Blogues

Deux geeks et un jeu

J’ai engendré un geek. Ce genre qui aime les jeux vidéo, les consoles, la science-fiction, Youtube, Minecraft et Super mario bros.

Avoir un geek de 9 ans, c’est sans cesse se battre pour le sortir d’un écran. Et ce, depuis une éternité. Par exemple, à 3 ans, mon fils s’est caché sous notre lit pour jouer en cachette toute une nuit sur notre nouvel iPad!

Comme médecin, je connais les ravages des écrans durant la petite enfance. Je vous confirme que comme mère, mes propres conseils médicaux n’ont pas fait long feu!

La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. La « geekitude », c’est de famille. Cette geekitude qui fait qu’on se rend déguisée en personnage de StarTrek ou de StarWars à la première d’un film.  Le genre de « geekitude » que je rougis à avouer, je dois dire…

J’ai donc engendré un geek.

Revenons à mon geek en chef. Pour le faire décoller des écrans, il faut le faire jouer à des jeux de société. Et pas n’importe lesquels : ça prend de l’action, des monstres, des dinosaures ou de puissants chevaliers valeureux. Et attention, les tours de jeu doivent être rapides et actifs. Car, dès que le jeu ralentit, mon fils prend automatiquement possession de son épée mousse. Son épée en main, le voilà qu’il nous fait la danse du Jedi en moins de deux. C’est drôle la première fois, la deuxième aussi… mais après trente fois, on a hâte que ça lui passe.

Nous avons trouvé, après de nombreux essais, le jeu parfait. Un jeu de donjon terrible avec des monstres incroyables qu’il faut affronter sans peur ni reproche. Dès l’âge de 5 ans, fiston et papa se sont assis ensemble et ont passé des heures à se comprendre autour d’hydres à trois têtes, d’elfes noirs et de dragons.

Ce jeu à un quelque chose de parfait pour la maman en moi, il contient du texte. Alors que mon geek en chef peinait à apprendre à lire à l’école et nous décourageait un peu, je dois dire, mon chum a eu la brillante idée de modifier les règles : « Si tu lis toi-même les cartes, tu as le droit à un tour de jeu supplémentaire ».

Ce jour-là, nous avons compris que nous avions certes un geek… mais aussi un enfant résolument centré sur son propre intérêt.

Mon fils est plutôt du type « à quoi bon faire des efforts en classe si ce n’est pas utile ». Nous lui avons montré l’utilité de la lecture par le jeu et notre fils est passé de bon dernier à passionné de lecture (à condition que ce soit du fantastique, bien sûr!).

Depuis quelques semaines, nous utilisons désormais la copie en anglais. Ce qui était bon en français fonctionne tout autant en anglais! Un deux pour un de la pédagogie centrée sur l’enfant.

Mais ce que je préfère par-dessus tout, c’est que ce jeu est un jeu parfait pour mon fils et son père… On dirait que mes deux hommes se comprennent et développent leur complicité à eux, juste à eux. Il y a quelque chose de beau dans la complicité père-fils. Ce jeu l’incarne parfaitement.

Parlant de complicité, il y a une chose que je ne tolère pas en matière de jeu de société, c’est quand on modifie les règles. Or, je dois vous avouer que père et fils sont rendus des champions dans le domaine. Ils ont inventé toutess sorte de règles allant du « pige dans le lac pour obtenir des ressources » à des affrontements simultanés plutôt que le tour à tour (idéal pour éviter la danse du Jedi à la maison). Inutile de dire que c’est maintenant leur jeux à eux seuls !!

Thunderstone

Jeu de Mike Elliott, édité au Québec par Edge et distribué par Dude.

Thunderstone est un jeu de cartes à développement. Les joueurs doivent à partir d’une main de départ aller au village se procurer de l’équipement (armes, nourriture, accessoires) et des personnages héroïques pour pouvoir affronter les monstres d’un donjon en quête de la pierre de tous les pouvoirs.

Ce jeu s’inspire des jeux de cartes à collectionner de type « Magic » ou « Pokemon ». Cependant, contrairement aux jeux de collection, tous les joueurs disposent des mêmes cartes de départ et peuvent se procurer les mêmes avantages en cours de partie. Il n’y a pas de « carte » rare qui confère un avantage inégal.

Pour 2 à 5 joueurs, à partir de 14 ans. Je précise que mon fils y joue cependant depuis l’âge de 5 ans. Il est utile de préciser que Thunderstone est un jeu costaud qui nécessite une appropriation par un adulte. Si l’homme (ou la femme) de la maison a des tendances geek ou encore des soirées de cégep mémorables à jouer à des jeux du type « Donjons et Dragons », « Magic The Gathering » ou « Axis and Alies », c’est pour vous!

En-jeux de famille

Maman, musicienne et médecin, Isabelle Goupil-Sormany est aussi une joueuse et une collectionneuse invétérée de jeux de société. Elle découvre, juge et note plus de 150 nouveautés par années pour Les Trois Lys, un organisme qui récompense les meilleurs jeux de société disponibles en français au Québec. En parallèle, avec son conjoint et ses trois enfants, elle a depuis longtemps compris que le jeu crée un espace social particulier, parfait pour développer la complicité familiale. À travers les anecdotes de son quotidien ludique, elle nous propose aussi de bons choix pour toute la famille.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Le parcours de l’horreur pour des frissons assurés

Courez la chance de gagner 4 passes pour le parcours de l'horreur du Méga Parc

Apprendre l'anglais en s'amusant!

Courez la chance de gagner le jeu de cartes Hola Clara pour apprendre l'anglais.

Commentaires