Santé

Sommeil : la routine de la chaise

Cette technique qui est proposée aux enfants de 18 mois et plus leur permet d’apprendre à se séparer graduellement de ses parents au coucher et de développer de nouvelles habitudes d’endormissement.

Dans un texte précédent, nous avons élaboré quelques solutions pour aider votre bébé à dormir toute la nuit, soit par la méthode du 5-10-15. Aujourd’hui, nous discuterons d’une autre méthode pour votre enfant qui grandit.

D’abord la routine

Fréquemment, un des parents doit rester à côté de son enfant jusqu’à ce qu’il s’endorme. Ce fait peut souvent amener des répercussions la nuit puisque si l’enfant se réveille, il sera peiné par l’absence du parent. Dans ces situations, il est suggéré d’offrir un nouvel objet de transition (s’il en avait déjà un) qui lui fera penser au parent. Ce peut être votre oreiller qui a votre odeur et qui sera très réconfortant au réveil, la nuit. On peut aussi offrir un foulard avec votre parfum. Chez les plus vieux, la jaquette de maman ou la casquette de papa peuvent être des objets très rassurants. Il est important de donner du sens à ce geste comme un privilège pour qu’il dorme dans son lit. Aussi, après une bonne routine calme, une histoire personnalisée ou encore l’aide d’un personnage qui se prépare à se coucher (expliquant les étapes de la routine), peuvent être pour l’enfant un message agréable de nos attentes et un moment rempli d’affection avant notre départ pour la nuit.

La routine de la chaise

Ensuite, le retrait de la chambre se fera très graduellement. Cette technique (appelée aussi routine de la chaise) permet au parent de s’éloigner progressivement chaque soir et ainsi d’habituer l’enfant à s’endormir seul, et ce, pour toute la nuit. Si le parent devait auparavant se coucher avec l’enfant pour qu’il s’endorme, le premier soir le parent devrait s’asseoir sur son lit et le flatter ou lui tenir la main, par exemple. Ou encore, il peut s’asseoir directement sur une chaise et, de soir en soir, le parent s’éloignera de l’enfant en reculant la chaise de quelques centimètres.

Il est préférable d’interagir le moins possible avec l’enfant lorsque le parent est dans la chambre. La position de la chaise devrait rester stable pendant toute la nuit ainsi que le jour, pour les siestes. De la sorte, lorsque l’enfant se réveillera la nuit (soit qu’il vienne rejoindre les parents dans leur lit ou qu’il pleure en réclamant leur présence…), le parent s’assoira sur la chaise au même endroit que la veille au coucher jusqu’à ce qu’il se rendorme.

Évidemment, il faut renforcer l’attachement envers le nouvel objet de réconfort en lui remettant dans les bras et en signifiant l’importance de celui-ci pour se réconforter et bien se rendormir. L’interaction avec l’enfant sera brève, ferme et non encourageante. Il faut éviter de faire les choses à sa place, mais lui montrer comment le faire. On peut lui dire, par exemple : « Serre ton toutou, vois comme il est doux, il te fera faire un beau dodo ». Ou encore, « Fais un gros câlin à mon oreiller, comme si c’était moi.» Il est important de favoriser son autonomie : « Tu es capable, tu me fais plaisir. » Ensuite, on sort de la chambre. On peut aussi utiliser des méthodes de récompense, comme la méthode du calendrier (si l’enfant est en âge de comprendre) pour faciliter le processus. Avec le temps, votre enfant se sentira rassuré avec son objet de réconfort et vos encouragements, et ainsi, pourra bien dormir la nuit.

Exemple
Gabrielle a 2 ans et s’endort difficilement. Cela peut lui prendre jusqu’à une heure et demie pour s’endormir et son père doit se coucher auprès d’elle. Elle se réveille vers 2 heures du matin et vient rejoindre ses parents dans leur lit. Cela peut lui prendre une heure pour se rendormir malgré qu’elle soit couchée avec ses parents. La situation a empiré depuis que sa mère est alitée, en attente d’un deuxième enfant qui menace de naître trop tôt. Alors, c’est son père qui prend davantage soin d’elle.

Elle se couche vers 19h30-20h00. Ses parents ont déjà établi une routine calme dans la soirée. Elle prend un bain, joue calmement, boit un verre de lait en écoutant la télévision, ou parfois, joue avec une poupée dans sa chambre. Vers 19h30, son père lui lit une histoire dans son lit pendant 10 à 15 minutes. Ensuite, il s’étend à côté d’elle jusqu`à ce qu’elle s’endorme. Cela peut prendre au moins une heure. Dès que son père la croit endormie, après 15 minutes, il essaie de quitter la chambre, mais Gabrielle ouvre les yeux et ne veut pas qu’il parte. Vers 2h du matin, elle se lève et va rejoindre ses parents dans le lit. Elle bouge beaucoup et peut prendre une heure pour se rendormir (compte tenu de la fin de grossesse de la maman, ils sont un peu à l’étroit dans le lit!) Pour ce qui est des siestes, il n’y a pas de problème à la garderie, elle dort 1½ heure. Mais le weekend à la maison, elle refuse de dormir. Alors, son père va la promener en voiture pour qu’elle puisse dormir.

