Santé

Bien voir pour bien lire

Apprentissage de la vision et apprentissage de la lecture... Ces deux acquis fondamentaux se succèdent naturellement dans la vie de l’enfant.

La vision du jeune enfant se construit, se perfectionne, de la naissance à 4 ans, âge auquel se confirme son intérêt pour l’écrit. De longues années vont alors s’écouler pour que, vers 10 ans, il réclame « un vrai livre ». Or les spécialistes constatent une corrélation entre la qualité de la lecture et celle de la vision.

Que se passe-t-il aux différentes étapes de l’élaboration de celle-ci? Que doit observer l’entourage pour vérifier l’intégrité de la vision d’un enfant! Comment lui garantir de bien voir pour bien lire? C’est à ces questions — et à bien d’autres — que répond le document réalisé par l’Association Nationale pour l’Amélioration de la Vue (ASNAV) dont voici le contenu.

6 ans pour bien lire

Les quatre premières années de la vie sont indispensables à la maturation du système oculaire de l’enfant. À partir de là, six nouvelles années vont encore lui être nécessaires pour bien posséder la lecture, cet élément essentiel à une bonne réussite scolaire, à l’accession au savoir et à une certaine forme de plaisir.

La lecture est une matière infiniment vivante. Elle s’aménage, se perfectionne tout au long de la vie. Y compris à l’âge adulte.

Regard et lecture : des mécanisme complexes

Pour un « grand », lire semble simple, naturel, à partir du moment où il a appris. Or cette action fait appel à des mécanismes incroyablement délicats et compliqués. Savoir lire ce n’est pas seulement identifier des lettres. C’est aussi sans cesse faire appel à notre connaissance de la langue.

C’est une acquisition très complexe, quelle que soit la méthode utilisée, au sein de laquelle la vue occupe une place de premier plan. Tout comme la perception visuelle et le pouvoir qu’ont les yeux de se mouvoir.

Si vous êtes adulte, il vous a fallu 15 à 20 secondes pour lire les lignes qui précèdent. Votre regard a sauté 20 à 100 fois en divers points de ce texte, car l’oeil enjambe environ 7 lettres à chaque saccade, ce qui fait à peu près un arrêt par mot. Chaque fois, votre vue — c’est-à-dire vos yeux — a créé sur votre rétine une image inversée du mot regardé. Cette image a instantanément été transmise à votre cerveau qui l’a reconnue. Ce cheminement inconscient, c’est la vue. Votre regard va ainsi se déplacer vers un autre point de fixation, un nouveau mot qui, à son tour, sera vu puis reconnu... La lecture fait ainsi inlassablement appel à la vue, à la vision, au regard. Trois fonctions simultanées.

La vue transporte les images du monde extérieur jusqu’au cerveau. Ce dernier les analyse et les reconnaît : c’est le stade de la vision. Ensuite, les yeux se déplacent pour observer un nouveau point : c’est le regard. En clair, l’action de regarder.

La vue est notre sens le plus précieux. 80 % des informations en provenance du monde extérieur nous parviennent par les yeux. Visage, paysage, illustration, mot, lettre... l’image de ce que l’on regarde se forme sur la rétine. Elle doit être en tous points fidèle à la réalité. Pour cela, les yeux se règlent spontanément en fonction de la luminosité et de la distance. Quand on lit, on tient — le plus souvent — le document à une distance de 20 à 50 cm, en moyenne à 40 cm. Un enfant a alors besoin d’une acuité visuelle de 10/10ème pour distinguer des détails de 0,5 mm de hauteur.

Si sa vision est « plus basse », il a du mal à percevoir les points sur les « i » et risque de confondre un « t » et un « r ». Une acuité de 10/10ème lui est a fortiori nécessaire pour lire, sur le tableau noir, des lettres de 7,3 mm de hauteur. Notamment s’il est assis au fond de la classe, environ à cinq mètres du tableau.

Lorsqu'un mot est vu, il n'est pas encore lu

La vision, c’est aussi la perception visuelle. Lorsqu’un mot est vu, il n’est pas encore lu, c’est-à-dire reconnu par le cerveau. Le savoir intervient à chaque phase, le cerveau puisant en continu dans cette grande encyclopédie qu’est la mémoire pour reconnaître ce qu’il a vu. Face à une page imprimée, la perception visuelle fonctionne à plusieurs niveaux successifs : vision globale et « confuse » de la plage, vision plus organisée — ligne par ligne ou paragraphe par paragraphe — et vision plus précise portant sur quelques lettres ou sur un mot.

Le regard — l’action de regarder —, quant à lui se confond avec le mouvement des yeux. Quand on lit, les yeux bougent continuellement. Ils se fixent pendant environ 1/4 de seconde sur un point puis se déplacent vers un autre, le temps d’une saccade en 20 à 30 millièmes de seconde. Tout se passe selon un rythme modulé par la reconnaissance des mots et le traitement des phrases lues. Le regard passe ainsi automatiquement de mot en mot à un rythme irrégulier qui s’interromprait sur un terme inconnu.

L’enfant qui apprend à lire connaît encore peu de lettres, de mots, de chiffres. Inconsciemment, ses yeux semblent à la recherche constante de ceux qui lui sont familiers. Difficulté supplémentaire : à cet âge, des lettres connues peuvent être confondues avec d’autres. Exemple : le « m » et le « n », le « t » et le « r », le « u » et le « v », le « h » et le « b »... Et la difficulté s'accroît quand l’enfant doit reconnaître des mots très proches : « mon » et « nom », « huche » et « bûche », « toux » et « roux »... Par chance, ce risque de confusion est souvent rétabli par le savoir du petit enfant dans la mesure où il comprend le sens du texte. Une phrase telle que « papa et maman se promènent avec moi » ne lui laisse, en principe, pas de doute entre « moi » et « mai ».

Le processus de l’apprentissage de la lecture est complexe et délicat. Tout particulièrement à l’âge tendre, au moment des premières conquêtes de ce qui deviendra un mécanisme. C’est un moment fragile que le moindre grain de sable — notamment une vision imparfaite — peut suffire à perturber.

L’effort est intense. Il le sera davantage encore si l’enfant voit mal. Confronté à trop de difficultés, il risque de relâcher son attention, voire d’abandonner sa tentative d’apprentissage de la lecture, aussi motivé soit-il par cette nouvelle acquisition.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le zoo de Granby l'hiver!

Gagnez un forfait famille pour aller au zoo de Granby

Nos Concours

Méli-Mélo de livres pour enfants de 9 à 12 ans

Gagnez 7 livres pour ado d’une valeur de 100$

Commentaires