Santé

Le déficit de l'attention (TDAH)

Plusieurs vont mettre ça sur la faute de l'alimentation, en disant que l'enfant mange beaucoup de sucre. C'est complètement faux, c'est un trouble neurologique et ce n'est surtout pas de sa faute ni de la vôtre!

Dans un premier temps, il est nécessaire de comprendre qu'un trouble du déficit de l'attention peut être diagnostiqué chez un enfant, sans être qu’il ait un TDAH (déficit de l'attention avec hyperactivité).

Il y a trois catégories de déficit de l'attention :

  • Inattention prédominante
  • Hyperactivité, impulsivité prédominante
  • Type mixte : inattention et hyperactivité, impulsivité

L'enfant doit manifester de façon sévère de grosses problématiques à fonctionner avant l'âge de 7 ans. Vous remarquez que votre enfant ressort souvent dans un groupe ou qu'il bouge sans cesse ou même qu’il passe souvent d'un jeu à un autre, ça ne veut pas dire qu'il est automatiquement TDAH. L'enfant devra exhiber des symptômes dans au moins deux milieux différents; la maison, la garderie, l'école, avec la gardienne, etc. Ce qui explique que c'est souvent soit les intervenants de la garderie ou de l'école qui remarqueront ces symptômes les premiers! Par contre, c'est un psychologue ou un pédopsychiatre qui peut le diagnostiquer.

Selon des études, la prévalence est plus grande chez les garçons que chez les filles. Les garçons manifestent généralement des symptômes plus extériorisés (hyperactivité, impulsivité), ce qui dérange beaucoup plus l'entourage, donc diagnostiqué plus vite que chez les filles, qui elles, sont dans la lune, dans leur monde intérieur (trouble de l'attention), mais qui ne dérangent pas.

Plusieurs vont mettre ça sur la faute de l'alimentation, en disant que l'enfant mange beaucoup trop de sucre. C'est complètement faux, c'est un trouble neurologique et ce n'est surtout pas de sa faute ni de la vôtre.

Trois éléments dont vous devez tenir compte :

L'intensité
Votre enfant doit démontrer une gravité dans ses difficultés d'attention. Mais ici, il faut faire attention à la perception qui varie d'un adulte à l'autre et aussi la tolérance qui est très différente d'une personne à une autre.

La fréquence
La fréquence d'inattention est plus grande chez certains enfants en comparaison à d'autres enfants du même âge. Ces enfants sont rarement attentifs aux consignes et aux explications. Donc, l'observation devient un outil très pertinent. Mais encore là, il ne faut pas confondre un manque d'intérêt avec un manque d'attention.

La durée
C'est la persistance ou la durée à long terme d'un problème d'inattention. Vous devez vous poser la question suivante, « depuis combien de temps mon enfant est inattentif? » Si votre réponse est depuis quelques jours ou semaines, ce n'est probablement pas un trouble de l'attention, mais plutôt une préoccupation ou d'un manque de motivation.

Comment reconnaître les symptômes du déficit de l'attention
  • perd souvent des choses (jouets, matériel scolaire, livres...)
  • ne porte pas attention aux détails, à l'école il fait des fautes d'inattention.
  • se laisse distraire facilement par le bruit ou le mouvement autour de lui.
  • déteste les tâches qui demandent du temps ou de la concentration (devoirs, ménage de chambre...)
  • beaucoup de difficultés à jouer longtemps au même jeu.
  • perd vite sa concentration au jeu quand il doit attendre son tour pour jouer.
  • semble ne pas écouter quand on lui parle.
  • ne respecte pas les consignes ou les règles (parfois nous pensons que c'est de « l'opposition », mais non).
  • souvent désorganisé dans ses activités ou dans ses travaux scolaires.
  • a souvent des oublis.
  • semble souvent dans la lune.
  • ne peut pas faire deux tâches en même temps. (écouter l'enseignante et prendre des notes)
  • tendance à la fabulation.
  • retrait social.
  • estime de soi très faible.
  • beaucoup de conflits avec les amis.

* Selon l'association américaine de psychiatrie, l'enfant doit manifester au moins six de ces symptômes pendant six mois consécutifs.

Comment ces enfants vivent avec un déficit de l'attention?

Comme le diagnostic est vers l'âge de 7 ans, il est donc important d'en parler avec votre enfant, de lui expliquer que ce qui se passe dans sa tête n'est pas de sa faute, que c'est son système de filtrage dans son cerveau qui fait défaut. Les auteures Quinn et Stern nous proposent une façon amusante d'expliquer à l'enfant ce qu'est un TDAH, tout en préservant l'estime de soi.

