Bébé

Le petit répertoire des crises

L'ultrasonique

Crise qui est accompagnée de sons aigus, probablement détectables par les animaux sensibles aux ultrasons.

La molle

Crise où le corps doit être le plus mou et le plus lourd possible, le but étant d'être le plus difficile à manipuler possible. Peut être accompagnée de cris si on veut un effet plus dramatique.

La publique

Crise qui a lieu essentiellement dans un lieu public, avec le plus de témoins possible. Le clou de cette crise est de se calmer immédiatement quand on se retrouve seul avec notre parent.

La sèche

Crise factice qui consiste à faire le plus pitié possible, baboune et sanglots compris, mais où les yeux demeurent secs.

La twist-and-shout

Crise qui a lieu principalement sur la table à langer ou tout autre endroit de changement de couches ou de vêtements, et qui consiste à se tortiller le plus possible en hurlant pour rendre quelque chose de très simple, très, très, très compliqué... On peut juger notre réussite par le degré de sueur de notre maman!

La Je-veux-pas-être-dans-tes-bras-mais-pas-par-terre-non-plus

Crise qui consiste à manifester son mécontentement lorsqu'on est au sol, mais également quand maman nous prend pour nous consoler, et alterner en continuité.

Le Presto

Crise avec une montée dramatique. Elle débute par un renfermement boudeur, suivi de la crispation des membres et de bruits de frustration intériorisés. Si l'enfant n'obtient pas ce qu'il veut, il augmente l'intensité de sa crispation et de ses bruits, jusqu'à exploser avec un grand boum. Suivi d'une crise au choix : la dramatique, la molle, l'ultrasonique… Il y a des milliers de possibilités!

Le Velcro

Crise où l'on s'agrippe par tous les moyens (mains, pieds, dents) à tous les endroits possibles de l'endroit (ou la personne) qu'on ne veut pas quitter. Et pour ajouter du punch, on commence par refuser d'aller à cet endroit que par la suite on refuse de quitter...

La bacon

Crise préférablement faite devant un large public. L'enfant s'étale de tout son long en hurlant au sol et en gigotant ses membres. Elle se poursuit habituellement avec la phase molle si on essaie de ramasser le bébé par terre.

La je-pitch-tout-partout-et-principalement-les-trucs-durs

Crise où l'enfant s'énerve tellement qu'il lance un peu partout tous les jouets durs (donc pas de toutous) qui lui tombent sous la main. Résulte habituellement d'une autre phase de crise qui a mal été gérée.

La c'est-à-moi-ça

Se déroule quand 2 enfants (ou plus) de 18 à 26 mois se retrouvent dans la même salle de jeux. Elle consiste à trouver intéressant n'importe quel jouet qui se trouve dans les mains de l'autre et à vouloir lui enlever, en tirant après, en poussant des cris, parfois même en tapant ou poussant l'enfant qui tient l'autre bout du jouet, en répétant ad nauseam « à moi ça! » et en versant quelques larmes jusqu'à ce qu'un adulte intervienne. Après la crise, il y a inévitablement un autre jouet qui sera l'objet d'un « c'est-à-moi-ça » jusqu'à ce que le Terrible Two soit passé et qu'on apprenne un peu à échanger et partager...

La chu-capaaaaaaaaable-tout-seeeeeeeeeul!

Crise qui se produit généralement quand Maman décide que ça ne va pas assez vite et essaie de faire à la place de bébé ce que bébé essaie désespérément de faire. Descendre ou monter les escaliers, monter seul dans la chaise-haute, grimper dans l'auto, par exemple. Elle consiste à hurler comme si un bras venait de nous être arraché en criant « capaaaaaaaaable » ou « tout seuuuuuuuuuul ». Cette crise se termine souvent en baboune prolongée, question de tenter de faire vivre un peu de culpabilité à cette maman pressée qui ne laisse pas d'autonomie à son pauvre petit enfant qui ne demande qu'à grandir!

