Désir d'enfant

Adoption : une juste pression pour qui?

Marie-Félix

Serait-ce possible que les parents adoptants se mettent un peu plus de pression concernant le développement et l’éducation de leur enfant? Ont-ils à prouver qu’ils sont de bons parents?

La pression vient d’abord de nous!

Tous les parents vous le diront : on veut le meilleur pour nos enfants et ça n’a rien de bien surprenant. Il arrive cependant parfois qu’on ressente « ça » au fond de nous. Pour avoir moi-même vécu cette espèce de pression qu’on a tendance à se mettre sur les épaules, j’ai senti le besoin d’en discuter avec certains parents adoptants : « Est-ce que vous sentez que vous vous mettez un peu plus de pression que la moyenne en ce qui concerne le développement et l’éducation de votre enfant? » J’ai vu des parents me sourire en haussant les épaules bien candidement.   Bon, ça se pourrait… Je ne suis pas seule sur ma planète nommée Prouve-que-t’es-un-bon-parent!  

Serait-ce possible qu’inconsciemment (ou pas), les parents adoptants se mettent un peu plus de pression concernant le développement et l’éducation de leur enfant? En formation pré-adoption, on nous parle souvent que ces petits du bout du monde risquent d’avoir des retards de développement qui se rattrapent somme toute facilement par de la stimulation et une présence de qualité auprès de l’enfant. Quelle belle porte ouverte à la pression pour des gens qui souhaitent que leur enfant ne subissent pas les contrecoups des difficultés vécues dans son passé pas si lointain!  Après tout, nous avons été évalués au niveau de nos capacités parentales. Un psychologue nous a jugés aptes à nous voir confier un enfant qui allait avoir des besoins particuliers. On n’est quand même pas pour manquer notre coup! 

Le suivi médical

Marie-Félix

Ma petite Marie-Félix était en bonne santé à son arrivée au pays. Quelques petits « bobos » tout ce qu’il y a de plus commun dans les circonstances : nous lui avions administré trois traitements contre la gale, car elle en était couverte de la tête aux pieds. Elle avait une otite, faisait de l’eczéma et son pédiatre nous a mentionné que sa peau, plus fragile que la moyenne, devait avoir une attention particulière. Pas de problème, Docteur!  Armée de la collection de toutes ces crèmes pour peau sensible, des onguents prescrits et d’une volonté inébranlable, je me suis dit que je ferais de cette peau irritée, une peau de pèche. C’est pas mal ce qui s’est produit d’ailleurs. L’avantage, en Amérique c’est qu’à peu près n’importe où on a accès à ce qu’il faut pour guérir à peu près n’importe quoi.  

Puis Marie-Félix a grandi, les rendez-vous médicaux de routine sont arrivés, les commentaires des autres parents également : « Est-ce qu’elle se tourne sur elle-même? » (Imaginez ici un regard interrogateur derrière des lunettes et un sarrau blanc). « Euh… ben… pas encore, mais je sens que ça s’en vient… ». Personne ne peut vous le reprocher à vous, bien entendu. Mais on décode le non verbal. Elle a presque 6 mois et n’a pas commencé à se tourner du dos au ventre! Bien entendu, elle ne s’assoit pas seule non plus.

Un mois plus tard, les questions continuent de fuser « Pis, est-ce qu’elle s’assoit seule maintenant? Le mien, à 6 mois, c’était réglé. Mais tu sais, tous les enfants ont leur rythme, faut pas trop s’en faire. »   (Merci pour le doute!). Et puis VLAN! On ajoute : « Sais-tu s’il y a des problèmes de santé à ce niveau chez ses parents biologiques? Tu sais, tout à coup qu’il y a un problème génétique et que…. que….. Bah… elle a l’air en santé, inquiète-toi pas trop avec ça… » Oubliez ça! Je m’étais mise à m’imaginer que son père avait peut-être des problèmes de santé héréditaires. Je l’imaginais à 2 ans, peinant à marcher. Son pédiatre m’a dit que ce n’était pas « encore trop inquiétant » et que si dans 2 mois elle n’arrivait toujours pas à s’assoir, il nous ferait voir un spécialiste.

Une fois de retour à la maison, vous devinerez bien que j’ai sauté sur le bottin téléphonique pour contacter tous les chiropraticiens, ergothérapeutes et physiothérapeutes de mon secteur! Mon but était fort louable : je voulais simplement m’assurer que « tout était en place » pour que le développement de ma fille se poursuive, même si c’était à retardement. Bonne nouvelle, tout était là, ce n’était qu’une question de temps.  

Lâcher-prise tout en faisant de son mieux

Marie-Félix

Un jour, au volant de mon auto, ma fille à l’arrière dans son petit siège d’auto, alors que nos regards se sont croisés dans le rétroviseur, je me suis trouvé un peu « nounoune ». J’ai réalisé à ce moment-là que je m’en mettais pas mal sur les épaules. Qu’est-ce que je voulais prouver et à qui? Aujourd’hui, Marie-Félix a presque 14 mois. Elle est constamment debout à la maison, fait de plus en plus de tentatives pour marcher, tombe et se relève en souriant. Elle grimpe les escaliers à quatre pattes et se déplace très rapidement de cette même façon. Ça aurait pu être plus difficile pour elle, mais ce n’est pas le cas.

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

La grossesse et l'alcool en questions

1578 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!