Enfant

Apprendre à nommer les parties intimes

La plupart des parents sont très concernés à propos de l’horaire de sommeil, ou les habitudes alimentaires de l’enfant, mais ne se préoccupent pas beaucoup de son éducation sexuelle.

Pourtant, la fascination de l’enfant pour son corps et pour celui des autres commence, elle, très tôt! En effet, vers l’âge de 8 mois (pour le garçon) et 10 mois (pour la fille), l’enfant explorera déjà les limites de son corps et, bien entendu, ses organes génitaux en font partie. Sans compter que les caresses s’accompagnent souvent d’une sensation agréable.

De plus, bien avant l’âge de 3 ans, l’enfant réalise que les garçons et les filles sont différents et il serait normal qu’il vous pose des questions à ce sujet.

Le bon moment

À quel âge doit-on commencer à expliquer ces choses à l’enfant? Dès qu’il commence à en parler lui-même! S’il vous pose des questions, répondez-lui. « Parties intimes » ne veut pas dire « secrètes », et la sexualité ne doit pas être un sujet tabou. Saisissez donc chacune des opportunités que vous offre votre enfant pour commencer son éducation : ceci l’aidera à se construire une image positive de son corps. Bref, il n’y a pas d’âge défini, et les questions peuvent venir à différents moments selon les enfants, mais habituellement, c’est entre 2 et 3 ans que ces premières interrogations seront formulées. Entre temps, on s’applique à nommer les parties intimes par leur vrai nom.

Mon corps

C’est souvent lorsqu’ils sont dans le bain, ou entre deux changements de vêtements, que les enfants commencent à poser des questions à propos de leur corps. Vous devez leur répondre, et, surtout, leur répondre en utilisant les termes exacts. Il n’y a pas de mal à dire pénis, testicule, vagin, vulve, sein. Évitez cependant tous ces termes qu’on entend souvent et qui ne servent qu’à encourager le malaise ou même les stéréotypes et les préjugés comme bizoune, graine, pissette, quéquette, zoune, noune, lolos, totons, boules, etc. Ces mots sont vraiment plus préjudiciables que les bons termes, et ne sont en aucun cas « moins pire à dire »! Expliquez-lui que son pénis et ses testicules ou sa vulve et son vagin sont des parties de son corps, au même titre que ses bras et ses jambes, mais qu’elles sont considérées comme des parties privées.

Ce faisant, efforcez-vous de ne pas rigoler ou, pire, éviter ou de changer de sujet de conversation. Il ne faut pas être embarrassée : l’enfant croira alors que ses parties génitales sont quelque chose dont il devrait être honteux. Il est tout à fait normal qu’il soit curieux et vous devez l’encourager à l’être.

Comment on fait les bébés?

Ici, la clé, c’est l’honnêteté : ceci dit, il faut se souvenir qu’un jeune enfant n’a peut-être pas besoin de tout connaître des détails d’une relation sexuelle! Il faut donc s’adapter à l’âge de l’enfant. Ainsi, si vous croisez une femme enceinte, et que votre enfant vous demande pourquoi la femme a un gros ventre, expliquez-lui que le papa et la maman on fait un bébé ensemble, et que ce bébé grandit dans le ventre de la maman un certain temps, jusqu’à ce qu’il soit enfin prêt à sortir. Pour les plus jeunes, cette explication simple, mais vraie, devrait suffire. Si votre enfant demande plus d’informations, répondez-lui.

Éducation sexuelle

Évidemment, cet exercice inquiète certains parents. C’est souvent le cas lorsque ceux-ci n’ont pas reçu une éducation sexuelle à la maison. Ils ont tendance à croire, alors, qu’il ne sert à rien de parler de ces choses, que tout viendra naturellement. Pourtant, non seulement une bonne éducation sexuelle permet que l’enfant se développe en un adulte épanoui, mais cette éducation permet d’éviter les abus, puisque l’enfant sait ce qui est acceptable ou non, et ne développe pas une gêne malsaine envers la sexualité.