Solutions proposées
La technique de la chaise est la solution qui sera utilisée pour que Gabrielle apprenne à s’endormir seule. Tout d’abord,on comprend bien la situation anxiogène que vit Gabrielle puisque sa mère ne peut plus prendre soin d’elle comme avant. Pour améliorer le rituel, il est suggéré d’éviter la télévision au moins une heure avant de dormir et de rapprocher le bain le plus près de l’heure du coucher, évitant ainsi de repousser le coucher en espérant jouer… Une période de lecture avec sa mère dans son lit pourrait être bénéfique.

C’est à ce moment qu’elle pourrait boire son lait, si elle le désire. Ensuite, elle pourrait apporter un oreiller de maman pour aller dans son lit (comme si maman dormait avec toi). Elle a aussi une photo de maman près de son lit. Son père l’accompagnera dans sa chambre et s’assoira sur une chaise. Il l’encouragera en lui offrant un autocollant de Dora (personnage qu’elle affectionne) si elle accepte que papa reste sur la chaise au lieu de se coucher avec elle. Et, il reculera la chaise de plus en plus chaque soir. La nuit, il raccompagnera Gabrielle dans son lit et se rassoira dans la chaise. Il lui rappellera aussi les bienfaits et le privilège de posséder l’oreiller magique de maman. Il lui parlera aussi de la possibilité d’avoir l’autocollant de Dora pour récompenser ses efforts.

Résultat
Le papa de Gabrielle a appliqué les conseils. Il a même dû menacer de sortir de la chambre et de fermer la porte, car Gabrielle ne voulait pas que son père s’éloigne, elle se relevait toujours. Au bout d’une semaine, Gabrielle s’endormait seule et son père restait près de la porte; elle ne se relevait plus la nuit. La semaine suivante, il lui disait qu’il reviendrait la voir dans 5 minutes et pouvait sortir de la chambre après un baiser. Elle s’endormait seule et dormait toute la nuit. La semaine a été difficile, mais le papa est resté ferme et constant. Comme elle a accumulé plusieurs autocollants sur son calendrier, le papa l’a récompensée pour ses beaux efforts d’avoir appris à bien dormir toute la nuit.

 

Enfin je dors... et mes parents aussi
Par Evelyne Martello
Éditions Hôpital Sainte-Justine,
2007
ISBN : 9782896190829
14,95 $

Évelyne Martello
Infirmière spécialiste en sommeil et auteure

Diplômée de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal en 1983, Evelyne Martello a travaillé comme infirmière pendant 26 ans au CHU Ste-Justine. Passant de la néonatalogie à la salle d’accouchement, elle a exercé pendant près de 15 ans comme clinicienne au centre de développement. Depuis 15 ans, elle exerce comme spécialiste du sommeil auprès de parents et de professionnels de la santé. C’est la reconnaissance de cette expertise par ses pairs qui l’a ensuite amenée à joindre en 2008 la clinique du sommeil du CH Rivière des Prairies, une clinique à vocation sur spécialisée. Evelyne a donné de nombreuses formations et conférences auprès de professionnels de la santé, notamment dans les CLSC et les centres de réadaptation, mais aussi auprès des parents par le biais des organismes communautaires et des CPE. Elle a également participé à des émissions de télévision et de radio en qualité de spécialiste invitée sur les troubles du sommeil. C’est en 2007 qu’elle a publié le livre Enfin je dors… et mes parents aussi, vendu à près de 25 000 exemplaires et récemment traduit en espagnol et prochainement en anglais en format numérique. Elle a coécrit des chapitres et articles spécialisés dans ce domaine. Evelyne offre des services personnalisés en pratique privée auprès de familles en manque de sommeil; pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Enfin je dors. Vous pouvez également rejoindre Evelyne à [email protected]. Enfin je dors... et mes parents aussi Evelyne Martello Éditions Hôpital Sainte-Justine 2007 ISBN : 9782896190829 14,95 $  


Cette semaine
Dépistage génétique

Que ce soit en raison des antécédents familiaux et personnels, de nos habitudes de vie ou de notre environnement, il est bon de consulter un professionnel de la santé avant même de devenir enceinte.

Motricité globale et motricité fine : un duo essentiel!

Motricité globale, motricité fine… on en entend souvent parler, mais qu’est-ce que c’est, au juste? La motricité globale concerne surtout l’équilibre, la coordination générale des membres, la latéralité et le tonus.

Dépistage des problèmes orthodontiques en bas âge

À un moment ou à un autre, tout parent se questionne sur l’évolution du développement dentaire de son enfant. Voici quelques observations faciles à faire pour vous indiquer si un traitement orthodontique est ou sera nécessaire.

5 histoires frissons pour l'Halloween

Comme on aime l’automne! Les feuilles qui changent de couleurs, les nuits qui rafraîchissent et… l’Halloween! Irrésistible, cette fête, adorée des enfants, est aussi l’occasion de découvrir quelques livres qui sauront vous faire frissonner.

Nos Concours

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires