Blogues

Personne n'est à l'abri d'une jambette financière

J’ai toujours pensé que la pauvreté c’était l’équivalent d’être sans abri, d’avoir un gobelet avec des mitaines trouées en jouant de la cuillère dans le métro. Mais j’ai compris que c’était autre chose.

J’ai toujours pensé que j’étais assez loin de tout ça et que je n’aurais jamais à craindre de manquer de quoi que ce soit. J’avais la conviction qu’en étant allée dans un collège privé je ne connaitrais jamais l’ombre de la pauvreté ni voir même le reflet de son visage. 

Dans notre société, c’est facile de juger les gens, de croire que si une personne n’arrive pas dans son budget c’est simplement qu’elle ne calcule pas bien et qu’elle ne met pas les priorités aux bons endroits. Mais j’ai appris avec une famille qu’il y a presque toujours un événement pour faire une jambette à mon budget. Une jambette, ça peut être une voiture qui brise (tadam! c’est arrivé ce matin), les frais de modulation des garderies, une perte d’emploi, un enfant malade, une dépression, le décès d’une personne que l’on aime profondément ou toutes ces réponses en même temps. Tristement, avec la vie que nous menons, même si un événement difficile arrive, c’est comme si nous devions tout faire machinalement pour éviter le déclin financier. L’expression « The Show must go on » prend tout son sens, c’est comme si tout tenait à un fil et qu’il faut continuer de regarder loin pour tout maintenir en équilibre.

Dernièrement, suite à un billet qui parle de mes finances, une fille sur le Web m’a répondu que je n’aurais pas dû avoir d’enfants avant d’avoir une stabilité financière. Au début, ça m’a fait de la peine, mais après coup, j’ai réalisé que cette fille jugeait avant de me connaitre et de connaitre les autres… J’aurais aimé dire à cette fille que personne n’est à l’abri d’une jambette de la vie. J’aurais aimé lui présenter ma grande amie du secondaire, Julie Vallières, qui passe du sourire aux larmes avec sa petite Lylia-Carole depuis deux ans et demi. C’est si difficile de gérer le stress d’avoir un enfant malade et la trouille de ne pas avoir assez de sous pour stationner la voiture à l’hôpital. De tout faire pour se battre contre une tumeur au cerveau, un cancer de la moelle osseuse et un drôle de système de santé tout en faisant des démarches auprès des organismes pour pouvoir finir le mois un peu moins essoufflé (mais toujours très essoufflé quand même). Même avec la meilleure stabilité financière et un amoureux qui a un bon emploi, financièrement c’est difficile, voire quasi impossible d’arriver.

J’aurais aussi aimé lui présenter ces mamans monoparentales qui étaient convaincues d’avoir trouvé le prince charmant et qui après les enfants, ont vécu l’infidélité ou, pire encore, des agressions physiques ou psychologiques. Au lieu de cracher sur ces femmes, j’ai pensé les applaudir de se tenir debout, de se respecter comme personne et de se donner le droit d’être heureuses. Ces femmes ne sont pas du genre à se plaindre, mais quand toi tu écris ce type de commentaire, c’est certain que pour elle c’est comme un couteau dans le cœur parce que c’est comme de donner une raison au malheur, de dire : « Ben tu l’as cherché » au lieu de dire « Je suis avec toi ».

Parfois, je trouve ça dommage de voir des insultes venant des gens qui aiment ouvertement dire que ce n’est pas leur problème qu’un enfant soit malade ou qu’une femme recherche des services pour de l’aide, qu’il ne devrait pas avoir à payer pour « c’te monde-là ». Les médias sociaux ça met souvent le spotlight sur les caves, sur les gens qui ne réalisent pas que la maladie ou une jambette financière c’est souvent comme la loterie. Je me considère chanceuse tous les matins de me lever avec deux petits bonshommes en santé et un papa extraordinaire, ce n’est pas parce que j’ai été plus fine ou plus smatt qu’une autre, ça s’appelle juste de la chance. Je considère que si la petite fille de mon amie Julie a une tumeur au cerveau, j’accepte avec le sourire et les yeux dans l’eau de payer collectivement pour ses services pour espérer qu’un jour, elle puisse dire tourlou à ces maudites métastases. Des fois, je pense que ces personnes méchantes devraient se faire greffer un cœur dans la tête, ce serait pratique dans le monde dans lequel nous vivons.

Un jour, j’ai décidé d’arrêter de juger les gens au premier coup d’œil. Ce matin-là, j’ai décidé de m’asseoir et de tenter de mieux comprendre l’autre. Je sais, parfois c’est difficile parce que le regard rapide est plus facile que la compréhension. Je ne suis pas une sainte, parfois parce que je suis trop fatiguée, j’ai la jugeote un peu spontanée, mais je tente très fort de me mettre dans les chaussettes de l’autre. Ce n’est pas parce que tout va comme sur des roulettes aujourd’hui et maintenant qu’il en sera toujours ainsi et l’inverse est tout aussi valable. Les enjeux financiers font partie de notre quotidien, peu importe d’où nous partons et vers où nous allons. À un cheveu de la trentaine, je m’ennuie de la naïveté que j’avais quand j’étais petite et que je réussissais à amasser 100 $ à ma fête avec les cartes des matantes, j’avais l’impression que « the sky is the limit ! »  Aujourd’hui, je sais qu’avec ce même billet de 100 $, j’en ai juste assez pour remplir la voiture d’essence et aller chercher des trucs pour les lunchs de demain. Je l’avoue, c’est beaucoup moins excitant qu’un vélo neuf avec une belle clochette qui fait ding! ding! pour mon beau guidon étoilé!

Sur ce : Tournée de cœur dans la tête pour tout le monde!

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le zoo de Granby l'hiver!

Gagnez un forfait famille pour aller au zoo de Granby

Nos Concours

Méli-Mélo de livres pour enfants de 9 à 12 ans

Gagnez 7 livres pour ado d’une valeur de 100$

Commentaires