Blogues

Mes Saint-Jean, d’hier à aujourd’hui

J’ai 5 ans. Peut-être moins. Je suis assise dans les escaliers extérieurs, ceux qui mènent à notre petit appartement. Une légère brise provient du jardin, derrière chez nous, et des effluves de savons frais chatouillent mes narines. J’ai déjà pris mon bain.

Le soleil baigne mon visage et, fière de porter mon beau pyjama rose, je lèche avec bonheur une glace à la fraise. J’attends.

Ce soir, c’est la Saint-Jean-Baptiste. Dans les vestiges de la Pulperie, par centaines qui m’apparaissent des milliers, on va assister aux feux d’artifice. Les plus belles couleurs vont pétarder dans le ciel et, aussi grandioses qu’effrayants, les feux vont raisonner contre les parois magistrales de mon Saguenay natal. 

Je suis excitée comme une puce. Je frissonne.

Dans la rue, déjà, les gens défilent et chantent leur fierté d’être Québécois. Je les regarde, de la même manière que je dérobe mon cornet; avec envie et plaisir. Je les trouve beaux, enroulés dans leur drapeau, leur visage peint de bleu.

Ces frissons, ceux qui parcourent mes bras, je les dois peut-être au bonheur de faire partie d’un tout, d’un clan. Il faut dire que tous ces gens qui avancent ensemble, comme s’ils ne faisaient qu’un, ça m’émeut. Mais je suis trop petite pour le comprendre. Pour l’instant, je suis juste trop contente, sans vraiment savoir pourquoi.

Par contre, ce que je sais, c’est que moi aussi, quand je serai grande, je serai fière d’être Québécoise. Je ferai partie de ce bloc monolithique, solide comme le roc, qu’on appelle la famille. Moi aussi, j’ouvrirai mes bras pour accueillir mes voisins et on marchera, ensemble, vers un ciel de festivités.

Je n’ai plus 5 ans et j’aime encore la crème glacée aux fraises.

Mon pyjama rose ne me fait plus depuis belle lurette, mais je garde encore l’espoir de retrouver ce sentiment qui m’habitait à l’époque des Saint-Jean d’antan.

J’aimerais ça qu’au rythme de nos différences, on aille tous dans la même direction.

J’aimerais ça que nos cœurs n’oublient jamais hier, mais que nos yeux soient rivés sur un ciel plein d’éclaircies.

J’aimerais ça qu’être Québécois, ça n’ait pas de rapport avec nos souches, mais seulement avec notre manière de voir demain et de vivre aujourd’hui. 

J’aimerais ça qu’on soit fiers d’être Québécois à longueur d’année, pas juste à la Saint-Jean.

J’aimerais ça, pour moi. J’aimerais surtout ça, pour mes enfants.

Maman Zarb

Rédactrice web, stratège, gestionnaire de communauté, artiste et mère de trois garçons, elle déteste les étiquettes. Ses enfants le confirment ; Annie est une attachante maman zarb (ce qui veut dire bizarre en verlan) qui déborde d’imagination et qui adore se mettre en déséquilibre. Toujours un peu dans la marge, elle habite l’autoroute 15 à cheval entre la rive nord et Montréal. Ses billets sont souvent le fruit de ses longues heures à jouer dans le trafic. Confrontée au TDAH, elle s’est intéressée au sujet et tient un blogue sur le sujet. Si non, vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.


Cette semaine
Six questions pour faire la lumière sur la dermatologie en ligne

La télémédecine fait désormais partie du quotidien des familles québécoises. Mais quel est le niveau d'efficacité de cette pratique? Dre Émilie Bourgeault, dermatologue chez DermaGo.ca, nous donne son point de vue. 

La plagiocéphalie - syndrome de la tête plate

« Encore trop de bébés à la tête plate » selon l’article sur le sujet de la plagiocéphalie paru à l’automne 2017 dans le journal La Presse. Les récentes études sur cette condition clinique du nourrisson sont unanimes, pour éviter le port du casque (orthèse crânienne) le dépistage de la plagiocéphalie doit se faire très tôt.  

10 raisons de leur faire des câlins

Le 21 janvier, c’est la Journée internationale des câlins et plus que jamais on en a tous besoin! C’est le moment parfait pour devenir un peu gaga et se raconter tous ces petits riens qui nous explosent le cœur et nous poussent à étreindre nos enfants, peu importe leur âge!

L'attachement et le détachement parent-enfant

Est-ce que je vais rendre mon enfant dépendant si je le prends dans mes bras? Voilà la question que j’ai reçue d’une lectrice. Son bébé d’un an traverse une phase très « maman » ; elle se demande comment gérer la situation.

Nos Concours

Gagnez 1 camion Monster Jam de LEGO

Participez pour gagner un des deux nouveaux produits LEGO

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires