Enfant

La peur du noir

Il est tout à fait commun que les petits enfants aient peur du noir, très peu y échappent! C’est souvent entre l'âge de deux et quatre ans que la peur du noir se développe.

Elle se manifeste souvent à l’occasion d’un changement dans sa vie ou à une nouvelle étape importante dans son développement.

Pourquoi?

Les raisons réelles de cette peur n’ont rien à voir avec les montres et autres intrus qui inquiètent fiston à l’heure du dodo. C’est plutôt que dans le noir, on ne voit rien, même pas les repères familiers de la chambre! À cet âge, l'enfant a encore besoin d’être rassuré par son environnement, et la présence de ceux qui l'aiment, dans des lieux familiers, est tout à fait rassurante. À l’opposé de la nuit, seul dans sa chambre!

À cette peur de l’obscurité, on peut aussi ajouter que jusqu’à 4 ans, les enfants vivent l’angoisse de la séparation à des degrés divers, selon le caractère et le contexte dans lequel évolue l’enfant. Vers l'âge de six ans, il sera en mesure de faire la différence entre le réel et l’imaginaire, entre sa crainte de ne plus vous revoir et son assurance qu’au petit jour, vous serez toujours là!

Changements

Votre enfant avait l’habitude de dormir profondément et voilà qu’il se réveille brusquement, qu’il vous réclame, qu’il veut de la lumière, qu’il dit avoir peur… Ce que vous ne comprenez pas, c’est qu’il ait peur « du méchant monsieur en noir », alors qu’il ne regarde pas de films violents et que vous ne lui avez jamais raconté ce genre d’histoires à faire peur?

Cette peur est innée et s’exprime selon les enfants avec plus ou moins de force. Saviez-vous que les traditionnels contes pour enfants agissent comme un exutoire dans ces circonstances? Ainsi, le méchant Loup du Petit chaperon rouge, la sorcière de Blanche-Neige, le géant de Pierre et le haricot magique servent souvent aux enfants à canaliser ces craintes qui les prennent durant la nuit. La preuve? Aujourd’hui les parents lisent moins ces contes à leurs enfants et pourtant les petits continuent d'avoir des cauchemars et des craintes incompréhensibles. Sans les images très fortes de ces contes, la peur se nourrit de bruits et d’ombres.

Veilleuse

La première arme contre la nuit noire est la veilleuse qu’on laisse allumée toute la nuit. Ainsi, s’il se réveille, l’enfant verra sa chambre, pourra reprendre son toutou préféré dans ses bras et se rendormir. En vieillissant, il se peut que la lumière le dérange ou qu’au contraire, il s’habitue à dormir tout le temps avec une veilleuse. Mais c'est une conséquence… sans conséquence, alors pas bien grave!

Pas suffisant

Malgré la lumière, votre enfant a encore peur? Il se réveille et pleure ou vous réclame? La meilleure chose à faire est de vous lever, allumer la lumière dans sa chambre et d’en faire le tour pour qu’il comprenne bien qu’il est en sécurité. Rassuré, il se rendormira. Il a besoin d’être beaucoup rassuré par ses parents! Ne soyez pas impatient, cette peur est irrationnelle, elle n’est pas réfléchie. Il a une crainte réelle et à force de lui dire que vous êtes là, que vous comprenez sa peur, que vous êtes là pour le protéger et qu’à son réveil vous serez encore là, il finira par se rassurer. Si au contraire, vous vous montrez impatient et frustré d’être encore réveillé par un cauchemar, l’enfant risque de développer davantage d’angoisse et nourrir ses craintes plutôt que les apaiser.

2 ans : l’âge charnière

Deux ans est une étape importante dans le développement de l'enfant qui s’ouvre davantage au monde extérieur. Et ce qu’il voit ne lui plait pas toujours! Il peut alors développer des peurs particulières, comme les animaux, l'eau, le médecin, le dentiste, le Père Noël, etc. Vous ne pourrez pas complètement le rassurer sur l’objet de sa crainte, mais faites passer votre message en douceur et affection, ça aidera sûrement!

Lectures inspirantes

Le Chevalier qui avait peur du noir
Barbara Shook Hazen, illustrations de Tony Ross
L'École des loisirs, 1997
ISBN : 9782211042796, 8,95 $

Il y a un cauchemar dans mon placard
Mercer Mayer
Gallimard Jeunesse, 2010
ISBN : , 7,95 $

Il y a un alligator sous mon lit
Mercer Mayer
Gallimard Jeunesse, 2010
ISBN : , 7,95 $

Image de Sonia Cosentino


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires