Bébé

La peur des étrangers

La peur des étrangers est partie intégrante du développement de l’enfant. Elle commence à se manifester généralement vers l’âge de huit ou neuf mois. Pourquoi cette peur?

La peur des gens étrangers au cercle familial immédiat de l’enfant survient en même temps que s’amorce le processus de séparation d’avec la mère et ce n’est pas un hasard : l’enfant prend alors réellement conscience que d’autres personnes gravitent autour de sa maman et qu’incidemment, sa place auprès d’elle s’en trouve réduite.

« C’est généralement le père qui est le premier étranger auprès de la mère – et il y occupe une place importante – alors il peut y avoir des moments au début où il fait peur à l’enfant », explique Louise Mercier, psychologue.

Comme papa est le premier responsable du processus de séparation de maman, l’enfant devient craintif face aux autres hommes, plus que vis-à-vis des femmes étrangères.

L’angoisse de l’étranger peut en fait se révéler lorsque l’enfant est confronté à toute nouvelle situation, précise Mme Mercier. C’est la raison pour laquelle il éclate parfois en sanglots de quand il se trouve à proximité de personnes qui ne lui sont pas nécessairement étrangères (oncles, tantes, amis des parents, etc.), mais qu’il ne voit pas très souvent.

La peur de l’étranger est présente habituellement jusque vers l’âge de deux ou trois ans, parfois même quatre ans. Vous devriez commencer à vous poser des questions et même songer à consulter un professionnel si elle perdure au-delà de cet âge, surtout si la crainte devient maladive et que la famille n’ose plus sortir avec lui.

Comment rassurer votre enfant?

Règle numéro un : ne pas dramatiser. Faites parler votre enfant. Il s’agrippe à vous lorsque vous visitez ou recevez votre frère à la maison? Vous pouvez lui demander : « Aimes-tu ton oncle? Pourquoi tu pleures lorsqu’il vient chez nous ou que nous allons chez lui? » Vous pourriez même faire une bonne accolade à cet oncle, tout en disant à votre enfant que vous aimez beaucoup votre frère.

Même si votre instinct maternel vous incite à « envelopper » votre enfant lorsque vous êtes entourés d’un grand nombre de personnes, cette mesure n’est pas judicieuse, souligne Mme Mercier.

Évidemment, dans les cas de rassemblement de parenté ou de rencontre entre amis où il n’y a pas d’autre enfant présent, il est plus difficile de laisser l’enfant se débrouiller lui-même. Vous pouvez peut-être le confier à quelques reprises aux bons soins d’une tante ou d’une amie avec qui il est plus à l’aise. « Si vous gardez toujours votre enfant avec vous, il pourrait croire par exemple que son oncle est méchant », ajoute Mme Mercier.

Voici quelques conseils pertinents, tirés du site belge Psy.be :

  • Ne reniez pas sa peur en disant par exemple « Ce n’est rien! »  Reconnaissez plutôt celle-ci : « Tu as peur de lui? Pourquoi?… »
  • Ne minimisez pas sa peur : par exemple, s’il a peur d’une personne en particulier, cherchez plutôt à comprendre ce que cette personne représente pour lui.
  • Bien entendu, ne l’humiliez pas en le qualifiant de poule mouillée par exemple…
  • Ne le surprotégez pas.
  • Ne le forcez pas à affronter sa peur en l’entraînant par exemple vers le groupe de personnes qui l’effraie.
  • Ne le comparez pas à ses frères ou sœurs, qui eux, n’ont pas peur…

Nos conseils

  • Respecter votre enfant : il est tout à fait légitime d’avoir peur.
  • Lui offrir votre présence affectueuse et votre écoute.
  • L’aider à mettre des mots sur ce qu’il vit.
  • Qu’il exprime sa peur par le biais de différents médias : le jeu, le dessin, les marionnettes…
  • Lui fournir des réponses rationnelles à ses questions concernant l’objet de sa peur.
  • Faire appel aux compétences de l’enfant, en favorisant l’élaboration de ses propres stratégies pour confronter sa peur.
  • Lui raconter nos propres expériences.
  • Lui rappeler qu’il a déjà vaincu telle ou telle autre peur.
Image de Josée Descôteaux


Cette semaine
Maladie grave : nécessaire d’assurer son bébé?

Présenté par Beneva

L'annonce d'une maladie grave détectée chez un enfant doit causer une onde de choc au sein de la famille concernée. Une assurance maladie grave permet de soulager le stress financier afin de pouvoir se concentrer sur ce qui compte réellement, le rétablissement et l'accompagnement. Voici ce qu'il faut savoir sur l'assurance contre les maladies graves.

Parents solos : gérez-vous le budget familial avec brio?

En pleine période d’inflation, la gestion des finances familiales s’avère particulièrement stressante, d’autant plus lorsqu’on est séparé ou un parent monoparental et qu’on doit composer avec un seul salaire. 

Rester motivé, jusqu’à la fin de l’année scolaire

Les vélos n’attendent qu’à être enfourchés et l’appel du parc est criant. Les vacances d’été se dessinent à l’horizon, mais avant d’y arriver, il faut survivre aux examens de fin d’année. Comment rester motivé, alors que tout invite au jeu?

Allergies alimentaires - mythes et réalités

Avoir un enfant qui souffre d’une allergie alimentaire est une source de stress. L’essentiel pour l’apaiser, c’est d’être bien informée.

Nos Concours

Gagnez deux livres de recettes de Geneviève O’Gleman

Participez pour gagner deux livres de Geneviève O'Gleman