Blogues

La recette d’une saine coparentalité ou l’art de réussir sa séparation

À une certaine époque, divorcés et pestiférés logeaient à la même enseigne. Satan, gardien ultime d’une porte de secours, servait de repoussoir à ceux et celles qui auraient voulu se sauver d’un mauvais mariage.

Aujourd’hui, le mariage n’a plus vraiment la cote, tout comme Satan d’ailleurs. Mais une chose reste pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à la fin des temps, le père de notre enfant reste… le père de notre enfant. Pour toujours.

Une séparation, ce n’est pas un idéal de vie. Pour personne. Mais, ça arrive. Qu’on soit le « laisseur » ou le « laissé », ça fait mal, ça brise des affaires et ça laisse un arrière-goût d’échec.

Un peu après le joug de Satan, après que les enfants aient appartenu au père (Code civil du Québec – 1866) et pas si loin d’aujourd’hui, la question de la garde des enfants ne se posait pas.  La mère obtenait la garde. Presque tout le temps. La garde partagée et la notion de coparentalité n’étaient même pas à l’ordre du jour.

En 2016, c’est fréquent. D’ailleurs, pour plusieurs nouveaux séparés, la coparentalité c’est l’enfer moderne. Partager droits et responsabilités lorsque l’amour enveloppe les différends, ça n’exclue pas les chicanes, mais ça vire rarement en crise diplomatique. À l’inverse, une fois qu’il ne reste que les cendres d’un amour consumé… BOUM ! Ça devient explosif.

J’ai 3 enfants de 2 pères différents. Séparée du premier et divorcée du deuxième, je ne suis ni fière, ni gênée. C’est ma réalité. Et si mon passé matrimonial est presque caricatural, je suis (nous sommes) un exemple pour bâtir des coparentalités qui rockent. On se fait des souper, on va au restaurant, on va prendre des cafés et on veille les uns sur les autres. Les enfants ne se sentent pas pris en sandwich entre leurs parents et ça, c’était notre principal objectif.

Dire qu’obtenir cette belle harmonie a été chose facile, serait mentir. Lors des deux séparations, ce n’était pas gagné d’avance. On a travaillé très, très fort et il nous aura fallu du temps pour développer une recette qui nous permet, aujourd’hui, d’avoir une saine coparentalité. Et si ça a fonctionné pour nous, ça doit être bon pour d’autres séparés.

La recette d’une saine coparentalité

Comme dans toutes les recettes, vous pouvez ajouter des ingrédients, mais il est déconseillé d’en enlever.

  1. Ne jamais oublier de mettre en pratique les points suivants.  
  2. Toujours, toujours, placer l’intérêt de l’enfant en premier. Bien avant les nôtres, nos frustrations ou notre désir de vengeance.
  3. Notre enfant a le droit de voir son autre parent et de l’aimer. Ça ne nous enlève rien. Sauf en de très rares circonstances, il en va de l’intérêt de notre enfant de continuer à voir ses deux parents.
  4. Un jour, on a aimé l’autre et on l’a trouvé suffisamment qualifié pour tricoter un enfant avec cette personne. Il faut s’en souvenir.
  5. Il faut placer sa colère dans une boîte à chaussures, dans le haut de la garde-robe. Les reproches et la haine qu’elle contient, on se permet de les ouvrir seulement à l'abri du regard et des oreilles de nos enfants.
  6. Se tenir loin des reproches, des attaques et des phrases mesquines qui ne font de bien qu’à notre orgueil blessé. C’est contreproductif.  
  7. Il faut admettre que, même si chez l’autre c’est différent, ça ne veut pas dire que c’est mauvais. L’autre n’a pas la même routine de dodo que vous ? Soit.
  8. Il faut être honnête. Un mensonge, même insignifiant, peut venir briser la confiance. Bébé est tombé dans l’escalier? Ne tentez pas de le cacher. Si vous mentez, l’autre doutera toujours de vos explications.
  9. Il faut éviter de revenir sans cesse en arrière et regarder vers l’avant. Ce qui est fait est fait.
  10. Maman n’a pas plus de droit que papa sur l’enfant et vice versa.
  11. Il faut savoir mettre beaucoup (BEAUCOUP) d'eau dans son vin. Surtout au début.
  12. Savoir s’excuser et reconnaître ses erreurs est crucial.

Je suis bien consciente qu’une coparentalité comme la nôtre, c’est plutôt l’exception. Mais au minimum, tous les parents séparés devraient pouvoir se parler sans rouler des yeux de désespoir, discuter calmement, ne pas faire d’aliénation parentale et prendre en compte l’opinion et les demandes de l’autre parent. Je crois.

Vous verrez, après un moment, tout devient plus simple et plus naturel. Du moins, je vous le souhaite.

Maman Zarb

Rédactrice web, stratège, gestionnaire de communauté, artiste et mère de trois garçons, elle déteste les étiquettes. Ses enfants le confirment ; Annie est une attachante maman zarb (ce qui veut dire bizarre en verlan) qui déborde d’imagination et qui adore se mettre en déséquilibre. Toujours un peu dans la marge, elle habite l’autoroute 15 à cheval entre la rive nord et Montréal. Ses billets sont souvent le fruit de ses longues heures à jouer dans le trafic. Confrontée au TDAH, elle s’est intéressée au sujet et tient un blogue sur le sujet. Si non, vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.


Cette semaine
L’haptonomie, rencontrer bébé avant la naissance

L’haptonomie – développée par Frans Veldman, médecin néerlandais - est la « science de l’Affectivité ». 

Les 5 conseils d’une maman monoparentale

Monoparentales ou non, en couple, divorcées ou en familles recomposées, avec un enfant unique ou une tribu, je croise beaucoup de mamans qui se sentent seules. On tente de faire de notre mieux avec notre propre situation.

Une brosse à dents électrique ou manuelle pour mon enfant?

Tout d’abord, il est important de savoir que l’hygiène dentaire débute dès les premiers jours de la vie de votre enfant.

L’autisme invisible

Pour la majorité des gens, lorsqu’un autiste parle et s’exprime, c’est signe que tout va relativement bien et que la personne a très peu de défis.

Nos Concours

Pour simplifier l'organisation familiale!
Minimo motivation ludique

Gagnez les nouveaux outils de planification des repas

Gagnez un coffret de produits Attitude

Participez pour gagner l'ensemble familial pour les mains

Commentaires