La j'ai-faim-mais…

Cette crise consiste à faire la grève de la faim tout en garrochant le plus de nourriture possible de leur assiette et dès que vous déposez l’enfant en dehors de la chaise haute, elle est suivie de lacrise du bébé qui a l'air de n'avoir jamais été nourri qui consiste à harceler Maman jusqu’à ce qu’elle vous redonne à manger.

La pourquoi?

La crise qui nait lorsque bébé ne sait même pas pourquoi il pleure! Une minute heureux, l'autre d'après, wow, quessé ça? Bon en général, c'est quand bébé est fatigué, fatigué.

La dramatique

Quand notre enfant de 3 ans ou plus décide qu'il fait donc pitié et qu'il hurle à la lune en émettant d'énormes sanglots qui viennent du fond du cœur, en criant sa peine de façon tellement incohérente qu'absolument personne ne comprend la raison de cette grosse peine. Cette crise se termine habituellement de façon aussi abrupte qu'elle a débuté...

Le GROS bobo

Hurlements en règle avec une répétition de « bobo », « bobo maman », « maman », « maman bobo » accompagnés généralement de grosses larmes et dont les sanglots cessent dès que ladite maman dit « viens, je vais te donner un bisou » et le sourire revient dès ledit bisou donné à l'endroit choisi par l'enfant.

La fameuse « C'est looooonnnnngggg »

Crise qui vient généralement de pair avec un enfant plus vieux qui sait articuler ses mots lorsqu'il est en voiture/carrosse/panier/brouette, etc. et qui trouve le temps affreusement long et veut descendre de la situation inconfortable à force de « c'est long! », « on arrives-tu? », « quand est-ce qu'on arrive? », « chuis tanner bon! », etc. Peut aussi survenir avec un jeune enfant, normalement ce sont simplement des hurlements stridents qui font grincer des dents tout adulte présent dans ladite situation.

La pas capable

Crise qui consiste à une répétition de paaaaaaaaaaaaaas caaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaable qui ne cessent pas lorsque nous essayons d'offrir gentiment de l'aide. Peut parfois se terminer par un cri plus aigu lorsque nous offrons cette aide, car l'enfant veut tout faire tout seul. Habituellement, cette crise se produit au milieu du terrible two.

La solidarité fraternelle

Crise qui consiste à unir sa voix à celle de son grand frère dans le but de démolir l'adversaire... Elle se pratique quotidiennement, à chaque crise du grand frère! Elle est très efficace, surtout lorsque maman est à bout!

La crise de lait

Crise qui survient lorsqu'un bambin veut le sein, mais que sa méchante mère refuse de le lui donner pour une raison X (généralement lorsque maman est occupée). La crise ne se termine que lorsque bébé a eu ce qu'il désirait (encore plus difficile de résister si on a un décolleté plongeant). Cette crise est réservée exclusivement à maman. Particulièrement éprouvant la nuit.

La Je-me-suis-levé-de-mauvaise-humeur-bon!

Crise qui survient chez le bambin qui est à peine assez vieux pour signifier son mécontentement accompagné de gestes... Ledit mécontentement est adaptable à toute situation sans exception, comprenant un aperçu de la crise « la dramatique » où l'enfant met tout son bon vouloir à s'exprimer de la façon la plus incompréhensible qui soit lorsque la raison de ses pleurs est évoquée. Ainsi, se faire prendre peut être une bonne raison pour perpétuer la crise. Vouloir descendre aussi, avoir faim, ne plus avoir faim, ne pas avoir envie qu’un frère soit tout près de lui… Le but étant d'avoir de l'attention et de faire le plus pitié possible tout en s'assurant d'être le plus dérangeant possible, tout en lyrant de la façon la plus agaçante possible en continuité. Ladite crise disparait généralement sous la menace ou sous l'acte de renvoyer chéri se recoucher pour acquérir plus de repos ou avec le temps. Le temps d'être distrait par quelque chose qui fait oublier l'activité dans laquelle il se délectait, à savoir faire pogner les nerfs à maman.

La Iiiiii! Iiiiiiiii! IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiii!!!!

