Grossesse/Maternité

Baby blues ou dépression postnatale?

Certaines mères traversent la période postnatale sans trop de heurts, mais pour d’autres, les difficultés s’avèrent plus importantes. Baby blues, dépression postnatale ou tout simplement des conséquences passagères au manque de sommeil?

Pour celles qui ont déjà eu un bébé, qui n’a pas durant la première année ressenti des moments de fatigue extrême et de découragement? Ces moments ont été plus ou moins fréquents, plus ou moins longs et plus ou moins intenses selon la personne. Ces périodes plus difficiles à vivre apportent également leur lot de questionnements et souvent l’émergence de sentiments de culpabilité. Suis-je une bonne mère? Est-ce normal que je me sente comme cela? Est-ce que c’est le baby blues? Suis-je en dépression postnatale? Pourtant, je devrais être heureuse et épanouie avec un beau bébé en santé! Ma grand-mère en a eu 8 et elle ne s’est jamais plainte!

Baby blues

Les blues partum, causés par les changements hormonaux importants que vivent les mamans dans les jours suivant l’accouchement, toucheraient de 50 % à 80 % des nouvelles mères. Les symptômes les caractérisant sont la fatigue, la tristesse, les sautes d’humeur, la tendance à pleurer et la difficulté à se concentrer. Souvent très intenses, ces symptômes peuvent être entrecoupés de sentiments d’exaltation, d’euphorie ou d’émerveillement, états émotionnels diamétralement opposés aux premiers. L’ensemble de ces symptômes apparaît entre la 3e et la 5e journée post-partum et disparaît normalement 1 à 2 semaines plus tard.

Dépressions postnatales

Les dépressions postnatales, quant à elles, toucheraient entre 8 et 15 % des nouvelles mères. Les symptômes pouvant être observés sont très semblables à ceux des blues, à la différence que dans les cas de dépression, ils apparaissent plus tard dans la période postnatale, se développent lentement et insidieusement et atteignent des degrés d’intensité plus élevés et plus tangibles. Les causes de la dépression postnatale ne sont pas clairement établies, elles résulteraient de l’interaction de 3 facteurs; hormonaux, psychosociaux et neuroendocriniens. Cette affection est difficilement identifiable à ses débuts, car les symptômes sont brouillés par le chevauchement des symptômes de fatigue liés à la maternité. De plus, les mères hésitent à en parler de peur d’être jugées. Les symptômes de la dépression postnatale disparaissent rarement sans une aide professionnelle.

Comment peut-on aider?

Il n’existe pas de « vaccins » pouvant prévenir et empêcher l’apparition des baby blues ou les dépressions postnatales, mais on peut quand même mettre toutes les chances de notre coté. La prévention et la préparation à la venue du bébé demeurent une stratégie qui n’empêchera pas nécessairement l’apparition des symptômes, mais qui, à tout le moins, aideront peut-être à passer au travers ou à en minimiser les effets dévastateurs.

Afin de se préparer à la venue de notre bébé ou encore afin de pouvoir venir en aide à une nouvelle maman, il est important de connaître les dimensions physiques et psychosociales qui seront affectées lors de la période postnatale. La période postnatale est initiée par la naissance du bébé, elle est la résultante de plusieurs mois de vie comprenant la préconception, la conception, la grossesse et l’accouchement. Au moment où elle débute, la nouvelle maman a déjà traversé des étapes pouvant être bouleversantes. Les dimensions physiques de la nouvelle mère affectées par l’arrivée du bébé sont multiples.

Alimentation

Son alimentation sera touchée par le manque de temps et d’énergie pour préparer les repas et même pour manger. Par contre, une saine alimentation (3 repas et 3 collations par jour) est essentielle, car elle favorise une meilleure récupération et guérison des tissus, elle prévient l’anémie et procure un bien-être général.

Pour se préparer ou pour aider au niveau de l’alimentation

  • Faire des réserves de repas ou offrir en cadeau à la future mère des collations santé (muffins aux grains entiers, barres granolas maison, etc.) ou des repas complets qui pourront être congelés.
Sommeil

Son sommeil sera altéré par les demandes reliées à la venue du nouveau-né, si bien que la possibilité de bien se reposer sera diminuée. Il est important de se reposer suffisamment, car le manque de sommeil altère le bien-être général de la mère, ce qui en retour aura un impact sur le conjoint et les autres membres de la famille y compris le bébé. De plus, la fatigue sévère peut conduire à la dépression post-partum.

Pour se préparer ou pour aider au niveau du sommeil

  • Essayer de bien dormir avant l’accouchement (bonnes nuits de sommeil et siestes en après-midi).
  • Se trouver de l’aide à domicile pour s’occuper de bébé, des enfants plus âgés, ou encore pour faire l’entretien ménager afin de pouvoir dormir. Le CRP Les Relevailles de Montréal offre un service de répit à domicile. Offrez-vous des certificats-cadeaux des Relevailles pour le service de répit, ou fabriquez des certificats maison, donnant droit à un ménage complet, ou à quelques heures de gardiennage de bébé ou des enfants plus âgés.
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Commentaires