Alimentation

As-tu une petite ou une grande faim?

Contrairement aux adultes, nos frimousses sont davantage à l’écoute de leur corps. Ils savent naturellement quelle quantité d’aliments manger. Or, malgré nos bonnes intentions, il faut cesser de les forcer à terminer leur assiette.

L’inconstance de la faim

La faim représente un besoin physique de manger. C’est un signal envoyé par notre corps pour indiquer qu’il a besoin d’énergie. Or, la faim n’est pas stable dans le temps et plusieurs facteurs peuvent l’influencer. Chez les enfants, on note leur stade croissance, leur niveau d’activité physique, ce qu’ils ont mangé durant la journée, ce qu’ils ont bu avant le repas, etc. Et parce que la faim varie d’une journée à l’autre, d’un repas à l’autre, et d’un enfant à l’autre, vous ne pouvez pas deviner à leur place leur niveau de faim au quotidien. Voilà toute la pertinence de leur demander avant de passer à table : « As-tu une petite, une moyenne ou une grande faim ? »

Cette phrase permet d’abord à l’enfant de se connecter à son corps et de reconnaître les sensations qui l’habitent (ex. petit vide dans l’estomac, gargouillis, baisse d’énergie). Ensuite, il s’agit d’une belle façon de démontrer à l’enfant votre confiance en ses capacités à gérer sa faim et du coup, à l’aider à développer son autonomie face à la quantité de nourriture dont il a besoin. Finalement, elle vous permet de mieux doser la quantité de nourriture à servir et de limiter le gaspillage alimentaire. Ainsi, retenez qu’en tant que parents, nous sommes responsables d’offrir à nos enfants des aliments de qualité, mais qu’il leur revient la responsabilité de décider de la quantité à consommer. 

Le défi : faire confiance à nos enfants

Laisser nos enfants manger à leur faim ne signifie pas de les laisser manger n’importe quoi, à n’importe quelle heure de la journée. Il importe d’instaurer un horaire de trois repas par jour, et des collations au besoin. Or, quoi faire quand nos enfants font semblant de ne pas avoir faim parce qu’ils n’aiment pas la nourriture servie ? Certes, il ne faut pas forcer un enfant à manger, mais on peut quand même chercher à comprendre ce qui ne lui plaît pas. En questionnant davantage mes enfants, j’ai réalisé que c’est parfois la texture qu’ils n’apprécient pas, et non le goût lui-même. D’autres fois, c’était les épices. Des « obstacles » que je peux facilement surmonter en apprêtant différemment les aliments, ne serait-ce qu’en servant le brocoli cru dans l’assiette plutôt que cuit. On gagne tous à écouter davantage les besoins de nos enfants et surtout, à leur faire confiance.

Par Julie DesGroseilliers

Nutritionniste et porte-parole du Mouvement J’aime les fruits et légumes


Cette semaine
Ménage de votre garde-robe

Vos tiroirs ont peine à ouvrir et votre penderie est sens dessus dessous, c’est le temps d’affronter ce chaos une fois pour toutes et de faire le grand ménage. Mais par où commencer?

Donner le bain à bébé

Le bain permet bien sûr de laver votre bébé, mais c'est aussi un super moment de détente, de plaisir et de complicité.

10 points positifs d'être parents d'un enfant unique

Avoir un enfant unique a longtemps été perçu négativement, et encore aujourd’hui. Pourtant, les enfants uniques sont de plus en plus nombreux alors que la carrière et le désir de liberté prennent de plus en plus d’importance dans la vie des parents.

Stimuler le cerveau des enfants

Le cerveau se transforme à mesure qu’on apprend et a besoin d’une belle variété d’activités pour se développer de manière équilibrée. Voici les meilleures activités à proposer à notre enfant.

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau chez Little Yogi

Participez pour gagner 100$ chez Little Yogi

Gagnez La Trousse Masque Hyaluronic2 de IDC+

Participez pour gagner une trousse de produits pour femmes

Commentaires