Si vous vous sentez dépassée par ces questions, ou ne vous sentez vraiment pas à l’aise d’en discuter avec votre enfant, pensez à quand vous, vous étiez à sa place. Qu’est-ce que vous auriez aimé recevoir, en guise de réponses?

De plus, il existe toutes sortes de livres, adaptés à l’âge des enfants, qui pourront vous aider à répondre. Chez Mamanpourlavie.com, on a beaucoup aimé les ouvrages de Jocelyne Robert, sexologue, pédagogue et écrivaine; une autorité dans le domaine de l’éducation sexuelle. Dans Ma sexualité de 0 à 6 ans, Ma sexualité de 6 à 9 ans et Ma sexualité de 9 à 11 ans, elle aborde avec aisance et fluidité la sexualité des enfants, qui sont en pleine exploration. Agrémentés d’images et de jeux, ces livres amusants et instructifs permettent d’ouvrir le dialogue avec votre enfant, tout en vous fournissant les outils nécessaires pour y parvenir.

Des réponses simples

Bref, parler de sexualité ne devrait pas être intimidant ou gênant : cela devrait être naturel. Les questions d’ordre sexuel que se posent les enfants sont toujours appropriées, et la pire chose à faire est de ne pas leur répondre, simplement parce qu’elles nous rendent inconfortables. Bien sûr, vous pouvez aussi vous préparer. Les questions de base que posent les enfants sont, somme toute, presque toujours les mêmes.

« Pourquoi les garçons ont un pénis et les filles, un vagin? »
Parce que les filles et les garçons sont faits différemment.

« Pourquoi tu as du poil et pas moi? »
Tu auras aussi du poil lorsque tu seras plus grand.

« C’est quoi le sexe? »
Il s’agit d’un câlin très spécial et très beau que des adultes font ensemble lorsqu’ils s’aiment vraiment beaucoup.

« D’où je viens? »
Tu as grandi dans mon ventre, et lorsque tu étais prêt à en sortir, ton père et moi sommes allés à l’hôpital, où tu es né.

« Comment naissent les bébés? »
Lorsque le bébé est assez grand pour sortir du ventre de la maman, la maman pousse fort et le bébé sort par son vagin.

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
L’éducation, l’affaire des parents

L’éducation : un tout petit mot, pas trop complexe et qui, pourtant, est le pilier d’une société en santé. C’est la clé de voûte des adultes autonomes, indépendants et capable de jouir le de leur libre arbitre.

Mon enfant n'est pas prêt pour entrer à l'école

L’inscription à l’école se veut un moment marquant pour un parent qui voit son chérubin prendre la route des grands. Mais que faire si vous appreniez qu’il n’est pas prêt?

La scolarisation à la maison, un choix?

Suivre le propre rythme de l’enfant, libre de découvertes et d’apprentissages. L’école à la maison est le choix d’un projet familial merveilleux, mais ce n'est pas que cela.

Trucs et astuces pour trouver une place en garderie

On vous l’a sûrement dit lorsque vous avez annoncé votre grossesse : inscrivez-vous tout de suite pour trouver une place en garderie. Vraiment? Oui, vraiment! On est là pour vous guider dans ce passage obligé. Astuces, conseils et trucs.

Nos Concours

Soyez prêts pour la rentrée avec BIC

Gagnez un assortiment de crayons Gel-ocity de BIC

Lecture écolo pour enfant

Gagnez trois livres écolos pour enfant

La rentrée en beauté avec KSL

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez KSL

Gagnez des produits de soins naturels de Tom's of Maine

Participez pour gagner trois produits de soins naturels Tom's of Maine

Gagnez le livre BBQ Santé de Geneviève O'Gleman

Cet été, grillez santé avec Geneviève O'Gleman

Devenez un petit cinéaste avec KidiZoom

Gagnez une caméra KidiZoom d'une valeur de 37.50$!

Commentaires