Mettre les freins
Imagine une voiture sport rouge toute brillante, attrayante, roulant autour d'une piste.
Elle dévale les bouts droits, accélère dans les virages, stable, collée à la route, le moteur s'emballe...
Mais... elle n'a pas de freins.
Elle ne peut pas s'arrêter quand le conducteur le veut.
Elle ne peut pas ralentir à une vitesse plus sûre.
Elle peut sortir de la piste ou même avoir un accident.
Elle aura certainement du mal à prouver à tout le monde de quoi elle est réellement capable.
Si tu as un TDAH, tu peux ressembler à cette voiture de course.
Tu as un bon moteur (le pouvoir de penser) et un bon corps solide, mais pas de freins.

Ces enfants peuvent se sentir rejetés et jugés négativement. Ils vivent beaucoup d'échecs dans tout ce qu'ils entreprennent. Ils ont souvent de faibles résultats scolaires et une faible estime d'eux-mêmes. Ces enfants peuvent devenir dépressifs ou révoltés et par le fait même ils détestent l'école. Et ce sont des candidats idéaux pour « le décrochage scolaire ».

Que pouvons-nous faire comme parent?
                          3 à 5 ans                           6 à 12 ans
Développez la qualité et la durée de concentration (observer-écouter) Apprenez-lui à s'organiser, soit avec un calendrier ou un agenda.
Commencez par des livres d'images, augmentez sa concentration avec de courtes histoires. Donnez des consignes claires, une à la fois.
Encouragez votre enfant quand il réussit à garder son attention. Assurez-vous qu'il vous regarde ou lui faire répéter.
Mettez-vous à sa hauteur pour lui parler Aidez l’enfant à parler moins vite, ainsi, il s'habituera à penser moins vite.
Exigez qu'il vous regarde quand vous lui parlez. Demandez-lui de chercher un détail dans une image précise. (l'image doit être petite afin que les yeux ne bougent pas).
Donnez une consigne à la fois. Mettez de la musique de fond, lors d'une activité (c’est une bonne pratique pour la concentration).
Mettez la routine de la maison en image. Lors des devoirs ou tâches à la maison, divisez le travail en portions (il ne sera pas découragé par l'ampleur et la durée du travail).
Soyez clair et précis dans vos consignes.  
Souvenez-vous qu'un enfant qui n’a aucun déficit de l'attention, peut, en moyenne, garder sa concentration cinq fois son âge. Exemple : un enfant de 3 ans peut maintenir son attention environ quinze minutes lors d'un jeu. Alors l'enfant qui manifeste un déficit de l'attention, va avoir une concentration variable.
Que penser de la médication?

La médication ne guérit pas le TDAH, mais elle peut être considérée comme un moyen d'intervention, afin de diminuer la présence des comportements inadéquats, tout en stimulant la partie du cerveau qui gère l'attention et la concentration. Les médicaments les plus utilisés sont : Ritalin, Concerta et Dexédrine. Dans 80 % à 95 % des cas, nous remarquons des résultats positifs quand la médication est combinée à d'autres approches : renforcement positif, psychothérapie, feuille de route, adaptation du matériel (routine visuelle), aide pédagogique, un PIA avec l'école, suivi d'un éducateur, produits naturels, l'implication des parents, l'acupuncture...

Après avoir compris qu'il s'agit d'un problème neurologique, quand celui-ci est diagnostiqué, vous serez en mesure de mieux aider votre enfant et comprendre que ses besoins sont différents des autres enfants. La discipline devra être adaptée de façon à gérer les comportements de l'enfant et les situations auxquelles il est confronté. Mieux comprendre permet au parent d'accepter plus facilement les difficultés qu'il vit lui-même dans son rôle de parent.

Lectures inspirantes
  • Mon cerveau a besoin de lunettes, Annick Vincent, éditions Académie Impact, ISBN : 9782923520223, 19,95 $
  • Ces parents à bout de souffle, Suzanne Lavigueur, éditions Quebecor, ISBN : 9782764010624, 34,95 $
  • Plan d'intervention pour les difficultés d'attention, Christiane Drouin, André Huppé, éditions Chenelière, ISBN : 9782765103783, 31,95 $
  • Guider mon enfant dans sa vie scolaire, Germain Duclos, éditions Hôpital Sainte-Justine, ISBN : 9782896190621, 14,95 $
  • Association Panda 
  • TDHA.ca
  • CENTAM

Afin d'aider votre enfant, si vous avez des doutes ou qu'un autre intervenant suspecte un déficit de l'attention, consultez et faites équipe avec les différents milieux que votre enfant fréquente.

Guylaine L'Écuyer
Éducatrice spécialisée

Maman d'un adolescent, éducatrice spécialisée de formation et au scolaire depuis 20 ans, Guylaine L’Écuyer veux démystifier les termes scolaires, donner des trucs simples, proposer des lectures, nous préparer à cette grande étape qu’est l’école ! Elle possède une attestation de formation en TEACCH (de l'autisme et des autres troubles envahissants du développement) et aussi sur le trouble du lien d'attachement.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez 1 des 5 d?sinfectants pour les mains de Attitude.

Petits formats parfaits pour le sac ? dos.

Gardez bébé au chaud cet hiver grâce à Kokoala!

Profitez de l’hiver grâce à Kokoala.

Commentaires