Notez que cette crise est réservée exclusivement aux enfants ayant un ou des frère/sœur plus vieux. Elle s'applique lorsque bébé se fait voler un jouet ou un biberon. Elle peut aussi s'appliquer lorsque la place de prédilection — chaise, divan, plancher, peu importe, pourvu que ça soit exactement le même endroit que l'autre voulait s'assoir ou se tenir debout. Visiblement, cet endroit était le meilleur! Ainsi, des séries de cris extrêmement « défonce-tympan » sont les plus efficaces pour attirer l'attention d'un parent proche et signifier son indignation! À noter que ladite technique finira indubitablement par être utilisée à des fins égoïstes et purement stratégiques lorsque viendra le temps d'avoir un jouet convoité, mais utilisé par un plus vieux. Il suffira d'utiliser le même modus operandi lors d'un réel vol — l'enfant doit s'assurer qu’aucun adulte n'est témoin qu’aucun vol n'a été perpétré. Cette technique n’est efficace que pour un temps malheureusement, les adultes étant moins dupes que l'enfant le croyait et lorsque le stratagème est éventré, il n'a malheureusement plus aucun impact.

La roulade

Sans aucune raison, sans aucun élément déclencheur, cette crise consiste à se rouler par terre à la grandeur de la maison en se pétant la tête sur le plancher! Elle commence sa crise dans le salon et roule jusqu'à la cuisine et après, elle se lève et va super bien.

La Prions-en-église

Ou crise du assis-debout-dans les bras-à genoux qui consiste à alterner les différentes positions sans jamais être satisfait : aussitôt dans les bras, on veut retourner par terre, puis une fois à genoux par terre, implorer de revenir dans les bras...

La laisse-moé-pas-icitte

Consiste à convaincre l'adulte par des méthodes datant du médiéval incluant le coup de boule, le gigotement des membres, les bruits gutturaux, le regard qui tue et la larme de croco. Généralement utilisée pour la gardienne ou l'envie de prendre congé de la garderie. Étonnamment ne se déclare pas à la maison, mais une fois rendu ailleurs.

La J'aime-pu-ça-tout-à-coup

Grosso modo, la crise devient effective comme la date de péremption d'un yogourt, soit du jour au lendemain! Un jour, on aime les carottes, on en mange tout un plat et le lendemain on FAIT tout un plat de devoir manger UNE carotte coupée en 4. Cette crise rend dingue le parent qui finit par s'éclater une veinule dans l'œil.

La J'me-couche-pas-a-soir-j'ai-dis!

Crise qui ressemble étrangement à une demande syndicale. Obstination intense et insensée, incompréhension de la partie parentale. Fait zapper le téléroman et/ou la partie de hockey. Génère les frustrations et garde active la fatigue mentale.

La course folle

Je me trouve marrant et je me sauve de toi. Tu as l'air débile à me courir après, les yeux écarquillés parce que conscient du danger. Souvent dans un stationnement, un gros magasin ou un endroit public bondé. Tu m'attrapes et je rigole encore. Surtout à cause de ton regard fâché et tes joues de clown qui ne vont pas ensemble.

La té-conne

Survient habituellement chez l'enfant qui a commencé l'école et apprend toute sorte de nouveaux mots de ses petits amis. Généralement dû au fait que maman le met en retrait dans sa chambre pour ne pas avoir écouté les consignes ou son impolitesse... L'enfant fini par hurler l'autre bord de sa porte de chambre « té conne »!

La c'est-pas-moi-c'est-lui

Survient généralement lorsque l'enfant se fait prendre lors d'un acte « interdit » ou juste « pas-intelligent-du-tout ». L'enfant perd tous ses moyens devant l'adulte et se met à pleurer en criant c'est-pas-moi-c'est-lui. Habituellement la crise du « té-conne » suit quelque minute après.

Merci aux mamans du Forum qui ont contribué à ce fil de discussion!

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 11 – Geneviève O’Gleman

À gagner: Le duo Les lunchs + Soupers rapides

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires