Santé

TDAH : Plus de mauvais diagnostics chez les enfants nés en août et septembre

C’est du moins ce que révèle une étude publiée en novembre dernier dans le magazine The New England Journal of Medicine. Les résultats de cette recherche tendent à démontrer que les enfants les plus jeunes, d’une même cohorte, seraient effectivement surdiagnostiqués puisque les symptômes du troubles peuvent aisément être confondus avec un simple manque de maturité.

Problème d’interprétation

La question est donc de savoir pourquoi tant de mauvais diagnostics sont posés. Une partie de la réponse réside peut-être dans le fait que, au Québec, les pédiatres et les neuropsychologues peuvent l’un comme l’autre poser un diagnostic, sans suivre le même protocole. Tandis que les premiers rendent leur conclusion à l’issu d’un questionnaire remplie à la fois par les parents et par l’école, les autres s’appuient sur une série de tests dont les critères sont établis par le DSM (le manuel diagnostic des troubles mentaux) dont l’efficience ne fait pas l’unanimité au sein même des professionnels de la santé. Dans un cas comme dans l’autre, une grande place est laissée à la possibilité d’erreurs.

Entrer dans le moule

Les enseignants sont prompts à référer les parents et à suggérer le TDAH chez les élèves lunatiques ou turbulents. Cependant, s’ennuyer ou bouger n’est pas forcément synonyme de pathologie. La volonté de voir l’enfant performer et « entrer dans le moule » peut bêtement empêcher une autre analyse de la situation. Plusieurs questions, doivent être posées : l’enfant arrive-t-il à l’école le ventre vide, est-il ennuyé par le ton monocorde de l’enseignante, est-il surdoué, est-il préoccupé, dort-il bien, est-il simplement immature? Autant de pistes à investiguer et envisager avant de recourir à l’évaluation pour un TDAH.

Ceci dit, le trouble du déficit de l’attention existe réellement et son existence n’est pas remise en cause. Cependant, il pourrait être intéressant d’ajuster le mode d’analyse pour éviter les erreurs de diagnostics.

Source : The New England Journal of Medecine


Cette semaine
Six questions pour faire la lumière sur la dermatologie en ligne

La télémédecine fait désormais partie du quotidien des familles québécoises. Mais quel est le niveau d'efficacité de cette pratique? Dre Émilie Bourgeault, dermatologue chez DermaGo.ca, nous donne son point de vue. 

La plagiocéphalie - syndrome de la tête plate

« Encore trop de bébés à la tête plate » selon l’article sur le sujet de la plagiocéphalie paru à l’automne 2017 dans le journal La Presse. Les récentes études sur cette condition clinique du nourrisson sont unanimes, pour éviter le port du casque (orthèse crânienne) le dépistage de la plagiocéphalie doit se faire très tôt.  

10 raisons de leur faire des câlins

Le 21 janvier, c’est la Journée internationale des câlins et plus que jamais on en a tous besoin! C’est le moment parfait pour devenir un peu gaga et se raconter tous ces petits riens qui nous explosent le cœur et nous poussent à étreindre nos enfants, peu importe leur âge!

L'attachement et le détachement parent-enfant

Est-ce que je vais rendre mon enfant dépendant si je le prends dans mes bras? Voilà la question que j’ai reçue d’une lectrice. Son bébé d’un an traverse une phase très « maman » ; elle se demande comment gérer la situation.

Nos Concours

Gagnez 1 camion Monster Jam de LEGO

Participez pour gagner un des deux nouveaux produits LEGO

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires