Blogues

Quand l’inquiétude d’une maman monte!

Quand la maladie touche nos enfants, c’est la préoccupation la plus difficile à contrôler pour une maman. Venez, je vous raconte.

J’ai toujours vu ma mère s’inquiéter pour nous, parce que même si pour vrai, elle doit avoir le visage le plus rassurant du monde, quand j’étais malade, que ça n’allait pas, même si elle voulait le cacher pour ne pas nous inquiéter, des yeux de maman ça ne ment pas. Peut-être que ça ment un peu, mais je pense aussi que des yeux d’enfants c’est comme un scanneur de caisse enregistreuse de chez Woolco. Dès qu’il m’arrivait quelque chose, je savais la gravité de mon état à la grosseur des pupilles de ma mère. Une petite pupille, c’est rassurant, c’est juste une égratignure, un petit rhume, ça se règle souvent avec un câlin et trente secondes de glace. Une moyenne pupille c’est plus comme « Ishhh, coudonc, c’est ti cassé? », un peu de fièvre ou une chaudière pour vomir au cas où. Des grosses pupilles, c’est l’inquiétude, ça vient parfois en criant le nom de ton père parce que c’est pas gérable tu seule, ça vient avec un clignement de yeux pour se ressaisir, prendre le téléphone ou embarquer le petit dans le char pour aller directement à l’hôpital.

J’ai jamais aimé souffrir devant ma mère, je savais que ça lui faisait de la peine. En fait, je pensais que je le savais. La vérité? J’étais loin en titi de m’imaginer tout le self-control qu’elle avait quand j’avais mal. Je l’ai su dès les premiers pleurs de coliques, dès les premiers points de suture à cause du mausus de meuble de télé, dès les premiers « peak » de fièvre, et ce, pour les petits comme pour les gros bobos. J’ai compris très rapidement qu’être une mère, ce n’était pas juste se faire prendre en photo au zoo de Granby à côté d’une girafe ou un bambi, c’était aussi parfois de vivre les plus grandes inquiétudes de l’univers.

Je suis chanceuse, mes enfants sont relativement très en santé et je touche du bois tous les jours depuis qu’ils sont nés pour que ça continue. Je suis une maman très curieuse dans tout ce qui entoure la santé, j’aime m’entourer de tous les types de médecine, j’adore la naturopathie, l’ostéopathie, la massothérapie, l’acupuncture, les thérapeutes holistiques, les psys, je les écouterais parler pendant des heures… Depuis 3 ans, avec quelques formations, j’ai beaucoup appris sur nos capacités à se sortir de petits virus et j’avoue que pour certaines choses, je me débrouille toujours de mieux en mieux. Rassurez-vous, je ne suis pas devenue une freak qui satanise les docteurs, j’adore les pédiatres de mes enfants et les soins qu’ils donnent à ma famille, mais j’aime comprendre ce qu’ils ont, avoir de nouvelles connaissances, savoir par quoi c’est causé et ce qui pourrait les aider, ça ajoute un plus à mon C.V de maman, je trouve.

La semaine dernière par contre, les enfants allaient très mal, genre vraiment mal, ils ont fait une grosse réaction allergique/physique qui a duré plusieurs jours. Je vous épargne les détails, mais en gros, le petit montait très haut en fièvre (même avec Tylenol ou Advil), avait de la difficulté à tenir debout, beaucoup de douleurs aux muscles, douleurs aux yeux, pleurs constants, vomissements… J’appelais à Ste-Justine à 4h du matin pour me calmer, pour ne pas tomber parano. J’avais besoin de parler à une infirmière ou à ma naturo juste pour me rassurer parce que même si tout le monde me disait que dans ce qu’ils étaient en train de vivre comme réaction c’était normal, mon petit cœur de maman était inquiet, il avait peur de ne pas en faire assez, de perdre ce qu’il a de plus précieux, vous comprenez? Après plusieurs jours à leur parler, j’ai lâché de goggler tous les symptômes pour arrêter de beurrer mon âme d’inquiétudes, à lire les forums, je vivais leurs phases terminales. Tu le sais, moi aussi, que de taper des symptômes sur un moteur de recherche c’est NON POINT FINAL, mais tu le sais aussi que la nuit des fois tu tires les mots plus vite que ton ombre sur ton téléphone et tu sombres dans une paranoïa dans le temps de le dire. C’était important pour moi à 4 heures du matin de parler aux infirmières de l’hôpital, parce que mon cœur de maman m’aurait fait habiller le petit pour monter d’urgence et j’aurais probablement brisé un peu de son sommeil récupérateur, même si son petit cœur battait très vite à cause de la fièvre.

La semaine dernière, j’ai dû apprendre à me faire confiance, à faire confiance aux spécialistes et à la vie parce qu’il y avait juste le temps pour arranger les choses. Le temps, c’est long quand tu manques de sommeil, que les petits aussi, que le corps s’adapte à ce qu’il affronte. Le temps, ça rend tellement vulnérable, ça nous fait perdre une partie de la maitrise du contrôle de soi, de notre capacité de raisonner. C’est normal parce que lorsque l’on devient une maman, notre famille, c’est ce que l’on a de plus précieux, c’est notre dose de joie de vivre. Quand le sourire de nos petits revient, qu’ils recommencent à bouger, courir, se chicaner ensemble pour une bébelle à deux piasses, ben ça devient le plus beau cadeau que la vie peut nous donner… C’est là que tu as le plus envie de serrer les mamans qui vivent avec ce stress tous les jours et que tu continues en cachette de parler dans le vide, les poings serrés, à tu sais plus trop qui pour que tes enfants gardent la santé le plus longtemps possible…

Pour Julie Vallières, Julie Greco, Mélanie Castonguay et toutes les mamans qui vivent dans l’inquiétude avec parfois des petites, des moyennes ou de grosses pupilles… xxxxx

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Participez pour gagner un exemplaire du livre « Incroyable érable »

Courez la chance de gagner le livre « Incroyable érable » d’une valeur de 30$.

Voyagez avec les Imageries !

Courez la chance de gagner trois imageries de trois pays.

Commentaires