Bébé

Bébé apprend à marcher

Vous applaudissez quand Fiston se déplace à quatre pattes pour la première fois? Attention! Bientôt vous courrez derrière votre petit marcheur. Prêts pour la marche?

Dès la naissance, les bébés, sans que rien paraisse, mettent en branle le long processus de l’apprentissage de la marche. Contrairement à certains animaux comme le cheval ou le singe qui savent marcher dès leur naissance – notamment dû à leur morphologie spéciale qui fait en sorte qu’ils trouvent leur centre de gravité facilement -, les bébés de l’homme traversent plusieurs étapes avant de marcher seuls sans appui.

Toutefois, si certains enfants obtiennent plus rapidement la station debout que d’autres, il faut savoir que la moyenne d’âge pour la marche est d’environ 14 mois. Étonnant quand les croyances populaires tendent à nous faire croire que TOUS les enfants d’un an marchent! Alors, même si Junior ne marche pas à 16 mois, rien ne sert de s’inquiéter outre mesure; probablement qu’il développe un autre aspect de son apprentissage (motricité fine, langage, etc.) Au-delà de 20 mois, il serait toutefois bon de consulter votre pédiatre ou un médecin.

Pas un enfant ne développe ses aptitudes pour la marche de la même manière. Aussi, certains enfants marchent longtemps à quatre pattes, d’autres ne le feront jamais. « Ma fille ne s’est jamais traînée par terre. Elle restait assise, s’étirait pour prendre un jouet et revenait sur ses fesses. Si on la plaçait sur le ventre, elle restait ainsi et jouait. Elle n’avait aucun intérêt à ramper. Elle a marché deux semaines à quatre pattes puis elle a marché debout. » (Nathalie)

Rien ne sert de comparer votre bambin avec les autres. Chacun y va à son rythme et à sa manière.

Pas à pas

Pour arriver à marcher debout sans appui, votre enfant développe et perfectionne plusieurs apprentissages. Sans que vous vous en doutiez, toutes ses petites prouesses l’amènent tranquillement vers l’acquisition de la marche.

Vers 3-4 mois, les bébés relèvent la tête. Ils sont capables de se tenir en position du sphinx (comme au yoga). Couchés sur le ventre, ils s’appuient sur leurs avant-bras et lèvent la tête.

Autour de 4 mois, les enfants sont capables de prendre appui sur leurs jambes quand quelqu’un les soutient évidemment.

Vers 5 mois, ils sont capables de se tourner du ventre au dos, et vice-versa.

Vers 6 mois, les voilà assis tout seuls sans soutien.

Entre 7 et 9 mois, ils découvrent des moyens de se déplacer (ils rampent ou marchent à quatre pattes) et d’explorer ce qui l’entoure. Ils découvrent tous les coins de la maison, ouvrent les portes et fouillent. C’est le début pour les parents d’une course continuelle derrière eux et d’une cacophonie de « non, ne touche pas à cela! ». Certains enfants, toutefois, ne connaîtront la quadrupédie qu’après la marche!

Entre 8 et 10 mois, ils s’assoient sans aide. Ils tentent aussi de tenir en équilibre. À cet âge, les enfants ont déjà une bonne force dans les bras et les jambes.

Vers 9 mois, ils se tiennent aux meubles pour se mettre debout. S’ils se promènent à quatre pattes, les enfants sont déjà des champions. Ils sont rapides parce que leurs mouvements sont mieux coordonnés.

Vers 11 mois, les bambins marchent latéralement avec appui. Ils voient une autre partie de leur univers.

Vers un an, ils marchent quand vous leur donnez la main.

Pour favoriser l’apprentissage de la marche
  • Un environnement sécuritaire où l’enfant peut se déplacer.
  • Un marcheur (trotteur) : oui, mais pas tout le temps. En s’appuyant toujours sur l’appareil, l’enfant adoptera une position accroupie ou penchée vers l’avant. Ceci entrave le processus de « verticalisation ».
  • Un exerciseur ou « jolly jumper » : Ce jeu permet à l’enfant de muscler ses jambes. L’exerciseur est une bonne alternative aux anciennes « marchettes » qui sont INTERDITES au Canada depuis avril 2004.
  • Quand l’enfant sait se tenir debout (même avec appui), jouez avec lui en laissant tomber des jouets à ses pieds pour l’inciter à se pencher (bon pour l’équilibre et pour les muscles des hanches)
  • Créez une course à obstacles avec certains objets. Demandez à l’enfant de la parcourir. Placez-y des coussins, des chaises, un gros jouet, etc.
  • Distancez les meubles ou les chaises qui lui servent d’appui et encouragez-le à les atteindre en faisant parfois un pas seul entre ses appuis.
Avec ou sans souliers?

Oui? Non? La réponse est… un peu des deux! Les chaussures maintiennent leurs pieds très malléables. Il est important de les choisir ni trop grandes ni trop petites pour ne pas gêner la marche. II est préférable de ne pas utiliser des chaussures usagées, car la chaleur et la transpiration déforment les chaussures et elles pourraient être inconfortables pour votre enfant. Au magasin lors de votre achat, précisez que votre enfant ne marche pas encore. On vous conseillera des souliers de « pré marche », moins lourds, mais avec tout de même un bon support.

Pensez aussi à laisser votre enfant pieds nus afin qu’il découvre davantage les sensations directement sur sa voûte plantaire. Emprisonnée dans des souliers, la plante de ses pieds (où il y a beaucoup de terminaisons nerveuses) est toujours oppressée et privée des sensations. Pieds nus, il est aussi plus facile de trouver son équilibre et l’enfant prend un meilleur appui sur le sol.

Déjà rendu loin…

Ça y est! Votre enfant  marche. Pour éviter des troubles de la marche, pour favoriser son repos (on dirait que dès qu’ils savent marcher, les enfants « oublient » de se reposer!) et pour soulager ses muscles et articulations, vous pouvez masser doucement les pieds de votre enfant. Après le bain ou juste avant de lui enfiler ses pantoufles ou chaussures, prenez le temps de lui masser les pieds (le talon, la cheville, l’arrière cheville, la voûte plantaire et ses petits orteils), faites de douces rotations et flexions. Un moment de tendresse qui soulage et offre des bienfaits à ses petits petons bien actifs!

Image de Nadine Descheneaux

Autrice jeunesse et conférencière.


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires