Enfant

Ces enfants qui parlent tout le temps... trop?

Est-ce que votre enfant parle sans arrêt, sollicite votre attention, pose des questions, exige des réponses, décrit tout ce qu’il voit et vous fait oublier la douceur des moments de silence que vous aimiez tant?

Il y a des enfants qui pourraient parler sans arrêt du lever au coucher. Ils ont toujours des histoires à raconter, ils remarquent tout, ils ont envie de partager ce qu’ils ressentent et ils veulent être de toutes les conversations. C’est souvent agréable d’être en présence d’enfants aussi créatifs et éveillés. En revanche, ils coupent la parole, ne laissent pas de place aux autres enfants et sont très difficiles à suivre pour des parents qui sont fatigués et occupés. Comment est-ce qu’on doit gérer nos enfants qui parlent beaucoup? Est-ce que c’est possible que quelqu’un parle trop?

Nervosité, bonne humeur ou hyperactivité?

Les enfants qui parlent beaucoup ne le font pas toujours de la même façon ni au même moment. Pour certains enfants, le fait de beaucoup parler est simplement une façon d’exprimer la joie de vivre ou la tristesse d’une période plus intense. C’est le reflet d’une bonne journée qu’ils veulent partager par trop plein de bonheur. À l’inverse, vous parler sans arrêt peut aussi être une façon d’extérioriser une très mauvaise journée et de dire tout haut ce qu’ils n’ont pas osé dire devant les amis, de peur de les fâcher ou de leur faire de la peine. Assez étonnamment, ces enfants qui parlent beaucoup de leurs émotions à la maison ne parlent pas nécessairement autant en classe ou à la garderie, bien que la plupart des enfants joyeux et expressifs le sont partout où ils vont.

Pour d’autres, ce sont les événements stressants qui font ressortir la pie qui sommeille. Les jours d’examens, de compétitions, de concours ou de spectacle vous feront peut-être remarquer que c’est quand vos enfants sont confrontés à de grandes périodes de stress qu’ils se mettent à parler de tout et de rien, à toute vitesse.

Finalement, il arrive que les enfants qui parlent beaucoup soient aussi très agités et qu’ils aient beaucoup de difficulté à se concentrer. Si c’est le cas, s’ils bougent constamment, s’ils sont incapables d’attendre leur tour et que plusieurs autres symptômes pointent vers cette éventualité, il est possible qu’un enfant souffre d’hyperactivité. Ce serait une tout autre question qui vaudrait la peine d’être étudiée davantage, mais le seul fait de beaucoup parler ne permet pas de poser ce diagnostic.

Lors d’un voyage en voiture qui prenait un peu plus de quatre heures pour rallier la destination, mon fils qui avait 7 ans à l’époque n’a pas arrêté de parler une seule minute durant tout le trajet! Je suis arrivée complètement épuisée de ce double effort de concentration : conduire prudemment et sans me perdre (!), et écouter/répondre à mon fils. Mon fils est assez timide avec des étrangers, mais en famille, il est un puits sans fond de paroles, de questions, de remarques... Heureusement, en vieillissant, c’est moins intense lors des déplacements en voiture que lors de ce fameux voyage qui me donne encore des crampes juste à y repenser!
- Sonia, maman de deux enfants
Et les autres enfants?

Quand on observe les autres enfants du même âge, on s’aperçoit vite que la plupart des enfants se comportent de la même manière. C’est notamment le cas des enfants à l’école primaire qui ont tous tendance à vouloir raconter ce qu’ils vivent. Ils apprennent beaucoup de choses et ont beaucoup de contacts avec les autres, c’est normal de vouloir en parler. Le sens de l’humour est aussi très développé à cet âge. Qui ne se souvient pas des professeurs qui devaient élever la voix pour faire taire toute la classe après un éternuement, un hoquet, ou un autre élément déclencheur qui faisait ricaner et parler tous les enfants en même temps?

Du point de vue d’un adulte qui ne parle qu’avec peu de gens chaque jour, notre enfant est peut-être particulièrement volubile, mais c’est parfois quand on le compare avec les autres qu’on constate qu’il ne parle pas nécessairement plus que la moyenne.

Quelques trucs

Vous avez beau le comprendre et accepter que votre enfant soit tout simplement heureux, vous avez bien le droit de parler au téléphone sans être interrompue et de réfléchir un peu quand vous avez des questions d’adultes à régler.

Pour y parvenir, vous pouvez commencer par établir quelques règles de base. Ces règles n’ont pas besoin d’être très sérieuses et de donner à votre enfant l’impression que sa bonne humeur dérange. Vous pouvez leur donner des règles dans lesquelles ils se reconnaîtront et qui les feront sourire. Par exemple :

  • Il faut garder le silence quand quelqu’un est au téléphone, même si la personne qui appelle nous annonce une bonne nouvelle.
  • Il faut attendre son tour avant de parler, sauf quand on s’est cogné l’orteil sur la table du salon.
  • Il faut laisser ses parents se concentrer quand ils composent leur NIP.
  • Il faut que Violaine réussisse à finir sa phrase au moins une fois sur deux si on veut qu’elle revienne dîner.
La base de la communication

Pour que votre enfant finisse par maîtriser l’art de la conversation, inculquez-lui un seul principe à la fois. Vous pouvez lui apprendre à ne pas couper la parole, à poser des questions à ceux qui lui parlent et à laisser une seconde de silence passer entre deux phrases pour laisser la chance à quelqu’un d’autre de répondre.

Bien entendu, tout cela est lié, mais le fait de porter son attention sur chaque élément l’aidera à décortiquer les conversations. Par exemple, un enfant qui sait qu’il devra poser des questions à son interlocuteur sera plus attentif à ses propos et aura moins tendance à lui couper la parole.

Si vous lui donnez des trucs pour être agréable et apprécié de ceux à qui il parle, il comprendra plus rapidement ce qu’on attend de lui. Ce sera bien plus agréable pour votre enfant et meilleur pour son estime que si vous lui reprochez simplement de trop parler, comme si sa seule présence était dérangeante. Éventuellement, il comprendra l’intérêt d’écouter les autres et votre petit moulin à parole se transformera en grand communicateur.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Dépistage génétique

Que ce soit en raison des antécédents familiaux et personnels, de nos habitudes de vie ou de notre environnement, il est bon de consulter un professionnel de la santé avant même de devenir enceinte.

Motricité globale et motricité fine : un duo essentiel!

Motricité globale, motricité fine… on en entend souvent parler, mais qu’est-ce que c’est, au juste? La motricité globale concerne surtout l’équilibre, la coordination générale des membres, la latéralité et le tonus.

Dépistage des problèmes orthodontiques en bas âge

À un moment ou à un autre, tout parent se questionne sur l’évolution du développement dentaire de son enfant. Voici quelques observations faciles à faire pour vous indiquer si un traitement orthodontique est ou sera nécessaire.

5 histoires frissons pour l'Halloween

Comme on aime l’automne! Les feuilles qui changent de couleurs, les nuits qui rafraîchissent et… l’Halloween! Irrésistible, cette fête, adorée des enfants, est aussi l’occasion de découvrir quelques livres qui sauront vous faire frissonner.

Nos Concours

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires