douce. La doc s'occupe de moi pendant que je t'admire, je t'aime tellement. Papa et moi sommes très heureux de t'avoir parmi nous, grand-maman Clodine aussi est très heureuse d'avoir pu assister à ta naissance. La doc t'enlève à moi pour te faire quelques examen afin de voir si tout va bien, mais on le sait déjà que tout est parfait. Tu pèses 7lb et 5oz, tu mesures 20 pouces, un beau petit bout de vie vient de se joindre à nous 22:00 nous voici de retour dans notre chambre d'hôpital.
Ta naissance aura pris en tout 1 heure, longue à mes yeux mais le plus beau souvenir que je garde de cette journée si importante.
Bienvenu dans notre vie ma belle petite Ève
Maman et papa qui t'aime
 

revenir en haut

Se connecter pour répondre