Enfant

Inculquer la notion de consentement dans la petite enfance

La notion de consentement a été abondamment discutée dernièrement avec les cas d’agressions sexuelles dévoilées dans les medias et la lutte contre la culture du viol. Il est important, par prévention, d’initier nos enfants au respect du consentement.

Voici quelques pistes et lieux d’intervention dans la vie de tous les jours pour apprendre à nos enfants ce qu’est le consentement.

Être cohérent avec nos gestes et paroles

Dès l’enfance, respectez le « non » de vos enfants. Il ne veut pas donner de bisou à sa tante? Respectez-le. Faites-lui envoyer un bisou soufflé ou dédramatisez en disant : « Pas de bisou aujourd’hui » ! Surtout, ne le forcez pas. Il est difficile après de comprendre qu’il peut dire non, si ses propres parents le force à des contacts intimes indésirés.

Ton corps t’appartient

Apprenez-lui que personne ne peut toucher son corps s’il ne veut pas et qu’il a le même devoir. La fratrie et la période exploratoire du corps sont de bons moments pour lancer ce message. De plus, agissez lorsque cette règle n’est pas respectée. Ne laissez pas passer en vous disant que cela changera en vieillissant. Au contraire, le message lancé est que ce n’est pas grave.

Le choix du vocabulaire

Votre vocabulaire est très important. Lorsque l’enfant pose des questions sur les bisoux ou la sexualité, intégrez des petites phrases comme : « J’embrasse papa parce qu’on en a envie », ou « On se colle parce qu’on s’aime ». Ces petites phrases incluent le notion de désir, plaisir et choix. Elles agencent aussi ces gestes avec l’amour.

Démontrez vos valeurs prioritaires

Les relations sociales de votre enfant amènent de belles occasions pour discuter de la notion de respect de soi et pour apprendre à écouter sa voix intérieure. Par exemple, lorsqu’il se fait un(e) ami(e) ou qu'il vit une petite amourette, on peut questionner notre enfant sur les raisons qui l’ont amené à choisir cet amoureux ou cet ami, et faire miroiter nos valeurs. Évitez les phrases qui mettent l’accent sur ce que vous ne voulez pas lui transmettre comme valeur, comme la beauté ou les possessions matérielles. Valorisez plutôt des phrases comme : « C’est vrai que c’est important de choisir un amoureux qui est gentil avec nous », ou encore « C’est important de se sentir bien avec son amie; toi, tu te sens bien avec elle? ». La discussion semble légère mais elle permet à votre enfant de vous entendre sur ce qui compte: le respect et l’écoute de soi.

Utilisez un discours respectueux

Pour que mon enfant développe le respect de soi et de l’autre, je m’assure de ne pas lui transmettre de préjugés. Par exemple, « les hommes sont tous des agresseurs ». Faites attention à ce que vous dites devant eux. Ils vous entendent et adhèrent à vos valeurs... et vos préjugés.

Quand je dis non, c’est non

Il est vrai que parfois, nous devons obliger nos enfants à certaines choses : ranger sa chambre, se brosser les dents, etc. Ceci fait partie de l’éducation. Toutefois, il y a des « non » qu’il faut respecter comme un refus de jouer avec un tel ami ou vouloir être seul dans sa chambre. L’enfant s’exprime, alors respectez-le dans ses besoins et permettez-lui de fréquenter des gens qui le font sentir bien. Si nous voulons apprendre à notre enfant qu’il a le droit de dire non, il faut lui démontrer qu’il est entendu lorsqu’il le fait.

Quand l’autre dit non, c’est non aussi

Apprendre à votre enfant à respecter le refus des autres est tout aussi important que de le respecter le sien. Son frère lui demande de ne pas entrer dans sa chambre? Votre enfant a le devoir de respecter ce refus. Il ne faut pas laisser passer. Même vos propres « non » ne doivent pas se transformer en « oui »  chaque fois (oui on peut faire des exceptions bien expliquées!).  Un « non » ca ne veut pas dire « oui », donc soyons constant dans ce que nous voulons lui apprendre et exigeons le respect envers le non-consentement des autres. Ainsi, lorsqu’il grandira, il pourra conserver cette notion pour ses relations amoureuses.

Véronique Boisvert

Sexologue et psychothérapeute

Véronique Boisvert est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en sexologie. Elle pratique en clinique privée comme sexologue clinicienne pour traiter les difficultés sexuelles, relationnelles et conjugales. Elle fait partie de l’Ordre des sexologues du Québec et a un permis délivré par l’Ordre des psychologues du Québec. Elle est l'auteure du le livre Bien vivre ma période postnatale : prévenir les difficultés et devenir une maman heureuse. Elle est copropriétaire chez Axe Santé. Vous pouvez trouver d’autres informations sur sa pratique sur son site Web.  

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Bayard Jeunesse fête la rentrée avec vous!

1000$ en prix à gagner, dont la chance que votre facture de fournitures scolaires vous soit payée!

Nos Concours

Passez du temps de qualité au Zoo de Granby!

Participez pour gagner deux laisser-passer pour le Zoo de Granby!

Commentaires