Enfant

Marcher seul pour aller à l'école

Tous les enfants sont en quête d’autonomie, et ce chemin vers l’indépendance est propre à chacun d’eux, en fonction de l’environnement dans lequel ils grandissent et de leur caractère.

On estime que vers l’âge de 7 ans, l’enfant entre dans la période de la grande enfance, aussi surnommée « l’âge de raison ». S’il est plus responsable et peut se déplacer sur de courtes distances seul, il a encore besoin de votre vigilance pour entraîner ses réflexes et son jugement. Enfin, vers 8 ans, l’enfant devient plus autonome et mieux outillé pour prendre des décisions sensées. S’il est bien préparé, théoriquement, il est alors en mesure de se déplacer seul pour aller à l’école.

Est-ce que mon enfant est trop petit pour se rendre à l'école en marchant? 

Néanmoins, ce « 8 ans » n’est mentionné qu’à titre indicatif par les spécialistes, puisque, que nous le mentionnions plus haut, chaque enfant devient autonome à son propre rythme. De plus, l’environnement qui l’entoure – ville, banlieue ou campagne –, de même que la distance et la complexité du trajet pour se rendre à l’école, devraient tous jouer un rôle dans votre décision de lui permettre de s’y rendre seul. À combien de temps se trouve l’école? A-t-il plusieurs rues à traverser? S’agit-il d’un boulevard achalandé ou d’une petite rue de quartier? Y a-t-il un brigadier ou un feu de circulation sécurisé? Voici quelques questions que vous devriez vous poser.

S’ils sont tous différents, les enfants partagent néanmoins certaines particularités. Par exemple, avant l’âge de 7 ou 8 ans, ils évaluent mal la distance et la profondeur, puisque leur champ de vision est étroit. Le champ visuel d’un enfant est en effet limité à 70° alors que celui d’un adulte est de 180°. De plus, ils ressentent moins rapidement un bruit qui vient vers eux ou qui s’éloigne, et ont de la difficulté à savoir de quel côté celui-ci vient. Sans compter que, si votre enfant est trop petit, il sera moins visible pour les automobilistes. Plus il grandit, plus son appréciation du danger s’affine et moins il sera tenté de prendre des risques. On le juge autonome vers les 10-11 ans.

Une question d’éducation

Pour se donner des repères, l’âge, c’est bien : mais son âge importe peu s’il n’a pas été correctement pris en charge et éduqué, plus jeune. En effet, même s’il n’est pas encore en âge de se rendre à l’école seul, chacune des expéditions que vous faites avec lui le prépare au jour J. En effet, le trajet que vous faites avec lui depuis la maternelle s’est imprimé dans l’inconscient de votre enfant. C’est pourquoi il est important de respecter vous-même les codes de sécurité, tout en lui montrant comment bien regarder à gauche, puis à droite, avant de traverser. À vous de montrer l’exemple, donc!

Comment savoir si mon enfant est prêt à marcher à l'école?

Bref, il convient de considérer avec prudence la notion d’âge, sachant que de nombreux facteurs entrent aussi en jeu, comme la personnalité de l’enfant, sa maturité, son désir d’autonomie et la nature des trajets. Tous les spécialistes s’entendent pour dire qu’il ne faut pas commencer trop tôt : si un enfant a peur et ne se sent pas prêt, malgré son âge, c’est qu’il n’est pas prêt. Généralement, on estime qu’un enfant est assez responsable pour effectuer le trajet par lui-même lorsqu’il est déjà responsable sur un certain nombre de tâches (ranger sa chambre, préparer son sac sans que vous ayez à le lui dire…) Est-ce que votre enfant possède une grande capacité de concentration ou est-il plutôt du genre rêveur, toujours dans la lune? Déambuler seul dans les rues, surtout dans celles des grandes villes, requiert beaucoup d’attention.

Que faire si mon enfant ne veut par marcher pour se rendre à l'école? 

Tous ne sont pas prêts au même moment. Peut-être que tous ces petits copains marchent seuls, ou que son frère aîné le faisait, à son âge; cela ne veut pas que lui soit prêt. Il ne faut donc pas le forcer : le jour viendra.

Inversement, il ne faut pas le surprotéger non plus. Avant d’atteindre ses 11 ans, votre enfant devrait être en mesure de faire plusieurs choses par lui-même, sans que votre supervision soit nécessaire : comme aller à l’école. Il faisait le trajet seul et, depuis une semaine ou deux, demande à ce que vous l’accompagniez encore? Ça lui passera. Au lieu de vous inquiéter de la situation, profitez de ce trajet pour discuter avec lui.

Et souvenez-vous qu’avant l’âge de 12 ans (âge où l’on estime un enfant assez responsable pour garder d’autres enfants), un enfant ne devrait pas accompagner à votre place un jeune frère ou une jeune sœur qui n’est pas en mesure de se rendre seul à l’école.

