Famille

Comment c’est d’être la blonde de papa?

L’animatrice Valérie Robert a rencontré l’homme de sa vie, le chef Martin Juneau, en 2015. Elle est du même coup devenue la belle-mère de Simone et Léonie, âgées de 2 et 5 ans. 

Cherchant sa place dans cette nouvelle dynamique familiale qu’elle ne connaissait pas, elle a tenté de trouver ses repères en cherchant des livres sur la belle-parentalité. Ne trouvant rien sur le sujet, elle décide d’écrire son propre guide La blonde de papa, sorti le 5 juin dernier, en recueillant des témoignages de d’autres belles-mères. 

Comment expliques-tu le stéréotype de la « méchante » belle-mère?

« C’est vrai que c’est bien ancré dans notre culture populaire. Dans l’univers des humoristes, on fait toujours des blagues de belles-mères fatiguantes, parce qu’une belle-mère, ça représente aussi la mère de son conjoint. 

Ce livre démontre que le rôle de belle-mère peut avoir un visage différent de celui auquel on l’associe généralement. 

Pourquoi avoir eu envie d’en faire un livre?

« Tout d’abord, je l’ai fait pour moi parce que ça m’a fait beaucoup de bien de parler avec d’autres femmes qui vivaient ma réalité.  J’ai réalisé qu’on vivait la même chose. Ce livre-là m’a beaucoup appris sur mon rôle et ça a été une véritable thérapie. Ensuite, je me suis dit que ça pouvait bénéficier à toutes les autres belles-mamans comme moi qui cherchaient à prendre leur place. Dans le livre, on trouve 20 témoignages, dont le mien, de différents types de femmes qui vivent toutes sortes de situations. C’est certain qu’en le lisant, chaque belle-mère va trouver des choses auxquelles elle s’identifie et qui vont lui servir. » 

Vous trouverez dans le livre des témoignages tantôt de femmes anonymes tantôt de femmes bien connues du public dont Émily Bégin, Marie-Soleil Dion, Sophie Durocher, Ingrid Falaise et Kim Rusk. 

Comment entretient-on une bonne relation avec la mère biologique? 

Je pense qu’il faut se mettre dans sa peau et réaliser à quel point ça doit être confrontant pour elle de savoir que ses enfants sont dans les bras d’une autre une semaine sur deux. Mes parents se sont séparés quand j’étais jeune et ma mère a toujours accueilli mes belles-mères à bras ouvert. Alors je pensais que ça se passerait comme ça pour moi aussi, et pas du tout. On s’en est fait voir des vertes et des pas mûres moi et la mère des filles, mais avec le temps, tout le monde apprend là-dedans et ça s’arrange. Il faut réussir à trouver une certaine harmonie entre adultes pour le bien des enfants. 

Quel est le rôle du conjoint dans tout ça? 

C’est super important de communiquer dès le départ avec ton chum pour savoir quelles sont ses attentes et quelle place il est prêt à te donner et jusqu’où tu as le droit d’aller en tant que belle-maman au niveau de la discipline et de l’éducation par exemple. Mon chum m’a grandement accompagné là-dedans et a été capable de mettre ses limites aussi. 
 
Comment les filles de ton amoureux te perçoivent-elles aujourd’hui? 

Comme une deuxième maman. Aujourd’hui elles sont plus grandes et elles se trouvent chanceuses d’avoir trois parents.  Dès le départ, ça a cliqué avec Simone & Léonie, j’ai été très chanceuse. Probablemement que plus la rencontre se fait avec des enfants en bas âge plus c’est facile. Pour avoir reçu des témoignages d’autres femmes ayant rencontré les enfants de leur amoureux à l’adolescence, le premier contact est certainement plus difficile. Ça demande plus de travail à faire avec l’enfant et des discussions franches et honnêtes.

Quelle est la clé selon toi pour être une belle-mère bien dans sa peau? 

Le temps m’a appris qu’il faut faire preuve de laisser-aller. Aucune situation ne sera parfaite et la belle-parentalité est une montagne russe d’émotions. Tu n’as peut-être pas porté les enfants dans ton ventre, mais tu les portes dans ton cœur et il faut se faire à l’idée qu’en tant que blonde de papa, on sera toujours la deuxième et qu’on n’aura jamais droit à la même reconnaissance que la mère pour tout ce qu’on fait pour les enfants. C’est un rôle très ingrat, mais je n’échangerais ma place dans la vie des filles pour rien au monde. 

Le livre La blonde de papa est en vente au coût de 29,95 $ dans les bonnes librairies depuis le 5 juin dernier. 

 

 

 

 

 

 

Image de Myreille Simard

Rédactrice art de vivre, traductrice, consultante web et réseaux sociaux.


Cette semaine
Côtes levées à la tire d’érable pour la mijoteuse

Un peu comme l’huile d’olive pour l’Italie, le sirop d’érable est le trésor liquide du Québec. Cette recette présentée par Érable du Québec est bonne à s’en lécher les doigts!  

Vivre une grossesse en pandémie

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je m’étais souvent imaginé de quoi aurait l’air ma première grossesse. Cours de yoga avec d’autres futures mamans, aquaforme, séances de magasinage pour bébé, dîners entre amies, etc. Puis est arrivée la pandémie…

Littérature jeunesse : 8 histoires de femmes inspirantes

Elles sont nombreuses ces femmes, plus grandes que nature, à avoir changé le cours de l’histoire. Loin des projecteurs et des artifices, elles ont contribué à nous donner un monde meilleur. Plus libre. En voici quelques-unes à faire (re) découvrir à nos enfants.

Nos Concours

Gagnez le livre Margot et Clémence 'Le Dodo'

Participez pour gagner un livre pour enfant 0 à 2 ans

Pour simplifier l'organisation familiale!
Minimo motivation ludique

Gagnez les nouveaux outils de planification des repas

Gagnez un coffret de produits Attitude

Participez pour gagner l'ensemble familial pour les mains

Commentaires