Alimentation

Lunch ou cafétéria?

Le plat à lunch revient rempli aux trois quarts et vous vous demandez si vous ne feriez pas mieux d’acheter des repas à la cafétéria de l’école? Pas avant avoir lu cet article!

La question a tiraillé un jour ou l’autre (ou plus d’une fois!) beaucoup de parents : les lunchs ou la cafétéria? Ou un mélange des deux? Dans la balance du nombre d’avantages de l’un et de l’autre, le lunch remporte la mise. Nathalie Regimbal, diététiste-nutritionniste et gestionnaire du service Manger Futé, nous a aidés à soupeser les deux options pour le repas du midi de nos écoliers.

Les avantages du lunch
  • On peut offrir (ou du moins aspirer!) à son enfant les menus qu’il aime vraiment et on peut même lui demander ce qu’il souhaite manger le lendemain.
  • La qualité des aliments, comme la fraîcheur des fruits et légumes, est mieux assurée. Les traiteurs, fournisseurs de plusieurs cafétérias scolaires, rognent parfois sur la qualité par souci d’économie…   
  • Les familles achètent généralement la nourriture dans des emballages plus volumineux, ce qui assure la préparation de plusieurs repas, alors qu’il faut payer ceux du traiteur à l’unité : les lunchs s’avèrent donc plus économiques.
  • Les portions correspondent toujours aux besoins de nos enfants… ce qui n’est pas le cas à tout coup avec les repas de la cafétéria
  • Les parents peuvent en outre avoir la certitude que leur enfant aura un apport acceptable de protéines : comme les viandes et substituts sont plus coûteux, les traiteurs peuvent être tentés d’être un peu chiches sur la quantité d’aliments de ce groupe…
Les avantages de la cafétéria
  • Il n’est pas nécessaire de planifier le repas.
  • Nul besoin de préparer, concocter ou mijoter un lunch.
  • Les menus sont souvent variés et de plus en plus d’écoles portent une attention particulière à l’apport nutritif des assiettes.
  • Il n’y a pas de contenants de plastique ou de thermos à nettoyer en fin de journée…

… trois avantages qui constituent une économie de temps!

Les parents qui étaient réticents à adopter la cafétéria parce qu’ils entretenaient des doutes au sujet de la qualité de la nourriture servie aux enfants peuvent aujourd’hui être rassurés. « Des efforts ont été faits, notamment à cause de la politique-cadre du gouvernement du Québec (Pour un virage santé à l’école). Les enfants, les enseignants, les communautés scolaires ont été impliqués », signale Mme Regimbal. Cependant, les efforts ont été inégaux, car certaines commissions scolaires, auxquelles appartenait la décision de modifier les menus de leurs écoles, n’auraient pas suffisamment consulté les parties concernées, poursuit Mme Regimbal.

Dans certaines écoles, on fait encore appel à des cuisiniers qui préparent les repas sur place, mais ils sont plutôt rares de nos jours.

Opter pour la cafétéria?

La réputation des traiteurs est peut-être meilleure qu’autrefois, mais cet argument ne devrait pas être le seul pour convaincre les parents de choisir la cafétéria, selon Nathalie Regimbal. En fait, croit-elle, ils devraient jauger eux-mêmes la qualité de la nourriture que l’on sert à leurs enfants. Voici quelques « critères de qualité » dont on devrait tenir compte :

  • La présence des quatre groupes alimentaires dans le contenu des repas; évidemment, s’il manque un seul groupe – comme les fruits et légumes – on peut ajouter nous-mêmes un fruit ou un légume en guise de collation. Comme l’apport en protéines est essentiel pour le fonctionnement optimal du cerveau, la quantité de viande ou de l’un de ses substituts devrait être adéquate. Pour le vérifier, Mme Regimbal suggère de demander à son enfant s’il ressent souvent encore un creux dans son estomac en plein cœur de l’après-midi.
  • L’utilisation minimale des aliments surpréparés (les croquettes de poulet, plutôt que la viande du poulet seule).
  • La variété, la diversité dans la constitution des repas ; sert-on pratiquement toujours du poulet et très rarement du bœuf? Y a-t-il parfois des légumineuses au menu? Les légumes sont-ils toujours des carottes?
  • La température des aliments : mal réchauffés ou insuffisamment froids, ils constituent un terreau fertile pour la prolifération des bactéries, ce qui accroît le risque d’intoxication alimentaire.
Trucs et astuces pour le lunch

Le mot-clé pour que la préparation des lunchs ne devienne pas un casse-tête : la planification. « Je fais souvent l’épicerie en pensant aux boîtes à lunch », indique Mme Regimbal.

L’achat d’un contenant thermos s’avère par ailleurs indispensable s’il n’y a pas de four à micro-ondes à la cafétéria de l’école que fréquente votre enfant. Et on peut l’emplir de délicieux repas dont la préparation requiert très peu de temps. Voici quelques suggestions de Nathalie Regimbal :

  • Les restes de plats mijotés préparés pour le souper;
  • De la soupe aux tortellinis, accompagnée de craquelins;
  • Un sandwich fait avec les restes de filet de porc du souper, que l’on répand sur une tortilla pour en faire un délicieux roulé au porc… Le filet de porc peut également être mélangé à du riz ou être ajouté à une salade;
  • Les restes de rôti de bœuf peuvent aussi être recyclés de la sorte ; sur un bagel par exemple, accompagné de salsa et de fromage;
  • Et bien sûr les incontournables spaghettis, pâté chinois et sandwichs au jambon…
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Participez pour gagner un exemplaire du livre « Incroyable érable »

Courez la chance de gagner le livre « Incroyable érable » d’une valeur de 30$.

Voyagez avec les Imageries !

Courez la chance de gagner trois imageries de trois pays.

Commentaires