Blogues

Enfant mordeux ou enfant mordu?

Mon grand bonhomme a toujours été un enfant doudou, le genre de petit garçon que tout le monde aime, qui ne cherche pas le trouble et qui collectionne les amis.

Le genre de petit garçon que tout le monde veut garder et avec qui on s’amuse sans vraiment avoir à faire beaucoup d’interventions. Quand il était petit, je disais qu’il devait gouter la fraise ou le chocolat. Mon bébé c’était l’enfant parfait à grignoter, s’il avait un camion dans ses mains et qu’un autre enfant enfonçait ses crocs neufs dans son bras, il lâchait tout de suite ledit camion sans réagir par la violence. C’est pratique ça pour un mordeux, il sait que l’attaque de l’autre est peu probable.

C’est difficile pour une maman d’avoir un petit bonhomme qui goute la fraise, ça fend le cœur à chaque fois que l’amour de sa vie arrive à la maison avec une trace de dents. C’est d’autant plus dur quand il te dit qui est l’enfant qui l’a fait… Je ne devrais pas dire ça, mais après 3-4 fois on devient un peu maman louve, on hait un peu l’autre enfant, on devient comme surprotectrice de notre petit loup et j’avoue que l’envie d’aller voir la petite croqueuse ou sa maman commençait à me chatouiller le cerveau.

J’ai décidé d’être plus intelligente que ça. Je me suis mise à la place de la maman de la mordeuse. Je me disais que ça devait être aussi difficile pour elle que pour moi de dealer avec sa fille qui faisait mal à un autre ami tous les jours. Imaginez tous les soirs ouvrir l’agenda de la garderie et voir que ton enfant en a blessé un autre. C’est difficile avec les petits parce que le langage est limité, c’est d’ailleurs pour ça souvent (pas toujours) que l’enfant mord, parce qu’il n’a pas encore tout le vocabulaire pour faire de la négociation. Ça devient comme un raccourci!

J’ai commencé à établir un plan d’intervention pour mon fils. Je lui ai montré l’autodéfense par le son. On se pratiquait : j’avais pris une marionnette avec des dents et je faisais une mise en scène, j’approchais de lui avec son crocodile prêt à le croquer et il devait dire très fort : « NON! » en faisant un X avec ses mains. Un NON assez fort pour saisir l’enfant, mais aussi pour attirer l’attention de son éducatrice! J’avais fait imprimer un pictogramme pour son éducatrice et nous l’avions collé dans un coin dans le local. Lorsque l’enfant sortait ses crocs, elle devait aller sur la chaise de retrait. C’était concret, c’était clair et ça devait être appliqué de façon constante et cohérente pour mettre en application la conséquence. Parce qu’avant on mordait les enfants quand ils mordaient, maintenant on essaie de faire comprendre la conséquence d’un geste. La petite devait s’excuser et aller faire un câlin à mon grand pour pouvoir retourner jouer… C’est une intervention à la Super Nanny, mais c’était rendu nécessaire surtout que Lou était revenu la veille avec une morsure à la tête et que je commençais un peu à capoter.

J’ai voulu outiller mon grand en lui montrant comment se défendre sans devenir une victime, de dire fort à l’autre enfant : JE N’AIME PAS ÇA! NON! Pour moi, ça vaut plus qu’un (prendre ici une voix de cave) : « Ouin ben là quand qu’à t’mord t’as yink à la mordre plus fort! ». La force par la force, on sait bien ce que ça donne. Régler un conflit, c’est apprendre à vivre en société, à exprimer ses émotions et en plus ça aide l’autre à comprendre que ses pairs ont eux aussi des sentiments. Je travaillais dans le local juste à côté de lui au CPE et si vous saviez la fierté que j’avais quand j’entendais un NON! franc qui sortait de sa bouche! Je me disais que j’avais près de moi un petit garçon qui forgeait ses limites autant physiques que psychologiques, je me disais qu’on ne prenait pas le raccourci, mais qu’on apprenait tellement de choses!

J’avoue, ç’a été beaucoup de travail émotif autant pour mon fils que pour moi. C’est dur de ne pas se fâcher contre un enfant ou contre son parent! Mais au lieu d’haïr la petite cocotte, j’ai décidé d’outiller Louka et de continuer le travail de l’éducatrice à la maison. Ça fait comme parti de ma job de mère de travailler en équipe, non?

Je n’ai plus le pictogramme sur les morsures, mais je t’en ai fait un que tu peux utiliser à ta guise que ce soit à la maison, à la garderie ou au bureau si tu travailles avec une madame de 32 ans qui mord quand tu lui empruntes sa brocheuse. TSÉ, ON N’EST JAMAIS TROP PRUDENTE! Mais comme dans tout, l’outil est plus fort que la guerre et ça, j’en suis vraiment convaincue!

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires