Grossesse/Maternité

La rétention placentaire, ou quand le placenta ne veut pas sortir

Généralement, quelques minutes après l’expulsion de bébé, le placenta sort spontanément. Or, dans certains cas, celui-ci ou un morceau de celui-ci reste à l’intérieur de l’utérus. C’est ce qu’on appelle la rétention placentaire. Comment la reconnaître et y remédier? 

C’est le grand jour. Vous accouchez, enfin! Après des heures de dur labeur, votre bébé sort, hourra! Mais quelle n’est pas votre surprise lorsque le médecin vous demande de pousser encore, cette fois-ci pour sortir le placenta.

En effet, si certaines femmes ont la chance d’expulser naturellement leur placenta dans les minutes qui suivent l’accouchement, d’autres devront pousser afin de le faire sortir. Et certaines autres auront beau pousser, le placenta, ou un morceau de celui-ci, restera à l’intérieur de l’utérus suite à la naissance du bébé. On parle alors de rétention placentaire.

Ce désagrément ne touche pas que les femmes qui accouchent à terme. Effectivement, celles qui font une fausse couche sont également susceptibles de connaître la rétention placentaire.

Quelles sont les causes de la rétention placentaire?

« On n’a pas une réponse claire à ça, scientifiquement » avoue Dre Lucie Morin, chef du département d’obstétrique-gynécologie au CHU Sainte-Justine. Cette dernière explique qu’il arrive parfois que le placenta vient envahir l’utérus, un peu comme le ferait une tumeur. « C’est ce qu’on appelle placenta accreta. » Cette pathologie est la plus grave cause de rétention placentaire, mais non la plus fréquente.

Certaines autres conditions peuvent rendre les femmes plus à risque de faire une rétention placentaire : si la patiente a déjà eu des cicatrices à l’utérus, si elle a eu une rupture prolongée des membres lors de la grossesse, ou encore s’il y a une malformation du placenta (présence de lobes accessoires, par exemple).

Au-delà de tout ça, n’importe quelle femme qui accouche peut connaître la rétention placentaire. Mais, bonne nouvelle : ce n’est pas parce que ça arrive une fois que ça va arriver la prochaine fois!

Quand le placenta ne veut pas sortir

Règle générale, à l’hôpital, on donne d’emblée du Syntocinon (une ocytocine synthétique) par intraveineuse à toutes les patientes après l’expulsion du bébé. « On le fait pour faciliter l’expulsion du placenta et éviter l’hémorragie post-partum » explique Dre Morin. Si vous n’avez pas d’intraveineuse, cette hormone synthétique vous sera administrée par injection.

En maison de naissance, généralement, on va laisser le temps faire son œuvre. Par contre, si le placenta ne sort pas naturellement dans les 30 à 45 minutes après la sortie du bébé, vous aurez aussi droit à ces injections de Syntocinon.

Si le placenta ne veut toujours pas sortir, le médecin tentera alors d’aller le chercher avec sa main ou un outil. « Si la patiente n’a pas d’anesthésie, on va l’emmener en salle d’opération pour lui donner l’anesthésie et on va s’installer pour aller chercher le placenta avec notre main ou avec d’autres outils » explique Dre Morin. On vous l’accorde, c’est désagréable. Par contre, c’est une procédure assez simple qui prend peu de temps. 

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 7 – Buropro Citation

Gagnez une carte-cadeau d'une valeur de 100$ chez Buropro Citation

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Stodal® : le sirop à toujours avoir à porter de la main!

Gagnez une bouteille de fabuleux sirop pour la toux.

Commentaires