Vie scolaire

Trop de devoirs à la maison?

Les enfants ont-ils trop de devoirs à la maison? Les devoirs font-ils réellement progresser les élèves? L'Université de Montréal aborde ce sujet dans sa publication d’information Forum.

Forum a rencontré le professeur Roch Chouinard, vice-doyen à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, afin de mieux comprendre les enjeux cognitifs et sociaux d'une telle pratique, qui s'apparente parfois à une corvée pour les parents comme pour les enfants. Mamanpourlavie.com vous en livre un extrait.

Vous êtes engagé depuis plus de 20 ans dans divers projets liés à l'éducation. Selon vous, y a-t-il trop de devoirs à la maison?

Il est impossible de répondre à cette question par oui ou par non. Car, au Québec, ce n'est pas une pratique règlementée. Je ne connais pas de commission scolaire qui ait adopté des mesures relatives aux devoirs. Chez nos voisins du Sud, il y a par contre certains districts qui règlementent la quantité et la durée du travail en dehors de la classe, et ce, en fonction de l'âge des élèves et de leur niveau de scolarité.

D'où vient ce besoin de règlementer les devoirs?

Il faut savoir que le travail à la maison est une pratique qui a toujours été controversée. Le phénomène n'est pas nouveau. La tendance est cyclique. Certaines années, les devoirs sont à la mode et ont bonne presse, d'autres années non. Le sujet soulève par ailleurs les passions tant chez ceux qui sont pour les devoirs que chez ceux qui sont contre.

Quels sont les avantages et les inconvénients des devoirs?

Les gens favorables aux devoirs prétendent que c'est une façon de faire participer les parents à l'éducation scolaire de leur enfant. Ils attestent qu'en supervisant les devoirs les parents prennent connaissance des contenus enseignés et sont ainsi capables de suivre l'évolution de leur enfant de façon directe. On allègue aussi que les devoirs et les leçons à la maison sont une occasion de donner aux jeunes le sens des responsabilités et de stimuler leur capacité à planifier leur travail, donc qu'ils favorisent l'autonomie et l'organisation.

Le principal argument de ceux qui sont contre les devoirs et les leçons à la maison, c'est que ce travail peut constituer une source de conflit entre les parents et les enfants. Certains avancent par ailleurs qu'ils ne sont plus de mise dans notre monde où les deux parents travaillent et où plusieurs familles sont monoparentales.

Diriez-vous que les devoirs sont une occasion réelle d'apprentissage pour l'enfant?

Les recherches sur l'efficacité des devoirs abondent dans la littérature scientifique, mais elles sont souvent contestées par le clan opposé. Certaines études, des méta-analyses, ont démontré que les devoirs n'améliorent pas vraiment l'apprentissage et le rendement scolaire. D'autres études, à mon avis plus sophistiquées sur les plans de la collecte et du traitement des données, montrent au contraire un gain réel associé aux devoirs. Une chose est certaine : des devoirs fréquents, mais courts sont préférables à de longs devoirs.

Quelle est votre position à l'égard des devoirs à la maison?

J'y suis favorable dans la mesure où ils sont raisonnables. Cela signifie qu'on prend en considération la situation des familles et des enfants. On y va progressivement. Car on veut que les enfants aiment aller à l'école et qu'ils établissent une relation chaleureuse avec leur enseignant et les autres enfants.

Quels conseils donneriez-vous aux parents quant à la supervision des devoirs?

La première chose à faire selon moi est d'instaurer une routine à l'endroit des devoirs et de s'y tenir. Le lieu doit être calme et autant que possible loin des sources de distraction. Au-delà du suivi des devoirs, le rôle des parents est surtout de veiller à ce qu'ils se fassent dans de bonnes conditions. Mieux vaut par exemple habituer l'enfant à s'y mettre à des heures fixes, en déterminant le temps à consacrer chaque soir aux devoirs. Cela lui permettra d'acquérir de bonnes habitudes de travail.

Il est également déconseillé d'associer les devoirs à une punition, de réprimander l'enfant par exemple en l'envoyant dans sa chambre faire ses devoirs. Les devoirs doivent être l'occasion de consolider des choses vues en classe, mais ils doivent aussi rester un moment privilégié d'échange entre parents et enfants sur les progrès et les difficultés éprouvées.

Vous pouvez lire l’article complet de Dominique Nancy.

Source

Forum, Université de Montréal

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Bayard Jeunesse fête la rentrée avec vous!

1000$ en prix à gagner, dont la chance que votre facture de fournitures scolaires vous soit payée!

Nos Concours

Stylés pour la rentrée!

Gagnez une carte-cadeau de 250$ chez Sports Experts!

Passez du temps de qualité au Zoo de Granby!

Participez pour gagner deux laisser-passer pour le Zoo de Granby!

Commentaires