Bébé

Élever un enfant dans deux langues

Lui parle anglais, elle, le français. Leur union a donné naissance à un joli bébé qui apprendra à communiquer dans un univers bilingue.

Si on a parfois cru que le fait d’apprendre deux langues en même temps pouvait causer certains retards du langage, on sait dorénavant qu’il n’en est rien. Il y a quelques années à peine, Krista Byers-Heinlein, professeure de psychologie à l'Université Concordia et spécialiste du développement des enfants et de l'acquisition du langage, faisait un constat important : avant même de naître, bébé est déjà en mesure de percevoir si on lui parle dans une langue, ou dans deux langues différentes.

Entendons-nous : le nouveau-né n’est pas en mesure de comprendre les mots qu’on lui dit, mais il différencie les langues. Prodigieux, n’est-ce pas?

Les petits génies

En fait, on dit que les enfants sont, jusqu’à l’âge de 7 ans, de véritables génies des langues. C’est après qu’il devient de plus en plus difficile d’apprendre une nouvelle langue.

La période préscolaire est donc extrêmement propice à l’apprentissage d’une seconde langue. Tout comme un enfant qui n’est exposé qu’à une seule langue, celui qui entendra quotidiennement du français et de l’anglais (ou de l’espagnol, ou du chinois…) sera en mesure de dire ses premiers mots vers l’âge de 12 mois. Ses premières combinaisons de mots devraient aussi survenir entre 18 et 24 mois. Il se peut que le jeune enfant mélange parfois les deux langues, mais, vers l’âge de 5 ans, son développement devrait être sensiblement le même que celui d’un enfant qui n’aurait appris qu’une seule langue.

Alors les parents bilingues n’ont pas à avoir de soucis : ils peuvent s’exprimer dans la langue de leur choix à leur enfant. Et ce faisant, ils lui font un énorme cadeau, celui du parfait bilinguisme.

2 langues, 2 niveaux

Mais qui apprend deux langues en même temps ne les apprend pas nécessairement de la même façon. Certains feront moins d’erreurs dans une des deux langues, alors qu’ils auront pourtant un vocabulaire plus riche dans la deuxième. Il arrive aussi qu’une des deux langues soit nettement mieux acquise; habituellement, ce sera celle qui est utilisée le plus à la maison.

Mais comment s’assurer alors que l’enfant ne souffre pas d’un retard du langage? Il suffit de considérer l’ensemble des phrases et des mots produits dans les deux langues. Il est possible, entre autres, que la langue la mieux maitrisée laisse à un moment donné sa place à la seconde, et vice versa.

Un peu de confusion

Mais qu’en est-il de la confusion? Vous avez peut-être déjà entendu un enfant bilingue mélanger le français et l’anglais, ou encore glisser un mot ou deux d’anglais dans une phrase qui se veut pourtant en français. Il s’agit d’un phénomène normal, qui arrive aussi à des adultes bilingues, et qui peut même s’accentuer au moment de commencer l’école.

On remarque entre autres que les enfants auront parfois tendance à préférer une langue à une autre (habituellement la langue d’enseignement, puisqu’elle est associée aux amis). C’est ce qu’on appelle la « rébellion bilingue ». L’important, c’est de ne pas céder, et de continuer à encourager le bilinguisme.

Si une langue n’est pas assez stimulée, on peut remarquer une diminution des compétences langagières : pour qu’un enfant réussisse à bien s’exprimer correctement dans les deux langues, il est important qu’il soit exposé à chacune d’elles, le plus souvent possible. En d’autres mots, les deux doivent être utilisées de manière équilibrée.

L’éducation bilingue à la maison

Il existe plusieurs cas de figure. Certains parents parleront une langue à la maison, alors que l’enfant apprendra l’autre à l’école. D’autres mélangeront les deux, un peu aléatoirement. L’important, c’est de commencer cet enseignement le plus tôt possible – et d’éviter de mélanger nous-mêmes les deux langues dans une même phrase. Nous l’avons vu : les enfants de moins de sept ans sont de véritables génies des langues. 

Voici d’autres façons d’enseigner une seconde langue à votre enfant :

  • Lui permettre d’écouter la télévision ou un film dans sa langue seconde seulement.
  • Lire des histoires dans différentes langues.
  • Fréquenter des gens qui parlent la seconde langue (famille, amis).
  • Voyager!

Les erreurs à ne pas commettre

En somme, élever un enfant bilingue, c’est une excellente idée! Ce n’est pas particulièrement compliqué, mais ce n’est pas non plus facile tous les jours. Et voici quelques pièges / erreurs à ne pas commettre.

  • Rire de lui : Apprendre, c’est faire des erreurs. Il est normal que votre enfant mêle certains mots et… en invente d’autres. Si ceux-ci vous font sourire, évitez néanmoins de vous moquer de votre enfant. Au contraire : encouragez-le à persévérer!
  • Le tester : Le plus possible, l’apprentissage d’une seconde langue devrait se faire dans la joie. Si vous mettez trop de pression sur les épaules de votre enfant, il n’aura peut-être plus envie d’apprendre.
  • Ne pas trop corriger : Bien entendu, on corrige les petites erreurs, mais il faut user de tact! Et surtout les encourager. Une bonne façon de corriger, c’est de reprendre tout simplement la phrase, sans mettre d’emphase sur l’erreur.
  • Ne pas l’obliger : Il arrive parfois que l’enfant ne désire plus parler l’autre langue. Au lieu de l’obliger à le faire, efforcez-vous de lui présenter cette expérience de manière positive. Le bilinguisme est une force, un atout qui accompagnera votre enfant tout le long de sa vie. Le plus vite il s’y met, le mieux c’est!
Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
La course à pied après bébé

Reprendre la course à pied rapidement en post-partum, c’est possible. Par contre, ce n’est pas chaque maman qui recommencera au même rythme, et c’est parfait comme ça! Nous allons parler ici des enjeux du retour à la course après l’accouchement.

Relâche scolaire : 10 activités gourmandes à faire avec les enfants

La relâche est un moment vraiment plaisant pour décrocher avec nos enfants, si on le peut. Au contraire des vacances de Noël où l’on court les fêtes et les visites chez la parenté, la relâche, comme son nom le dit bien, est synonyme de relaxation, de plaisir et de moments en famille.

3 sorties pour profiter de l’hiver au Québec

Quoi de plus agréable que de combiner activités de plein air et art de vivre? Voici trois belles activités  hivernales dans trois régions du Québec qui offrent un cadre naturel éblouissant : Chaudière-Appalaches, Saguenay et Charlevoix.

Joue avec moi, maman!

Que ce soit pendant la préparation du souper, en pliant une brassé de vêtements ou en répondant à un dernier courriel entre la vaisselle et l’heure du bain, cette phrase est inévitable et surtout…culpabilisante.

Nos Concours

Pour simplifier l'organisation familiale!
Minimo motivation ludique

Gagnez les nouveaux outils de planification des repas

Gagnez un coffret de produits Attitude

Participez pour gagner l'ensemble familial pour les mains

Commentaires