Ado

La dyspraxie : l'adolescence

À l'adolescence, la conformité est de mise, la différence est mal comprise et mal acceptée, par le jeune lui-même, mais aussi par ses pairs. La dyspraxie donne habituellement lieu à l’isolement social.

Dyspraxie = Différence. Différence + Adolescence = « Pas cool »

Étrange… J’ai encore du plaisir avec mes parents!

Les adolescents développent leur identité en voyant ce qui les rapproche et les différencie des autres, de la société et de leur famille. Lorsque l’adolescent vit avec une différence involontaire, la vie se complique pour tous. L’enfant pouvait jusque-là, bien vivre avec cette particularité qu’est la dyspraxie, mais l’adaptation aux changements reliés à l’adolescence dépend entre autres des diverses complications reliées à la dyspraxie, de la personnalité du jeune et de l’attitude des parents.

À l'adolescence, la conformité est de mise, la différence est mal comprise et mal acceptée, par le jeune lui-même, mais aussi par ses pairs. La dyspraxie donne habituellement lieu à un isolement social, à des taquineries ou même à des propos blessants, en milieu scolaire par exemple. La plupart de ces futurs adultes vivent donc des difficultés personnelles et sociales. Il ne faut donc pas que leur entourage hésite à discuter ouvertement de leur perception de la situation. On doit aussi lui transmettre le sentiment de sa nécessité personnelle, de la valeur et du sens de la vie. S’il a un sentiment de confiance, un goût de vivre, il ne cherchera pas à savoir si la vie vaut ou pas la peine d’être vécue. Il sera convaincu de son importance malgré ses difficultés.

L’enquête HBSC (Healt Behavior in School-aged Children) réalisée par l’agence de santé publique du Canada, relève que la qualité des relations qu'entretient l'enfant avec ses parents décroît avec l'âge. Les enfants plus âgés jugent leurs parents moins attentifs à leurs besoins affectifs, se sentent rejetés et se confient moins facilement. Pour les jeunes dyspraxiques, c’est différent. Puisque les apprentissages propres à l'adolescence (autonomie, maturité, habiletés sociales) s'échelonnent sur une plus longue période, que normalement, les liens avec les parents demeurent intacts et solides. Il est alors merveilleux de partager encore, des sorties, des voyages et des soirées télé alors que les autres adolescents ont déserté le nid familial.

Alerte aux parents : lâchez prise!

Le déchirement entre la volonté d’indépendance et la nécessité de dépendance face aux difficultés de l’adolescent amène parfois des conflits parents-enfants. Les parents sont souvent réticents à lui donner plus d'autonomie par souci de sécurité. Il s’agit donc à ce stade d’évaluer ce qui est nécessaire et ce qui ne l’est plus. Depuis l’enfance, bien des stratégies, des modèles, des palliatifs et des services ont pu être mis en place pour aider l’enfant dyspraxique. Il est parfois difficile pour le parent d’abandonner certaines choses qui ont été obtenues très difficilement, par exemple un service de transport adapté ou un pairage avec un autre jeune pour certaines activités. Il faut par contre éviter de surprotéger l’adolescent et de le marginaliser inutilement. Ici, c’est le parent qui doit travailler à changer… Et non l’adolescent dyspraxique!

Au quotidien : des stratégies d’adultes

Puisque l’adolescent dyspraxique doit mener sa vie de façon autonome, il faut l’aider à s’outiller pour qu’il s’épanouisse et qu’il mène une vie normale. Voici quelques conseils :

