Alimentation

Le poids avant la grossesse est déterminant pour bébé

Le poids du bébé à la naissance est plus lié au poids de la mère avant la grossesse qu'aux kilos pris pendant la grossesse, selon les résultats préliminaires d'une récente étude.

Le poids du bébé à la naissance est plus lié au poids de la mère avant la grossesse qu'aux kilos pris pendant la grossesse, selon les résultats préliminaires d'une récente étude. La prise de kilos est habituellement surveillée pendant la grossesse pour éviter d'avoir un bébé trop gros et un accouchement difficile ou à l'inverse un bébé trop chétif.

« La prise de poids de la mère pendant la grossesse a finalement assez peu d'influence sur la corpulence du bébé à la naissance », commente Marie-Aline Charles, directrice de recherche Inserm qui coordonne l'étude EDEN. « Ce n'est qu'à partir de 15 kg (prise de poids maternel) qu'on commence à voir une influence et à plus de 19 kg qu'on a clairement une influence sur le poids du bébé », explique-t-elle. En fait, la surprise, selon la chercheuse, c'est l'importance du poids (l'indice de masse corporel) de la mère avant la conception. Ainsi, une femme obèse avant de mettre en route son enfant, risque de donner naissance à un bébé trop gros (+ de 4 kg à terme) et d'avoir un accouchement difficile. Par ailleurs, au cours de la grossesse, les femmes obèses prennent en moyenne beaucoup moins de kilos que les femmes maigres, selon l'étude.

Les femmes en surpoids ou obèses ont plus de risque de diabète et d'hypertension pendant la grossesse. Ce diabète, généralement transitoire, risque cependant de reparaître vers 50-60 ans. Quant au gros bébé, en cas de diabète gestationnel de la mère, il encourt un risque de diabète à l'âge adulte. En moins de dix ans, le poids des mères a beaucoup augmenté : en 1993, 14 % des mères pesaient au moins 70 kg, en 2003, elles étaient 21 %. Chez les femmes de forte corpulence, on relève de surcroît un accroissement des taux d'hospitalisation pendant la grossesse et des césariennes avant ou pendant le travail (x 2). Les nouveau-nés de mères obèses vont plus fréquemment en réanimation et en néonatalogie.

L'étude EDEN concernant environ 2000 mères permettra de suivre quelque 1500 enfants jusqu'à l'âge de 5 ans. Le bilan est pour 2008-2011, selon les responsables qui cherchent des financements complémentaires. Conduite avec deux équipes médicales de maternités de Poitiers et de Nancy, l'étude analyse de nombreux facteurs (nutrition, environnement psychoaffectif et social, toxiques...) pouvant jouer un rôle sur le développement et la santé ultérieure de l'enfant. De son côté, le petit poids (favorisé notamment par le tabagisme maternel) est associé à un risque accru à l'âge adulte d'hypertension artérielle, de diabète ou de maladies cardio-vasculaires.

Source : AFP, 10 octobre2007


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?