Ado

Drogues et ados : L’importance de rester alerte

Comment savoir si son enfant a des problèmes de consommation? Et, si tel est le cas, comment lui parler et lui venir en aide? Voici quelques réponses à cet épineux problème.

Saviez-vous que les experts ont établi divers facteurs de risque chez les adolescents? Bien que ces facteurs n’interviennent pas de manière isolée et n’entraînent pas toujours un problème de dépendance, plus on en observe chez un individu, plus le risque de dépendance est grand.

Facteurs de risque
  • Antécédents familiaux de problèmes liés à la consommation (dépendance)
  • Certains traits de personnalité et de caractère, dont l’impulsivité et la recherche de sensations fortes
  • Comportements agressifs ou antisociaux
  • Manque d’estime de soi
  • Faible aptitude à résoudre des problèmes
  • Victime d’intimidation
  • Consommation précoce d’alcool ou de drogues
  • Problèmes de santé mentale comme la dépression, l’anxiété ou un déficit d’attention
  • Décrochage scolaire
  • Traumatismes
L’importance de prévenir la consommation problématique chez les ados

Le cerveau et les capacités décisionnelles de l’humain sont en phase de développement jusqu’à l’âge de 21 ans. La consommation problématique d’alcool et d’autres drogues peut donc avoir des effets plus néfastes sur le cerveau d’un adolescent que sur celui d’un adulte.

Les opioïdes de synthèse hautement toxiques comme le fentanyl, que l’on retrouve dans les drogues de rue, ne laissent pas souvent de seconde chance. Sans saveur, sans odeur et invisibles à l’œil nu, ces substances peuvent s’avérer mortelles, et ce, dès la première consommation. Restez alerte et partagez ces faits avec vos ados.

Le lien entre la santé mentale et les drogues

Les problèmes de santé mentale représentent un facteur de risque important en ce qui a trait à la consommation problématique de substances, et ce, pour plusieurs raisons.

En effet, certaines personnes consomment des drogues ou des opioïdes prescrits pour leur effet antianxiogène et calmant, mais aussi pour amoindrir les sentiments négatifs associés à la dépression, à l’anxiété et à d’autres troubles de santé mentale. De nombreux adolescents déclarent d’ailleurs avoir déjà souffert de dépression, d’anxiété ou d’autres troubles mentaux pendant une période plus ou moins longue.

Parler à un parent, à un conseiller jeunesse ou à un médecin peut aider votre ado à trouver des moyens de gérer sainement ses émotions et ses comportements.

Les facteurs de risque à l’école

L’influence des camarades à l’école est l’un des facteurs les plus déterminants en ce qui concerne la consommation de drogues chez les adolescents. Assurez-vous donc de bien connaître les personnes avec qui votre enfant passe du temps.

Les autres facteurs de risque associés au milieu scolaire comprennent ce qui suit :

  • L’intimidation ou le rejet par les pairs
  • L’accessibilité des drogues
  • Un mauvais rendement scolaire
L’indispensable vigilance des parents

Bien que les amis, la famille, les professeurs et les entraîneurs puissent tous jouer un rôle, les parents se retrouvent très souvent en première ligne lorsque vient le temps de détecter un problème potentiel. En effet, près des trois quarts des élèves faisant l’usage d’analgésiques opiacés à des fins récréatives rapportent se procurer leurs produits à la maison[i].

Les signes indiquant que votre ado a peut-être un problème [ii]

L’expérimentation des drogues et de l’alcool est une étape normale du développement des ados. Il importe de se rappeler que la plupart de ceux qui en font l’essai ne développeront pas un problème de dépendance et que la majorité des ados traverseront l’adolescence – une période parfois difficile – sans consommer d’alcool ou d’autres drogues.

Ceci dit, certains signes avant-coureurs devraient être pris au sérieux :

  • Votre ado change subitement d’apparence, de comportement ou d’attitude envers vous ou les autres membres de votre famille.
  • Il devient plus cachottier et moins serviable à la maison.
  • Ses notes à l’école chutent.
  • De l’argent disparaît.
  • Il s’intègre à un nouveau groupe d’amis ou n’invite plus ses anciens amis à la maison.
Les actions à entreprendre

Amorcez la conversation. Il est essentiel que votre ado ait l’occasion de s’exprimer sur l’influence exercée par ses pairs et d’apprendre à dire non à l’alcool et aux drogues qui lui sont offerts.

Donnez-lui des trucs concrets pour refuser les drogues et pour adopter des comportements responsables. Les ados doivent se sentir à l’aise de dire non, de consommer avec modération et d’adopter toute autre stratégie de réduction des méfaits.

Parlez à votre ado de manière calme, détendue et positive. Souvenez-vous que les jeunes font parfois des erreurs, et tentez de ne pas dramatiser.

Essayez de comprendre la pression sociale et émotive qui peut motiver sa consommation. Appliquez-vous à trouver des stratégies pour gérer la situation de manière positive; n’essayez pas de lui faire peur et tentez de cacher votre déception.

Si vous avez besoin d’aide, songez à discuter avec votre médecin de famille ou avec une infirmière. Il existe aussi, dans la plupart des communautés, des organismes pouvant vous donner accès à des groupes de soutien ou aux services de conseillers professionnels.

Quelques ressources pratiques en terminant :

Avez-vous déjà parlé de drogue avec vos ados? Comment cela s’est-il passé?
Partagez vos conseils en utilisant le mot-clic #FinAuxSurdoses et n’oubliez pas : l’important, c’est d’être bien informé!

Image de Mamanpourlavie.com

Cette semaine

Nos Concours

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires