Blogues

Lettre à ma mémoire

Chère mémoire, ce soir, j’aimerais sincèrement te dire merci. Merci d’être une faculté qui oublie, car grâce à cette facette de ta personnalité, j’ai décidé il y a presque deux ans, d’avoir un deuxième enfant.

Merci d’être sélective et de garder toujours dans ma tête les meilleurs moments et de minimiser les plus difficiles. Merci de laisser dans mon tiroir de la mémoire les bruits du rire de mes enfants plutôt que les bruits des pleurs, des NONNNNNNN et des crises dans le stationnement du centre d’achats; ils sont beaucoup plus agréables à entendre quand je ferme les yeux. Par contre, j’aimerais te faire une suggestion : c’est bien beau « laisser juste les souvenirs doux », mais tu devrais peut-être laisser des petits post-its orange fluo un peu partout dans ma tête pour que je ne reste pas surprise face aux phases du développement plus difficiles.

Je savais pourtant que le Terrible Two approchait; il y avait des signes ici et là au quotidien, un peu partout, qui me disaient : « Geneviève, attache ta tuque, il va bientôt venter plus fort », mais je regardais Rémi qui était encore tout petit avec sa petite binette coquine et je me disais que je n’aurais assurément pas à traverser une tempête… Peut-être une petite brise de soir d’automne, mais voyons, cet enfant est tellement « cute ». Surprise! C’est un tsunami qui est entré dans ma maison sans crier gare. En fait, mon fils se transforme un peu en Regan du film l’Exorciste lorsque je lui donne une consigne telle que :

- Viens changer ta couche!

- Viens t’habiller!

- C’est l’heure du déjeuner!

- C’est l’heure de partir, viens mettre tes sandales!

- Viens dans la voiture, Rémi!

- On est arrivés à la garderie!

- Maman a les mains pleines; viens, on va marcher…

Il me regarde, me crie NONNNNN!!!!!!, se jette par terre, crie, hurle et donne quelques coups de pieds bien sûr au passage. Plus il y a de spectateurs, plus le spectacle est bon et riche en intensité!

Il y a une façon bien simple d’arrêter cet engrenage : lui donner exactement ce qu’il veut au premier signe, faire quelques singeries pour lui faire oublier, et lui donner des bonbons pour calmer sa peine… Facile, non?

Par contre, ce que le petit Rémi-Regan ne sait pas encore, c’est que de mon côté, je sais que le Terrible Two n’est pas une maladie incurable, et qu’aucun enfant de deux ans n’est mort en criant après avoir mis ses sandales. Alors « au yâbe les bonbons », parce que, ma belle petite mémoire, je vais ressortir de mon cerveau la règle des « cinq C » qui m’avait été apprise au Cégep dans mes cours d’intervention, et qui m’avait tant aidée pour mon grand garçon.

Je dois être…
  1. Constante (garder les mêmes règles en tout temps)
  2. Cohérente (ne crachez pas par terre si vous avez demandé à votre enfant de ne pas le faire)
  3. Claire (des consignes adaptées à l’âge de l’enfant)
  4. Conséquente (ne pas annoncer des conséquences que vous n’avez pas l’intention d’appliquer)
  5. Concrète (l’enfant doit comprendre concrètement ce que vous attendez de lui)

Pour être sûre que la mémoire de l’amoureux ne lui fasse pas défaut, je pense mettre ces règles sur le frigo pour nous rappeler que c’est en intervenant à la manière « cinq C » en équipe que nous ne ressentirons plus cet effet de volcan en éruption. J’expliquerai ma façon de faire à notre entourage et à ceux qui interviennent auprès de mon enfant (les papis/mamies, les éducatrices, etc.). L’important est de travailler en équipe pour ne pas avoir l’impression de ramer seule dans la barque qui s’agite.

Cette semaine, chère mémoire, je travaillerai fort pour que celle qui vient de passer devienne un vague souvenir. Pas trop vague quand même; je sais que le Terrible Two est sournois, il va et revient parfois pour tester et re-tester nos limites.

Merci de m’avoir lu…

Geneviève xxx

Deux semaines plus tard…

Je me sentais un peu mal avant de publier mon texte, car lorsque je l’ai écrit, Rémi était au summum de son Terrible Two et, de mon côté, l’énergie descendait de plus en plus. De m’asseoir et d’écrire ce que je ressentais m’a fait du bien. J’ai vidé mon cerveau de l’émotion que je ressentais, et je me suis sentie d’attaque dès le lendemain matin. Pour moi, l’écriture est un exutoire. Peut-être que le vôtre est le chant, le tennis, la gym, le karaté, la peinture. Quoi qu’il en soit, je vous conseille de vider les trop-pleins d’émotions pour reprendre le contrôle de la situation. Cela nous enlève l’impression de ne plus tourner en rond autour d’un problème, mais d’en prendre possession pour mieux passer au travers…

La barque qui tremblait sur les vagues en plein orage s’est transformée en croisière de Disney. Rémi-Regan ressemble plutôt au petit minou de Shrek depuis quelques jours. Nous avons été tenaces. Il y a des soirs où j’étais brûlée (voire éclatée!) de ma journée. Je n’avais pas envie d’intervenir, et je devais me dire « C’est pour ton bien et le sien, Geneviève! ». Plus les jours avançaient et plus les résultats apparaissaient. Mes limites étaient claires. La prochaine fois que le Terrible Two reviendra nous faire un coucou, je serai armée avec ma bombe des « cinq C ». Je lui conseille fortement d’avoir pris ses vitamines, car je serai d’attaque!

Bonne chance!

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.


Cette semaine
Cuisiner en famille durant la semaine de relâche!

La semaine de relâche est idéale pour renouer avec le plaisir de cuisiner en famille. Dites bonjour aux fous rires et aux nez poudrés de farine!

La micro-aventure : pour créer de beaux souvenirs en famille

Entre le travail, l’école et les routines, on n’a pas toujours le temps de préparer de grandes activités avec nos enfants. Les micro-aventures pourraient être une solution pour vous, parents pressés à la recherche d’idées simples!  

Une semaine de relâche pour grands et petits!

La relâche scolaire est un point de ralliement pour tous les âges! C’est l’occasion rêvée pour organiser des activités ou des escapades en famille.

Balado Naviguer ensemble : pour les parents ET les ados

Présenté par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)

Parents d’ado, vous savez que les sujets à aborder avec votre enfant sont nombreux et que les conversations sont parfois un peu difficiles. Les ados d’aujourd’hui vivent de nombreux changements dans une société en constante évolution, et les parents se sentent parfois démunis pour les soutenir. 

Nos Concours

À gagner : une carte cadeau de 100$

Participez pour gagner une carte cadeau de 100$ en épicerie