Ado

L'estime de soi des adolescents

À l'ère des réseaux sociaux, qui glorifient le culte de l'image et peuvent nourrir la cyberintimidation, la crise identitaire des adolescents peut être brutale. Comment aider son jeune à avoir une bonne estime pour rendre le passage moins périlleux?

C'est à cette question, complexe, que s'attaque l'auteure Geneviève Pelletier, psychologue clinicienne auprès d'enfants et d'adolescents depuis treize ans, dans son nouvel ouvrage Comment améliorer son estime de soi  pour l'adolescent et le jeune adulte. « Depuis toujours, le passage de l'enfance à l'âge adulte est une période identitaire importante, explique Mme Pelletier. Il y a les changements corporels liés à la puberté, les responsabilités et l'autonomie qui sont plus importantes. Je crois que l'époque dans laquelle on vit, avec les médias sociaux, vient fragiliser encore plus l'estime de soi des adolescents ».

En manque de repères, l'adolescent peut manquer de recul face aux commentaires à son égard véhiculés sur les réseaux sociaux, rappelle l'experte. La souffrance est réelle... et l'estime de soi peut dégringoler rapidement, au point d'avoir un impact sur la santé mentale du jeune. Il est d'ailleurs question de tous ces aspects dans la série Treize raisons (version française de 13 reasons why), diffusée sur Netflix, qui fait tant jaser depuis quelques semaines au Québec, tout comme aux États-Unis. 

Les facteurs pro-estime de soi

Certains éléments-clés peuvent aider notre enfant à entretenir ou à améliorer son estime de soi. Geneviève Pelletier, mère de deux enfants de 3 et 6 ans, insiste : « Il n'est jamais trop tard pour investir dans son enfant, pour prévenir ou pour réparer ». Dans ce cas-ci, il faut penser à offrir une thérapie à son jeune, à lui donner du soutien et à s'assurer qu'il ait un bon réseau.

Voici les facteurs qui, sans garantir que l'enfant aura confiance en lui, donnent une bonne base. « Avoir une estime de soi bonne à 100%, c'est impossible », souligne la psychologue, qui pratique dans un CLSC de Québec.

Facteurs qui favorisent une bonne estime de soi

  • Une bonne relation et une bonne communication parent-enfant
  • Un réseau social solide, avec des amis de confiance
  • La capacité à demander de l'aide

Source : Geneviève Pelletier, Comment améliorer son estime de soi

Ce qu'il faut surveiller

On a un doute sur l'état de notre enfant. Notre instinct nous dit que quelque chose cloche... Quelles pistes devraient nous indiquer que l'estime de notre ado est en chute libre? Voici les conseils de Mme Pelletier.

Il se dénigre.
Exemples de phrases à repérer : « Je ne suis pas bon. » « Je ne comprends rien. »

Il fait de l'évitement. Il évite toute situation nouvelle, difficile ou tout changement. Il préfère se trouver des excuses que de découvrir quelque chose de nouveau.
Exemples de phrases à repérer : « Je ne suis pas capable. » « Ça ne m'intéresse pas. »  

Il s'isole.
Comportement à repérer : il s'enferme dans sa chambre, il s'isole socialement et/ou physiquement.

Il demande constamment de l'aide. Cela peut sembler contradictoire, puisque demander de l'aide fait partie des facteurs positifs pour acquérir et maintenir une bonne estime de soi. Sauf que... « Trop, c'est comme pas assez, dit Mme Pelletier. Si notre adolescent cherche constamment l'approbation de ses parents, s'il demande toujours de l'aide, cela peut cacher un manque de confiance en lui. »  

Que faire?

On est inquiet? On consulte, même si ce n'est qu'en prévention. Cela permet de démêler des noeuds, de repartir sur de bonnes voies.

Plusieurs avenues s'offrent aux parents et à leurs adolescents pour recevoir de l'aide. Le CLSC peut être une bonne porte d'entrée aux ressources et aux services publics. Le médecin de famille peut aussi être consulté, dans un premier temps, et pourra fournir des références de spécialistes. Les spécialistes de l'école pourraient aussi conseiller votre enfant (psychoéducatrice, infirmière, travailleuse sociale, par exemple).

Finalement, du côté privé, l'Ordre des psychologues du Québec offre un site avec un très bon moteur de recherche (par quartier, type de clientèle, etc). 

Image de Maude Goyer


Cette semaine
Chaudron de sorcière à croquer – Brownies d’Halloween

AVERTISSEMENT : Ce dessert festif risque d’attirer vampires, licornes et petits fantômes du quartier. Préparez-vous au pire! 

Des conseils pour une bonne santé dentaire à l'Halloween

Difficile pour les jeunes de résister à l’attrait des mille et une sucreries récoltées à l’Halloween. Il existe des conseils simples que les parents peuvent suivre pour permettre à leurs enfants de célébrer l’Halloween tout en veillant à la santé de leurs dents.

Fêter l'Halloween à la maison

Cette année, on fête Halloween à la maison avec un party Glow in the dark façon Fiesta mexicaine! Voici comment préparer tout ça. 
 

La peur et l'anxiété chez l'enfant

Plusieurs enfants vivent des peurs et des craintes, voire même des phobies, qui sont angoissantes et qui requièrent une bonne compréhension du phénomène.

Nos Concours

Gagnez 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires