Famille

Avoir de bonnes relations avec le père de vos enfants

Le père de nos enfants est là pour rester, même quand on en est séparée. Pour le bien des enfants, et pour le nôtre aussi, voici quelques trucs pour maintenir une bonne relation avec lui.

Protégez les enfants

S’il y a une chose sur laquelle vous devriez vous entendre quoiqu’il arrive, c’est le bien-être de vos enfants. Évitez tous les deux de ventiler vos frustrations en parlant en mal de l’autre devant les enfants. Les enfants retiendront ce que vous dites et en seront bien malheureux parce qu’ils vous aiment tous les deux. Quand vous en avez besoin, trouvez quelqu’un à qui parler et qui vous aidera à exprimer vos émotions, en toute discrétion.

Parlez au « JE »

Parlez au « JE » plutôt qu’au « TU ». Le « TU » est accusateur et mène souvent à la chicane, alors que le « JE » est plus apte à exprimer ce que vous ressentez vraiment. Ça peut sembler cliché, mais c’est la base d’une communication saine et pacifique.

Mettez vos limites

Établissez un territoire et des règles que votre ex ne peut pas transgresser. Vous ne voulez plus qu’il arrive sans prévenir? Dites-le. Vous ne voulez pas qu’il rentre et se promène dans la maison comme au temps où il y habitait encore? Faites-lui part de votre malaise. Vous avez besoin qu’il arrête de poser des questions au sujet de votre vie personnelle? Faites-lui remarquer que c’est un domaine auquel il n’a plus accès. Si vous laissez les non-dits s’accumuler, un jour ou l’autre, tout explosera!

Ne jouez pas avec la patience de l’autre

Faire exprès de garder un habit de neige ou « oublier » de mettre le toutou préféré de l’enfant dans le sac pour protester après une conversation difficile ne vous mènera nulle part. N’utilisez pas vos enfants comme messagers non plus, et évitez les enfantillages à tout prix. Quand vous aurez quelque chose à dire à votre ex-conjoint, parlez-lui calmement, mais sans détour et sans impliquer les enfants.

Soyez organisés

Beaucoup d’outils existent pour vous aider à gérer les horaires, les repas et les communications à distance de manière civilisée. Faites-en bon usage. Ils vous aideront à vous parler moins souvent si justement c’est ce que vous cherchez à éviter et à risquer moins d’accrochages, surtout si la situation est tendue, sans compromettre le bon fonctionnement des choses et le quotidien des enfants.

Parlez rapidement des dépenses

Une fois que le partage des dépenses et la pension alimentaire pour enfant seront établis, il sera difficile de changer les choses et de renégocier les finances autrement. Évitez de tout payer après la séparation par fierté et adressez rapidement vos préoccupations financières s’il y en a. D’ailleurs si vous avez eu recours aux services d’un médiateur pour votre entente de séparation et la pension alimentaire, vous avez peut-être droit à une séance supplémentaire gratuite, alors profitez-en si vous constatez un déséquilibre. Si vous n’avez pas d’entente légale, discutez rationnellement de tout ce qu’il faut payer et de la façon de partager l’achat des vêtements, les activités parascolaires et les fournitures scolaires. Et surtout, entendez-vous pour vous rassoir quelques fois par année pour faire vos comptes.

Acceptez que ce soit différent chez l’autre

Quand quelque chose vous inquiète, parlez-en, mais restez ouverte. N’oubliez pas que tout ne sera pas pareil chez papa et chez maman et que c’est très bien comme ça. Peut-être que papa ne donne pas le bain tous les jours, qu’il ne « respectera » pas votre routine et qu’il fera plein de choses qui ne sont pas permises chez vous : il faudra vous y faire, vous n’êtes plus ensemble et ça ne vous regarde plus. Rien ne vous empêche de poser gentiment des questions au sujet de ce que les enfants aiment et de comment ça se passe chez lui, mais dites-vous qu’il a le droit d’avoir son style parental et que tant que les enfants sont en sécurité, vous devriez éviter de vous en mêler.

Utilisez l’écriture

Si vous êtes incapable de tourner votre langue sept fois avant de passer des commentaires désobligeants au sujet de votre ex devant lui ou devant les enfants, écrivez vos pensées. Vous pouvez écrire des courriels que vous garderez en brouillons ou écrire avec un crayon et du papier des messages que vous lui donnerez peut-être un jour, mais pas avant de vous être calmée et d’avoir dormi dessus. C’est une bonne façon de vous défouler sans envenimer les choses. En plus, écrire vous permettra de tenir un journal intime de ce que vous aurez vécu après cette douloureuse séparation.

Ne prenez jamais les enfants en otage

N’oubliez jamais de garder les enfants au sommet de vos priorités, même quand vous avez de la peine et même quand vous êtes fâchée. Prendre les enfants en otage n’est jamais une solution gagnante. Ils méritent au contraire que tout se passe bien et penser à eux vous aidera à trouver la force de vous arranger pour que tout aille pour le mieux.

Il y a de l’amour dans l’air?

Quand d’autres conjoints arrivent dans le décor, il faut toujours en parler à son ex avant d’en parler aux enfants si on veut que la situation demeure pacifique. Vous ne voudriez pas avoir de surprises, ni l’impression que quelqu’un d’autre prendra votre place chez papa? Ayez la décence de ne pas lui donner cette impression non plus. Les parents ne devraient jamais sentir que leur place est menacée auprès de leurs enfants et que leur opinion n’a plus de valeur. Les autres conjoints devront se faire discrets, surtout au début de la relation.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?