  • Prévoir des stratégies pour gérer la contraception en évitant les méthodes prenant en compte la dextérité manuelle et la mesure du temps.
  • Prévoir une gestion des finances facile et pratique. Utiliser une carte bancaire afin d’éviter la manipulation d’argent et utiliser l’informatique pour l’accès au compte bancaire. L’adolescent dyspraxique est plutôt habile avec ces technologies.
  • Le jeune dyspraxique est souvent négligent face à son apparence physique. Il faut l’accompagner afin qu’il développe une hygiène corporelle adéquate et le sensibiliser à l’importance d’une belle apparence physique. Il est possible de voir à ce qu’il soit accompagné d’un autre adolescent pour les achats vestimentaires. Il est très important qu’il ait un modèle de son âge afin que par imitation, il soit à la mode du jour. Il a bien assez d’être différent sans avoir l’air différent...
  • L’exercice physique et la saine alimentation ne sont habituellement pas au cœur des préoccupations de l’adolescent dyspraxique. Il est possible de l’inscrire au gymnase et de lui offrir un programme individualisé et personnalisé. De cette façon, il a des buts à court terme et n’est pas en compétition avec les autres. Il est aussi nécessaire de lui apprendre à cuisiner en développant des stratégies adaptées. Modifier une recette en la divisant par sections (préparation du matériel, préparation des ingrédients et surlignage des étapes de préparation) peut être utile pour que ça devienne un plaisir plutôt qu’une corvée.
  • L’inviter à réaliser une étape de socialisation par semaine. Le bénévolat est une excellente façon de se sentir utile. De plus, les gens qui reçoivent de l’aide deviennent reconnaissants et développent souvent de beaux liens avec le bénévole. Le jeune dyspraxique deviendra donc un aidant plutôt que celui qui a toujours besoin d’aide.

Des adolescents et adultes dyspraxiques exceptionnels

Je vous invite à visiter deux sites Internet où vous aurez le plaisir de rencontrer Matt et Warren.

Matts Hideout (en anglais)
Ce site est particulièrement intéressant du fait qu’il raconte l’histoire de Matt; un jeune homme britannique de 17 ans qui est dyspraxique. Il partagera avec vous l’histoire de sa vie et vous expliquera comment il en est venu à être éduqué à la maison plutôt qu’en milieu scolaire. Il est maintenant au niveau académique du secondaire. Il a souffert de harcèlement à l’école et il partage avec nous les trucs qu’il a développés pour s’en sortir. Il vous est possible de discuter avec lui, par le biais de son forum ou en lui envoyant un message personnel.

Dyspraxia USA (en anglais)
En 2007, les Étatsuniens ont enfin décidé de nous rejoindre pour faire connaître et reconnaître la dyspraxie. En visitant ce site attrayant et complet en information, vous ferez connaissance avec Warren Fried, un jeune adulte dyspraxique qui est aussi le président fondateur d’une association pour la dyspraxie, à Chicago. Warren a également un blogue (dyspraxia dialect) où il vous est possible de suivre sa vie. Vous ferez une incursion dans son quotidien et à travers ses yeux, vous traverserez les difficultés et les plaisirs de sa vie.

Par Sylvie Breton, vice-présidente de l’AQED et co-auteure de Mon cerveau ne m’écoute pas. Comprendre et aider l’enfant dyspraxique. 

Association québécoise pour les enfants dyspraxiques 

Mon cerveau ne m'écoute pas! : comprendre et aider l'enfant dyspraxique
Sylvie Breton, France Léger.
Montréal : Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007.
ISBN : 9782896190812, 14,95 $


Cette semaine
Trucs pour passer une journée horriblement parfaite

S’il y a une journée dans l’année que l’on souhaite être horrible, c’est bien le 31 octobre! Ne laissez rien au hasard et planifiez un Halloween cauchemardesque, grâce à nos monstrueux conseils!

Jeux d'Halloween

Cette année, l’Halloween sera un samedi et vous aurez plusieurs heures à tuer. Pour les aider à patienter un peu avant la cueillette, voici quelques jeux d’Halloween qui feront fureur à coup sûr!

13 idées de plats pour l’Halloween

Vous avez envie de rendre votre fin de semaine d’Halloween terrifiante jusque dans ses moindres détails? Voici 13 idées de mets d’horreur pour vous et vos enfants! Tout le monde sera ravi de ces délicieuses assiettes d'Halloween!

Bonbons à l’érable du Québec

Êtes-vous à la recherche d’une activité amusante à faire en famille pour souligner l’Halloween? L'Érable du Québec vous présente une délicieuse recette de bonbons. 

Nos Concours

Gagnez 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Commentaires