Les règles d’or pour laisser votre enfant marcher seul vers l'école: 

  • Assurez-vous que votre enfant arrive à s’orienter. Il doit connaître parfaitement le parcours pour arriver à se repérer. Faites un test ensemble : laissez-le ouvrir la voie et voyez s’il hésite.
  • S’il se perd, votre enfant doit être en mesure de trouver facilement de l’aide. Y a-t-il des commerces ou un poste de police à proximité? De plus, il doit connaître sur le bout de ses doigts le numéro pour vous rejoindre. Veillez à bien identifier avec lui à qui il a le droit de parler ou non. On ne le répètera jamais assez : il ne doit pas parler ou monter en voiture avec un inconnu.
  • Rappelez à votre enfant qu'il doit toujours se trouver à trois pas de géant des étrangers.
  • Prenez l’habitude de partir d’avance, toujours. Il doit avoir l’impression qu’il peut prendre son temps, ne jamais courir sur le trottoir ou en traversant la rue. De plus, avisez-le que, même s’il est en retard, il ne doit pas courir. S’il est stressé, l’enfant portera moins d’attention à la route.
  • Habillez votre enfant avec des vêtements voyants ou équipés d’éléments réfléchissants. Petits, les enfants peuvent être cachés par des véhicules en stationnement. Équipez aussi le sac à dos de bandelettes réfléchissantes.
  • Utilisez un mot de passe familial secret pour les urgences: si un imprévu survient et que vous êtes dans l'impossibilité de récuppérer votre enfant à l'école, la personne désignée à votre place connaîtra ce mot. 
  • Évitez d'identifier les objets de vos enfants de manière très visible. 
  • Conservez une pièce d'identité à jour de votre enfant.

Il se garde à la maison

S’il marche seul pour rentrer à la maison, peut-être que votre enfant passe aussi du temps seul à la maison, en attendant votre retour. Au Québec, il n’y a pas d’âge légal pour laisser un enfant seul à la maison. Néanmoins, si votre enfant a en deçà de l’âge de 12 ans et qu’il se blesse gravement en votre absence, vous pourriez être accusé de négligence, selon la loi de la protection de la jeunesse, et on conseille de ne pas laisser un enfant de moins de 10 ans seul à la maison.

Encore une fois, tout n’est pas qu’une question d’âge, puisqu’il faut considérer le tempérament de votre enfant, ainsi que la durée de votre absence. Plus l’enfant est jeune (moins de 10 ans), plus il aura tendance à s’ennuyer rapidement et à s’inquiéter.

Si vous laissez votre enfant seul à la maison, assurez-vous qu’il ait sous la main le numéro de téléphone d’une personne ressource. Et, si possible, avant de prendre cette décision, posez-vous les questions suivantes :

  • Suis-je prête à laisser mon enfant seul?
  • Mon enfant est-il assez autonome pour rester seul? Est-ce qu’il est suffisamment responsable, attentif, sérieux?
  • En cas d’urgence, aura-t-il assez de jugement pour réagir convenablement?
  • Avons-nous des voisins qui peuvent l’aider ou sommes-nous isolés (dans le fond d’un rang)?
  • Est-ce que mon enfant veut rester seul? A-t-il peur, se sent-il prêt?
  • En temps normal, mon enfant respecte-t-il les consignes de sécurité que je lui donne?

Si vos réponses sont majoritairement négatives, peut-être est-il préférable d’attendre encore un peu avant de laisser votre enfant seul. Faites le test! 


Cette semaine
Maladie grave : nécessaire d’assurer son bébé?

Présenté par Beneva

L'annonce d'une maladie grave détectée chez un enfant doit causer une onde de choc au sein de la famille concernée. Une assurance maladie grave permet de soulager le stress financier afin de pouvoir se concentrer sur ce qui compte réellement, le rétablissement et l'accompagnement. Voici ce qu'il faut savoir sur l'assurance contre les maladies graves.

Parents solos : gérez-vous le budget familial avec brio?

En pleine période d’inflation, la gestion des finances familiales s’avère particulièrement stressante, d’autant plus lorsqu’on est séparé ou un parent monoparental et qu’on doit composer avec un seul salaire. 

Rester motivé, jusqu’à la fin de l’année scolaire

Les vélos n’attendent qu’à être enfourchés et l’appel du parc est criant. Les vacances d’été se dessinent à l’horizon, mais avant d’y arriver, il faut survivre aux examens de fin d’année. Comment rester motivé, alors que tout invite au jeu?

Dumplings au chou nappa

Les dumplings sont très appréciés par les enfants. Ceux-ci sont faciles à préparer et se congèlent très bien après la cuisson ou avant. Voici une recette à essayer! 

Nos Concours

Gagnez deux livres de recettes de Geneviève O’Gleman

Participez pour gagner deux livres de Geneviève O'Gleman