Vie scolaire

Simplifier l’apprentissage des mathématiques

Pour certains enfants, l’apprentissage des mathématiques est tout un défi! Voici quelques conseils pour vous aider à soutenir votre enfant vers la compréhension.

Le cerveau des enfants est comme une éponge. Ils apprennent très rapidement et répètent tout ce qu’ils voient et tout ce qu’ils entendent. Cela leur permet d’évoluer à la vitesse grand « V ». Mais comment leur faire apprendre quelque chose qu’ils n’aiment pas ou pour laquelle ils n’ont pas d’intérêt? Comment faire pour leur faire apprendre leurs mathématiques sans que ce soit la crise tous les soirs lorsque vient le temps d’apprendre les tables d’addition ou de multiplication, ou toutes autres leçons? Les spécialistes et le commun des mortels s’entendent pour dire que les enfants apprennent plus facilement et même sans s’en rendre compte, par le jeu. Je vous donnerai donc des petits trucs pour adapter certains jeux, comment concevoir un jeu et les jeux déjà existants.

Transformer un apprentissage en jeu

Au primaire, presque tout ressemble à un jeu, à quelques exceptions près. Nous n’avons donc pas à nous creuser la tête bien longtemps pour trouver quelque chose qui attirera l’attention de votre enfant. De plus, vous êtes la meilleure personne pour savoir ce qu’il aime. Comme vous le savez probablement déjà, les « mathématiques » sont une des matières scolaires qui nous entoure le plus au quotidien. Donc, peu importe ce qu’aime votre jeune, il y a un moyen de trouver un lien avec les mathématiques.

Idées de jeux à transformer

En premier lieu, il est important de se mettre dans leur peau, essayez de voir de quelle façon rendre les maths plus intéressantes. S’il n’y a pas d’idée qui vous vienne en tête, vous pouvez prendre un de ses jeux préférés et le modifier un peu. Un exemple que je peux vous donner, c’est le jeu de serpents et échelles. Ce n’est jamais très intéressant de tomber sur un serpent et de descendre plusieurs cases. Alors, on peut lui poser une question et si la réponse est bonne, alors il ne descend pas. De même pour l’échelle, s’il veut monter, il doit répondre correctement à la question. Si votre enfant est en train d’apprendre à additionner, vous pouvez jouer avec 2 dés, le principe devient plus concret. S’il est en train d’apprendre ses chiffres, vous pouvez lui demander de nommer le chiffre de sa case. Si votre enfant aime les blocs Lego, vous pouvez faire des constructions avec lui et lui demander combien de blocs rouges on a utilisés, ou combien de blocs verts et bleus se retrouvent dans le montage. Dans ce cas, le mot « et » réfère à l’addition. Donc, toutes idées qui peuvent vous sembler banales deviennent un nouveau jeu pour votre enfant.

L’imagination au service de l’apprentissage

Bien évidemment, une fois qu’on a réinventé les jeux de notre enfant, il peut finir par se désintéresser. Comme vous le savez déjà, les jeunes ont une imagination très fertile. Il faut se servir de cette imagination. C’est pourquoi, au paragraphe précédent, je vous disais de vous mettre dans la peau de votre enfant. Faites fonctionner votre imagination vous aussi! Si vous êtes à l’extérieur avec lui, vous pouvez lui dire de nommer les formes (cercle, carré, rectangle, etc.) qui l’entourent. S’il est un peu plus avancé, demandez-lui de nommer les solides. S’il aime le hockey, qu’il nomme la forme du but, du bâton, de la balle, des maisons qui vous entourent. Quelles formes peut-on faire avec le but et les bâtons? Combien y a-t-il de mailles dans la troisième rangée du filet? Vous serez donc en mesure de voir s’il compte sur la bonne rangée et s’il ne saute pas de chiffres.

