Grossesse/Maternité

L'histoire de Tania et d'Éric

En 2004, Mamanpourlavie.com vous présentait l’histoire d’un couple pour qui le désir d’avoir un enfant a été plus fort que tout. C’est avec beaucoup de générosité que Tania et Éric partageaient avec nous leur merveilleuse aventure. 

Mamanpourlavie.com vous présente l’histoire d’un couple pour qui le désir d’avoir un enfant a été plus fort que tout. C’est avec beaucoup de générosité et de courage que Tania et Éric ont décidé de partager avec nous la merveilleuse expérience qu’ils s’apprêtent à vivre et ce, malgré le fait que leur situation soit très particulière.

Eric et moi sommes ensemble depuis 8 ans et mariés depuis bientôt 4 ans. Nous habitons à Montréal depuis 7 ans et nous nous sommes rencontrés au Saguenay. À l’époque, je travaillais pour un organisme communautaire et je devais effectuer la promotion d'une activité de collecte de fond. Pour ce faire, je devais participer à une émission de télé sur laquelle il travaillait comme caméraman. Nous avons été amis pendant plusieurs années pour ensuite être co-locataires. Vous imaginez la suite!

J’ai su que j’étais atteinte de la sclérose en plaque il y a trois ans. La sclérose en plaque est une maladie neurologique que l’on pourrait expliquer en bref par une suractivité du système immunitaire. Le système immunitaire voit des problèmes où il n'y en a pas et génère des attaques massives qui causent des lésions soit au cerveau ou à la moelle épinière. La médication que l'on prend lorsqu'on est atteint se donne par injection que l'on fait soi-même et a pour but de ralentir le fonctionnement du système immunitaire. Les poussées sont l'appellation lorsqu'on a des symptôme aigus de la maladie. Souvent, elles sont de trois ordres: oculaire (inflammation des nerfs optiques), sensorielle (sensation d'engourdissement) ou moteur (difficulté partielle avec une partie du corps). Lorsqu'on a une poussée on doit recevoir un traitement choc de cortisone intraveineuse.

Le fait d’avoir un enfant a été pour nous une expérience très planifiée compte tenu de mon état de santé. Nous nous sommes beaucoup renseignés sur les implications qu’une grossesse pouvait avoir sur ma santé. Nous avons aussi discuté à de nombreuses reprises avec mon neurologue sur les conséquences d’une grossesse et de l’arrêt de ma médication durant celle-ci. Comme cette maladie est encore entourée de nombreuses zones d’ombre, il est difficile de savoir avec certitude les impacts que peut avoir une grossesse. Toutefois, mon neurologue s’est fait très rassurant à ce sujet et nous a maintes fois mentionné que je n’avais pas à me priver des joies de la maternité car tout pouvait très bien se passer. De plus, il semble qu’il n’y ait rien qui prouve qu’une grossesse ait un impact négatif sur cette maladie. Nous avons donc choisi d’adopter cette attitude et de se lancer dans ce grand voyage.

J’ai donc arrêté de prendre ma médication en août 2003 dans l’espoir de tomber enceinte le plus rapidement possible. Je ne serais pas honnête si je vous disais que je n’ai pas éprouvé certaines craintes face à cette décision, car j’étais sous médication depuis presque 3 ans et je n’avais eu aucune poussée durant tout ce temps.

Nous avons donc essayé sans succès durant les 4 mois qui ont suivi. Face à ces insuccès, j’ai donc demandé à mon médecin généraliste s’il était possible de passer des tests afin de vérifier si nous n’avions pas de problème de fertilité. Il était inconcevable pour moi de devoir attendre 1 an pour savoir si nous avions un problème. À mes yeux, ce délai était trop long et je jugeais que son impact potentiel sur ma santé était inacceptable. Elle m’a donc référée à une clinique d’infertilité. Bien qu’il faille 1 an d’essais infructueux avant d’avoir accès à ce type de service, ils ont accepté mon dossier lorsque je leur ai expliqué mon état de santé. Pour une fois que mon état de santé me sert à quelque chose!

28Nous avons donc fait plusieurs tests et avons obtenu la confirmation que tout était normal. Nous avons donc poursuivi nos efforts. Pendant ce temps, j’ai toutefois dû faire face à deux poussées avec 3 mois d’intervalle entre chacune. Bien que ce soit des poussées bénignes, elles me causent toujours un très grand stress et demandent une forte médication avec tous les effets secondaires qui l’accompagnent (insomnie, anxiété, perte d’appétit etc.). À chaque nouvelle poussée, nous avons remis en question notre projet et nous nous sommes demandés si les poussées auraient eu lieu si j’avais poursuivi la médication. À chaque fois, mon neurologue nous a rassuré en nous disant qu’il n’y avait aucun preuve que mon état se détériorait. Nous avons donc maintenu le cap en espérant à chaque mois que c’était le bon. À mesure que le temps passait, à chaque fois que mes règles se pointaient, la déception était de plus en plus grande. Nous avons suivi la méthode du thermomètre et mis en application les trucs de tout le monde. Tout cela pour me rendre compte que ma courbe de température variait tellement d’un mois à l’autre que je ne savais plus vraiment quand était le moment propice. De plus, avec l’horaire d’emploi extrêmement variable de mon conjoint qui est caméraman, moment propice ne rimait pas toujours avec sa présence à la maison.

Enfin, après 10 mois d’efforts, de questionnements et de déceptions, alors que j’étais certaine que ce mois-là nous n’avions pas respecté le fameux moment propice, surprise, je suis tombée enceinte!!!

Au cours des prochains mois, Tania nous fera part des joies et des difficultés liées à sa grossesse. Toute l’équipe de mamanpourlavie.com admire son courage et sa détermination et nous lui transmettons toutes nos félicitations pour cette grossesse tant attendue!

Image de Mamanpourlavie.com

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires