Garderies

Confidences d’éducatrices

Elles ne vous le disent pas toujours, mais les éducatrices ont parfois des reproches à faire aux parents. Nous avons parlé à quelques-unes pour savoir ce qui, selon elles, pourrait être amélioré.

Les éducatrices jouent un rôle important

Les éducatrices peuvent passer jusqu’à 8 000 heures avec votre enfant entre son premier anniversaire et son entrée à la maternelle, ce qui correspond à 333 jours complets. Ces femmes que les parents scrutent à la loupe, apprennent à vos enfants à compter, à socialiser, à attacher des lacets et même à lire quand l’enfant est prêt. Ces mêmes éducatrices vous voient matin et soir, parlent à votre enfant toute la journée, mangent avec lui et le consolent quand il est triste. Pourtant, vous les connaissez à peine puisque vous ne les voyez que quelques minutes par jour, près de la porte, au milieu d’autres parents.

Elles aimeraient parfois vous demander certaines choses, et dans certaines situations, elles se retiennent de dire aux parents leurs quatre vérités. Afin de leur éviter cette tâche ingrate, voici quelques propos que nous avons recueillis et qui, nous l’espérons, vous permettront de comprendre leur métier, de les aider et de faire ce qu’il y a de mieux pour vos enfants.

« Les enfants ont besoin de congés de la garderie »

Selon plusieurs éducatrices, vos enfants ont des horaires de directeurs d’entreprise et méritent eux aussi de prendre des vacances de temps en temps. Puisque vos enfants passent beaucoup de temps à la garderie (et c’est normal puisqu’il faut travailler), les parents devraient profiter de leurs journées de congé pour passer du temps en famille au lieu d’aller porter les enfants à la garderie pour pouvoir magasiner ou se reposer seuls. « Il y en a qui ne s’en cachent même pas : en arrivant le matin, elles nous disent qu’elles sont en congé et qu’elles veulent avoir la paix! Une fois ou deux par année, je comprends et respecte ce besoin de décrocher, mais quand c’est presque une norme 12 mois par année, j’ai de la misère avec ça. »

« Les enfants malades n’ont pas leur place à la garderie »

Les éducatrices mentionnent souvent qu’on ne devrait pas faire passer nos enfants après notre travail, et ce, surtout quand il est malade. « Plusieurs parents donnent du Tempra aux enfants pour pouvoir les emmener à la garderie et travailler jusqu’à midi, quand le Tempra ne cachera plus la fièvre et que nous devrons les appeler. C’est injuste pour leur enfant qui ne se sent vraiment pas bien, pour nous qui avons tout un groupe à superviser tout en prenant soin de lui et pour les autres enfants et leur famille qui risquent d’attraper un virus. » m’avait également confié l’éducatrice de ma fille.

« Les parents devraient aussi faire leur part »

Selon les éducatrices à qui nous avons parlé, plusieurs parents devraient s’efforcer de remplir leur part du contrat. Ce ne sont pas tous les parents qui s’assurent que les vêtements de rechange de leurs enfants lui font encore et sont encore en bon état ou qui s’efforcent d’arriver à l’heure afin de ne pas retarder les ballades et les activités. « Et arriver avant la fermeture du service de garde le soir, ou à tout le moins d’aviser quand la circulation ou une urgence retarde le parent, semble être très difficile pour plusieurs. Nous, on s’inquiète, l’enfant n’en peut plus d’être à la garderie, et pour être franche, après une journée à prendre soin de tout un groupe de tout-petits, nous aussi on a hâte que la journée finisse… »

« Les bonnes manières et l’autonomie ne sont vraiment pas la norme… »

Elles apprécient aussi de côtoyer des enfants respectueux et polis puisque, comme le dit une éducatrice, « certains enfants véhiculent de graves préjugés et il est difficile pour nous de reformuler les choses sans remettre en cause l’autorité des parents… »

Pour plusieurs, l’autonomie et la débrouillardise sont également des concepts qui ne sont pas suffisamment valorisés, comme l’explique cette éducatrice : « je considère qu’un enfant de 1-1½ an peut avoir besoin d’aide pour marcher dans 2 pouces de neige, mais un enfant de presque 3 ans doit être capable de se relever lorsqu’il tombe. »

« Les parents devraient prendre le temps… »

« Certains parents arrivent sans fermer leur cellulaire et s’en vont avec leur enfant sans même lui parler », nous dit une éducatrice. Une autre ajoute qu’ils devraient « se pencher à leur hauteur et les regarder lorsqu’ils viennent chercher leur enfant et aussi, prendre le temps de s’intéresser à ce qu’il a fait et vit pendant la journée. »

Il est vrai que les enfants passent énormément de temps à la garderie et prendre le temps de s’informer sur ce qu’il a fait pendant la journée, ce qu’il a mangé et lire l’agenda démontre un intérêt pour son enfant et une valorisation du travail des éducatrices. Les enfants ont beau être matures, ils ne devinent pas l’affection qu’on leur porte et, même si les parents sont fatigués, ces quelques minutes représentent beaucoup pour eux.

« Faites confiance aux éducatrices »

Un dernier point qui touche beaucoup les éducatrices est leur capacité à former une équipe avec les parents et à leur faire comprendre qu’elles ont à cœur le développement de cet enfant qu’elles voient grandir. « Souvent, je dis aux parents qu’on travaille en équipe eux et moi. Si les parents ne nous estiment pas, ce n’est pas rare que ça se reflète dans le comportement de l’enfant.... », dit une éducatrice.

En effet, il est important de réaliser et d’apprécier le travail des éducatrices qui souvent en font beaucoup plus que ce qui leur est demandé afin de vous aider à donner un bon départ à votre enfant, d’autant plus que c’est pour vous qu’elles le font puisque de leur côté, elles devront tôt ou tard les laisser partir à l’école avec le cœur gros.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Côtes levées à la tire d’érable pour la mijoteuse

Un peu comme l’huile d’olive pour l’Italie, le sirop d’érable est le trésor liquide du Québec. Cette recette présentée par Érable du Québec est bonne à s’en lécher les doigts!  

Vivre une grossesse en pandémie

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je m’étais souvent imaginé de quoi aurait l’air ma première grossesse. Cours de yoga avec d’autres futures mamans, aquaforme, séances de magasinage pour bébé, dîners entre amies, etc. Puis est arrivée la pandémie…

Littérature jeunesse : 8 histoires de femmes inspirantes

Elles sont nombreuses ces femmes, plus grandes que nature, à avoir changé le cours de l’histoire. Loin des projecteurs et des artifices, elles ont contribué à nous donner un monde meilleur. Plus libre. En voici quelques-unes à faire (re) découvrir à nos enfants.

Nos Concours

Gagnez le livre Margot et Clémence 'Le Dodo'

Participez pour gagner un livre pour enfant 0 à 2 ans

Pour simplifier l'organisation familiale!
Minimo motivation ludique

Gagnez les nouveaux outils de planification des repas

Commentaires