Les repas en famille sont un beau moment pour concrétiser les math, ainsi qu’au moment des transports. S’il y a du pain sur la table, vous pouvez lui demander de vous donner 2 tranches plus une. De plus, je ne sais pas si vous avez déjà remarqué, mais il est beaucoup plus facile d’apprendre une petite chanson ou une ronde que d’apprendre ses tables d’addition et de multiplication en les répétant encore et encore. Dans ce cas, vous pouvez prendre un air qu’il aime chanter et composer de nouvelles paroles avec lui. Si la chanson ne suffit pas, vous pouvez inventer une danse, il se souviendra alors que lorsqu’il avait le pied en avant c’était : 2X3=6 et encore une fois ce sera tellement plus amusant. Il y a aussi la fameuse méthode qui consiste à coller dans la chambre ou dans la salle de bain les tables d’addition et de multiplication (un peu moins amusant), mais à force de les voir, elles s’imprimeront dans sa mémoire. Il ne faut pas cependant que ce soit le seul moyen, parce qu’à la longue, les enfants ne les voient plus, je peux vous l’affirmer par expérience.

Des jeux de société

Bien entendu, nous n’avons pas toujours le temps ou l’occasion d’aller jouer dehors. Heureusement, il y a des compagnies de jouets qui engagent des inventeurs pour créer des jeux éducatifs pour les jeunes. Il est donc possible de trouver un jouet ou un jeu parfaitement adapté aux besoins de votre enfant. Un jeu très intéressant pour les 6 ans et plus est « Mac Wizz ». C’est un jeu pour les connaissances générales. Il rallie un casse-tête (12 morceaux) avec un petit jeu-questionnaire. Il y a des milliers de questions divisées par groupe d’âge. Il vous est donc possible de trier les questions selon ce que votre enfant est en train d’étudier ou ce avec quoi il a de la difficulté. Pour les jeunes un peu plus âgés, il y a « Mathabble », qui repose sur le même principe que le « Scrabble », mais avec des chiffres. Il inclue les additions, soustractions, multiplications et divisions.

Cet article serait incomplet si je ne parlais pas des sites Internet spécialisés. Les nouvelles générations sont très axées sur l’informatique. Plusieurs professeurs ont mis au point des jeux éducatifs sur internet. Je vous donne donc une petite liste de ces sites.

Ce sont tous des sites de jeux, excepté les-coccinelles.fr qui est un site avec des fiches à reproduire.

J’espère que tous ces petits trucs vous aideront à trouver les mathématiques amusantes plutôt que lourdes et ennuyantes. Si vous n’avez plus d’idée, après avoir essayé tous ces petits trucs, il est toujours possible de parler avec d’autres parents, car il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule. Il ne faut pas oublier que plusieurs services sont offerts dans les écoles et au privé, pour vous aider vous et votre enfant.

Nathalie Fecteau
Éducatrice spécialisée

Nathalie Fecteau est éducatrice spécialisée et technicienne en langage auprès des enfants de tous âges et de leur famille. Cumulant plusieurs années de formation et de pratique professionnelle, elle est également intervenante certifiée SACCADE. Elle est spécialisée dans les problèmes liés aux troubles du spectre autistique (autiste, Asperger et TED non spécifié), les troubles et difficultés de langage, les difficultés d'apprentissage et les retards de développement. Son approche, alliant plaisir et apprentissage, s'adapte aux besoins précis de chaque enfant.  Nathalie collabore également dans les médias, de façon sporadique à l’émission Famille 2.0, à V Télé et à partir de janvier, chaque semaine à Rythme FM, sur des sujets variés concernant les enfants ainsi que leur famille. En plus d’écrire pour Mamanpourlavie.com, elle publie régulièrement des articles sur l’éducation des enfants dans le magazine La Culbute et sur son site Internet Dimension éducative dont elle est la cofondatrice. Dimension éducative offre des services de coaching familial, académique, développemental et professionnel. Pour la rejoindre, écrivez-lui à cette adresse nathalie.fecteau@dimensioneducative.com.


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?