Santé

Comment prévenir le syndrome du bébé secoué?

De nouvelles données indiquent que les pleurs sont l’élément déclencheur qui pousse les parents à secouer leur bébé. Chez 25 % des nouveau-nés diagnostiqués, ce geste est fatal.

Offrir des stratégies pour les aider à mieux réagir face à cette situation pourrait réduire l’incidence du syndrome du bébé secoué.

Qu'est-ce que c'est?

Le syndrome du bébé secoué (SBS) désigne toute forme de blessure intentionnelle infligée à un bébé ou à un enfant suite à des secousses violentes, avec ou sans impact avec une surface dure. Cela peut causer des traumatismes crâniens comme des hémorragies à l’intérieur et autour du cerveau, des hémorragies rétiniennes et des fractures. Chez 25 % des nouveau-nés diagnostiqués, ce geste est fatal et cause, chez 80 % des survivants, des lésions cérébrales irréversibles.

Les pleurs excessifs sont souvent considérés comme l’élément déclencheur qui pousse les parents épuisés ou frustrés à secouer leur bébé. Pourtant, peu de données appuient cette hypothèse. Des chercheurs ont donc décidé de définir une courbe graphique représentant le nombre de bébés hospitalisés en Californie pour le SBS en fonction de leur âge. Ils ont ensuite comparé cette courbe à celle qui représente la « répartition normale des pleurs » en fonction de l’âge; cette courbe dresse un profil typique des pleurs durant les premiers mois de vie des bébés.

Lien direct entre les pleurs et le SBS

Les résultats font ressortir un certain nombre de propriétés communes aux deux courbes. Celles ci commencent leur ascension lorsque les nourrissons sont âgés de deux ou trois semaines, atteignent un niveau maximal, puis diminuent presque linéairement jusqu’à l’âge de 36 semaines environ. La principale différence correspond au moment où les courbes atteignent leur plus haut point : le nombre de cas de SBS connaît son apogée entre 10 et 13 semaines alors que l’intensité des pleurs incontrôlables atteint son sommet entre cinq et six semaines.

Cependant, il est important de noter que dans 35 à 50 % des cas de SBS, le nourrisson montre des signes d’abus et de secousses antérieures. L’écart entre les deux courbes pourrait donc être imputable à un délai entre la cause et son effet.

« L’épisode de secouage qui amène l’enfant à l’urgence pourrait simplement être la dernière d’une longue série ayant débuté quelques jours ou semaines plus tôt », explique l’auteur principal le Dr Ronald G. Barr, de l’Université de la Colombie-Britannique.

Prévention nécessaire

Si les pleurs sont l’élément déclencheur du secouage et de l’abus, les programmes de prévention devraient informer les parents des caractéristiques particulières des premiers pleurs. De plus en plus de données démontrent que des pleurs incontrôlables et prolongés risquent de survenir, peu importe la méthode utilisée pour tenter de les calmer. Dans 95 % des cas, ce genre de pleurs fait partie du développement normal du bébé. Les personnes conscientes de ce fait pourraient être moins frustrées si elles savaient que la situation n’est que temporaire.

Afin de mieux informer les parents, le National Center on Shaken Baby Syndrome a conçu une méthode d’intervention intitulée The Period of PURPLE Crying :

  • P pour crying peak (les pleurs sont à leur intensité maximale);
  • U pour unexpected (imprévisibilité des pleurs);
  • R pour resistence to soothing (pleurs difficiles à atténuer);
  • P pour pain like face (l’expression faciale du bébé suggère de la douleur même s’il ne souffre pas);
  • L pour long crying boots (pleurs persistants)
  • E pour evening clustering of crying (pleurs qui se manifestent en soirée).
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Dormez en toute quiétude grâce à Angelcare

Gagnez un moniteur de mouvements respiratoires pour bébé avec video

Nos Concours

Cet hiver restez au chaud grâce à Louis Garneau!

Participez pour gagner des sous-vêtements en polar pour enfants et adultes

Commentaires