Bébé

Les crises de colère chez les enfants

4 ans et plus
  • Quant aux enfants d’âge scolaire, ils devraient être retirés à l’écart dès qu’ils franchissent le « point de non retour » et ce pour toute la durée de la crise.
  • Amenez-le rapidement, sans brusquerie mais sans chaleur et en parlant le moins possible jusqu’à l’endroit de retrait. « Calme-toi! » La porte peut rester ouverte si l’enfant respecte son espace et ne hurle pas.
  • Si la crise a lieu en visite ou en public, trouvez un endroit calme et à l’écart ou amenez l’enfant dans la voiture (quitte à revenir payer l’épicerie plus tard)
  • Pendant toute la durée de la crise, ne lui parlez pas et ne réagissez pas à ses tentatives de provocation. Restez silencieux, ferme et distant (ni chaleureux, ni agressif) Lors d’une crise, l’enfant cherche souvent à nous mettre nous aussi en colère (pour ne pas être seul, pour se venger, etc.). On ne doit donc pas donner ce pouvoir à ses comportements. On doit lui refléter que la crise est SON choix et est totalement inutile. À la rigueur, on peut lui dire de temps à autre, d’une voix ferme et monocorde : « Calme-toi, cesse de crier, ensuite je viendrai te voir. »
  • Restez près de la porte, surtout si votre enfant est de tempérament anxieux. Si l’enfant reste dans sa chambre, laissez la porte entrouverte. S’il ressort, fermez-la quelques minutes et tenez la poignée s’il tente de sortir (environ 5 minutes) puis ouvrez et laissez ouvert s’il semble vouloir respecter la consigne. Ne lui parlez pas à travers la porte. S’il frappe dans la porte, ignorez-le le plus possible. Sinon, entrez et asseyez-le fermement mais sans agressivité sur son lit en disant : « Tu restes-là! » et ressortez. (N’installez pas de dispositifs afin de verrouiller la porte. Le fait de se sentir enfermé peut faire augmenter l’anxiété chez les uns et la colère chez les autres.)
  • Après quelques minutes, lorsque la crise semble diminuer, ouvrez la porte et demandez-lui s’il est plus calme. S’il vous semble plus posé, entrez, félicitez-le puis vérifiez son attitude. Si la crise persiste ou reprend, ressortez calmement en disant que vous reviendrez lorsqu’il se sera calmé. Retournez-y lorsqu’il aura cessé de crier.
  • Une fois l’enfant réellement calmé, faites un COURT retour sur la situation « Tu es dans ta chambre parce que… Je ne veux plus que tu… », exposez-lui clairement vos attentes « Pour le reste de la soirée, je veux que tu… » et annoncez-lui la conséquence s’il y a lieu « Pour ton manque de respect, ce soir tu te couche à 19h, compris? ». Exigez des excuses pour sa conduite et excusez-vous si vous avez vous-même dépassé les bornes.
  • Assurez-vous qu’il accepte votre refus ou la règle et qu’il est prêt à obtempérer à la consigne qui avait déclenché la crise AVANT qu’il ne sorte de sa chambre. Le retrait ne se termine que lorsque le parent sent une réelle attitude de collaboration chez l’enfant (tant qu’il ricane, reste agressif, arrogant ou fermé, il reste à sa chambre). On peut tester son degré de collaboration en lui donnant une consigne simple (ex : range les choses qui sont par terre). S’il s’exécute, c’est généralement qu’il est de meilleure humeur. S’il recommence à s’opposer lors du retour, cessez la discussion, sortez et revenez plus tard. Une fois le retrait terminé, ne revenez plus sur la situation.
  • Lors du retour, évitez les questions du genre « pourquoi tu as fait ça? ». Les enfants ont souvent de la difficulté à faire des liens de cause à effet et risquent d’apprendre à justifier leurs actes. Dites plutôt : « Je sais que tu es fâché contre ta sœur, mais tu n’as pas le droit de la pousser. Dis-lui avec des mots. » Évitez aussi de vous éterniser car cette dose d’attention risque d’être perçue comme une récompense par l’enfant.
  • L’enfant peut ensuite être contraint de poser un geste réparateur envers la personne lésée (s’excuser, faire un dessin, lui rendre un service, lui prêter un jouet, etc.) À cet âge, il n’est généralement pas nécessaire d’ajouter d’autres conséquences. Passez à autre chose, changez-lui les idées, sans toutefois lui accorder de privilège (ex : On ne lui offrira pas une crème glacée juste après une grosse crise).

Enfin, soyez patient! Lorsque vous mettrez en pratique ces moyens, les crises risquent fort d’augmenter en durée et en intensité. NE FLANCHEZ PAS! S’il le faut, retirez tous les objets de la chambre de l’enfant en lui promettant qu’il les retrouvera dès qu’il aura appris à mieux se maîtriser et à se calmer en retrait. Si, après quelques semaines d’application constante de ces techniques les colères ne diminuent pas ou si vous ne vous sentez pas à l’aise avec ces techniques, n’hésitez pas à consulter afin d’obtenir du soutien. Et ne vous en faites pas, certains enfants qui ont fait de nombreuses et épouvantables crises deviennent en vieillissant des anges de douceur. C’est d’ailleurs le cas de ma propre fille…

Nancy Doyon

Coach familiale et auteure

Nancy Doyon est auteur, formatrice et conférencière depuis plusieurs années, elle est aussi très active dans les médias à titre de chroniqueuse famille. Elle est collaboratrice régulière à l’émission Bonheur total au Canal Vox ainsi qu’à Salut Bonjour! Week end à TVA et à Truc et cie à V télé. De plus sa chronique SOS NANCY est présentée tous les lundis au FM93 ainsi que tous les mercredis à Rythme FM Mauricie. Elle est également présidente-fondatrice de l’entreprise SOS NANCY, qui offre des services de coaching familial. Nancy Doyon est coach familial et éducatrice spécialisée depuis près de vingt ans. Elle a travaillé dans les centres jeunesse, les CPE, les CLSC et les écoles primaires et secondaires de la région de Québec avant de plonger dans l’univers du coaching.   Parent gros bon sens - Mieux comprendre mon enfant pour mieux intervenir Par Nancy Doyon Éditions Midi trente 2010 ISBN : 9782923827070 22,95 $

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Stodal® : le sirop à toujours avoir à porter de la main!

Gagnez une bouteille de fabuleux sirop pour la toux.

Commentaires