Famille

Trucs pour faire l'épicerie avec un enfant turbulent

Il touche à tout, ne veut plus rester assis, hurle pour tenir le petit panier, court dans les allées, menaçant ainsi l’équilibre des étalages? Voici 10 trucs pour faire l’épicerie avec un petit tannant!

Le panier voiture/fusée

S’il ne veut plus rester assis dans le panier, sachez que certains supermarchés ont pensé à vous et vous offrent de faire les courses à bord d’un super bolide, spécialement conçu pour les enfants. Il peut s’agir d’une voiture ou d’une fusée, munie d’un volant et, alléluia, d’une ceinture de sécurité! Vous pouvez y installer jusqu’à deux enfants. De quoi occuper leur imaginaire et leurs petites mains, le temps de faire l’épicerie!

Lui donner son propre petit panier

Il veut toujours pousser le panier lui-même? Pourquoi ne pas lui permettre d’en prendre un, mais un petit, ajusté à sa taille? Bien sûr, n’oubliez pas de lui expliquer clairement qu’il a droit à un privilège de « grand », et qu’il devra se comporter comme tel. Par exemple, il ne doit pas mettre quelque chose dans son panier à moins d’avoir votre accord; il ne doit pas courir dans les allées… et s’excuser s’il frappe une personne par accident.

Planifier les achats

Avoir une liste bien claire évite de tourner en rond et de passer trop de temps à l’épicerie. De plus, ça permet d’économiser en évitant les achats impulsifs et ça évite surtout le gaspillage! Avec des marqueurs de couleurs différentes, vous pouvez d’ailleurs classer vos achats en catégories, pour gagner en efficacité. Apportez un crayon supplémentaire : au fur et à mesure que vous trouvez les articles, votre enfant pourra les cocher sur la liste.

Choisir le bon moment

Se rendre à l’épicerie un soir de semaine, vers 17 heures, est en soi un sport extrême - et ça, même sans enfant! Si possible, on tente donc d’éviter les heures très achalandées. De plus, il y a des moments dans la journée où votre enfant sera moins agité. On se rend donc au supermarché tout de suite après la sieste, ou tôt le matin quand il est bien reposé.

Apporter des collations

Faire l’épicerie le ventre vide, ce n’est pas une bonne idée, et c’est certainement vrai pour les enfants aussi. Entouré de gâteaux et de gâteries, il voudra manger et tentera d’ouvrir les paquets. Assurez-vous d’avoir bien mangé avant de faire les courses et traînez avec vous une collation ou un petit jus, pour l’aider à patienter.

Faire un parcours amusant

Amenez-le à la poissonnerie : les enfants adorent regarder les homards vivants et les poissons entiers, emballés. Au lieu d’acheter vos viandes froides préemballées, passez au coin boucherie et invitez votre enfant à commander, avec le boucher. Il pourra ainsi poser des questions et, qui sait, peut-être goûter à quelques coupes! Habituellement, lorsqu’un étranger entre en communication avec l’enfant, il a tendance à se calmer.

Apporter un livre ou un jouet

Permettez-lui d’apporter un livre ou un jouet, pour se désennuyer. Il aura l’impression que le temps passe plus rapidement et ses mains seront occupées à faire autre chose que de saisir tout ce qui se trouve sur leur passage.

Ne pas avoir peur de dire non

Faire de la discipline en public, assurément, ce n’est pas évident. Mais qu’est-ce qui est le pire : le regard des autres, ou un enfant qui n’en fait qu’à sa tête? Oui, vous avez le droit de dire non; vous en avez même l’obligation. Votre enfant doit savoir où se trouvent les limites. « Pas de chocolat », ça veut dire « pas de chocolat », et si cela entraîne une crise, vous devez avoir la force de la surmonter sans flancher. Acheter la paix avec des friandises, c’est se payer un beau paquet de guerres futures. Et si vous avez peur d’être jugée par les autres clients, rassurez-vous tout de suite : vous le serez tout autant si vous pliez devant votre enfant!

Impliquer l’enfant

Tentez d’impliquer l’enfant, en lui donnant, par exemple, le choix entre deux marques, entre un poivron rouge ou vert. Au moment de faire la liste d’épicerie, vous pourriez aussi lui demander de choisir un repas. Une fois au supermarché, demandez-lui ce dont, selon lui, vous aurez besoin pour réaliser le plat et cherchez les articles avec lui. (C’est d’ailleurs les articles du repas qu’il a choisi lui-même qu’il pourrait mettre dans son petit panier!)

Souligner ses bons coups

Bien sûr, vous lui faites savoir lorsque vous n’êtes pas contente, mais n’oubliez pas de souligner aussi ses bons coups. Il aura envie de recommencer, la prochaine fois. Ne prenez pas l’habitude de le récompenser matériellement à chaque fois, mais, s’il a bien fait ça deux ou trois fois d’affilée, il aura peut-être droit à cette fameuse friandise…

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?

Nos Concours

Gagnez un laisser-passer familial!

Visitez le Cosmodôme en famille!