Blogues

Ton petit frère, ton petit compagnon…

Mon grand, j’ai été une grande sœur, ce matin je te comprends… Tu voulais partir à vélo un peu plus loin, mais ton petit frère voulait te suivre.

C’est poche parce qu’on t’a dit que tu devais rester dans notre secteur pour que nous puissions te voir. T’étais fru, je te comprends.

Une fois, quand ma petite sœur était petite, j’avais été chercher des jujubes de pêche au dépanneur Bonus du village pour moi pis mes amies, quand elle et maman s’en sont rendues compte, on m’a demandé de partager… Ça m’a tellement fait suer, j’ai marché vite jusqu’à la porte avec ma mini-sœur qui me suivait super vite, j’ai voulu sortir de la maison pour fuir avec mon précieux et en fermant la grosse porte d’entrée pour aller rejoindre mes amies en vitesse dans l’espoir de nous remplir la bouche de jujubes je lui ai coincé les petits doigts dans la porte d’entrée…

Tu as mal juste à le lire ? J’ai mal juste à l’écrire ! Je me sentais comme un monstre parce que je l’aimais tellement ma sœur, je lui aurais donné ma vie je pense mais à ce moment-là, tout ce que je voulais c’était avoir la paix. Ça fait maintenant 23 ans au moins que c’est arrivé et pourtant, je me souviens du mal que j’avais à voir sa petite main enroulée dans la glace, j’ai encore un petit pincement au cœur parce qu’au fond tout ce que je voulais c’était un petit moment d’autonomie toute seule… Comme toi ce matin.

C’était la même chose lorsqu’elle voulait me suivre partout tout le temps. Elle était trop bébé-lala, moi je voulais de la liberté. Elle stoulait toute, moi je voulais un jardin secret, je voulais pouvoir parler avec mes amies tranquille. Je voulais pouvoir dire que j’avais le kick sur Benoit sans qu’elle répète tout à maman et aux matantes dans les partys. Puis le soir, une fois tout le monde rentré à la maison, j’étais scotchée avec elle, à rire, à me disputer, à jouer aux cartes, à écouter un film dans le même sleeping, à faire une cabane pour dormir, à jouer avec nos poupées-muffins…

Je ne sais plus combien de fois maman m’a dit de prendre soin d’elle, que c’était mon petit trésor. Elle avait si raison. Plus tard, notre écart d’âge ne paraissait presque plus. J’allais m’asseoir avec elle pour aplatir nos cheveux, pour dessiner, pour jaser de nos peines d’amour… D’autres temps, d’autres préoccupations parce que maintenant nous pouvions nous raconter notre dernière peine d’amour en nous consolant, fini le temps où j’avais peur qu’elle aille tout mémérer parce que nous étions plus complices que jamais.

Mon grand, être le plus vieux dans une famille, ce n’est pas toujours facile, mais avouons-le, être un humain en général n’est pas toujours facile non plus.

Chaque rang dans une famille comporte ses avantages et ses inconvénients. Ce n’est pas toujours le fun et ce n’est pas toujours plate, ça dépend des jours, des moments, des situations… Parfois tu auras des privilèges que ton petit frère n’aura pas parce que ça fait partie de la vie. Tu seras majeur le premier, tu auras ton permis de conduire le premier mais parfois tu dois rester dans notre petit quadrilatère pour faire du vélo parce que ton petit frère est trop petit et qu’il a tellement envie de te suivre, tu es son héros et ça aussi c’est tellement un privilège.

Un jour, la vie m’a enlevé ma petite sœur précieuse, comme une méchante, comme si de rien n’était… Je vous regarde les enfants et j’ai envie de vous dire à quel point vous êtes chanceux de vivre votre enfance bras-dessus-bras-dessous, je chéris avec vous vos rires ensemble, vos façons de vous réconcilier, votre façon de venir nous voir pour nous demander un privilège avec votre petit regard complice, votre façon de vous faire un câlin avant de vous séparer pour l’école et la garderie..

Je comprends mieux ma mère maintenant que j’ai le privilège d’être votre maman lorsqu’elle me disait de prendre soin de ma sœur comme d’un petit trésor, un petit frère ou une petite sœur, c’est si précieux. Elle n’était pas médium ma mère, elle était juste pleine de bon sens, c’est tellement plein de bon sens une maman au fond…

Puis, c’est quand tu m’énumères ce que tu aimes tant d’avoir un petit frère versus les deux ou trois pécadilles sans importance au fond qui font que parfois c’est moins le fun que je sais que tu reconnais la chance que tu as.

Croyez-moi mes enfants, vous avez tellement, tellement de la chance de vous avoir et de pouvoir vous serrer fort dans vos bras avant le dodo. Je ne peux pas vous l’expliquer de long en large, vous êtes trop petits encore mais si vous saviez à quel point ça me manque et que j’aimerais pouvoir avoir encore cette chance avec elle, si vous saviez…

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le zoo de Granby l'hiver!

Gagnez un forfait famille pour aller au zoo de Granby.

Nos Concours

Commentaires